Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raïdo Zakuretsu
Agent en Formation
Agent en Formation
avatar

Nbre de messages : 36
Inscrit le : 11/11/2009

Feuille de personnage
Niveau:
51/100  (51/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
20/400  (20/400)

MessageSujet: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   Sam 06 Fév 2010, 03:19

Ah la la ! La vie d'agent du gouvernement n'est vraiment pas de tout repos. On a jamais de temps libre et si on en a par chance c'est pour nous envoyer en mission seulement trois minutes après qu'on ait entamé notre occupation. Et c'était tout le temps comme cela. Il n'y avait pour ainsi dire aucune exception à la règle. Bien entendu, on ne pouvait déroger aux ordres donnés si bien qu'on était obligé d'accomplir la mission qu'on le veuille ou non. Lui, néanmoins, il arrivait quelques fois à échapper à ces missions des plus ennuyantes qui soient. Malheureusement, il était souvent obligé, quelque fusse la manière dont il s'y prenait pour tenter d'y échapper, de l'exécuter.

C'était à peu de choses près ce qu'il s'était passé aujourd'hui à Enies Lobby, dans la tour de la justice, dans les quartiers du Cp9 et plus précisément dans le bureau de Spandam, le chef défiguré du Cp9. Une fois de plus, on l'avait convoqué dans ce bureau tandis qu'il vaquait à ses occupations aussi morbides, dangereuses, sadiques fussent-elles. Il avait donc dû s'arrêter de faire souffrir son joujou et dû se diriger à contre-coeur vers le bureau tant détesté. Les sièges en pierre l'empêchaient de faire une bonne sieste pendant que le sois-disant chef parlait de choses inintéressantes qui étaient, pour lui, un véritable somnifère. Une chose bien ignoble qu'interdire les sommes pendant les discours, ennuyeux, rébarbatifs, monotones d'un homme défiguré criant à tue-tête toute la journée, sénile qui approchait à grand pas de la cinquantaine quoiqu'il en paraissait bien plus, dans les environs des septante ans, l'âge où on enferme les vieux dans des asiles pour fous ou dans un hospice pour handicapés et arriérés mentaux. D'ailleurs, Spandam devait déjà avoir une place de réservée dans ces lieux au vu de son état qui empirait chaque jour. Bientôt, on espère que ses funérailles seront joyeuses. Le patron y était déjà handicapé pour ainsi dire. Son faciès lui donnait l'allure d'un mort vivant et le reste de son corps en piteux état à moitié défraîchi, comme si la date de péremption avait expirée pour l'entièreté de son corps, n'arrangeait en rien les choses.

Comme à son habitude, Spandam partit en de grands discours afin d'expliquer des détails lorsque lui et plusieurs autres agents entrèrent. Cela en devenait véritablement humiliant et agaçant de devoir supporter les manies d'un fou. Mais aujourd'hui, il ne voulait perdre de temps à écouter les paroles d'un handicapé mental. Il prit donc la liberté de rétorquer à son chef que ses discours étaient des plus ennuyeux et que ce serait mieux pour tout le monde qu'il en vienne directement au fait. L'homme défiguré le dévisagea pendant quelques secondes tout en paraissant décontenancé par cet affront et abrégea donc ce qu'il voulait leur dire. Ils leur annonça donc que la raison de leur présence ici était qu'ils allaient être envoyés en mission dans des bases marines différentes afin d'y surveiller les marines et d'exécuter les traitres au cas où.

Encore une de ces missions où l'on devait se fondre dans la foule pour espionner afin de trouver d'éventuels traitres. Bien entendu, il n'en trouverait aucun et aura donc perdu son temps inutilement. C'était de cette façon qu'elles se passaient. Il en avait marre de cela et fit donc une petite sieste improvisée afin d'y échapper. Malheureusement, Spandam avait dû prévoir le coup car il attendit que l'agent se lève pour lui donner son ordre de mission. Il allait falloir qu'il trouve autre chose pour la prochaine fois. Il prit à contre-coeur le papier que lui tendait son chef et quitta ensuite précipitamment le bureau en jurant et pestant contre Spandam. Son patron commençait à avoir l'habitude qu'il s'endorme et avait donc prit ses précautions afin que l'agent en formation accomplisse sa mission.

Comment pouvait-on être aussi suspicieux ? Il se le demandait. Il ne faisait pas de coups bas, lui, hormis dans les combats. Dans sa vie de tous les jours, il faisait des mauvais coups prévisibles tel que manger ce qu'il y a dans l'assiette de son voisin pendant que celui-ci discute ou regarde ailleurs. Bien entendu, il insultait également les gens en dehors des combats que ce soit des agents du Cp9 ou non. Il ne restait jamais plus d'une heure sans lancer une flopée d'insultes à quiconque, que ce soit avec un motif valable ou juste pour laisser échapper sa colère. Jyabura faisait moins de bruit que lui, mais ils avaient un point commun qui était d'avoir souvent des querelles avec Kumadori et la boule aux cheveux verts. Ces deux là n'en finissaient jamais pas de lui créer des ennuis. Certes, il avait du mal à garder son sérieux et à ne pas exploser littéralement mais au bout de quelques efforts, il parvenait à refouler sa colère, sa haine et son envie de faire souffrir ou de combattre au plus profond de son être. Les bureaux du Cp9 étant fait de pierre pour la majeur partie, il avait été obligé de commander des coussins et un lit moelleux afin que ce soit plus confortable et qu'il réussisse à s'endormir partout où il le désire. Lorsque des hommes étaient montés jusqu'à ses appartements pour lui apporter cela en passant par le Umi-Ressha et le pont-levis reliant le tribunal à la tour de la justice, Spandam avait déboulé hors de son bureau, renversé les hommes et crié le nom de l'agent en formation. Quand le chef fut remis de ses émotions, il cria une nouvelle fois en demandant à l'agent se tenant devant lui ce que cela signifiait. Il eut à peine terminer de fournir les explications à son patron qu'un homme disait avoir un papier pour un dénommé Spandam. Le chef prit le papier et faillit faire une crise cardiaque en voyant la note de ce petit plus. L'agent en formation avait prit la liberté de mettre cela sur le compte du chef, prétextant que son compte à lui avait été cambriolé dans la nuit et ne contenait donc plus rien tout en sachant très bien qu'il n'y avait pas eu de cambriolage et que son compte était à sec depuis déjà bien longtemps. Tandis que le patron tentait de se remettre une seconde fois de ces émotions suscitées par tout ce remue-ménage, l'agent dit à l'homme que Spandam payerait le tout, avant d'aller profiter de son nouveau confort. Son chef lui devait bien cela pour avoir osé l'envoyer sur toutes ces missions plus ennuyantes les unes que les autres.

Il se dirigea vers ses appartements afin d'y préparer ses affaires. Sa mission devait se passer dans la base marine de RockBird, une base dont il n'avait jamais soupçonné l'existence jusqu'à maintenant. En réalité, il fallait avouer qu'il ne connaissait qu'une seule base marine, MarinFord, et c'était à peine s'il savait où elle se situait. Ce n'était guère mieux pour les bases du gouvernement mondial . Il ne devait prendre que très peu de choses, mais il s'attarda plus d'une demi-heure dans sa chambre afin de profiter une dernière fois de son luxe. Les seules dont il avait besoin étaient ses katanas et une cape pour se fondre dans la masse. La cape était munie d'une cape de sorte que l'on ne puisse distinguer son visage. Il sortit de son logis en pestant une dernière fois contre Spandam et prit les escaliers menant à la sortie du bâtiment. Cette tour était assez grande et imposante par rapport au reste. Il avait l'intention d'en finir le plus rapidement possible avec cette mission qu'on lui avait assigné. Comment pouvait-on donner de telles missions à quelqu'un comme lui ? Il méritait bien mieux. Il n'avait pas mériter une tâche aussi ingrate sur une île regorgeant de pirates qu'il ne pouvait combattre. Quel dommage ! Devoir rester dans une base marine à se faire passer à certains moments pour un marine et à d'autres pour un inspecteur marine. C'était peu passionnant et les soldats allaient très certainement en baver. Ses katanas dissimulés sous sa cape comme l'entièreté de son corps, il quitta Enies Lobby en s'engageant dans un navire marine en partance pour Imperial Biscuit comme marine.

Le capitaine du vaisseau mit dans la confidence, il lui attribua la seconde chambre la plus luxueuse du bateau en interdisant quiconque d'y entrer sans son autorisation sous peine d'être jeté par dessus bord. Ceci fait, l'agent en formation put mener une vie de prisonnier. Il espérait arriver bientôt afin d'en terminer le plus rapidement possible. Après plusieurs jours d'enfermement, il vit enfin une terre à l'horizon signifiant que son calvaire touchait à sa fin. Une heure plus tard, il sortit du navire, dissimulé sous sa cape et se hâta de trouver le chemin le plus court menant à la base marine qu'il devait infiltrer et surveiller. Le commandant de ce bâtiment n'avait pas été informé que le gouvernement avait décidé d'inspecter sa base en y envoyant un agent.

Lorsqu'il eut trouvé le chemin le plus court, il s'engagea dans ce dédale de ruelles qu'était la capitale de l'ile. Même s'il n'appréciait pas cette mission, il agit comme un véritable espion afin de ne pas se faire repérer. Tandis que le soleil était au zénith, il pénétra à l'intérieur de cette forteresse arborant le sigle de la marine et commença son infiltration. Il usurpa vite fait l'identité d'un deuxième classe vraisemblablement en congé de maladie, Quand il eut enfilé l'horrible uniforme des simples soldats, il commença à effectuer sa mission en faisant d'abord connaissance avec les matelots de la base. Ce n'était que le début de sa mission.

Effectivement, il devait ensuite infiltrer le conseil de la base. S'il avait directement prit l'identité d'un officier il n'aurait put qu'avoir un avis subjectif sur le niveau des marines et sa mission aurait été un véritable échec et son chef au visage déformé lui aurait, bien entendu, crié dessus une nouvelle fois, pour changer, car il aurait bâclé sa tâche. Il s'en fichait éperdument de recevoir des mécontentements de la part de Spandam, mais il se disait que s'il ne remplissait pas sa mission il serait renvoyé et cela compromettrait assurément son avenir, pour l'instant encore incertain.

Il avait été dépêché ici pour un mois, une durée bien trop longue à son goût pour une telle mission. Il aurait mieux apprécier une tâche intéressante même si la durée d'infiltration dépassait l'année. Mais bon, puisqu'il était un agent en formation, il n'avait pas accès à ces sortes de missions. Il devait tout d'abord terminer son apprentissage au Rokushiki et être devenu un surhomme avant d'être un agent du Cp9 à part entière et donc avoir la possibilité d'effectuer ces infiltrations. Il lui restait bien des jours afin d'établir un solide dossier sur Rockbird. Il pouvait donc bien s'octroyer des temps de repos quoiqu'il fut certain que Spandam n'apprécierait pas cette façon de procéder. Qu'importe, l'homme défiguré n'était pas présent dans un rayon de cinq cent kilomètres, il n'avait donc rien à craindre comme réprimandes et pouvait donc faire ce qu'il voulait sans que ce vieux grincheux n'en ai vent. C'était une assez bonne chose en somme, il devait bien l'admettre. Se remonter le moral d'une quelconque façon permettait de mieux accepter cette tâche et donc de mieux l'accomplir. Il ne pouvait, néanmoins, s'empêcher de pester contre Spandam pour l'avoir envoyé ici, dans ce trou perdu servant apparemment de base, désaffecté pour ainsi dire et bonne pour le recyclage si toute fois on pouvait encore en faire quelque chose de ce ramassis de déchets.


Les jours se succédèrent, tandis qu'à certain moment il s'attelait à remplir sa mission et à d'autres se reposait ou se divertissait comme il le pouvait. La vie dans une base comme celle-ci était loin d'être amusante, il fallait bien l'avouer. Il n'y avait pour ainsi dire rien à y faire. les seules choses possibles à y faire était s'entraîner, chose qui ne le déplaisait pas le moins du monde, malheureusement si on le surprenait en train d'effectuer ses véritables techniques ont pourrait se demander ce qu'il se passe. Et oui, il n'avait pas encore changé d'identité une nouvelle fois et était donc aux yeux de tous un seconde classe. Soit un de des plus nuls. Tout en bas de l'échelle. Bien évidemment, la salle d'entraînement était donc proscrite. Mais alors, que lui restait-il ? C'est bien simple, rien du tout. Il ne pouvait rien faire sans compromettre sa mission et cela commençait à l'énerver de plus en plus.

Il décida donc de changer d'identité, trouvant qu'il avait assez longtemps joué le rôle du seconde classe. Il ne voulait pas être un sous-officier car ils étaient trop faibles à son goût, il opta donc pour un officier de rang supérieur, un commandant par exemple. C'était un grade suffisamment élevé et le deuxième plus élevé selon la hiérarchie de la marine. Il devait très certainement y avoir peu de commandant dans cette base, deux ou trois tout au plus et un seul lieutenant-colonel. Une simple base, vraisemblablement. Comme on en trouve plein sur la route de tous les périls. Modifier son uniforme ne lui prit pas plus de deux minutes et le temps de se mettre dans la peau de son nouveau personnage, cinq autres minutes venaient de s'écouler. Il se sentait bien mieux dans cette tenue-là que dans l'autre qui était véritablement hideuse, répugnante, repoussante, seulement bonne pour un porc quoiqu'il préférait quand même de bien loin la sienne à ces vêtements bons pour les toutous de la marine.

Tandis qu'il s'apprêtait à gagner ses nouveaux appartements bien plus luxueux et répondant donc mieux à ses besoins, il entendit un vacarme provenant d'un endroit indéterminé de la base. Que se passait-il ? Etait-ce encore un de ces idiots de marines qui avait réussi à mettre le feu à la cuisine en voulant se faire réchauffer un beignet ? C'était fort probable, ils étaient tous des empotés. Son dossier se complétait assez rapidement et à l'allure où cela allait, il n'aurait même pas besoin de rester le mois entier ici tellement le nombre de problèmes et de manque de discipline, de rigueur et il en passe des meilleurs, était ahurissant. Le chef de cette base serait en un rien de temps congédier. Et si le bruit qu'il venait d'entendre provenait d'une invasion de pirates et que ce chef ne savait les arrêter, sa mission prendrait fin immédiatement et ce Lieutenant-Colonel serait mt à pied immédiatement. Il avança dans les couloirs sombres et désert de cette base et finit par tomber sur une personne qui lui était inconnu. Avant de venir par ici, il avait eu l'initative de se couvrir le corps et le visage au moyend e sa cape de voyage. Avec la faible lueur qui régnait dans les couloirs et puisqu'il était pour ainsi dire entièrement dissimulé, remarquer sa présence ou voir ne serait-ce qu'une infime partie de son visage était presque chose impossible. Il observa pendant plusieurs secondes la personne se tenant devant lui et lui tournant le dos. Il était prêt à attaquer ou à se protéger, ses katanas étant, comme à son habitude, attachés au niveau de son dos et cachés par la cape. Il ne s'en séparait jamais et il avait prit soin de ne choisir d'usurper l'identité que d'épéistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ankh
Capitaine des Dark Dynasty
Capitaine des Dark Dynasty
avatar

Nbre de messages : 276
Equipage : Dark Dynasty
Inscrit le : 20/04/2009

Feuille de personnage
Niveau:
52/100  (52/100)
Fruit du Démon : Nir Nir no Mi (Fruit des Poils)
Expérience:
0/600  (0/600)

MessageSujet: Re: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   Lun 15 Fév 2010, 03:07

.:: 40 Minutes avant l'explosion ::.

RockBird... De loin, j'apperçevais la prison. À mes côtés se trouvaient tout mes compagnons. Une équipe bien intéressante en fait. Des pirates et des révolutionnaires alliés dans le but d'aider ces derniers à libérer leurs allié. Un certain Basil dirigeait quelques pirates, dont une allait devoir faire équipe avec Spanner. Pour l'autre équipage pirate, les RyuuShuiro, leurs capitaines, un grand imbécile du nom de Kukabara Shin, ils étaient plus nombreux et avaient reçus de nombreuses tâches importante. Des côtés des révolutionnaire, nous n'étions que trois humain et un robot. Ce dernier était bien sur le partenaire d'un habile (génie serrait un mot plus approprié) ingénieur. L'autre se surnommait Samuel Jigger Dail et était ce qui pouvait être considérer comme étant la crème en matière d'espionnage. Les tâches étaient divisés et tous attendait de me voir partir sur le front pour ouvrir les hostilités et éliminer une partie des adversaires gênant. Mais au préalable, un détail était encore à règler. Celui du camouflage en fait, car vu le fait que je me trouve être un révolutionnaire, si je veux, dans un avenir pas si lointain, infiltrer une base marine avoir une prime sur ma tête n'est pas vraiment subtil. Je me suis posé plusieurs fois la question "Comment ne pas avoir de prime sur ma tête?". Ce n'est qu'après plusieurs minutes de réflexion intense que je compris. Le but n'était pas de ne pas avoir de prime... le but était plutôt de ne pas avoir de prime sur MA tête. L'idée m'était venu en regardant un artiste de Imperial Biscuit, prendre une image d'un homme politique du gouvernement pour ensuite la peinturer pour donner une tout autre personne... Par logique, le dessin de base n'avait pas changer, il n'était que "maquiller". Ce fut sous cet aspect que je demanda à Shin, possesseur du fruit du pinceau, de me faire un "relookage"... Vous pouvez vous imaginez la scène j'magine? Tout d'abord il m'avait fixer en me disant que je n'étais pas si laid que ça et que j'allais quand même réusir à trouver une femme à qui je plairais... Quelques baffes plus tard il comprit que je voulais seulement qu'il change légèrement mon apparence pour que je ne puisse plus êtres reconnaissable. Je dois bien l'avouer... Il fallut près d'une heure pour arriver à un résultat satisfesant. Je passa en un laps de temps recors à un vieux aux ride tellement creuse que je semblait être un squelette à un homme avec une moustache tellement longue qu'elle trainait par terre en passant par une jeune femme aux formes avantageuse... Ce dernier choix avait été refuser apr ma personne pour causes de simple principes (je ne pouvais pas changer ma voix...) nullement pervers. Le résultat final fit de moi un homme aux cheveux blond très claire qui tombait droit sur mon torse avec la machoire carré et des sourcils brousailleux. Je paressais plus large d'épaule et ma couleur de peau avait été mit légèrement plus foncé.

Les minutes passaient et lança finalement le mot à Spanner qui allait tout changer dans l'avenir de la prison: "Commence le décompte". À partir de ce moment, la minuterie pour l'explosion des bombes se mit en marche. Il nous restait maitenant 39 minutes et 57 secondes pour rentrer dans la prison, poser les bombes, libérer les prisonniers et sortir de la prison. Sans plus attendre et sans jeter un regard de plus à mon équipage, je m'élança vers la porte centrale pour accomplir ma part du travail.

.:: 37 Minutes avant l'explosion ::.

Depuis quelques minutes je courais dans les couloirs de la prison après avoir éliminer en un tour de main les gardes à l'entré. Le but de cet entré "fracassante" était de détourner les gros thons de la prisons sur moi pour laisser le temps aux autres de pénétrer dans la prison. Ma tâche faite, je devais libérer une partie des prisonniers pour ensuite les faire s'enfuit de la prison. Le plan que tous, sauf les membres de l'équipage des Dark Dynasty, est que les prisonniers libérer avait pour mission de se rendre à un bateau amaré à courte distance de la prison et de le mettre en marche pour s'enfuir ensuite en direction du quartier général de Dragon. Ensuite, il s'agissait des problemes des membres de l'équipage de rejoindre le bateau...

Quoi qu'il en soit, je n'étais pas encore rendu à la moitier du chemin. lorsque j'eu un étrange préssentiment. Le couloir autour de moi était dans une demi pénombre, mais j'avais l'impression d'être épier. D'un mouvement rapide, je fis un 360 sur moi-même et apperçus une sombre silouhaite dans un coin du mur. D'un mouvement purrement instinctif je me mit en position d'attaque et fixa celui que je considérais comme mon adversaire potentiel. Le "Spanker" était dans mon dos alors que Nakimono et Akarama se trouvait dans mes mains droites et gauches. Mes genoux était légèrement fléchi et j'avais la racine des cheveux qui commencait à me démanger... Un mauvais préssentiment peut-être? Sans me poser plus de question je leva mon Akarama et tira 2 balles à une seconde d'intervalle chacune. Les balles visaient les deux poumons, point mortel, et avait pour but de tuer d'un coup l'adversaire. S'il s'agissait d'un bas gradé, la vitesse des balles devait l'atteindre... sinon il s'agisserait sans doute d'un adversaire plus intéressant. Qu'allait-il se passer?

.::36 minutes avant l'explosion::.





"desoler pas d'inspiration!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raïdo Zakuretsu
Agent en Formation
Agent en Formation
avatar

Nbre de messages : 36
Inscrit le : 11/11/2009

Feuille de personnage
Niveau:
51/100  (51/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
20/400  (20/400)

MessageSujet: Re: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   Mer 24 Fév 2010, 20:26

Tandis qu'il observait l'homme en restant tapi dans la pénombre, ce dernier fit soudain volte-face comme s'il avait senti qu'on l'épiait. Quel dommage ! Il espérait tellement ne pas devoir engager un combat dans un endroit aussi exigu que celui-ci mais il n'allait pas avoir le choix pour une fois. Il entendit alors deux détonations chacune à une seconde d'intervalle de l'autre avant de s'écarter de sa position d'avant de plusieurs mètres afin d'être certain que les balles ne l'atteindrait pas. La faible luminosité ne consistait pas en soi un véritable désavantage mais plutôt un avantage dont pouvaient tirer profit les deux combattants. Bien entendu, à cause de cette clarté, il lui serait moins aisé d'éviter les balles quoiqu'il n'avait pas grand chose à craindre puisque la précision de son adversaire était moindre qu'en lieu baigné d'une forte lumière. De plus, ses propres coups seraient plus difficiles à distinguer, ce qui consistait un avantage certain.

L'issue du combat reposerait donc sur les capacités de chacun. Etant plutôt polyvalent, il avait des chances d'être le vainqueur, mais ne sachant rien de son ennemi il ne pouvait être sûr de cela. Il devait donc rester un minimum sur ses gardes afin de ne pas se faire avoir stupidement. Possédant une vision perçante, la pénombre ne consistait pas un grand désavantage mais il ne pouvait pas non plus trop s'appuyer sur ses acquis. Il ne savait pas comment entamer les hostilités pour sa part. Le choix du style d'attaque était assez crucial et difficile à faire. Il fallait donc qu'il fasse le bon choix. Lorsqu'il eut choisi ce qui lui semblait être la meilleur chose, il partit à l'attaque. Il n'avait pas prit plus deux secondes à réfléchir, préférant l'attaque à la défense. Il fonça donc sur son ennemi en prenant impulsion avec ses jambes sur le sol. Il avait l'intention de prendre beaucoup de plaisir à se combat.

Lorsqu'il fut près de son ennemi, il ne ralentit pas afin que son coup possède toute la puissance possible. Il donna un violent coup de pied gauche à son ennemi au niveau du ventre en effectuant une sorte de retournement de son corps pour ne perdre de vitesse. La puissance du coup était écrasante mais c'était loin d'être sa plus puissante attaque. Il enchaîna de suite en effectuant quelques tour sur lui-même à grande vitesse avec son autre pied pour frapper le bras gauche de son ennemi au niveau de l'avant-bras près du coude. La puissance du coup ne donnait pas beaucoup de chances au bras de l'homme pour qu'il en réchappe. Au mieux, le bras devait être fracturé et au pire il devait être en miettes. Mais, il espérait quand même ne pas gagner trop facilement afin de ne pas regretter d'avoir affronté cette personne. Pour terminer son attaque, il dégaina subrepticement son katana et créa en moins d'une seconde une lame d'air verticale destinée à l'avant-bras de l'homme et faisant une longueur de cinq mètres afin d'empêcher une esquive. Le katana fut rangé aussi vite qu'il fut sortit et le tout ne devait avoir duré plus d'une seconde. Il était très peu probable que l'adversaire ait aperçu son katana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ankh
Capitaine des Dark Dynasty
Capitaine des Dark Dynasty
avatar

Nbre de messages : 276
Equipage : Dark Dynasty
Inscrit le : 20/04/2009

Feuille de personnage
Niveau:
52/100  (52/100)
Fruit du Démon : Nir Nir no Mi (Fruit des Poils)
Expérience:
0/600  (0/600)

MessageSujet: Re: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   Mar 09 Mar 2010, 02:09

(Après une pause Rp de quelques semaines... )

.:: 36 minutes avant l'explosion ::.

Une cape recouvrait le visage de l'homme qui était devenu, d'une seconde à l'autre, un futur cadavre. Les balles avaient percuter le mur derrière la cible, signe que cette dernière avait l'habilité nécéssaire pour éviter mes attaques. Ce n'est que quelques secondes plus tard que l'ennemi contre attaqua. Ce temps me fut particulièrement utile. Je pressa le manche de mon Nakimono et une lame longue sorti du manche. D'un échange rapide, je mit la nouvelle arme dans ma main directive, donc ma main droite, et mon fusil de tir dans ma main gauche. L'adversaire me fonçait dessus avec la visible intention de me frapper au corps a corps. Cette dernière pensée me fit sourire, j'était entièrement (en tout cas à tout les endroits possibles) recouvert d'un "Protector". Cette dernière chose à l'apparence d'une veste de couleur verte foncé qui se met directement sous la peau et qui à la capacité de répartir les chocs parmi les milliers de fibres qui la compose. Particulièrement éfficace contre les coups physiques et les lames, le "Protector" concus par Spanner possède aussi une autre aptitude. À certain endroit, dans ce cas-ci les bras et les jambes, des lames rétractable ont été installé pour assurer une protection supplémentaire ainsi qu'une lame potentiel.

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas du tout les seuls don de Spanner dans l'armement de Ankh. En ne comptant que les médicaments et drogues donnés par le génie, il devait bien y avoir une vingtaine de capsule. Entre autre, quelques "S.Regen", des "S.Focus", des "S.Boost*" et un seul et unique "S.Zzz". En plus de tout cela, d'autre précieuses armes ont été donné par le génie qu'est mon bras-droit, mais je considère que vous dire de quoi il s'agit exactement gâcherait une surprise amplement mérité.

Bref, l'ont peut dire que je suis plus que bien équipé. Mes pensés cessèrent immédiatement quand je vis l'homme foncer sur moi, comme je le dis plus haut, avec la visible intention de me frapper du pied gauche. Le coup avait été d'une puissance non négligeable, mais ne valait rien contre un adversaire comme moi car il était donné de face et sans aucun élement de surprise. Je plaça le plat lame du Nakimono de façon à bloquer le pied de mon adversaire et tourna ensuite le canon du même pistolet dans la direction de mon ennemi. Une unique balle s'en échappa, mais c'est avec un coup de chance étonnant que mon adversaire l'évita. C'est en éffet en tournant sur lui même pour me dégoter un coup de pied d'enfer qu'il vita la balle. Ce dernier coup visait mon bras gauche que je ne bougea pas d'un poil (mais quel jeux de mots!). En fait j'encaissa le coup avec un étonnante facilité. Non ce n'est pas du au fait que je sois particulièrement résistant, c'est simplement car mon adversaire m'avait donner le coup à un endroit encore proteger par mon "Protector", et qui, de plus, était recouvert d'une petite couche de poils tout à fait ordinaire... En fait pas si ordinaire que ça en fait, mes poils à cet endroit se répendire pour couvrir la zone touché, cela toujours sous la couche protectrice de mon "armure", et finalement durcir comme du métal. Le coup me fit seulement reculer et me donna une douleur au biceps causé par le choc du coup. Durant tout ce manège qui n'avait duré que quelques secondes, ma main droite tenait mon Nakimono qui tira une demie douzaine de balle à une vitesse non négligable d'environ 2 seconde. Les balles visaient les points vitaux de mon adversaire. Je fus surpris de constater, que deux de mes balles venaient d'être réduite en miette par ce qui semblait être une lame de vent! Les quatres balles finirent leurs courses possiblement sur mon adversaire, mais je ne pu pas en juger vu que je devais immédiatement trouver une façon de me proteger contre cette lame mortel. Le couloir était trop étroit et la lame trop longue pour que je puisse penser à l'éviter. D'un mouvements que je voulais rapide, je sorti d'en arrière de mon dos un disque de métal de 15 centimètre de diamètre et pressa un bouton invisible à l'oeil nu pour cause de sa couleur identique à celle du disque et ce dernier prit de l'expension pour finalement mesurer 45 centimètre de diamètre.

Le timing de mon action avait été quasi-parfait, le "Stronger" (car il s'agissait de ça) avait bloquer la partie visant mon avant-bras, mais la longueur de la lame avait tout de même entaille de quelques centimètre ma cuisse. Le choc avait été réduit par le "Protector", mais la lame de vent semblait traverser cette défense. Je ne laissa par contre pas plus de temps à mon adversaire de réfléchir à de futur attaque je lançais déjà MA contre attaque. Cinq balles furent tiré d'une précision qui démontrait que j'était réellement un tireur d'élite. La technique se nommait "Square Shot" et avait pour particuliarité de n'être que difficilement évitable. Une balle lancer à chacune des cuisses et deux autres aux épaules empèchait de s'enfuir de quelconque façon. Surtout, une cinquième balle tiré quelques secondes après les premieres partait au centre de la cible. Il s'agissait d'une balle explosif créer par Spanner! Qu'allait-il se passer? Je n'avais pas encore terminer de tirer les balles que déjà j'enfilait rapidement deux lentilles de contact en fesant un tour sur moi même. Il était très improbable que l'ennemi m'est vu enfiler ces lentilles de contacte... Leurs utilités? Je vais pour l'instant vous laissez les devinez!

.:: 35 Minutes avant l'explosion::.




Information se trouvant sur la fiche de Spanner Sharker

Information se trouvant sur ma Fiche




Il faut que je pense a réparer mon correcteur !!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raïdo Zakuretsu
Agent en Formation
Agent en Formation
avatar

Nbre de messages : 36
Inscrit le : 11/11/2009

Feuille de personnage
Niveau:
51/100  (51/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
20/400  (20/400)

MessageSujet: Re: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   Jeu 18 Mar 2010, 00:06

Après qu'il eut frappé de son pied le bras de la personne, celle-ci contre-attaque en tirant une demi-douzaine de balles sur lui, bien évidemment. Il se demandait comme cet homme pouvait espérer le terrasser en ne lui envoyant que des balles provenant d'armes à feu. Visiblement, la personne ne savait pas à qui elle avait à faire. Il n'était pas du genre à se laisser faire, de plus les tireurs étaient les combattants pour lesquels il éprouvait le plus de dégout. Comment peut-on accepter que des personnes faisant joujou avec des armes à feux pratiquent un métier ? C'était pour lui impensable et complètement grotesque. Pourquoi tirer des balles était considérer comme un métier ? C'était autant dire que des personnes utilisant un hochet pour se battre pratiquent un métier. Il allait prouver à cet homme que tirer des balles était loin d'être suffisant pour vaincre quelqu'un. Il allait lui infliger une telle défaite que la personne n'aurait d'autres alternatives que de reconnaitre l'infériorité des armes à feux comme arme au combat. Il n'allait pas se faire battre par un tireur. Ces balles n'étaient rien pour lui. Il n'aurait aucune difficulté à les esquiver se disait-il. Se faire battre par une de ces personnes serait une humiliation jamais connue pour lui jusque là et le blesserait profondément dans son amour-propre. la défaite n'était pas envisageable. Il ne pouvait se permettre de perdre. Cela ne pouvait se terminer de cette façon. Il ferait tout pour humilier du mieux qu'il le pouvait cet homme. Pour lui, ces personnes méritaient une mort douloureuse. Et il allait s'évertuer à respecter cela. Il ne le laisserait pas vivre et encore moins s'échapper.

Il était prêt à esquiver les balles, mais ne savais pas comment le faire. Ces balles étaient insignifiantes pour lui, néanmoins il préférait ne pas se faire toucher inutilement. Après tout, la moindre blessure était inutile. De plus, quoique cette personne fasse, il sortirai victorieux du combat sans la moindre blessure apparente selon ses dires. Il avait d'ailleurs une envie irrépressible de tuer ce quelqu'un. Il éprouvait une haine sans borne pour cet homme et il comptait bien le tuer. Il ne pouvait laisser vivre un tueur. Jamais, il ne lui viendrait à l'esprit d'épargner une seule personne et encore moins des gens de ce type-là. ce serait un affront envers ses idéaux auxquels il était profondément attaché. Mais, une question se posait tout naturellement. Quelle mort choisirait-il pour ce tireur d'élite ? Les idées fourmillaient dans sa tête. Il hésitait entre les différentes morts possible. Il pensait à le démembrer jusqu'à la décapitation en passant par l'émasculation, la destruction, l'annihilation ou encore la simple, mais néanmoins efficace, explosion. Il ne savait laquelle choisir. Pour lui, elles étaient toutes des plus tentantes. Lorsqu'il en choisissait une, une autre lui paraissait meilleur et ainsi de suite. C'était un jeu sans fin. Finalement, il décida que la première occasion de mort qui s'offrirait à lui, désignera la mort de son adversaire.


Afin d'éviter les balles, il trouva une manière simple et efficace. Il profita du fait qu'il devait dégainer son katana pour sa prochaine attaque pour l'utiliser de façon à bloquer les balles dont la trajectoire serait alors déviée. Sa stratégie fonctionna à merveille, les quatre s'encastrèrent en des endroits différents du couloirs. Trois étaient coincées dans les murs tandis que la dernière avait heurté le sol. Mais, le sort de ces balles lui était complètement égal. Il ne pouvait s'attacher à des choses inanimées. Cela lui était impossible. L'esquive faite, il lança la lame de vent. Son ennemi, pour ne pas se la prendre de plein fouet, utilisa une sorte de disque afin de se protéger. La protection fut efficace au grand malheur de l'agent du Cp9. Il avait tant espéré que cette lame d'air fasse plus de dégâts. Mais qu'importe. Le combat ne faisait que commencer et il était loin d'être à court d'attaques, de techniques ou encore d'énergie. Il put néanmoins voir que son attaque n'avait pas été entièrement inutile, l'armure de l'homme fut sévèrement endommagée et de plus une éraflure apparue sur une des jambes de l'homme preuve que la lame avait pu trancher quelque chose finalement. Néanmoins, il se douta que cela était loin d'être suffisant pour un ennemi de cet acabit. Il décida donc d'employer de plus grands moyens. Si les coups basiques n'avaient que très peu d'effet sur la personne, cela ne servait à rien de s'entêter à l'attaquer avec de misérables attaques inutiles et futiles.

Il fallait passer à la vitesse supérieur et en disant cela, il fallait comprendre qu'il voulait élever le niveau de la confrontation. Effectivement, chacun des deux combattants n'avaient fait que montrer à l'autre ses talents ou tirer des balles à l'arrachée. Il n'était pas là pour jouer et de plus, selon le protocole tout intrus devait être éliminé discrètement et dans les plus brefs délais. Autant pour le fait d'aller vite il était on ne peut plus d'accord, autant pour le fait de tuer discrètement cela était bien plus difficile. Il avait bien du mal à se contrôler lorsqu'une personne résistait à ses attaques les plus faibles. Le combat tournait toujours en destruction générale. Si cette base résistait à l'attaque des autres intrus, car il supposait que cet homme n'était pas assez fou et prétentieux que pour s'être infiltré seul en ces lieux, elle succomberait très certainement suite à ce combat. Il n'avait jamais réussi à se contrôler partiellement et encore moins retenu de détruire tout ce qui l'entourait. Cela lui procurait une grande joie de contempler un quelconque espace transformé en véritable champ de bataille. D'ailleurs, il espérait bien en faire autant avec ce bâtiment marine. Qu'importe que cela appartienne à ces avortons de marines que l'on ose appeler " Justicier " alors qu'ils ne savent pas capturer un seul pirate. cela lui était bien égal à qui cela appartenait, il le détruirait par tout les moyens et c'est tout ce qui importait. Le reste n'avait pas d'importance à ses yeux. D'ailleurs en détruisant cette base, il évitait que l'on doive la garder. Qui sait. Cela permettrait peut-être à la marine de redorer un tant soit peu son blason. Ces derniers temps, beaucoup de citoyens se sont plaints de la marine pour leur inefficacité. Le gouvernement mondial ne pouvait laisser les choses se dérouler de cette manière et il réagit alors en envoyant des Cp9 contrôler les bases marine.


Son adversaire décida de tirer à nouveau plusieurs balles comme s'il voulait perdre le plus rapidement possible. Cela arrangeait bien les affaires de l'agent en formation du Cp9, lui qui voulait en finir vite mais en infligeant d'atroces souffrances à l'homme. Il ne réfléchit que pendant un dixième de seconde à la parade qu'il allait adopter, sachant tout de suite ce qui serait le plus efficace. Afin que la personne ne remarque pas ses katanas, il ne les sortit qu'au dernier moment et para les quatre balles en mettant la pointe de ses lames vers le sol. Les balles eurent leur trajectoire à nouveau déviée et tandis qu'elles s'encastraient en divers endroits une cinquième fonçait et allait se faire arrêter dans son élan également. Pour la dernière, il croisa ses lames devant lui. Après ce petit échauffement, il rangea immédiatement ses lames et décida d'attaquer à nouveau au corps à corps le tireur. Cette fois-ci, il allait mettre bien plus de puissance dans ses coups. Il courut à vive allure vers l'ennemi et lui donna à nouveau une série de coups. Ses coups étaient trois fois plus puissants qu'avant et il n'était pas encore à son maximum. Il entama la contre-attaque en donnantun violent coup de poing à son ennemi avant d'enchaîner avec un coup de pied au niveau du ventre de la même puissance et de continuer ensuite avec de nouvelles lames de vent. Il dégaina à nouveau subrepticement ses katanas et fit une croix de vent pour son adversaire. Il rangea une nouvelle fois ses katanas avant de revenir à la charge au corps-à-corps. Il donna un nouveau de coup de pied de la même intensité et le donna au même endroit et au même moment que sa croix d'air frappait l'ennemi. Il s'écarta ensuite de quelques mètres pour mieux attaquer par la suite.


Dernière édition par Raïdo Zakuretsu le Lun 22 Mar 2010, 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ankh
Capitaine des Dark Dynasty
Capitaine des Dark Dynasty
avatar

Nbre de messages : 276
Equipage : Dark Dynasty
Inscrit le : 20/04/2009

Feuille de personnage
Niveau:
52/100  (52/100)
Fruit du Démon : Nir Nir no Mi (Fruit des Poils)
Expérience:
0/600  (0/600)

MessageSujet: Re: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   Mer 31 Mar 2010, 04:36

Voilà un combat qui à tout pour s'annoncer intéressant! Un adversaire potable, une situation dangereuse et assez de stress à rendre fou n'importe qui! Car en effet, sachant que mon rôle de "tête de pont" est assez important, je ne peux pas me permettre de perdre mon combat car cela remettrais en cause la réussite même de la mission. La blessure à ma cuisse était heureusement superficiel et ne m'empêchait aucun mouvement. Les balles que j'avais tiré sur lui avait été bloqué... C'était... Parfait! Car en effet, depuis le début, quelques cheveux étaient enrouler autour de chacune des balles tiré. Depuis le début, cela donnait un total d'un mèche de cheveux complète de tiré! Venant de n'importe qui d'autre, cette information aurait pu paraître insignifiante, mais pour moi, c'était un détail d'un importance capital pour le plan qui était mit à jour. D'un mouvement très rapide, je mis mon Akarama dans mon dos pour le changer avec mon Spanker. Ce dernier pistolet était celui qui tirait les balles "spéciales" et était la création de mon ami. Finalement, ce que je voulais tant arriva, mon ennemi contre-attaqua.

Les balles de mon
"Square Shot" avait été bloquer avec aisance et il pu finalement m'attaquer au corps à corps, mais cette fois-ci avec des coups puissant. Le premier coup de poing, je le bloqua avec mon avant bras, mais ce ne fut pas tout, au moment ou le coup fut bloquer, 2 lames de 25 centimètres sortirent du "Protector" qui avait bloquer le coup. Tandis que je penchais mon corps vers le côté pour éviter in extremis le coup de pied, mon bras droit (tenant toujours mon Spanker) fila vers mon adversaire dans le but de le transpercer. D'un même mouvement, je lança une autre balle, explosive celle là, puis ramena rapidement mes bras contre moi. Ensuite, un moyennement se produisit et j'eus à utiliser mes plus grande capacité d'adaptation pour le contré. Une lame de vent en forme de croix venait d'être lancer! Je couru immédiatement en sens inverse dans le but "évident" de la semer. Je ne parcouru par contre que quelques mètre, car finalement je trouva l'objet désirer: il s'agissait d'une grosse bombonne rouge que je venais de décrocher du mur. Pour ceux qui n'ont pas encore compris, cette bombonne sert à éteindre les incendies car elle peut relâche une quantité impressionnante de mousse qui emprisonne l'air. Quoi qu'il en soit, en moins d'une seconde, et environ un mètre cube de mousse blanche, la lame de vent cessa complètement d'exister. Le vent était simplement un mouvement de l'air, si ce dernier est absent... Le vent ne peut pas exister! Je prenais note dans ma tête de demander à Spanner d'inventer une bombe relâchant une mousse semblable... mais ce n'est pas vraiment le sujet du moment.

La mousse avait disparut en moins d'une seconde, mais j'avais pris ce temps pour tirer une trentaines de balles bien spéciales. Il s'agissait en fait de capsule contenant une impressionnante masse de cheveux comprimer. De l'apparence (et de la consistance) de balles normale, elles ne font qu'exploser au contact pour relâcher ce qu'elle contienne. Pendant que je tirais les balles, ce qui signifie environ 2 secondes, j'en tira une autre de ma main gauche... Il s'agissait en fait d'une balle fumigène créant un gigantesque nuage de fumée mauve. La fumée en tant que telle bloquait 50% de la vue normal, mais elle avait un autre effet, si elle rentrait en contact avec n'importe qu'elle partie "ouverte" du corps, elle l'irritait fortement. L'œil était l'une de ces partie exposé, devenait tellement embrouiller par la fumée qu'il coupait carrément la vision au mal chanceux! Comprenez maintenant pourquoi j'avais mis des verres de contacts tout à l'heure, c'était en prévision de cette technique nommé
"Magic Trick 2".

C
ette dernière ne s'arrêtait pas là, si les 30 balles n'avaient pas achevé le combattant, ce qui est normal vu qu'elle sont moins résistante elles pénètrent moins (beaucoup moins) dans la chair, j'ai toujours un plan de secours. En effet, les cheveux (que l'ont peut compter par plusieurs centaines) prirent une consistance métallique et atteignirent la longueur d'un mètre chacun. Chacun alla simplement se planter partout sur mon adversaire... Un millier d'aiguille partout dans le corps, peut de personnes peuvent y survive... ou du moins s'en tirer indemne. Déjà que mon plan était presque parfait, je rajouta la touche finale. Les balles tiré depuis le début, avaient pour fonctions de pouvoir créer une "grille" métallique bloquant la sortie.

Pour résumé la situation dans laquelle se trouvait mon adversaire, je bloquais une sortie et j'étais toujours près à combattre (mes dernières techniques m'ayant coûter très peu d'énergie, une grille métallique (presque invisible à l'œil nu précision le), bloquait l'autre chemin et tout cela tendit que de centaines de mèches de cheveux résistante comme du métal et longue d'un mètre tantent d'abattre mon adversaire. Était-ce là la fin du combat? Je l'ignorais, mais une chose était sur dans mon esprit, mon adversaire, peut importe qui il était, était un bon adversaire et par conséquent, jamais je ne saurais capable de le tuer.

.:: 34minutes avant explosion ::.
To be Continued...








Information se trouvant sur la fiche de Spanner

Information se trouvant sur ma fiche




Hrg: Je ne vois pas comment tu pourrias t'en sortir... Tout ce que je t'es dit c'est fait en environ 3 secondes... 30 balles de tiré vers toi, c'est énorment dur à éviter... En plus la grille et tout... Pour ce qui est de la bombonne d'incendie, j'ai pris par logique qu'il doit y en avoir une environ au 100 mètre dans une telle prison... Et pour ce qui est du fait que cela bloque ta lame d'air... Des recherches sur wikipedia m'ont permit de prouver que ce que je dis est vrai. Merci

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raïdo Zakuretsu
Agent en Formation
Agent en Formation
avatar

Nbre de messages : 36
Inscrit le : 11/11/2009

Feuille de personnage
Niveau:
51/100  (51/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
20/400  (20/400)

MessageSujet: Re: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   Jeu 08 Avr 2010, 00:24

Afin de se protéger de la croix d'air, la personne prit une bombonne de gaz et l'utilisa afin de stopper le vent. L'enflure. Son attaque venait de lamentablement échouer par la faute de cet avorton. Il ne le lui pardonnerai jamais. Cet homme cachait bien son jeu et son intelligence, néanmoins il était convaincu que cela ne suffirait pas à ce qu'il se fasse terrasser. Il était bien plus résistant et puissant qu'il ne le laissait paraître. De plus, il dissimulait également ses atouts. Il était du style à augmenter la dose au fur-et-à-mesure que son ennemi résiste. C'était ce qu'il préférait faire. Le reste lui semblait moins exaltant que de voir souffrir son ennemi. Et en ce qui le concerne, il avait une irrépressible envie de tuer. De tuer ce tireur qui se prenait pour bien plus qu'il n'était. Il fallait l'avouer, ce n'était qu'une crotte de bouseux et il osait se prendre pour une crotte de chien. Cela était insupportable. Il allait lui faire regretter ces affronts. L'homme ne s'en relèverait pas. Il ne le laisserait pas vivre. Il lui paraissait bien plus important de pourrir la misérable existence de ce personnage que de torturer d'innocentes personnes quelles qu'elles soient. Il ne pouvait se laisser ridiculiser par un tireur du dimanche. Il allait lui montrer toute l'étendue de sa puissance et de ses connaissances.

Tandis qu'il voguait dans les méandres de ses pensées, il revint soudainement à la réalité. A l'instant même, son adversaire lança son offensive qui allait s'avérer plutôt musclée, mais néanmoins futile. Une trentaine de balles foncèrent à vive allure dans sa direction avec le but évident de ne laisser qu'une dépouille après leur passage. Il n'avait beaucoup de temps pour les esquiver, il fallait donc faire vite. N'ayant pas envie de se retrouver avec des trous dans son corps, il opta pour une esquive pure et simple. Il gonfla ses muscles afin de libérer une plus grande puissance, puis saisissant une nouvelle fois ses deux katanas. Il entama sa contre-attaque. Ce fut expéditif. Les balles arrivant furent toutes projetées contre les murs, mais sans vraiment ayant été touchées. Il avait une certaine dextérité et celle-ci lui avait permis de simplement " accompagner " les balles au lieu de les toucher violemment. Toutes éclatèrent sur les murs derrière lui à une certaine hauteur. Cela n'avait pas été réellement difficile pour lui de le faire, le plus difficile étant de réagir immédiatement. Néanmoins, une vibration anormale de l'air lui intima que ce n'était pas fini. En une fraction de seconde il gonfla les muscles de l'une de ses jambes, exerça une forte pression sur le sol en dessous sur lui, puis entama une chute tandis qu'une partie du sol s'effondrait. Il se retint au bord du sol devant lui précédemment et attendit que les bruissements de l'air s'estompent avant de faire une remontée en salto avant. Cela exécuté, il dut faire face à une nouvelle menace. Un gaz à l'apparence inoffensif, mais très certainement redoutable. Voyant que le gaz s'accumulait de plus en plus vers le bas, il décida d'agir rapidement. Au moyen de ses armes, il fit deux lames de vent parallèles qui tranchèrent littéralement le sol, d'une surface de 8m sur 5m, d'un des étages de la base. Le morceau du plafond de l'étage inférieur s'écrasa dans un vacarme assourdissant sur le plancher de l'étage du dessous. A cet instant, le gaz s'échappa par la faille et s'accumula à l'étage inférieur pour disparaitre,
bientôt, complètement. Trouvant cela trop lent, il décida d'agir une fois de plus. Gonflant ses muscles à nouveau, il compressa l'air du dessus pour l'amener rapidement en dessous. Par cela, le gaz se trouvant encore au-dessus se retrouva bien vite en dessous. Néanmoins, il n'avait pas remarqué qu'un épais mur semblable à de l'acier bloquait le couloir derrière lui. Il s'en contre-fichait bien puisqu'il ne désirait pas fuir, mais si son ennemi pouvait avoir une once d'espoir avec cela c'était tant pis pour lui. C'était désormais à son tour d'attaquer et il n'allait pas s'en priver. Il opta pour une technique des plus inattendues, une qu'il n'avait que rarement utilisé mais qu'il maîtrisait à la perfection. Il tendit son bras vers son ennemi, puis gonflant ses muscles il plia son bras légèrement avant de l'étirer à son paroxysme en utilisant toute la puissance des muscles de son bras. L'air compressé en une sorte de boule, fondit sur l'adversaire qui n'avait put venir le coup puisque ce n'était que de l'air. La vitesse du coup dépassait les 100km/h et il serait pratiquement impossible au tireur de l'esquiver. Le combat ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La souffrance t'accompagne toujours...[ Pv : Anhk ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: La Route de tous les Périls [RP] :: Nulle part ailleurs :: Imperial Biscuit-
Sauter vers: