Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 What the...racoon ? [RP FDD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samberpphire Asu
Pirate des Red Roses
Pirate des Red Roses
avatar

Nbre de messages : 202
Equipage : GM
Inscrit le : 14/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
15/100  (15/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
20/600  (20/600)

MessageSujet: What the...racoon ? [RP FDD]   Sam 20 Fév 2010, 01:52

Première escapade seule sur une des quatre mers. Freyja n'avait plus ressentit une telle liberté depuis un certain temps, la dernière fois remontant à la fuite du foyer familial de son oncle. Elle n'avait cependant plus rien à y faire, peut être passer voir la tombe de son oncle, et encore. Ce dernier ne s'attachait pas aux mœurs locales, honorer les morts en faisait parti. Il préférait se dire observateur et ange gardien de la bretteuse plutôt que partir ironiquement et égoïstement vers un lieu qui n'existait peut être même pas, créé de toutes pièces par l'imagination de quelques personnes qui peinaient trop à être séparées des personnes qu'ils chérissaient auparavant.

Mais tout bon ange gardien qu'il était, il n'apportait pas de nourriture dans la petite embarcation de la jeune femme. Elle s'était essayé à la pêche, mais impossible de cuisiner quoique ce soit dans un canot de cette taille, sans quoi elle risquait plus d'y mettre le feu. Et tout le monde sait qu'il n'y a rien de plus problématique qu'un feu en pleine mer. Aussi elle s'était contentée de le garder, conservé dans ce qui ressemblait à un seau, mais qui se révélait être en fait l'emplacement de ses dernières réserves qu'elle avait subtilisées lors de sa pseudo-désertion.

Poussée par les paroles de Flint, il lui fallait se faire un nom, une puissance qu'elle bâtirait sur ses exploits et sa force. Mais l'idée qu'elle ne pourrait pas le faire seule ne lui avait cependant pas encore effleuré l'esprit, sans doutes trop orgueilleuse et solitaire pour se le permettre. Mais il y avait également l'idée de pouvoir, chose qu'elle avait du mal à penser pouvoir partager. Car après tout, c'était à elle de gagner en puissance, pas aux autres. C'était à l'horizon de son destin que se profilait la réponse à cette question qu'elle pensait rhétorique.

Elle fut tirée de sa soudaine envie de réflexion par un ventre la tiraillant. Elle avait faim, cela faisait seulement quelques jours qu'elle voguait sur West Blue, et tout bon soldat savait que peu importe sa force, la faim l'emporterait toujours. Elle commence à chercher du regard une île, voire même un quelconque marchand qui accepterait bien de lui vendre une denrée alimentaire pour soulager sa faim et son estomac. Elle faisait désormais pitié, s'asseyant pour économiser ses forces, et lâchant la barre pour préférer regarder la poiscaille se prélasser dans l'eau, inlassablement faisant des ronds dans l'eau, comme cherchant à hypnotiser sa tortionnaire.

Freyja pencha sa tête en arrière, regardant les nuages pour se donner une occupation digne de lui faire oublier ses maux de ventres qui se faisaient de plus en plus violents. Il est clair qu'une telle activité la lassa rapidement, que déjà elle regardait le poisson avec une lueur d'envie dans l'oeil. Ce dernier sembla prendre un air effaré et à la limite de l'anxiété et de la peur, mais la jeune femme ne le remarqua pas. Elle savait pourtant que si elle ne le faisait pas cuire, elle risquait encore plus de souffrir de maux de ventres, d'une quelconque rare maladie, et donc sans médecin elle pouvait succomber à cette infection.

Elle soupira, fermant les yeux sur le poisson qui comprit tant bien que mal qu'elle ne comptait pas le manger tout de suite, du moins pour l'instant. Ce dernier sembla s'agiter, puis d'une vivacité qu'on ne lui reconnaissait pas, il s'extirpa avec force, sans doute grâce au désespoir de voir sa fin arriver, avec la fin de la faim. Freyja le regarda, flegmatique et impuissante, trop faible pour chercher à le rattraper dans son élan. Le menu fretin l'éclaboussa légèrement lorsqu'il rentra dans l'eau, faisant battre une petite veine sur le front de la jeune femme.

Cherchant à se moquer de cette dernière qui restait toujours aussi vivace qu'un concombre de mer, il sembla lui faire quelques grimaces, que la bretteuse interpréta comme de la provocation, à moins que ça ne soit son imagination altérée par la faim qui la faisait voir ça. Sans plus attendre, elle pointa son fusil sur la poiscaille, et tira à bout portant, laissant le poisson insolent gésir sur le calme plat de l'océan. Il n'était plus question de le bouffer désormais. Elle soupira de nouveau.


"Putai* même les poissons se foutent de ma gueule"

Elle laissa tomber sa tête à la renverse, et contempla de nouveau les nuages, oubliant que son embarcation traversait désormais une petite flaque de sang parmi l'océan bleu, et que cette dernière risquait à tout moment d'attirer l'odorat de quelques monstres un peu plus imposants que l'affreuse poiscaille d'auparavant. Mais il fallait avouer que Freyja était plus préoccupée par son ventre que sa santé, même si cette dernière était menacée par des pirates ou des marines. Elle n'aurait de toute façon pas la force de les affronter.

Cette torture dura plusieurs heures durant, heures pendant lesquelles la jeune femme cherchait tant bien que mal à récupérer, évitant ainsi de souffrir de son ventre ainsi que de ses brûlures. Le soleil n'arrangeait en rien cet aspect de son corps. Flint avait beau limité la puissance de ses flammes, les brûlures étaient là, ce n'était pas une illusion cette fois. Son corps était serré avec tout ces bandages, elle avait parfois du mal à respirer, mais elle faisait avec. L'onguent laissé par l'officier révolutionnaire faisait toujours effet, mais il avait été trop optimiste en prévoyant quarante huit heures avant que les brûlures ne disparaissent. Selon le pronostic de la bretteuse, il en faudrait sûrement le double. Elle finit par tomber dans une légère torpeur, bercée par le flux et le reflux des vagues ainsi que par le tangage de son embarcation.

Elle fut violemment tirée des bras de son cher et tendre Morphée par un chahut soudain, une vague se jetant sur elle pour lui faire prendre une douche froide et par ailleurs la réveiller. Elle sursauta, regarda les bandages s'imbiber d'eau salée et sentit l'adrénaline monter lorsqu'elle vit le chaos rocheux qui se profilait droit devant elle. L'embarcation était attirée vers la puissante écume qui secouait une petite falaise, et le vent gonflait la voile de l'esquif de Freyja dans cette direction, la promettant à une nouvelle série de douleurs.

Du coin de l'oeil, elle aperçut quelques prises qui allaient lui faciliter la tâche, et sut qu'elle n'avait de toute façon pas l'envie ni la force de se surpasser avec la faim la tiraillant. Heureusement pour elle, avec un peu d'élan elle n'aurait pas à beaucoup escalader, aussi elle se prépara au choc de sa barque contre les récifs, et sauta avec l'énergie ramenée par l'adrénaline afin d'avaler une bonne distance de la falaise, quelques mètres la séparant de la sécurité. Quelques mètres qui parurent aussi loin que les astres tellement elle avait du mal à tirer sur ses bras. Une poignée de minutes à jurer et à escalader en se servant des quelques prises présentes, elle se hissa au bord de la falaise, un sourire satisfait et fatigué sur le visage qu'elle posa face contre terre.

Mais ce n'était plus le principal problème désormais. Il lui fallait encore faire des efforts pour trouver de quoi manger sur cette île, ce qui n'était pas chose facile, d'autant plus qu'elle n'allait sûrement pas trouver de la viande, à moins qu'une charogne traîne par là. Elle chassa cette idée de la tête, et se contenterait de quelques fruits cueillis ça et là. Bien qu'ils n'étaient pas très bons pour combler une faim, c'était toujours mieux que rien.

Elle entama sa marche sur le bord de la falaise. En face d'elle, un petit bosquet prenait place, s'étendant sur une bonne partie de l'île sûrement. Elle avait plus ou moins « accosté » sur l'île Fushia, mais ne s'en était pas encore rendue compte du fait de sa faiblesse. Sankaze battant ses flancs au fur et à mesure que ses pas l'approchaient du petit bois, elle sentait ses forces partir peu à peu, et se serait bien passée des brûlures de Flint. Elles lui laissaient une amère impression, et bien qu'avant Freyja ne les ait vues comme un avertissement, désormais elle ne voyait cela que comme une plaie supplémentaire qu'elle allait devoir traîner quelques temps encore. Il lui fallait juste du repos, mais pour éviter que ce dernier ne devienne éternel, elle devait trouver de quoi manger, et vite.

Elle n'eut pas à chercher bien loin. Quelques mètres plus loin, quelques arbres laissaient pendre quelques branches pleines de cerises, courbées sous leur poids. Freyja n'eut qu'à tendre la main pour en cueillir quelques unes, les portant à sa bouche avec une férocité, manquant dès la première bouchée de s'étouffer avec les noyaux. Elles avaient bon goût, malgré le fait que certaines ne restent que trop acides et pas assez mûres. Mais c'était suffisant pour la jeune femme, et ce fut après une bonne dizaine de minutes qu'elle retrouvait une force qu'elle pensait avoir perdu, bien que ça ne soit que passager. Il lui fallait trouver des choses plus consistantes.

Là, alors qu'elle continuait son exploration en quête d'autres agrumes ou drupes, elle aperçut ce fruit. Gros, apparemment charnu et prometteur. Une lueur d'envie apparut dans ses yeux, réveillant par la même occasion ses instincts de cuisinière. Elle s'imaginait déjà faire quelque chose de potable avec ce fruit, une bonne présentation prenait place dans son esprit, et elle partit s'affairer. Or, ne disposant pas des ustensiles basiques de la cuisine, elle dut improviser. Se taillant un pic dans une branche à l'aide de Sankaze, elle prépara un petit feu après avoir aménagé un foyer temporaire.

Jubilant à moitié de pouvoir manger ce si gros fruit, elle l'empala et le fit cuire accompagné d'autres de ses trouvailles, comportant quelques poissons pêchés dans une rivière proche. Saisissant une poignée de cerises, elle en extirpa un jus sucré qu'elle laissa suinter sur l'idée du démon. Enfin, après avoir jugé la cuisson suffisante, une bonne odeur flottant et flattant son sens olfactif, elle croqua le fruit, s'octroyant sans le savoir ce qu'elle allait considérer comme une véritable infortune.

Un goût amer, lui donnant une violente nausée, désagréable. Son unique réaction fut de porter sa main à sa bouche et de recracher presque immédiatement ce qu'elle avait mangé, cherchant même à se faire vomir, considérant ce fruit comme un poison, et qu'il fallait sûrement mieux ne pas l'ingérer. Elle n'était sûrement pas loin de la vérité. Elle jura, puis lança l'agrume du raton-laveur dans le feu, avant de goulument finir sa brochette, feignant de s'écorcher avec le bois. Le ventre bien rempli, elle s'accorda une petite pause près de ladite rivière qu'elle avait découverte auparavant, à l'ombre de quelques arbres. Elle avait sûrement pensé qu'aucun animal ne viendrait la déranger dans son sommeil, l'île semblait bien calme pour abriter un quelconque ours ou loup.

Son sommeil fut agité, tourmenté par une image démoniaque et brumeuse. A ses côtés traînait une ombre, qui apparut aux yeux de la jeune femme être un raton-laveur, mais avec un air différent, comme dangereux et aussi vicieux que l'entité l'accompagnant. Freyja vit alors qu'elle était enchainée au sol par de solides liens, et légèrement dénudée, sans armes ni équipement pour l'aider à se tirer de cette situation. Soudainement, le raton prit une pose agressive, et montra de fines canines, à la fois menaçantes et développées. Il était facile de deviner que si la jeune femme ne partait pas, elle allait subir l'attaque du carnivore, et, incapable de s'en défendre, elle allait subir une mort à la fois atroce et dégradante, sous le rire devenu sadique et tonitruant de l'être diabolique.

Elle n'avait pas encore compris de quoi il s'agissait, que ce n'était que la simple manifestation de son pouvoir, celui conféré par l'ingestion de cet énorme pomme, appelée Fruit du démon. Focalisée sur le raton-laveur, elle le vit s'approcher, griffes prêtes à être utilisées contre sa peau dénudée. Une peur grandissante vint lui faire perdre ses moyens, la faisant croire qu'en forçant un peu, ces chaînes se briseraient. L'animal au masque noir sauta alors, cherchant ouvertement à la prendre à la gorge. Mais au lieu de voir l'animal pendre à son cou, elle le vit dans une vision d'horreur, comme fusionnant avec elle, puis se réveilla.

Prenant Sankaze dans une main, elle partit en direction du petit cours d'eau, une marche chancelante rythmant ses pas. Elle posa le katana à ses côtés, puis fit une coupe avec ses mains, cherchant à se rafraîchir le visage pour se sortir l'image de l'être de sa tête, et par le même temps mettre fin à ses sueurs froides. Elle ouvrit finalement les yeux, puis aperçut le même raton-laveur dans l'eau. Elle le regarda fixement, puis se gratta la joue gauche, son reflet dans l'eau la mimant avec un effroyable talent. Et c'est là qu'elle comprit. Sautant sur ses pattes, elle pointa la rivière d'un doigt accusateur, balbutiant des paroles incompréhensible avant de prendre un soudain air mêlant choc psychologique et anxiété. Sa nouvelle forme l'avait bien plus que surprise.


"Putai* de borde* de merd* ! Ouate de phoque, c'est quoi cette horreur ?!"

Elle continua ainsi à jurer pendant quelques minutes qui lui parurent bien longues. Mais il lui fallait bien accepter la vérité. Ce n'était pas qu'une simple vision qui l'avait tourmentée, mais bel et bien une explication. Le fruit qu'elle avait mangé, bien qu'aussitôt recraché, n'était autre que le zoan du raton-laveur, une belle truanderie car il ignorait totalement si elle serait capable de reprendre une forme un temps soit-il humaine. Sous sa fourrure neuve, une veine battait frénétiquement son front, traduisant son énervement. Elle finit par commencer à s'observer, à observer ce qu'elle allait devoir considérer comme son nouveau corps, au moins pour le moment.

Elle avait tout d'un animal un temps soit-il normal, mis à part le fait qu'elle ne comprenne pas le langage des animaux et qu'elle parle l'humain familier, bien qu'avec un peu d'entraînement cela pouvait être à sa portée. Un masque noir, une queue rayée, elle avait réellement tout d'un raton-laveur, et après avoir testé les capacités de son nouveau corps à escalader des arbres, pêcher des langoustes ou griffer des troncs, elle avoua que ce n'était pas si mal finalement.


"Au moins, j'ai une belle fourrure, à l'image de moi humaine"

Elle rigola d'elle-même, puis prit une mine plus grave en voyant Sankaze. Haussant ce qui lui servait d'épaules, elle se contenta de la saisir et de l'attacher dans son dos, fermant le tout d'un nœud sur son torse. Elle testa finalement l'épée, et en conclut que cela allait être du même ordre de grandeur que Ryukishi avec son corps humain. Elle en sourit, puis avança lentement, profitant de sa bipédie. Voyant que cela n'était plus aussi rapide qu'avant, elle se positionna d'une manière plus bestiale, et essaya de coordonner ses pattes avant et arrière en courant. Elle faillit tomber de déséquilibre plusieurs fois, mais comprit rapidement comment agir, prenant une vive allure, plus soudaine et proche de celle de l'animal qu'elle représentait. Elle était désormais devenue Freyja, raton-laveur à temps partiel, détentrice d'un zoan...bien particulier, dont elle ne maîtrisait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yokujitsu.blogspot.com/
 
What the...racoon ? [RP FDD]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aeon Racoon - Nëlarion - ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: The World [RP] :: East Blue :: Fushia Town-
Sauter vers: