Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fiche de Kan Mi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sengoku le Bouddha
Admin/Amiral en Chef
Admin/Amiral en Chef
avatar

Nbre de messages : 2490
Equipage : EMM
Inscrit le : 21/08/2007

Feuille de personnage
Niveau:
100/100  (100/100)
Fruit du Démon : N/A
Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Fiche de Kan Mi   Ven 27 Fév 2009, 02:19

Nom et Prénom :

Kaname Mion.
Étant donné que sa propriétaire trouvait ce nom beaucoup trop banal, elle a préféré s’en donner un ayant une signification propre : en raccourcissant de quelques syllabes, elle s’auto-nomma Kan Mi, qui signifie « goût sucré ».


Âge :

Pas loin de dix-huit ans. Kan Mi est plutôt jeune, ça se voit, d’ailleurs.


Rang/Grade :

Pirate.


Métier(s) :

Canonnière. Éventuellement charpentier quand il le faut.


Arme(s) :

Kan Mi utilise principalement de l’explosif pour ses attaques. Varié, son attirail peut aller de la grosse bombe préparé maison et dévastatrice, aux petites grenades à jeter sur l’ennemi.
Parfois, la demoiselle peut user de quelques pistolets, car elle est assez doué dans le maniement de l’arme à feu.


Équipage :

Pas encore défini…


A l’extérieur :

Si vous êtes habitué à mirer de grands hommes pirates baraqués et bruyants, alors vous serez forcément surpris en voyant la frêle silhouette de Kan Mi se décomposer dans la foule. Et pas seulement parce que c’est une femme. Vos yeux auront vite fait de repérer les atouts de cette petite poupée. Car il y en a, et pas qu’un peu.

Kan Mi possède effectivement une façade qui attire les regards et les retient dans un filet de soie rose… cette jeune femme à l’air si doux marque l’esprit.

De par son visage, tout d’abord. Un visage aux traits fins, féminins, joliment ciselées, comme ces statues dans lesquelles le sculpteur met tout son cœur. Un petit bout de nez est placé en plein milieu de son faciès, si petit que l’on se demande comment elle peut respirer avec - d’après certains, il est juste là pour décorer -. Un nid de perles troublant s’est formé en haut de ce nez, bordés de cils noirs. Ce regard est celui d’une enfant, qui a capté autant de miracles que d’atrocités. On parle d’iris bleu d’eau ou vert menthe selon les préférences de chacun. Parfois, ses billes se voilent de l’innocence qui caractérise le personnage. Quant à ses lèvres, elles ressemblent à deux fins pétales de roses, qui se mouvraient souvent en un sourire mutin. La jeune fille est très expressive, donnant tour à tour, par ses regards ou ses sourires, l’impression d’un petit ange ou d’un petit démon.
Tout cela accompagne une peau blanche, détail surprenant pour une personne passant ses journées sous le soleil brûlant. Son grain de peau est satiné, délicat, rappelant ce toucher velouté des pétales de roses. Rien ne vient gâcher ce frais épiderme velouté, qui rappelle celui d’une princesse de contes de fées. Attention à ne pas s’y laisser prendre cependant : Kan Mi n’est vraiment pas aussi velouté que sa chair.

Kan Mi s’est un jour lancé le défi stupide de laisser pousser ses cheveux aussi bas que possible… Et elle s’y tient. La preuve, avec cette chevelure qui est relativement assez longue pour la normale. De longs fils d’un blond fraise, terminant leur étonnante course aux creux des reins de leur propriétaire, lisse et brillant. Une chevelure pas rebelle pour un sou, mais dont quelques mèches, pendant les combats s’échappent de la masse soyeuse, pour se coller amoureusement aux joues blanches. En haut du crâne de la demoiselle est posé une casquette noire de cuir, et des lunettes fumées d’un vert bouteille qu’elle n’abaisse que pendant ses combats. Quand elle enlève sa casquette, un parfum envoûtant se dévoile, à mi-chemin entre l’odeur du caramel et celle de la fraise. Une odeur de bonbon, sucrée et originale, comme celle qui l’emporte partout avec elle.

Son physique tout en courbe est parfaitement proportionné. Une jolie poitrine, une taille de guêpe et un fessier rebondi. Son corps délicatement musclé et élancé en ferait un modèle parfait pour représenter Vénus, déesse de la beauté et de l’amour. Elle recouvre ses charmes d’une tenue immaculée : une longue tunique à col vert clair, et une légendaire mini-jupe blanche qui a fait chavirer bien des coeurs. Des mitaines noires recouvrent les petites mains de la canonnière, et quand on ne les voit pas, c’est que l’ingénue les a caché sous ses longues manches, signe discret de l’enfant qui sommeille encore en elle.

Couleur de l’émeraude et de la nuit étoilée : voilà ce qu’un poète pourrait dire sur une Muse comme Kan Mi. Mais il ne pourrait sûrement pas s’inspirer de cette Muse trop longtemps : elle est déjà partie, glissant sur ses longs rollers confectionné maison, vert et blanc, comme le reste. Kan Mi est une beauté, mais une beauté vivace : pour l’attraper, mieux vaut tôt se lever.


A l’intérieur

Kan Mi aime donner une façade de sa personnalité véritable : beaucoup de personnes préfèrent manipuler ou n’arrivent pas à se montrer en toute vérité, mais la demoiselle à la casquette aime la franchise et attire la sincérité. Par ailleurs, elle sait qu’elle plaît aux hommes : mais son côté enfantin, qu’elle tient à garder éternellement, ne lui permet pas d’en profiter. Certes, elle peut jouer un moment le jeu de la séduction, mais c’est tout. Jamais elle ne permettra qu’un inconnue la touche.
Ce dont a horreur par dessus tout, c’est la tyrannie et le mensonge. Autant dire qu’avec elle, il vaut mieux dire la vérité, sous peine de se faire gratifier d‘un regard noir. Car, derrière ces deux perles érudites, il y a une conscience dotée d’un radar, détectant le faux-semblant derrière la plus innocente des phrases.

Quand l’on aperçoit la petite demoiselle exprimer ce qu’elle est, on voit une enfant dans un corps de femme. Un ton énergique, des expressions toujours très prononcés, une manie de s’auto-exprimer toujours à la troisième personne ( « Kan Mi est ravie de vous rencontrer, mais Kan Mi ne se laissera pas attraper par la Marine ! » )…Elle est aussi très polie, comme si elle avait peur que l’on la réprimande si elle perdait cette habitude. Les noms des gens dans sa petite bouche prennent des allure de « Dear » ou de « Sweety ». Plus formellement, elle n’oublie jamais la particule « -Kun », « -Chan », ou « -San » derrière l’appellation d’un quelconque personnage. Pour son capitaine, c’est officiellement « -Sama » en toute circonstances. Si on savait qu’au début, elle était disposée à l’appeler « Papa »… (Désolée. XD)

Vous avez donc compris que la pirate est un peu particulière, et qu’en plus d’avoir la sensibilité d’une vraie femme, elle est trop honnête pour ne pas être naïve. Quand le rader cité plus haut n’est pas en action, quand la personne a fait trop bonne impression à Kan Mi pour que celle-ci se méfie, elle se laisse piéger aussi facilement qu’une mouche dans un pot de miel. Heureusement, elle sait couper les filets, car même si sa naïveté est bien présente, elle n’est pas stupide pour autant. Au contraire, elle sait se servir de sa tête et ses stratégies sont de pure merveilles. C’est une qualité de canonnière, d’apposer des bombes en fonction du milieu et de l’environnement.

Elle est d’ailleurs devenu une pirate grâce à cet atout majeur. Pas-dessus tout ces charmes, par dessus son innocence et sa naïveté, elle est extrêmement douée dans le placement de ses chers explosifs et élabore rapidement d’efficaces stratégies, en étudiant soigneusement la composition du sol, l’environnement, etc… Fabriquer une bombe en quelques minutes est un jeu d’enfant pour la belle demoiselle. Elle est aussi très douée pour réparer n’importe quoi. Ces doigts de fées peuvent reconstruire une partie de bateau, mais aussi une radio, par exemple. C’est une autre qualité chez elle qui en fait une bonne charpentier, bien que moins bonne dans ce domaine que dans celui des explosifs.

A noter que Kan Mi a une manie plutôt étrange et effrayante : elle est pyromane. Elle immole tout ce qu’elle peut. Pour éviter de brûler n’importe quoi, la jeune pirate a toujours sur elle du papier, qu’elle peut réduire en cendre. La jolie canonnière adore l’odeur qui se dégage de chaque chose. Elle aime observer la flamme vacillante consumer cet objet quelconque… Et le meilleur moment ? Quand la flamme affamée a tout dévoré, qu’il ne reste que tas de cendre ou résidu étrange. C’est un délice…Et dans un sens, cela peut cadrer avec l’image que donne Kan Mi : celle d’une adorable femme resté enfant à l’intérieur d’elle-même, mais également terriblement destructrice avec de l’explosif sous la main…


Histoire :

« Love is Dangerous for your Tiny Heart… »
Mathias Malzieu


Elle a le cœur fragile, la petite Mion. Elle est malade en permanence. Depuis ce fameux jour ou elle est née, il y avait un problème. Avec un quota de sept mois dans le ventre de sa mère, l’enfant ne pouvait être que fragile. Dés qu’elle est née, on lui avait déjà diagnostiqué une maladie du cœur, mais alors là… Rumia, sa mère, est assez gênée d’entendre qu’il faut épargner à son enfant tout choc important ou toute émotion trop forte. Elle a vraiment donné naissance à une faible. Une gamine que la vie risque d’emporter, de balayer d’un coup, à tout instant. Une enfant qui ne pourra peut-être pas la suivre dans sa lutte contre les Pirates dans la Marine.

Celle-ci, d’ailleurs, la regarde, du haut de ses quatre ans. Aussi mignonne que la poupée dans ses bras. Elle a la pâleur d’une gamine qui sortirait d’une mauvaise fièvre. Ce n’est pas possible… Rumia a toujours œuvré pour le bien, en tant que Marine réputé, elle a toujours aimé sa fille, durant les quatre années que l’enfant a vécu…

Mais…


« Tu sais, Mion, je vais sans doute m’absenter longtemps, à partir de maintenant. »

La petite fille aux couettes blondes regarde sa mère avec de grands yeux calme. Elle a déjà compris de quoi sa mère parlait réellement. Parce que c’est sa maman, entres autres, mais aussi parce que, dés qu’elle avait commencé sa phrase, son regard brillait d’une lueur de tristesse. Il y avait la même chose, le jour ou son papa a décidé de partir parce qu’il ne voulait plus la voir. Son papa, c’était un monsieur lâche.

« Alors, je vais te déposer dans un endroit super, et je reviendrais te chercher quand je pourrais. D’accord ? »

Mion hoche la tête, ne faisant qu’accepter ce qui lui pendait au nez depuis sa naissance. En naissant faible, elle était condamnée à un destin basé sur du rien.


« C’est bien, ma chérie. »

Mion sourit faiblement, et regarde sa mère préparer ses affaires. Elle ne peut qu’accepter le futur. Que faire d’autre ?


« Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur. »
Victor Hugo


Kaname Mion fut déposé dans un banal orphelinat de Logue Town, et y resta jusqu’à ses dix-huit ans. Son intégration dans l’établissement fut difficile. Elle était encore petite, mais de nombreuses personnes avaient déjà vu en elle les valeurs qu’elle possèderait étant grande. Ainsi, des sœurs plus âgées, jalouses de sa beauté, vinrent une nuit la frapper et couper ses cheveux. Un autre jour, elle critiquèrent la mère de l’enfant. Comme il était difficile de lui trouver des défauts physiques, on attaquait sa manière d’aborder la vie.

L’enfant n’avait pas beaucoup d’amies, jugeant cela inutile. Parce que, au fond d’elle, elle espérait encore qu’elle s’était trompé et que sa mère lui avait dit la vérité. Mais les années passaient, et Rumia ne donnait aucun signe de vie. Pourtant, elle habitait toujours ici, à Logue Town. Alors, Mion prit une décision
Une nuit, les bonnes sœurs s’occupant d’une centaine d’enfants dans l’institut ont trouvé le lit de Mion vide et froid. Prise d’une soudaine inspiration, elles ont couru jusque chez l’ancienne maison de la petite fille. Ils y ont trouvé ce qu’ils cherchaient : Mion, en chemise de nuit, devant chez elle, le regard fixé sur sa maison… ou du moins, sur ce qu’il en restait.

Une valse de flammes avait ravagé entièrement la petite demeure, et Rumia avait péri avec. Sa fillette était sûrement venue dans un instinct particulier, avait pensé les sœurs, bouleversés, en emportant l’enfant avec elles.

Aucunes d’entres elle n’avait remarqué que Mion avait jeté, quelques secondes avant qu’elles arrivent, une torche enflammé dans l’herbe du jardin dans lequel elle aimait tant jouer étant enfant.


« Derrière le beau, il y a quelque chose qui se cache. »
No One is Innocent.


Il n’y a rien à raconter sur la suite de l’enfance de celle qui se nomma Kaname Mion jusqu’à l’âge de quatorze ans. Par la suite, elle se donna le nom de Kan Mi. Pourquoi ? Probablement parce que, depuis son enfance, Mion était une enfant… originale. Ou alors, peut-être pour oublier ce passé, et cet acte qu’elle avait accompli avec un sang-froid effrayant pour son âge. En tout cas, le discours qu’elle se tenait étant petite sur la vie changea littéralement, en même temps que sa vie en elle-même. Elle apprit que n’importe qui pouvait changer son destin s’il le voulait bien, s’il y mettait du sien. Elle apprit aussi que les charmes qu’elle avait acquis pouvait être très utiles, mais ne décida pas de manipuler les gens en les utilisant : c’était ignoble et indigne de sa part.

Et puis, finalement, le drame qu’elle avait commis étant enfant sembla s’effacer. Sembla. Peut-être a t-elle toujours l’acte en tête. Peut-être l’a t-elle complètement oublié et bouché le trou avec d’autres souvenirs. Elle n’en manquait pas, après tout, qu’ils soient bons ou mauvais... On peut citer les nombreux parents qui étaient prêts à l’adopter et qui, au dernier moment, en croisant son regard, s’étaient retenus. Mais on peut aussi citer les nombreuses fois ou elle avait regardé, du haut de la fenêtre de sa chambre, les navires de pirates accoster au port en face de la bâtisse… Kan Mi ne se lassait pas de les regarder descendre, monter, détaillant chacun de ces étranges personnages, constatant qu’il n’y avait jamais que des hommes qui arpentaient le bois du bateau.

C’est dans ces moments-là que la petite fille se décidait de plus en plus à devenir comme eux : eux qui ne suivaient aucune règle, qui avaient une liberté et un total contrôle de leur destin… avec ces grands yeux d’enfant, elle ne pouvait voir que le bien de la chose, et s’en faisait une image surfaite, sans complication.

Quatre ans après, c’est toujours le cas.


« Le charme : une manière de s'entendre répondre "oui" sans avoir posé aucune question claire. »
Albert Camus





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chapeaudepaille-rpg.forumsactifs.com
 
Fiche de Kan Mi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fiche Technique de Minami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: Archives-
Sauter vers: