Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flint Lesthat
Capitaine des Black Moon
Capitaine des Black Moon
avatar

Nbre de messages : 341
Equipage : Black Moon
Prime : 68. 000. 000
Inscrit le : 02/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Fruit du Démon : Tenshi Tenshi no Mi
Expérience:
410/600  (410/600)
MessageSujet: [RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]   Mar 16 Mar 2010, 23:40

Le coeur jadis enfermé dans un coffre de glace...
Sembla pendant une brève seconde s'animer de la volonté d'aimer...
Désir protecteur... ou Désir de Vivre...



La nuit était tombée depuis plusieurs heures maintenant. Mais le sommeil, lui, ne semblait guère vouloir que je le trouve. Dans mon hamac fait de nuage par le pouvoir des Milky Dial, je me laissais bercer, tout en me retournant à de nombreuses reprises. Mais mes pensées m'obscurcissaient l'esprit, m'empêchant de trouver le repos. Je songeais à tous les évènements survenus ces derniers temps. A bien y repenser, depuis que j'étais sorti de l'ombre qu'était l'anonymat, les choses s'étaient précipitées à un rythme fou. J'avais échappé à un Amiral, un Lieutenant-Colonel, un Sous-Amiral et pour finir, un Vice-Amiral. Plus le temps passait et plus je sentais sur moi le poids de mes actes, ce dernier ne m'indiquant qu'une chose, à savoir la difficulté des temps à venir. J'ignorais qu'est-ce qui allait me tomber dessus lors du prochain combat, et l'angoisse de me retrouver à quelqu'un d'encore plus effrayant m'empêchait de dormir. Il ne s'agissait pas de couardise, ou même d'excitation guerrière, même si cette dernière était bien présente. Non... plus que tout, il s'agissait d'appréhension. Depuis sa dernière mission en solo, Diji n'était pas revenu. Les deux seuls véritables combattants du Legendary Shadow n'étaient autres que moi et la nouvelle recrue, Thelan Aravis. Pour tout dire, depuis que nous avions rejoint Grand Line et que nous avions quitté le bateau de Lucky, nous ne nous étions pas dit grand chose. Il fallait dire que la rencontre n'avait pas été des plus calmes. Le jour où je décidais de l'affecter à l'équipage, un escadron de Marines dirigés par un Vice-Amiral avait fait irruption en semant une pagaille assez importante.

Repenser à ce jour raviva la douleur de mes muscles, légèrement froissés par l'effort physique intense et l'énergie électrique les ayant parcourus durant l'ensemble de mes affrontements. Peut-être avais-je un peu abusé, surestimant mes capacités physiques en enchaînant ces combats. Mieux valait que je me fasse oublier quelques temps, afin de pouvoir me remettre complètement. Mais pour en revenir à la nouvelle recrue des Black Moon, nous ne nous étions guère parlé plus que cela lors de notre rencontre. M'étant présenté, je lui avais juste indiqué de me suivre et ce fut ainsi que nous étions monté sur le Legendary Shadow. Ayant été soigné par le médecin de Lucky directement après le combat, j'avais suivi les conseils de ce dernier en restant au lit pendant la traversée. Même s'il m'avait indiqué que j'étais remis, il m'avait également conseillé beaucoup de repos. Mais il est difficilement concevable qu'un Officier de haut rang dans l'Armée de Dragon puisse se reposer... surtout s'il s'agit d'un individu hyperactif et au tempérament guerrier. Me retournant à nouveau dans mon nuage, la pensée de Lucrétia me vint à l'esprit. Sans doute, elle aussi, m'aurait-elle conseillé de me reposer, quitte à me le faire promettre en sachant que je ne pouvais manquer à ma parole. De nombreux songes quant à mon île natale aujourd'hui disparue me revinrent en mémoire. Depuis combien de temps n'avais-je pas pris de véritables vacances ? Depuis quand n'avais-je pas eu une nuit de sommeil sans cauchemars ? Ce sombre passé ne cessait de me hanter et une vive douleur se faisait sentir sur ma poitrine à sa simple pensée. Cette douleur... c'était pour l'oublier que j'avais fermé mon être, que je m'étais tourné uniquement vers l'avenir, en enterrant mes sentiments tant passés, que ceux qui auraient pu naître dans le présent. A bien y repenser, j'avais toujours agi froidement pour éviter de me lier aux autres...

Entendant brusquement le rire émaner de Sogyo no Kurayami, comme si la lame se repaissait de l'obscurité de mon âme, je décidais qu'un bon tour sur le pont pourrait me changer les idées. Laissant l'arme contre le hamac en nuage, je sortais de ma cabine, enfilant ma veste blanche à capuchon, laissant ce dernier rabattu pour mieux sentir le vent nocturne. Prenant alors une profonde inspiration, je regardais en levant la tête le ciel étoilé de Grand Line. Aucun nuage à l'horizon, laissant la lueur des astres illuminer la mer... si seulement les choses pouvaient rester ainsi. Une nuit perpétuellement étoilée, une obscurité familière qui me rassurait. M'approchant du bord du navire, je croisais mes bras sur ce dernier, observant les remouds de l'océan, laissant la douce mélopée nocturne de la houle m'apaiser. Être devenu capitaine d'équipage était sans doute l'une des meilleures choses qui me soit arrivée. A Skypea, cet océan n'existait pas. Ce pouvoir apaisant de la mer était une chose manquant cruellement au royaume céleste. Observant l'horizon, je posais le côté de mon visage contre ma main, coude appuyée sur le navire. Un air rêveur, je laissais mes pensées vagabonder, laissant la quiétude de cet endroit m'envahir. Plus que de m'aérer le corps encore couvert de bandages aux bras et au torse, je m'aérais l'esprit, trop préoccupé par l'avenir. Se perdre dans le vague n'était pas toujours une mauvaise chose et si je m'étais vu à cet instant, sans doute me serais-je moi-même surpris à voir une expression apaisée et rêveuse sur mon visage, me donnant un air plus humain qu'à l'accoutumé. Sur Grand Line, loin de tout, je me perdais dans ces agréables Ténèbres.

Tandis que j'étais ainsi, paisiblement installé, des bruits de pas se firent entendre sur le bois du navire. A dire vrai, il s'agissait de bruits bien caractéristiques d'un animal à quatre pattes, traînant légèrement, sans doute par peur de faire trop de bruit. Tournant alors légèrement la tête, j'apercevais Ibliss qui me fixait, de ses grands yeux dorés, sa majestueuse corne légèrement courbée dans ma direction, alors que les flammes de son corps ondulaient avec grâce. Nous nous regardâmes ainsi pendant un instant avant que je ne lui fasse signe qu'il pouvait approcher. Cet animal semblait plutôt préoccupé de mon sort depuis que nous nous étions retrouvés à Skypea. M'accroupissant, posant mon dos contre le bois du bord du navire, je caressais les flammèches du Lycaon, le grattant légèrement alors qu'il penchait la tête sur le côté, m'indiquant de le faire davantage vers son oreille. Riant légèrement, je le laissais émettre des flammes de plus en plus brillantes, mais toujours aussi inoffensives, ne pouvant brûler que lorsque l'animal le désirait. Caresser un Lycaon en flamme était un immense honneur au sein du monde céleste. Et être lié d'amitié avec l'un d'entre eux était extrêmement rare. Mais depuis toujours, Ibliss avait su se montrer de bonne compagnie, me changeant les idées lorsque mon moral n'était pas au beau fixe, comme s'il disposait d'un sixième sens lui permettant de sentir ce genre de chose.

Mais alors que je rigolais légèrement toujours en taquinant l'animal,
D'autres bruits de pas vinrent à retentir sur le plancher du Legendary Shadow...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aravis Thelan
Soldat
Soldat
avatar

Nbre de messages : 33
Equipage : Les Black Moon
Inscrit le : 23/02/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
0/600  (0/600)
MessageSujet: Re: [RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]   Dim 21 Mar 2010, 02:55

Fuir avait été important dans la suite du conflit entre les Marines et les Révolutionnaires. Après son affrontement face à Mouse D. Zigo, elle s’était enfuie avec ses compagnons de fortune. Un ordre avait été donné, il fallait se replier. C’était la marche à suivre depuis le début, le but étant de finir de remplir les deux immenses embarcations des Révolutionnaires. L’une était sous les ordres de Lucky et l’autre, Aravis ignorait bien qui pouvait se trouver à son commandement. Les bâtiments prenaient le cap de Grand Line et pendant que son nouveau capitaine était alité, elle soignait les autres blessés avec le médecin du navire de Lucky. La jeune femme avait laissé ce même médecin s’occuper de Flint Lesthat, en effet, elle n’avait pas osé le voir et s’occuper de lui. C’était plus de la timidité qu’autre chose, elle se sentait pas prête à voir son Capitaine en mauvais état. Depuis son affectation et depuis qu’ils avaient fuit la ville où ils s’étaient arrêtés, la médecin et nouvelle recrue du Legendary Shadow n’avait pas vraiment eu l’occasion de discuter avec Flint, il fallait dire que les événements s’étaient enchaînés trop vite pour qu’une réelle conversation puisse s’établir entre eux. Aussi elle espérait peut être que bientôt quand ils seraient sur le navire ils auraient l’occasion de discuter.

Les navires avaient fait différentes escales pour déposer les Capitaines et leurs recrues. Flint et Aravis étaient arrivés à bon port, le bâtiment attendait que son Capitaine et l’équipage grimpe à son bord. Il s’était présenté dans les formes et avait fait le tour du pont, des cabines et autres lieux du Legendary Shadow. C’était étonnement formel, mais elle n’avait pas osé aborder plus. Elle devait prendre ses marques à bord du bateau. Le médecin de Lucky avait conseillé beaucoup de repos pour Flint et elle approuvait cette demande. Même si elle était sûre que son Capitaine ne respecterait pas complètement la demande du médecin.

Il faisait nuit quand Aravis avait jeté un œil à travers son hublot. Elle avait posé ses affaires et arrangé un peu la cabine qui lui était désormais acquise. Ce n’était pas bien grand, mais amplement suffisant. Il y avait un lit, une table scellée dans le mur en dessous du hublot, une chaise fixée au sol, mais qui tournait sur elle-même, un placard où elle pouvait ranger ses vêtements de rechange et un autre petit placard au dessus du lit pour ranger ce qu’elle voulait. Il y avait également deux autres portes. Une donnait dans un petit coin douche et toilette ; en dessous du lavabo il y avait également de la place pour ranger ses effets personnels pour la toilette et au dessus de cette même aiguière il y avait un miroir de petite taille. Aravis se recoiffa par réflexe en voyant son reflet. Elle avait une mine un peu fatigué suite aux derniers événements et elle avait une coupure qui guérissait à vue d’œil sur sa joue droite. La jeune femme ouvrit le robinet d’eau froide et se passa donc un coup d’eau sur la figure pour rafraîchir un peu sa peau. Elle sortit de sa salle de bain et ouvrit l’autre porte de sa chambre. Un aller simple vers la salle d’infirmerie du Legendary Shadow. Aravis fut surprise de voir qu’il y avait de tout pour soigner l’équipage. Tout était là à sa place, des bandages aux baumes de soins en passant par les potions et autres décoctions à vertus médicales rangés dans des armoires sous clef.

La jeune femme aux cheveux violets posa ses mains sur ses belles armoires et s’avança un peu plus dans la pièce. Un bureau était placé à droite de l’entrée principale, un autre compartiment de rangement avait été placé juste derrière et pouvait contenir des notes ou des dossiers des membres du navire. Elle avait remarqué qu’il était même possible de le fermer à clef. Souriant, elle savait que le Capitaine avait tout pensé pour recevoir un médecin et il avait bien placé tout comme il le fallait. Le grand fauteuil d’examen était au centre de la pièce et de grands rouleaux de papier étaient rangés dans un des grands placards sur le côté gauche de la pièce. Dans le fond de la pièce un rideau avait était posé pour séparer la pièce en deux. Intriguée, la jeune femme l’ouvrit et passa de l’autre côté. Elle fut heureuse de voir qu’un mini laboratoire avait été ajouté. Elle pourrait se remettre à bosser sur ses expériences et préparer elle-même les potions. Il lui faudrait acheter des plantes pour cela. Il avait fallu un petit moment pour que la jeune femme réalise qu’elle était désormais le médecin de bord. Enfin, pour le moment ses seuls patients présents étaient Flint Lesthat et elle. Elle n’était pas certaine qu’ils ne soient que deux, ça faisait un trop grand bateau pour un équipage fortement réduit. Aravis se dit qu’elle demanderait ce qu’il en était à son Capitaine.

Aravis avait décidé de sortir un peu sur le pont pour prendre l’air, il faisait chaud dans cette infirmerie. Avant de quitter les lieux, elle ouvrit les hublots de la salle d’examen puis se rendit dans sa chambre pour faire la même chose. Il fallait tout de même qu’elle pense à se couvrir et pour cela elle sortit une cape de son armoire. Elle était noire aux bordures rouges, un bouton fermait le col et laissait la cape flotter au vent, si vent il y avait. Vérifiant si elle n’avait rien oubliée, elle sortit de sa chambre et sentit l’air frais sur ses joues, détacher ses mèches violettes. Elle leva les yeux au ciel et remarqua que les étoiles n’étaient pas cachées par un quelconque nuage. D’ailleurs, la nuit était claire et la lune se reflétait dans l’eau. Aravis sourit et se promenait sur le Legendary Shadow. C’était calme et cette quiétude l’apaisait. Elle pensait être seule à faire une promenade nocturne sur le pont, mais ce n’était pas le cas. Elle avait entendu quelqu’un rire, certes pas aux éclats, mais un rire doux et discret. Elle avait eu dans l’idée de s’approcher et de voir s’il s’agissait de Flint.

Elle était arrivée de la droite et observait à présent l’incroyable animal que caressait son Capitaine. Elle ne savait pas comme le qualifier, si c’était un chien ou autre chose… Quoi qu’il en soit, ce que caressait le Capitaine des Black Moon était de la taille d’un canidé, des flammes parcouraient son corps, mais Flint ne semblait pas se bruler en le caressant. Ce dernier était accroupi contre le bord du navire et souriait. Il portait une cape comme elle, mais blanche. Sa peau semblait s’accorder parfaitement à la candeur de la pèlerine. Elle trouvait le tableau touchant et voulu faire demi-tour, mais une lame du plancher craqua faiblement sous les pas d’Aravis et il était certain que si elle l’avait aussi bien entendu, il devait en être de même pour Flint. La jeune femme se tourna alors une nouvelle fois vers eux et attendit patiemment une réaction de ces derniers, plus du Capitaine toutefois. Ne sachant pas si elle devait parler la première où non, elle hésita un instant, mais sourit et salua son Capitaine.


- Bonsoir Capitaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flint Lesthat
Capitaine des Black Moon
Capitaine des Black Moon
avatar

Nbre de messages : 341
Equipage : Black Moon
Prime : 68. 000. 000
Inscrit le : 02/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Fruit du Démon : Tenshi Tenshi no Mi
Expérience:
410/600  (410/600)
MessageSujet: Re: [RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]   Dim 21 Mar 2010, 17:22

Accroupi contre le rebord du navire, ma main gauche posée sur mon genou alors que ma main droite continuait de gratter Ibliss derrière l’oreille, le laissant remuer l’une de ses pattes pour montrer qu’il approuvait ma manière de faire, le bruit du plancher craquant résonna dans la nuit étoilée. Tournant lentement mon regard en direction de la perturbation sonore, je m’attendais à trouver l’un des quelques marins du Legendary Shadow errer à la recherche des toilettes ou peut-être d’une bouteille de rhum abandonnée sur le pont. Ce fut cependant avec un certain étonnement que je constatais qu’il s’agissait du nouveau médecin de bord du navire. L’éclat de la Lune illuminait légèrement son visage, donnant une impression de douceur en émaner, alors que la teinte obscure, légèrement rouge aux extrémités, de sa cape rendait la scène encore plus sublime. Je notais néanmoins une certaine timidité dans la démarche de la jeune femme. Après tout, nous ne nous connaissions pas excessivement. J’étais, la plupart du temps, pour inclure dans un équipage un membre ayant noué des relations avec le capitaine au cours d’une quelconque aventure. Transférer les officiers comme ce fut le cas pour Aravis était un peu trop impersonnel à mon goût et n’assurait pas forcément la bonne entente entre le supérieur et ses subalternes. Mais à dire vrai, même si ma position hiérarchique dans l’Armée de Dragon était juste en dessous de celle du chef, je n’étais pas le genre d’individu à prôner le détachement quant à ce que l’on pouvait qualifier de « simples soldats ». Dans l’optique où nous combattions tous dans le même but, avec la même passion, chaque révolutionnaire était à mes yeux un frère d’arme. Tant que leurs motivations étaient pures, je les considérais comme mes égaux. Il en allait de même pour la jeune femme.

C’est toujours avec cette timidité qu’elle me gratifia d’un salut, léger, quoi qu’un peu trop formel à mon goût. Cette manière de parler sans trop savoir quoi dire, cette gêne visible dans sa manière de parler, ajoutait un charme à la scène qui me fit légèrement sourire, de manière presque imperceptible. Ibliss, quant à lui, regarda la jeune femme avec de grands yeux ronds, sans doute interrogé par la raison de sa présence, ou même la nature de la demoiselle. Les Lycaons étaient des créatures très instinctives, mais pouvant faire preuve d’une réflexion assez intense quant au comportement qu’ils se devaient d’adopter face à des inconnus. Le simple fait que l’animal ne grogne pas était déjà en soi un exploit. Néanmoins, ses flammes disparurent, lui donnant dès lors l’aspect d’un simple loup noir, même si sa corne au milieu de son front n’était pas très conventionnelle. Même s’il n’était pas méfiant envers Aravis, il ne semblait guère davantage confiant. Peut-être après un premier contact viendrait-il à se laisser approcher sans crainte, mais pour l’heure, il ne savait pas quoi penser de la doctoresse. De mon côté, je me relevais, m’appuyant légèrement sur le bord du navire pour éviter de faire un mouvement risquant d’ouvrir à nouveau mes plaies encore douloureuses. Ma main bandée se posa sur le rebord, alors que je tirais dessus pour me soulever et me relever, le tout dans un léger soupir, un peu grotesque, semblable à celui d’un vieillard qui aurait du mal à sortir de son fauteuil.


- Bonsoir Miss Thelan.

Une simple salutation, toujours un peu trop formelle, mais avec un ton légèrement plus doux qu’à l’accoutumée. J’ignorais les raisons qui avaient bien pu pousser la lady à sortir de sa cabine à cette heure-ci. Peut-être une simple envie de prendre l’air, ou une recherche infructueuse de nourriture et boisson. Je ne pouvais que conjecturer. Mais aux vues de sa tenue, la première hypothèse était tout de même plus probable. M’avançant vers elle, je repensais aux circonstances de notre rencontre. Il fallait dire que le premier contact visuel n’avait guère était des plus flatteurs. Revenant de l’affrontement contre un Vice-Amiral aux côtés du garde du corps de Dragon, j’avais permis à notre duo de s’échapper en affublant l’officier d’une attaque excessivement violente, mais au prix de nombreuses blessures que j’avais du m’infliger moi-même. J’ignorais si Aravis m’avait aperçu dans cette posture peu élogieuse, mais si tel était le cas, il fallait dire que ce n’était pas très flatteur pour moi d’être vu ainsi, surtout sans avoir pu observer l’affrontement ayant fait rage juste avant. Mais même ainsi, je m’étais informé sur le déroulement de la bataille se déroulant « à l’arrière ». On m’avait indiqué que la demoiselle s’était battue avec une hargne qui en faisait une digne combattante, digne d’intégrer l’équipage des Black Moon, si ce n’était plus. M’approchant d’elle pour lui parler, je remarquais sur son visage une coupure assez légère, mais qui se devait d’être tout de même un peu douloureuse. Me tournant alors vers Ibliss, je lui fis un signe de tête que l’animal compris aussitôt, déguerpissant du pont en remuant sa queue.

Après quelques secondes, l’animal revint avec une bandoulière dans la gueule, me fixant, fier de lui. M’accroupissant à nouveau, je saisis la sacoche en le remerciant, le grattant sur la tête au-dessus de sa corne. Alors qu’il s’asseyait, je sortais une crème en pot du sac, avant d’en enduire mon index et mon majeur gauche. M’approchant d’Aravis, j’écartais de ma main bandée ses cheveux violets, avant d’appliquer avec mon autre main l’onguent sur la plaie. Il s’agissait d’une crème apaisante faite à partir de la végétation d’Upper Yard, donc introuvable sur la Mer Bleue. Cela ne pouvait pas guérir comme par magie la coupure, mais cette crème maison pourrait soigner la sensation de brûlure provoquée par la plaie. Appliquant avec douceur la mixture transparente, mon regard croisa accidentellement celui d’Aravis. Ses yeux avaient une teinte assez profonde, s’accordant parfaitement avec sa chevelure violette descendant jusqu’à ses épaules. J’ignorais pourquoi, mais à cet instant, je sentis mon cœur battre un peu plus fort qu’à l’accoutumée. Peut-être devrais-je me reculer légèrement pensais-je. Toussotant légèrement pour avoir un prétexte me permettant de détacher mon regard de celui de la jeune femme, je retirais mes doigts de sa peau, restant tout de même agréablement surpris de la douceur de celle-ci. Refermant le contenant de l’onguent, je le remettais dans le sac, laissant Ibliss repartir pour le remettre dans ma chambre. J’ignorais pourquoi je sentais ce sentiment de gêne, mais rester ainsi silencieux me rendait nerveux. Retournant mon regard vers celui de la doctoresse, je prenais la parole, ignorant si l’on pouvait sentir mon anxiété dans mes paroles.


- J'espère que votre chambre et laboratoire sont à votre convenance. Je me suis renseigné afin d'aménager cette partie du navire selon vos préférences et...

Je n’eus cependant pas le temps de finir ma phrase que le Lycaon Incandescent me sauta dessus, avec affection, me plaquant sur le sol pour commencer à me lécher abusivement, afin de réclamer sa part de caresse en remerciement pour son service. Me débattant en riant légèrement sous l’effet des chatouilles de l’animal, j’allais pour le repousser lorsqu’un « crac » se fit entendre. Plutôt qu’Ibliss, j’aurai mieux fait de le surnommer Brutus. Ce corniaud venait d’appuyer sur l’une de mes côtes fêlées, m’arrachant une grimace de douleur, mais pas le moindre cri. Constatant que quelque chose n’allait pas, l’animal se retira, me fixant avec de véritables yeux de cocker, craignant de m’avoir mis en colère. Prenant une légère inspiration en restant accroupi, je finis par soupirer, me mettant à nouveau à gratter le loup sur la tête pour le rassurer. Cela marcha assez bien étant donné qu’il se mit à nouveau à flamboyer en remuant sa queue de gauche à droite assez frénétiquement, donnant l’impression qu’une vive flamme dansait devant nous. Passant mon autre main sur mon flanc, je constatais qu’outre la douleur, cela ne semblait pas s’être aggravé, par chance. Tournant mon regard vers Aravis, je souris légèrement, avec toujours cette gêne dont j’ignorais l’origine, espérant qu’elle n’ait pas une réaction un peu trop violente en constatant que malgré les ordres du médecin m’ayant soigné, le repos n’était pas ma préoccupation principale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aravis Thelan
Soldat
Soldat
avatar

Nbre de messages : 33
Equipage : Les Black Moon
Inscrit le : 23/02/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
0/600  (0/600)
MessageSujet: Re: [RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]   Sam 03 Avr 2010, 15:10

Après l’avoir salué dans les règles, Aravis le vit sourire, certes de façon quasi invisible, mais elle le voyait à ses yeux. Quand quelqu’un sourit, ses yeux s’illuminent et donne un sentiment de réconfort, de bien être. La jeune femme arrivait à se contenir et à ne pas s’enfuir en vitesse pour se caler dans son lit afin de reprendre ses émotions. Là c’était différent, puis ils n’étaient pas seuls sur le navire. La jeune femme continuait de sourire et observait curieusement l’animal de feu qui l’observait. Elle le trouvait mignon, mais se doutait qu’un geste vers lui et elle ne pourrait pas le caresser. Il semblait patienter, comme elle le faisait en le regardant. Le silence n’était pas pesant, mais ici semblait apaiser et Aravis se sentait bien. Elle resta tout de même interloquée quand elle vit que la créature étrange n’avait plus ses flammes, elles venaient de s’éteindre soudainement, comme si elle avait lu dans les pensées de la jeune femme, comme pour l’inviter à le caresser. Mais Aravis ne bougea pas. L’admirant elle essaya de déterminer la catégorie dans laquelle pouvait se trouver un tel animal, d’aspect loup avec ses poils noirs de jais et sa corne sur le front, elle hésitait et se demandait s’il fallait qu’elle interroge son Capitaine sur la nature même du « loup ».

Un mouvement de Flint fit relever les yeux de la jeune fille vers celui-ci. Debout à présent et se tenant sur le bord du navire, sûrement à cause de ses douleurs, il semblait l’observer. La jeune femme se dit que Flint n’était pas du tout sérieux, il devait absolument se reposer, mais comme il semblait éviter de faire de faux mouvements, elle ne disait rien. Après un léger soupir comme s’il lui était douloureux de se relever, le Capitaine des Black Moon salua Aravis tout aussi formellement qu’elle l’avait fait un peu avant, néanmoins sa voix s’était fait plus suave qu’elle n’aurait dû l’être dans une salutation formelle. La doctoresse hocha la tête faiblement et resserra sa cape autour d’elle, à bien y réfléchir elle aurait dû prendre un pull et le mettre aussi sous sa cape, ainsi elle n’aurait pas ressenti le trop frais à cet endroit du navire. Elle enfonça donc ses mains dans les poches arrière de son pantalon noir sous sa cape pour les maintenir au chaud. Flint s’approchait alors lentement d’elle et Aravis se sentit rougir, elle n’osait plus bouger et se demandait s’il était normal qu’il s’approche autant d’elle tout en la scrutant, comme s’il essayait de lire dans ses pensées. C’est alors qu’il se retourna vers son animal dont elle ne connaissait pas le nom et le vit lui faire un signe de la tête comme s’il demandait au canidé de les laisser seuls. Aravis le vit partir en remuant la queue, fier de la demande de son maître. S’en suivit un long silence pesant cette fois-ci, l’ambiance les laissait seuls en face à face mais aucun d’eux n’osait rompre le silence établit et encore moins bouger. Surtout Flint, il patientait et semblait attendre quelque chose. La jeune femme aux cheveux violets compris qu’il attendait son animal, car ce dernier réapparut sur le pont avec une bandoulière dans la gueule. La jeune femme ne comprenait pas et assistait à cet échange entre eux comme si elle n’était plus qu’une sculpture posé là en attendant d’être exposé dans un musée.

Flint s’accroupit à nouveau pour récupérer la petite besace et sembla remercier l’animal à la corne. Aravis ne voyait pas ce que préparait le Capitaine, du moins pas tant qu’il se retourna vers elle avec un pot et de la crème sur ses doigts luisants. La jeune femme ne comprenait pas ce qu’il comptait faire, surtout en s’approchant d’aussi près avec ses mains. Sa main bandé repoussa les cheveux mi-longs de la belle doctoresse à la peau pâle et de l’autre il passa ses doigts enduis de crème sur la plaie de la joue d’Aravis. Les yeux bleus océan tournés vers son Capitaine, comme si elle essayait de lire en lui sans qu’il la regarde, croisèrent ceux de Flint.


- Merci.

Elle se dit qu’il avait un regard pénétrant, des choses à dire qu’il gardait pour lui et ne dirait qu’en cas de grande confiance avec une personne qu’il considèrerait comme son autre. Ce ne pouvait être que des spéculations, mais Aravis appréciait analyser les gens et ne se trompait pratiquement pas. Lorsque Flint toussota faiblement, la jeune femme sortit de ses pensées et l’observa en train de refermer la petite boite de la crème. Le contact des mains sur sa joue lui faisait l’effet d’un feu sous la glace. La crème avait en quelque sorte annihilé la chaleur corporelle du Capitaine. Il rendait le sac à son animal de feu et un nouveau silence se forma, plus nerveux cependant. Aravis se décida à briser le silence, mais Flint la devança maladroitement, mais Aravis sourit. Il ne put malheureusement pas finir sa phrase car son animal venait de lui sauter dessus de toute sa force pour lécher férocement son maître. Flint riait à nouveau et voulant repousser un peu l’envahisseur qui l’avait projeté à terre sous les yeux de la jeune femme, il se mit à grimacer de douleur après qu’un craquement sonore se fit entendre. Aravis inquiète s’approcha, s’il venait de se casser une nouvelle côte dans l’état où il se trouvait, elle devrait agir en conséquence et le clouer au lit. La mystérieuse créature se recula et se posa dans un coin, comme s’il avait compris qu’il avait fauté. Mais Flint se mit à soupirer en se mettant accroupi pour caresser son animal. Laissant alors en suspend sa réponse, elle accroupit à côté de son Capitaine et observa longuement ce dernier qui posait sa main sur son flanc blessé.

- Vous devriez vous reposer et faire plus attention à vos blessures… Je me verrais dans l’obligation de vous clouer au lit si vous ne respecter pas un peu ces consignes. C’est déjà exceptionnel en soi que vous puissiez vous promener sans trop souffrir. Puis je préfère ne pas encore inaugurer l’infirmerie et mon laboratoire en commençant par une chirurgie. Ce serait embêtant pour vous.

Aravis ne savait pas si elle rougissait, mais elle se rendait compte qu’elle était peut être trop prêt, cependant elle décida de changer de sujet comme pour éviter de gêner un peu plus Flint.

- Il est beau. C’est quoi comme créature ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flint Lesthat
Capitaine des Black Moon
Capitaine des Black Moon
avatar

Nbre de messages : 341
Equipage : Black Moon
Prime : 68. 000. 000
Inscrit le : 02/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Fruit du Démon : Tenshi Tenshi no Mi
Expérience:
410/600  (410/600)
MessageSujet: Re: [RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]   Dim 04 Avr 2010, 02:18

Continuant à caresser Ibliss, je fixais Aravis avec un air embêté, tant par cet étrange atmosphère qui s'était installée, que par le fait d'être un patient difficile qui ne prend pas soin de lui-même. La demoiselle finit par s'accroupir à côté de moi, me regardant avec un visage à la fois inquiet et inquisiteur. Il fallait la comprendre. Son nouveau supérieur qui avait joué les têtes brûlées et qui demeurait dans un état assez inquiétant, ne prenait pas le temps de se remettre et, à plus forte raison, se blessait ouvertement devant elle. D'ailleurs, sa réplique fut pour le moins sans équivoque. La terrifiante menace du bistouri ! S'il était une chose que les guerriers craignaient, ce n'étaient pas tant les blessures de combat... mais les opérations chirurgicales qui pourraient en résulter. Nombre d'entre nous ne sentions pas la douleur dans le feu de l'action. Mais à froid, sans excitation guerrière, sans adrénaline, nous n'étions que des gros bébés douillets. Mais à dire vrai, ces pensées n'étaient pas celles qui occupaient mon esprit en cet instant. Je sentais mon cœur battre dans ma poitrine à un rythme trop important pour que je puisse le qualifier de normal. Quelque chose n'allait pas... quelque chose provoquait en moi cette embolie, cette panique, et cette rougeur sur mon visage. Je ne parvenais pas à cligner des yeux. Pourquoi ? Je l'ignorais, ne me rendant pas compte que mon regard était excessivement proche de celui d'Aravis. Les yeux de la jeune femme étaient d'une teinte tout à fait particulière. A la fois d'une pâleur et d'une intensité excessive, je ne me rendais même pas compte que peu à peu, je me perdais dans ses iris. Indubitablement, la couleur de ces derniers était comparable à celle de l'océan, exprimant une nature apaisante. Je n'en connaissais pas la raison, mais impossible pour moi de me mouvoir ainsi. Ah, je devais avoir l'air fin avec ma bouche entrouverte mais aucun son n'en sortant, mes yeux plongeant dans ceux de mon interlocutrice et le teint aussi pivoine que le sang qui lui donnait cette couleur.

Cette gêne était visiblement partagée si l'on en jugeait le ton de la voix de Miss Thelan, alors qu'elle changea radicalement de sujet en me désignant Ibliss, curieuse de connaître la nature même de la créature qui m'observait avec un air réprobateur. Il était normal que le canidé soit inconnu au bataillon des zoologistes de ce monde, les Lycaons Infernaux étant des créatures célestes extrêmement rares, même pour les habitants de Skypea. Toussotant comme pour me donner le courage de détacher mon regard de celui d'Aravis, je reportais mon attention sur le loup qui s'était embrasé de nouveau. Lui faisant signe de se rapprocher un peu, l'animal fit quelques pas, laissant ses griffes émettre un son particulier sur le bois du navire alors qu'il s'avançait, se plaçant devant Aravis et moi. Voir cet animal changer tout son corps en un brasier devait être impressionnant pour les personnes n'ayant jamais vu ce genre de créatures. L'impression de dangerosité était toujours celle que donnait Ibliss, les gens ignorant que son feu ne peut brûler que si l'animal le désire. Comme pour illustrer cela, je posais ma main sur les flammes du Lycaon, les caressant comme s'il eut s'agit de son pelage, je passais et repassais ma main sur les braises jaune-orangées, le tout sans me rendre compte que j'affichais un sourire pour le moins tendre et humain, chose qu'il était généralement rare de me voir afficher. Cet animal avait en lui le don d'apaiser mon esprit, sa chaleur tant physique que de cœur, me faisant laisser de côté pendant quelques instants mes préoccupations. Tout en le caressant, je m'adressais à Aravis, sur une voix calme et sereine.


- Il s'agit d'un Lycaon Infernal. C'est une sorte de loup très rare que l'on ne peut apercevoir que de là d'où je viens. N'ayez pas peur, ses flammes sont inoffensives du moment qu'il vous apprécie. Les caresser est un immense honneur dans mon pays d'origine.

Sans vraiment y penser, je me mis à poser ma main sur celle de la doctoresse, la prenant délicatement pour l'amener vers le pelage d'Ibliss. A dire vrai, j'avais peur que l'animal me pique une de ses crises habituelles, sachant pertinemment qu'il était généralement méfiant envers les inconnus. Mais tandis que j'approchais lentement la main d'Aravis, la tenant toujours avec douceur, je voyais que le Lycaon fixait de ses yeux dorés la jeune femme. Sans doute essayait-il de se faire un avis sur elle avant de savoir s'il allait la laisser porter la main sur lui ou non. Voyant qu'il se mit en position assise, je comprenais que par là, il indiquait qu'il était d'accord pour tenter l'expérience. Posant alors la main de la demoiselle sur les flammes vives du canidé, j'effectuais un mouvement de caresse pour la guider dans son geste avant de la lâcher. Je me mis alors à faire de même, caressant Ibliss au niveau du cou, le regardant hausser la tête, signe qu'il appréciait le traitement. La douceur de son feu et la chaleur apaisante de ce dernier se répandait à travers ma main, tandis qu'il illuminait ainsi le pont de par sa lueur. Souriant toujours, je finis par tourner la tête vers Aravis. Son visage, illuminé par les flammes du Lycaon, sous ce ciel nocturne et dans cette atmosphère particulière... tout cela me laissa pensif, alors que je l'observais passivement sans vraiment le remarquer. Mais en réalité, alors que je la regardais ainsi, avec une certaine tendresse, mes pensées se bousculaient, signe que l'inspiration me gagnait peu à peu. Cette vision de tranquillité et des plus charmantes laissait naître en moi la passion littéraire et musicale. Me relevant lentement en la laissant caresser Ibliss, je lui fis signe de m'attendre un instant, alors que j'entrais dans ma cabine pour en sortir ma guitare, mais sans l'amplificateur de son, ne souhaitant pas réveiller tout l'équipage avec mes lubies nocturnes. Avançant alors un tabouret en me plaçant face à Aravis et le canidé, je posais ma guitare à côté de moi avant de sortir mon carnet et mon stylo de ma poche intérieure pour commencer à gribouiller. Tout en notant, je m'expliquais un peu quant à ce comportement plutôt étrange.

- Ne vous inquiétez pas et continuez comme si je n'étais pas là. C'est juste que... j'arrive généralement à pouvoir dépeindre ce que les gens m'inspirent en musique. J'ignore pour quelle raison mais il semblerait que l'inspiration me gagne lorsque je vous observe ainsi avec de telles expressions dans une telle atmosphère.

Ne réalisant pas vraiment ce que je venais de dire, je me mis à noter de manière frénétique sur mon carnet, ajoutant des portées de notes sur la page de gauche et des paroles sur celle de droite. Relevant la tête de temps à autres pour observer Thelan, la simple vision de son visage radieux, de son regard à la fois intense et apaisant, me suffisait à trouver les paroles que je recherchais. Ce regard... jamais encore je n'en avais croisé d'aussi apaisant, d'aussi réconfortant et doux. S'accordant parfaitement à sa chevelure, donnant une impression d'harmonie de l'être tout entier, ces yeux étaient sans nul doute ce qui me marquait le plus chez la jeune femme. Une excellente source d'inspiration... un excellent sujet d'écriture que ce regard. En le fixant juste, je trouvais rapidement le titre de la chanson que je venais d'écrire. Un seul pouvait réellement convenir lorsque l'on transcrit ce que vous percevez chez la personne ayant inspiré la chanson. "Iris"... voilà un nom tout trouvé et particulièrement parlant. Relisant rapidement la page de texte pour la mémoriser en à peine une seule lecture, je finis par ranger mon carnet après un rapide coup d'oeil à la portée de notes. Saisissant ma guitare, je l'accordais de quelques mesures avant de me mettre à jouer les premières notes. Indirectement, je venais d'avouer à Aravis que la chanson qui allait se jouer était une sorte de transcription de la manière dont je la percevais, de l'impression qu'elle me donnait, sous ce ciel étoilé, à la lueur des flammes du Lycaon Infernal. Ce dernier me fixait également avec une certaine impatience, attendant de voir ce que j'avais bien pu créer comme mélodie. Ibliss était bien souvent l'un des premiers à entendre mes compositions, me donnant son avis avec une simple grimace lorsque cela lui déplaisait, ou avec un aboiement en remuant sa queue de braise lorsque cela lui semblait bon. Fermant les yeux, je me mis à jouer avec une fluidité et une passion musicale que je n'avais pas ressenti depuis longtemps, me mettant alors à chanter également sous couvert de la brise nocturne.


J'ignorais à quoi pouvait penser Aravis alors que je jouais les accords avec un air naturel, le ton de ma voix exprimant à merveille la sincérité de mes paroles. Mais ces mots qui sortaient de ma bouche et cette musique douce, avec un léger rythme, mais surtout un pouvoir apaisant... voilà ce que m'inspirait la jeune femme. Une sensation de chaleur humaine, de sécurité et de douceur, mêlant une certaine passion et un brin de mystère. Faisant vibrer les cordes de l'instrument, je laissais ce flot de sentiments couler en moi, avec une aisance particulière, avec une franchise plutôt déconcertante. J'ignorais si je pouvais qualifier la doctoresse de muse pour m'avoir inspiré une telle mélodie, mais je savais pertinemment que si je ne l'avais pas rencontrée, je n'aurai jamais été capable d'écrire une telle chanson. J'ignorais ce qui signifiait cet afflux d'émotion que je transcrivais par la musique et la chanson, je ne me rendais pas non plus vraiment compte du message que mes mots portaient, mais c'était juste ce que la vision charmante d'une jeune fille éclairée par les braises reflétant son regard intense m'inspirait. Laissant alors les derniers accords se conclure, je relevais la tête, pour observer à nouveau la scène. A en juger l'intensité des flammes d'Ibliss, ce dernier semblait avoir apprécié la performance, s'étant allongé en croisant ses pattes de devant sur lesquelles il avait posé sa tête, espérant qu'Aravis le caresse encore. Quant à la demoiselle, j'osais à peine regarder sa réaction, me rendant compte que j'avais peut-être été trop loin tant par ma mélodie que par mes paroles, lui ayant assuré un peu plus tôt que c'était là, ce qu'elle m'inspirait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP / Grand Line] Beginning of Something...[PV Aravis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calme plat avant Grand Line
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta
» Une escarmouche épique à l'entrée de Grand line.
» [Quête]Au nom de l'amitié [Grand Line, Rang C, Révolutionnaires, Libération]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: Legendary Shadow-
Sauter vers: