Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "Parce qu'une légende n'a qu'un commencement..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heion Placebo
Scélérat
Scélérat
avatar

Nbre de messages : 27
Inscrit le : 07/12/2009

Feuille de personnage
Niveau:
22/100  (22/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: "Parce qu'une légende n'a qu'un commencement..."   Sam 06 Mar 2010, 21:36






    Et sans bruits, nous entamions le prélude...


    East Blue. Une des mers décrites comme la plus paisible, mais elle est paradoxalement la plus meurtrière pour beaucoup; servant de berceau pour ceux en quête de aventures. Enclin à prendre les flots, les plus mollassons déchanteront bien vite face à quelques problèmes; qu'on rencontre forcément en cet océan; sous quelle forme qu'il soit. Et donc, si elle sait faire preuve de clémence en ne faisant que décourager les imbéciles heureux, elle ne pardonne pas les ambitions de ceux qui n'arriveront pas à grappiller notoriété et charisme. En outre, les hommes dépourvus aussi bien de talent que d'honneur prendront un malin plaisir à venir vous briser avant que vous n'ayez eut le temps de vous exprimez; on ne peut que deviner la jubilation que cela procure. Les plus intelligents éviteront les accrocs en cette mer ne pardonnant que la vie au dépit du futur, car si vous échouez ici; c'est finit. Mais ce n'est pas une solution que de faire profil bas, car si même ici vous n'arrivez pas à concrétisez vos faibles ambitions; vous n'aurez aucune chance dans les strates supérieurs. Il n'y a pas de recette magique, il faut vivre comme on l'entend, et sans compromis; et s'y par bonheur vous arriver en un seul morceau a la fin de ces eaux; il en faudra affronter que des plus mortelles. L'excitation est a son apogée pour le jeune prenant la mer à bord de sa barque, en quête de compagnon et d'une providentielle destinée; qui sait, peut être serait-il une future légende. Après tout, l'homme qui aura marqué ce monde est né dans ces îles pittoresques et bien trop souvent sans histoires; il aura peut être rencontré plus fort que lui au début, mais au final il sera resté sans égal dans les océans. Oui, être né dans la même partie du globe que le plus que fameux seigneur des pirates est un véritable moteur, cela vous donne la puissance d'espérer; et surtout celle de vivre vos rêves. Bien entendu seule existe une poignée d'élus qui iront loin, mais si vous ne tentez pas la chance; elle ne viendra certainement pas à vous, forbans méprisés de tous.




    Ayant médité cela à bord de sa chaloupe chancelante, notre héros en arrivait à une conclusion qui le satisfaisait amplement; il fallait allier hasard et destin pour passer ces premières péripéties. La chance ou la malchance intervient constamment dans une vie, et il faut savoir parier dessus; tout comme la fatalité immuable qui consiste en l'action, consciente ou pas, de chaque être promu à un destin. Deux termes contradictoires, qui une fois liés par les soins de Heïon lui apporte sans doute sa plus grande force; il accomplirait ses objectifs ou mourrait en le tentant. C'est donc déterminé que sa modeste frégate tentait de fendre les flots pour arriver à un point bien précis, quitte à revenir en arrière. Et déjà notre héros apercevait les quais convoités par lui-même, son destin l'avait guidé vers l'îlot voulu; et la chance fit que la barque ne rejoins les abîmes qu'à quelques mètres du port, ce qui avait permis une jolie acrobatie pour gagner le bord. Le bond de quelques mètres qu'il avait fait l'avait forcé à atterrir les jambes fléchies, en esquintant quelque peu le bitume des alentours; provoquant un bruit sourd et puissant. Mais on ne porta aucun intérêt à cet homme et aucun n'avaient arrêtés ses petites occupations, pas même le matelot de la marine en train de se faire engueuler par son supérieur. Irrité et en complexe d'infériorité le mousse alla, lui, accoster notre homme; sans doute pour tenter d'inversion les positions qu'il avait eut avec son chef. Ce n'était pas par mégarde que Heïon, en se redressant mit un violent coup de paume dans le menton du marine; lui brisant la mâchoire et l'envoyant à l'eau dans la foulée. Le timing avait été bien trouvé, car il n'avait même pas eut le temps de sortir un mot; quand bien même le bruit de son contact avec l'eau était plutôt dérangeant aux oreilles du bonhomme. Pour le coup, le supérieur revint déjà avec plus d'intérêt pour notre héros qui préparait déjà son esprit pour distribuer des taquets dans une forme optimale. Le marine marchant sereinement devait être confiant pour donner cet air aussi hautain à de parfaits inconnus, aussi ne fut-ce pas plus mal qu'un homme ivre mort bondit de la taverne à proximité pour venir vider son estomac sur notre cher marin. Il perdit Heïon des yeux un instant, ce qui suffit simplement à lui sauver la vie...


    C'était un spectacle intéressant que voir notre homme aussi pressé qu'un enfant dans un magasin de bonbon, même si sa sucrerie à lui serait de contempler « la ville où tout commence et où tout finit ». Mais au fur et à mesure de sa progression dans les ruelles, il semblait perdre son sourire notre chérubin, qui pensait qu'il avait finalement sur-estimé le charisme de cette île. Deux pirates saouls tabassant un faible matelot, trois matelots s'acharnant ensuite sur deux hommes ivres morts; quel intérêt avait finalement ces lieux ? Il ne le comprit que lorsqu'il quitta l'avenue principale pour arriver sur la place principale, ce qui concordait avec le zèle fait par un nouvel ivrogne, qui avait gagné le poing de notre héros dans son pif. Le même amoncelas de phalange crispés qui ne bougea pas d'un iota, alors que Heïon, restait là à contempler l'échafaud. Ne manifestant pas le moindre clignement d'œil, il restait stoïque alors que derrière se redressait l'homme ayant pour le coup dessoulé et appelant quelques fêtards. Leur proie ne leur prêtait pas attention, même lorsque deux hommes le trainait vers un coin plus tranquille; et pas plus une fois arrivé, alors qu'il se mangeait de vilains coups venant jusqu'à entailler sa joue et son arcade. Le fait est qu'Heïon ne réagissait pas aida à les ennuyer, et ils repartirent vers leur principale activité, enchainer les verres. Laissant notre héros, toujours debout au centre de cette étroite ruelle, bien que dégoulinant de sang; il ne semblait pas plus éveillé quand tout doucement il esquissa un fin sourire avant de lâcher quelques mots.


    « Ta légende s'arrête là où commence la mienne.
    Un prêté pour un rendu messieurs les marines. »

    Dans une taverne non loin, on commandait la même chose; à savoir des pintes de bière, ce qui satisfaisait le plus du monde notre ami tavernier, voyant que ses clients vidaient la moitié de leur boisson sur leurs pompes sans s'en souciait. Ainsi on finissait le nouveau verre toujours plus vite, et on reprenait le refrain qui devait faire des sourds parmi les clients; mais ce n'était pas la première préoccupation. Non elle était bien plus noble, car elle consistait à voir si la pinte de son plus proche voisin était vide, et dans ce cas il faudrait la remplir de ses biftons dilapidés vulgairement au grand bonheur du propriétaire. Mais on avait beau chanter aussi fort que l'on pouvait, cela n'atténua en rien le bruit que fient les deux portes en se faisant fracasser violemment; installant un silence religieux dans la salle. Il apparu sereinement en marchant tranquillement avec même un petit sourire innocent, allant presque jusqu'à reprendre les paroles qu'il venait d'entendre. Et lorsque Heïon fut devant une personne qu'il semblait reconnaître, sans prévenir; il encastra l'entièreté de son avant bras dans le cou du bonhomme, qui chuta sur le sol en un bruit sourd. Et celui juste a coté eut droit à la bote de notre héros solidement enfoncée dans son visage. Les deux solides et honnêtes gaillards baignant dans un mélange d'alcool, de sang, et de larmes; n'avaient jamais rencontré notre blond durant toute leur vie. Tant pis, il restait trois chance sur une bonne cinquantaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagami no Shankusu
Capitaine du Red Force
Capitaine du Red Force
avatar

Nbre de messages : 923
Equipage : Red Force
Inscrit le : 25/02/2009

Feuille de personnage
Niveau:
99/100  (99/100)
Fruit du Démon : Aucun
Expérience:
420/300  (420/300)
MessageSujet: Re: "Parce qu'une légende n'a qu'un commencement..."   Mer 31 Mar 2010, 18:04

    Que de violence ~ Logue Town, la ville où tout commence & où tout s’éteint n’était-elle devenue qu’une simple court de récréation de jeunes brutes & désespérés voyous, les uns comme les autres sans espoirs ni ambitions aucune ? Le cercueil, la cité qui assista à la fin du plus pirate de tous les temps ne méritait-elle pas un futur plus lumineux ? L’héritage qu’avait laissé le seigneur des forbans avait-il été éthéré à ce point par les caprices du temps & son féroce appétit ? Le fossé entre ténèbres & lumière était décidément bien mince; Presque invisible. La pénombre ne faisait que se cacher dans le dos de son alter ego; Elle subsistait là où on le lui permettait : Les grandes avenues de L.T, lieues de vie & de mouvement étaient la preuve comme quoi cet endroit restait puissant. Mais les ruelles infâmes, puant le sang & l’acier, les flammes & la mort témoignaient une fois de plus la minceur de la frontière entre le noir & le blanc. Dieu sait ce qu’adviendrait de l’île si ses démons décidaient de remonter à la surface. Car le Satan est partout. Il guette chaque failles, chaque erreurs. De la marine ou de la milice. Chaque erreurs pour pouvoir surgir & engloutir cet havre de paix. Havre de paix ? En apparence, au moins.

    Que faisait un empereur aussi « loin » de « son » monde ? Surveillé par la marine comme étant une des pires abominations que le monde ait connu, le trentenaire avait réussit à passer outre les mailles du filet des demi douzaine de flottes qu’avaient préparé le très sage Sengoku pour se payer une petite pige dans la ville où, loin d’être celle du début & guère plus celle de la fin, il a vécut un des moments les plus marquants, et probablement les plus douloureux de ses quelques vingt années de piraterie. Si goûter à nouveau à l’alcool de cette ville était une de ses grandes motivations, le forban avait surtout l’intention de faire un coucou à son ancien « patron ». Pour vous donner une petite idée, le rouquin - dissimulé sous des vêtements de civils & un chapeau de paille - resta assit sur un tonneau à siroter sa boisson une journée entière, devant le fameux échafaudage qui signa la fin du seigneur. Sous la tumultueuse pluie ou l’infatigable soleil, il resta de marbre. Ses pensées s’étaient enfuies dans un passé révolu, rappelant au manchot des souvenirs toujours aussi impérissables. Comment oublier de tels moments, après tout ?

    Tout simplement en les remplaçant par des nouveaux ~ Vingt deux ans s’étaient écoulés depuis l’exécution. Vingt deux années qui furent pourtant, malgré la tristesse, la douleur & la peine, riches en aventures. Lui qui n’était qu’un simple mousse était devenu un des plus influents pirates de la terre. Chacune de ses décisions faisaient trembler le gouvernement mondial qui épiait & grimaçait chacun de ses mouvements. Chacun de ses dires. Chacun de ses sourires. Et malgré tout cela, il se sentait encore si loin de ses prédécesseurs. Il n’était, à ses propres yeux, qu’un passage ~ Une ère s’éteignait, telle une vague se fracassant contre les plus rugueuses falaises des plus grandes îles. Il était un intermédiaire; Celui qui avait passé le flambeau à la prochaine vague. Et un sourire se dessina sur le visage - neutre jusqu’alors - de saoulard lorsque le visage de Luffy traversa sa tête. Après des heures à ne rien faire si ce n’est que se bercer des moments révolus, notre homme se leva. Non sans trembler, visiblement éméché par sa « cuite ». Et se dirigeant vers une taverne - normal -, le bonhomme utilisa le seul bras qui lui restait pour ne pas s’écraser misérablement contre le sol, s’appuyant sur les murs des bâtiments.

    Il finit par trouver une taverne; S’asseyant comme il put au comptoir, il commanda de l’alcool à flot. Le tavernier ne fit pas attention si l’ivrogne était capable de payer; Il lui suffit de croiser son regard pour comprendre à qui il avait affaire. Surtout que mine de rien, l’empereur était un bon client. Le bonhomme lui amena ce qu’il demandait et Shanks ne se fit pas prier pour liquider les verres les uns à la suite des autres. C’est à sa huitième pinte qu’un petit blond débarqua, en faisant beaucoup de bruit. Sans connaître ses raisons, ce dernier écrasa deux pauvres gars qui n’avaient pas demandé grand-chose - au point de vue du rouquin, hein - & attira en toute logique l’attention du « monstre ». Il se retourna en continuant à boire & manqua de glisser de son siège; « OULAAAA, faillit tombhiiiiiiiips. Je devrais arrêter de boire GYAHAHAHA ! » lança haut & fort l’ivrogne. Et après un bref silence de quelques secondes, il se reprit : « MOUAHA je plaisante. Celui qui réussira à me faire arrêter l’alcool n’est pas encore né ! »

    « Hey toi, pethiiiiiiiips. La violence c’est mal. La boisson, c’est mieux ! Alors au lieu casser ces bonhomme, viens boire avec moi. J’te paye un verrhiiiiiiiips. Brouah » continue le pirate, faisant signe au petit gars de s'approcher avant de roter. Un pirate, c’est pas forcément très propre. C’est encore moins poli; hein ? Shankusu est certainement un chic type. Mais quand on est bourré…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heion Placebo
Scélérat
Scélérat
avatar

Nbre de messages : 27
Inscrit le : 07/12/2009

Feuille de personnage
Niveau:
22/100  (22/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: "Parce qu'une légende n'a qu'un commencement..."   Dim 04 Avr 2010, 12:38

    Bien évidemment le seul but d'une taverne était de saouler, mais quelle surprise dans ses capacités à le faire; même aux hommes les plus braves, les plus dignes de louanges. Seulement même ces hommes, une fois le seuil du bistrot passé, ne sont là que dans l'unique objectif d'acquérir une euphorie totale ou s'en rapprochant; car sinon pourquoi rentrer ? Aussi, si vous n'êtes pas conscient du détail disant que dans une taverne, en plus du gérant on ne trouve que des hommes ivres morts braillant et hurlant en tout temps, et bien n'entrez pas; cela vous épargnera un dégout du genre humain. Comme vous l'aurez compris, Heïon faisait parti de ces rares personnes peu appréciées du patron, qui entrent dans des bars pour des raisons obscures; donc pour n'importe quelle autre raison que de boire. Dans notre cas, c'était pour une douce vengeance qui était aussi facile qu'enivrante, car taper sur du clodo avait une certaine connotation héroïque; on pouvait -et c'est le cas pour notre héros- penser que l'on faisait une bonne action. Il ne se fit donc pas prier pour encastrer deux badauds dans le plancher qui se déchiqueta, envoyant des bouts de lui même pointus ici et là; dont un toucha dans l'œil un homme qui n'avait plus rien d'euphorique. Il n'y avait donc que ses lamentations qui venaient briser le silence instauré, ses cris et peut être aussi les divergences d'un manchot assit au comptoir.


    Et voilà une autre espèce méprisée par le tavernier, je parle en ce cas non pas du fait qu'il soit manchot, car à la limite la perte d'équilibre que cela pourrait engendrer servirait à vider la choppe plus rapidement; mais bien de la réticence de l'homme à régler ses breuvages. Cette race d'homme se nichant souvent dans les comptoirs sur des tabourets qu'ils trouvent peu stables, est encore plus rare que celle venant dans l'endroit pour na pas boire; car voyez-vous, pour refuser de payer sa pinte il faut en avoir les moyens. Il faut avouer qu'au prime abord, un manchot d'East Blue ayant failli tomber de son siège en criant sa crainte, cela n'impressionne pas forcément... Et pourtant monsieur le responsable des lieux lui cédait son alcool sans broncher, juste grâce à un petit regard du poivrot; qui donc, soit proposer de payer en nature, soit avait de quoi intimider. Avec une rapide observation du bonhomme, on pouvait sans trop se tromper penser à la deuxième hypothèse qui vous aurait été confirmé par n'importe qui d'un temps soit peu conscient dans cette ville. Bordel Shanks le roux était en train de se saouler dans une taverne miteuse située dans une ville miteuse, d'une mer pas plus fameuse... Remarquez, peut être était-ce là une concordance avec l'empereur qui n'imposait pas le respect dans ses discours d'ivrogne pittoresques....


    Juste un peu avant les exploits de Hëion, notre empereur avait déclarer que personne ne pourrait lui faire arrêter l'alcool, juste après qu'il ait failli chuter de trente centimètres. Cette belle remarque resta sans accompagnements et personne ne lui prêta attention dans l'instant; du moins pas autant qu'au cirque de notre héros. Mais après ce passage à tabac, notre manchot fétiche réitéra des paroles pas toujours subtiles, ce qui en fait pouvait passer comme une recherche de compagnons à la boisson. Et son dévolu se jeta tout naturellement sur celui qui faisait le plus de bruit. Étrangement, Hëion regagna un peu de son calme, pour s'approcher doucement du manchot; histoire de prendre son rot en pleine face provoquant un léger relan, avant se prendre le tabouret d'à coté, qu'importe s'il était occupé. Intrigué par le personnage -on ne sait pourquoi d'ailleurs- notre jeune homme accepta le verre, toujours offert par notre crédule tavernier; qu'il s'empressa de descendre d'une traite. C'était une première pour lui, qui ma fois ne trouva pas cela si dégueu'. On avait après quelques minute cent pour cent de la clientèle bourrée... Et avec la remontée de bien être qu'apportait l'alcool, couplé à l'aura bienveillante du roux; pour l'une des rares fois de son existence principalement antipathique, notre héros se sentait bien. Peu à ses peu ses crocs s'écartèrent pour laisser s'exprimer le garçon de manière inattendue...

    « Aloooorss... Ca fait quoi d'être manchooot ? »


    Puis se demandant l'espace d'un instant comment cet homme avait t-il put perdre son bras, notre héros n'attendit pas une seconde pour prendre son compère par le seul bras qu'il lui restait; pour le trainer en hâte dehors. Il faisait déjà nuit, et le peu de monde encore debout à cette heure était probablement en train de boire. Hëion osa mettre une claque au roux, peut être parce qu'il ne savait pertinemment pas qui il était; avant de s'en mettre deux bonnes, histoire de dessaouler un minimum. Et le plus rapidement et le plus naturellement du monde, notre blond dégaina son sabre avec la dextérité la plus précise qu'il avait, pour attaquer fatalement le manchot à la gorge pour le tester. Soit il gagnait un compagnon, soit il perdait un ivrogne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagami no Shankusu
Capitaine du Red Force
Capitaine du Red Force
avatar

Nbre de messages : 923
Equipage : Red Force
Inscrit le : 25/02/2009

Feuille de personnage
Niveau:
99/100  (99/100)
Fruit du Démon : Aucun
Expérience:
420/300  (420/300)
MessageSujet: Re: "Parce qu'une légende n'a qu'un commencement..."   Dim 18 Avr 2010, 15:58

    Personne n’est capable de s’échapper aux vapeurs de sa sainteté. Personne n’a la force, le courage & la volonté de surpasser ces liqueurs exquises, Satan des infidèles & Divinité des plus faibles; Si Shankusu devait choisir trois choses, ce seraient « Aventure », « Camarades » & « Boisson ». Pour sa part, ce n’était pas un dernier recourt; Il était différent de ces gens désespérés qui se réfugiaient dedans pour oublier tracas & problèmes. Il l’a buvait car il aimait ça; Car son palais ne pouvait que supporter, apprécier & s’envenimer de ces liqueurs. Et quels meilleurs endroits dans une ville pour profiter de cela ? Les tavernes, bien entendu. Même si c’était toujours difficile d’en trouver une calme, où il n’y aura pas disputes ni bastons. Ou il pourrait boire sans devoir zieuter à gauche & à droite et sans avoir à esquiver les zigotos qui lui tombent dessus.

    Et il pensait avoir réussit à trouver la bonne; Chaque fois qu’il passait à Logue Town, celle-ci était sa préférée. La boisson qu’on y servait était bonne, le barman fichtrement sympathique - en plus d’être un ami de longue date - & l’ambiance des plus correctes. Jusqu’à ce que ce blondinet débarque & foute sa dawa comme si tout lui était permis. L’empereur ne lui offrit qu’un regard, avant de continuer à boire. Puis l’invita finalement à boire avec lui, prit de pitié pour les pauvres ivrognes qui se faisaient battre alors qu’ils n’avaient rien demandé. Le bonhomme au grand sabre - et quand je dis grand, bah il était super grand - s’assit à côté de lui et il fit le grand saut. Avant d’engager la conversation avec notre manchot préféré, en lui posant une bien belle question.

    Ce dernier arqua un sourcil et regarda son bras. Enfin, là où était censé se trouver son bras; Il soupira et lança avec une certaine forme de lassitude; « Longue histoire. Disons que je l’ai sacrifié pour la nouvelle ère » sans expliquer ce qu’était cette nouvelle ère, ni comment il l’avait sacrifié. Puis il se tût, continuant à goûter la liqueur qui se trouvait dans sa grande coupe, avant de faire signe au patron qu’il en voulait davantage. C’est à ce moment là qu’il se sentit entraîné par quelqu’un. Le manchot n’eut le temps que pour attraper une bouteille avant de se retrouver dehors. L’air crédule, il regarda autour de lui avant de poser ses deux yeux sur le blondinet qui, sans hésiter, lui donna une gifle.

    Et il dégaina son sabre pour l’attaquer. Shanks ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait; Il ne sentit même pas la première gifle lui frapper le visage, c’est dire. L’alcoolique restait juste debout, regardant le jeune garçon l’attaquer. Pas la peine de vous faire remarquer que notre pauvre empereur prenait cela comme une simple broutille. Mais bourré comme il était, il avait du mal à vraiment comprendre la situation dans laquelle il se trouvait. Ce type, était-ce un ennemi ? Quoi qu’il en soit, il n’eut pas vraiment à réfléchir - son cerveau étant trop grillé pour cette épreuve -, son corps réagit de lui-même.

    Un simple coup de pied vers le haut pour frapper le côté plat de la lame lui suffit à la projeter dans le ciel. Avant qu’il ne l’attrape pendant qu’il retombe. Le Yonkou zieuta rapidement le bout de métal - relativement lourd - qui était à présent dans sa main et il fit quelques mouvements amples avec avant de le relancer vers l’enfant. « Tu devrais éviter de jouer avec ça. Et tuer, c’est maaaaaaaaaaaaaaaaaaaalhips. Tu finiras bien un jour par tomber sur plus fort que toi et tu vas te faiiiiiiiiiiiire exploseeeeeerhips. »
    Il ouvrit alors sa bouteille et en but une grosse gorgée; « Non sans rire. Y’a des trucs qui se font pas. Ça, par exemple, ça se fait pas. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Parce qu'une légende n'a qu'un commencement..."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Parce qu'une légende n'a qu'un commencement..."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Comment devenir une Légende" par Deag Jörgan
» "Parce qu'un chat quand il est cat, retombe sur ses pattes" - Shin
» Une ravissante jeune fille (j'ai enlevé le "Tu parles" parce que je me faisais frapper ^^)
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: The World [RP] :: East Blue :: Logue Town-
Sauter vers: