Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Suwaru, la femme fatale ! [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suwaru
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 12
Equipage : Black Spiders
Inscrit le : 19/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
15/100  (15/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
16/1000  (16/1000)
MessageSujet: Suwaru, la femme fatale ! [Validée]   Mar 20 Juil 2010, 00:43

    Première partie

      Avez-vous lu les règles ? Hokya qui dit que c'est l'bon...~
      Comment avez-vous découvert le forum ? Par un top-site.
      Une suggestion ? Non, aucune.
      Simple curiosité, si vous aviez un Fruit du Démon, lequel aimeriez-vous avoir ? Si j'avais la chance d'avoir un fruit du démon, ce serait « Kumo Kumo no Mi – Veuve Noire » et serait donc un fruit du démon de type Zoan. Dans la forme hybride, la personne disposant de ce fruit aurait toujours son physique d'humain mais sur son front se trouverait un symbole représentant une araignée et les capacités des araignées seraient données au corps tel que marcher sur les murs ou créer de la soie. Sous cette forme, il serait donc possible de secréter de la soie très résistance ayant pour but de piéger ou immobiliser l'adversaire. La soie serait tellement résistante que seuls ceux ayant mangé un fruit de type Logia et d'autres exceptions. Les sabres et épées ne peuvent la couper, si quelqu'un essaie, l'arme serait bloquée dans la toile. En forme complète, les jambes de la personne ayant mangé le fruit seraient remplacées par six grandes pattes poilues et pointues mais qui ne peuvent tout de même pas transpercer un corps. Les bras de la personne seraient remplacés, eux aussi, par des pattes ce qui en ferait donc huit sauf que celles-ci seraient bien plus résistantes que les autres et auraient comme particularité de pouvoir transpercer la chair très facilement. Ses pattes là sont les principales armes de l'utilisateur de ce fruit du démon. En effet, elles peuvent créer un venin qui serait mit aux extrémités des pattes le transmettant à celui se faisant toucher par ces pattes. Cela a pour but de tuer par le poison mais, les pattes ont aussi la particularité de lyser les adversaire. Lyser signifie liquéfier ses proies de l'intérieur et d'aspirer ce liquide. C'est ainsi que le détenteur est contraint de se nourrir sans quoi il mourrait. Cependant, la plupart du temps, ceci se fait après que l'adversaire ait été mit dans un cocon de soie créé par l'utilisateur de ce fruit lui-même. Effectivement, l'action de liquéfier son adversaire de l'intérieur est un spectacle plutôt horrible, même pour les hommes les plus sadiques. Mais, il faut savoir que ce processus permet de soigner l'utilisateur du fruit. En effet, il aspire en quelque sorte la vie des autres pour se soigner soi-même. Cela ne soigne que les blessures portés sous la forme complète zoan. Il n'est pas rare que des lames coupent les pattes de l'utilisateur de ce fruit lors de sa transformation complète alors il faut bien y remédier d'une façon ou d'une autre.



    Seconde partie

      Nom et Prénom : Suwaru
      Âge : 27 ans
      Rang/Grade : Capitaine Pirate … ?
      Métier(s) : Capitaine Pirate
      Arme(s) : Un saï ( environ 30 cm ) et un wakizashi ( environ 50 cm ) qui ont tous les deux une lame et un manche noirs.
      Équipage : The Black Spiders

      Descriptions :


      Belle femme aux atouts féminins plus que corrects, Suwaru n'a sûrement rien a envié à personne. Au contraire, c'est quelqu'un de très désiré. Cependant, elle ne l'est que de la part des hommes. En effet, les femmes ont plutôt tendance à la détester. Mais, Suwaru se fiche pas mal de ça, seule sa beauté compte. Ainsi, elle sait qu'elle plaît et cela lui suffit. Néanmoins, il ne faut pas croire que c'est une de ses « fi-filles » qui sont démoralisées lorsqu'un de leurs ongles est cassé. Non, Suwaru se vengera de quelque chose de ce genre mais ne s'apitoiera pas sur son sort, loin de là. Mais, parlons plutôt de ses atouts.

      Sa longue chevelure lisse et soyeuse de couleur améthyste est une de ses plus grandes fiertés. Celle-ci fait craquer plus d'un homme même si, au final, ce ne sont que des poils. Ça paraît stupide de pouvoir séduire des hommes à l'aide de ses cheveux mais en tout cas, Suwaru s'en sort très bien. Sinon, concernant leur longueur, ils s'étendent jusqu'à la fin de sa colonne vertébrale. Passons ensuite à son visage. Tout d'abord, la première chose que l'on voit sont ses yeux couleur émeraude qui peuvent ensorceler, là encore, plus d'un homme. En ne cessant de fixer sa « proie », Suwaru peut avec facilité en faire ce qu'elle souhaite. Cependant, cela n'est pas un pouvoir. Non, ceci s'appelle le charme naturel. La faculté de faire succomber quiconque trop sensible à la belle femme qu'est Suwaru. Ensuite, on peut voir qu'elle dispose d'un nez aux traits fins, tout comme ses lèvres. Il n'y a rien de vraiment particulier à dire sur ceux-ci, ils sont plutôt banals. Pour en finir avec son visage, on peut remarquer des particularités concernant ses oreilles. Effectivement, celles-ci sont en quelque sorte pointues telles des oreilles d'elfes. Elle n'en est pas une mais cela fait partie de son histoire. Pour être plus clair, ses parents, alors qu'elle n'était encore qu'une enfant, se sont « amusés » à déformer ses oreilles afin qu'ils ressemblent justement à celles d'un elfe. Ça paraît assez stupide, et ça l'est, mais ses parents connaissaient les légendes comme quoi les elfes avaient la faculté d'être apprécié de tous. Cela a en quelque sorte marcher puisque la plupart des hommes sont aux pieds de Suwaru à une différence près, c'est son physique qui fait cela.

      Continuons ensuite avec son corps qui est, là aussi, plutôt agréable à regarder. Bon, pour commencer par les bases, Suwaru mesure près d'un mètre quatre-vingt qui est une taille assez élevée pour une femme mais qui n'est pas unique non plus. Ensuite, concernant son poids, il s'approche facilement des soixante kilos ce qui est tout à fait raisonnable quand on voit sa carrure. Puis, toujours dans la même optique, ses proportions au niveau de la poitrine sont plus que convenables sans être énormes non plus. Cela est un atout dont les pirates raffolent mais c'est bien cela qui gêne Suwaru. Elle trouve cela pervers et bien que son caractère est déplacé et peu humain, la perversité est pour elle quelque chose d'ignoble. Ainsi, tous ceux bavant de Suwaru pour sa poitrine et non pas pour son physique complet sera servi au dîner, au sens propre du terme …

      Pour finir, parlons un peu de son style vestimentaire. Et bien, même si Suwaru déteste que les hommes ne fixent que sa poitrine, elle fait tout pour la mettre en avant. Cela semble contradictoire mais, en fait, c'est juste pour mieux les piéger. Elle porte donc un bustier aux couleurs tournant autour du mauve, tout comme la couleur de ses cheveux. En bas du corps, et bien, il n'y a pas grand chose à dire vu qu'elle ne porte rien. Elle n'est pas en « tenue d'Eve » mais son bustier est assez spécial vu qu'il descend jusqu'à quelques centimètres au-dessus des genoux lui permettant de ne rien avoir à porter par dessus. Finalement, concernant ses chaussures, c'est là encore quelque chose d'assez spécial. En fait, ce sont des bottes à talons noires en cuir mais qui sont faîtes pour le combat. Cela permet d'avoir la classe tout en étant plus forte. Il faut dire que les talons ajoutent un certain degré de souffrance chez l'adversaire lorsque ce dernier se prend un coup de pied.

      - - - - - - - - - - - - - - - - - -

      Psychologiquement, Suwaru a tout d'une vraie pirate. En effet, elle dispose de traits de caractère faisant d'elle une véritable mercenaire des mers. Ce n'est pas comme ces poltrons qui sont pirates en étant là pour « œuvrer pour le bien », « aider les gens » ou encore « atteindre leur but sans laisser derrière eux des morts ». Pour Suwaru, cela n'est qu'idiotie et imbécillité. Ceux qu'ils auraient dû faire au fond c'est d'être marines. Les pirates ne sont pas là pour rigoler. Et, Suwaru, de ce point de vue, est la pirate par excellence.

      Pour commencer, on peut déjà la surnommée « femme fatale » de part son charisme et son physique plus qu'avantageux. Elle mélange tout cela pour donner une séductrice prête à tuer tous ceux tombant dans ce piège. En fait, pour elle, c'est simple, celui qui résiste à son charme naturel et n'est pas tenté par elle reste en vie, l'autre meurt. C'est ainsi que la belle femme a élaboré sa vie de pirate, pour commencer. Elle sait bien qu'au bout d'un moment, sa beauté ne sera pas là pour l'aider et qu'il faudra se servir d'autres atouts pour vaincre ses adversaires. Et, c'est là que ses autres traits de caractère interviennent.

      Ensuite, un deuxième aspect de sa personnalité assez marquant serait sa cruauté et par conséquent, son sadisme. La façon dont elle fait usage pour obtenir des informations est, tout simplement, la torture. Mais, ce n'est pas seulement par rapport à cela que la belle femme est sadique. Il suffit de la voir se battra, gagner puis tuer à petits feux son adversaire. Généralement, c'est pour lui faire regretter de s'être frotté à elle. Néanmoins, lorsque son adversaire s'est vaillamment combattu, il se peut qu'elle le tue sans le faire trop souffrir. Cependant, cela n'est arrivé que quelques fois …

      Cependant, elle sait très bien que cela ne sera pas chose aisée et malgré tout, elle n'abandonne pas. Voilà une autre spécificité chez la femme fatale : la persévérance. Mais, n'allez pas croire qu'elle est aveuglée par cette dernière comme certains pirates. Elle ne serait pas prête à se battre jusqu'à la mort pour sauver sa vie. Si d'autres veulent le faire, tant mieux pour eux. Néanmoins, Suwaru ne serait, par exemple, pas bête au point de se battre face à un amiral de la Marine sachant très bien quelle serait l'issue du combat s'il y en avait un. Cela peut également montrer que c'est une femme perspicace, rationnelle, intelligente et stratège. Car, derrière son air de séductrice, on peut croire qu'elle n'a rien dans la tête mais c'est totalement faux. C'est d'ailleurs cet aspect là qui lui permet, la plupart du temps, de tromper ses adversaires. Ainsi, sous cet air de bimbo se cache une vraie tueuse, alors ne la prenez pas à la légère, ce serait dangereux ...

      Continuons donc avec ses différentes particularités mentales, il faut savoir que Suwaru n'est pas une femme facilement manipulable. Au contraire, c'est plutôt elle qui l'est. Ce qui nous amène à un autre point importe dans sa personnalité : le côté manipulateur. Alors, bien sûr, beaucoup de gens ont un charme naturel leur permettant d'être appréciés par beaucoup mais qu'en font-ils après, de ces gens ? Ils les invitent à venir chez eux, à être amis avec eux mais Suwaru, elle, n'est absolument pas comme ça. Elle est plus du genre à se servir de ceux qui l'apprécient pour son propre bien. Ainsi, ce ne serait pas étonnant de la voir sacrifier une personne pour sa propre survie. Mais, n'allez pas penser que la belle pirate est une égoïste ! Non, c'est pour le bien de plusieurs personnes qu'il faut qu'elle vive et même, pour la piraterie en elle-même. Que serait le monde de la piraterie si tous les mercenaires des mers étaient des chiffes molles ? Et bien, voilà ce qu'elle souhaite, que le monde de la piraterie redevienne un univers de méchanceté et de cruauté !


      Histoire :

      Sur l'île d'Osore, aussi appelé l'île de la Terreur, naquit une jolie petite demoiselle répondant au doux nom de Suwaru. Cependant, cela n'est que l'image que l'on se fait d'une naissance. En vérité, l'accouchement de la si « jolie petite fille » ne s'est pas fait d'un claquement de doigt. Tout d'abord, il faut savoir que si l'île est surnommée « Île de la Terreur », ce n'est pas pour rien. En effet, l'île est sans cesse victime de la pluie et n'est habitée que par des brigands, des bandits et d'autres types de ce genre. Ainsi, les technologies ou tout simplement l'économie n'est pas très avancée ici. Par conséquent, tout ce qui concerne les « capacités » telles que sont la médecine ou l'alimentation. Ainsi, pour en revenir à la naissance de la jeune fille, elle s'est déroulée, pour la mère, dans d'affreuses souffrances. Bien sûr, il est normal que cela se passe avec des cris mais ceux poussés par cette mère n'étaient pas des cris basiques. Cette dernière a d'ailleurs crié jusqu'à la mort, peu de temps après la naissance de son enfant qui n'est d'autre que Suwaru. Celle-ci fut donc recueillie par son père qui, comme la plupart des hommes de cette île, est un alcoolo invétéré et un grand drogué. Elle fut donc élevée dans des conditions de vie misérables. Rien que la maison où elle a vécu les pires années de sa vie fait pitié à voir, c'est pour dire. Ainsi, elle fut allaitée par une autre maman du village aussi répugnante que tous les hommes de cette île. Elle vécu donc ses cinq premières années de sa vie, son enfance, auprès d'hommes aussi vils les uns que les autres. La jeune Suwaru fut d'ailleurs traitée de « traînée » ou de « sa**** » de nombreuses fois sans vraiment aucune raison. Ne connaissant pas la signification de ces mots, elle ne disait rien et restait dans son coin à ne rien faire. Inutile de dire qu'elle s'est fait battre par son père à de nombreuses reprises. Son père, bien saoul, ne faisait qu'inviter des « copains » à venir boire un coup et la plupart d'entre eux ne cessait de mater la jeune Suwaru agée de cinq ans seulement, à cette époque, tous des pervers. C'est d'ailleurs ce qui l'a plus marqué dans sa vie à Osore, la perversité des gens et cela s'en fait ressentir dans son comportement envers les hommes pervers d'aujourd'hui. Ainsi, la petite fille ne reçut aucune éducation et, pendant sept années, s'entraîna d'elle même à lire et à écrire, les bases d'un enfant normal. Elle n'apprit donc à parler et à écrire convenablement qu'après ses douze ans, c'est dire ...

      Son éducation était donc finie dès ses douze ans, âge en retard pour simplement lire et écrire convenablement. Mais, en même temps, quand on voit son père qui ne sait faire ni l'un ni l'autre, Suwaru peut être considéré comme un génie. Sa vie continua donc son cours et tandis que son père ne changeait nullement, elle, de son côté, tentait au mieux de partir de cette fichue île qui ne lui apportait que malheur et tristesse depuis douze longues années. Cependant, ce fut quasiment inutile. Personne n'était jamais sorti de cette île et pour cause, cela faisait une bonne cinquantaine d'années qu'Osore existait. Par conséquent, toutes ses tentatives furent vaines. Mais, pour ne pas perdre son temps, à partir de ses treize ans, elle se mit à apprendre l'art de se battre, histoire de pouvoir se défendre. Elle vola donc des armes appartenant à son père et, celui-ci étant trop occupé à boire, ne remarquait rien. Elle réussit donc à prendre deux magnifiques armes. D'ailleurs, n'importe qui voyant ces armes dans une telle maison, sur une telle île, serait extrêmement surpris. Ces dernières étaient en fait un saï et un wakizashi assez spéciaux. En effet, d'habitude, la lame est blanche d'où le nom « arme blanche » mais, celles-ci disposaient d'armes à lames noires d'une beauté à couper le souffle. Fière de ses trouvailles, la jeune fille se mit donc à tenter de les maîtriser. Cela dura quelques temps avant qu'elle n'eut trouvé le but de ces armes : tuer. Et, quelles armes ! Cette combinaison d'armes permettait à Suwaru de nombreuses choses. Par exemple, le saï a pour but principal de bloquer les coups de sabres ou d'épées adverses et de les casser. Ensuite, le wakizashi permet de tuer l'adversaire venant de perdre son arme : très utile contre les marines et certains pirates. Par conséquent, ce fut durant six longues années de travail, d'acharnement, d'entraînement et de persévérance que Suwaru parvint à maîtriser ses armes. Cependant, elle s'est toujours entraînée à se battre dans le vide. Il était temps pour elle de mettre ces années de dures labeurs en pratique …

      Revenant de son « terrain d'entraînement », la jeune femme qu'est devenue Suwaru s'avança sans attendre vers sa maison, si l'on peut la considérer comme telle. Tout fut très rapide, son père n'eut le temps de rien dire, sa mort fut rapide et non-douloureuse. D'ailleurs, Suwaru a toujours regretté de s'être retenue lors de l'assassinat de son père, elle aurait pu le faire souffrir comme lui l'a fait souffrir. Mais, sur le coup, il faut dire qu'elle était pressée de mettre fin à la vie de ce sale homme sans aucun mérite. Suite à cela, la jeune femme attendit encore et encore jusqu'à ce que des « copains » de son père viennent voir s'il allait bien après des semaines sans nouvelle. Tout ce qu'ils trouvèrent fut un cadavre pendu par les pieds, la tête en bas et, à côté, sa fille, Suwaru. Bien sûr, en voyant cela, ils tentèrent de fuir mais leur taux d'alcoolémie était tellement élevé qu'ils n'arrivaient pas à marcher droit, alors courir … Ainsi, elle les poursuivit et les tua tous, sans exception, avec une cruauté des plus impressionnantes. Voyant l'effet de ses entraînements durant ces nombreuses années, Suwaru se mit vite en tête que la sortie de cette île était proche. Mais, pour que personne ne revive ce qu'elle avait vécu toutes ces années, elle alla voir chaque habitant pour leur « dire ses adieux », à sa façon. Par conséquent, personne ne survécu à cette tuerie que la jeune femme provoqua. Et, il faut savoir qu'elle n'eut aucune pitié. Que ce soient les grands-mère, les grands-père, les pères, les mères, les fils et les filles, tous succombèrent à la colère de Suwaru. Ayant définitivement terminé son travail, la jeune femme comptait bien s'en aller mais sans bateau, comment faire ? Et bien, elle se mit à y songer sérieusement. Elle trouva finalement une solution assez … étrange et farfelue. N'ayant aucun moyen de communication avec l'extérieur de cette île, le seul moyen qu'elle découvrit fut le cliché des cartes aux trésors : les bouteilles ! Elle expliqua donc, à la place de mettre une carte, à travers un texte sa situation en modifiant quelque peu les choses comme en mettant qu'elle cherchait un équipage de pirates auquel se joindre et tout un tas d'autres mensonges. Pour trouver une bouteille, ce ne fut pas dur, il y en a une tous les mètres carré. Mais, pour le papier, ce fut plus dur. Faut dire qu'ils n'étaient pas très cultivés alors l'écriture et compagnie n'étaient pas leurs activités favorites. Ainsi, après avoir mit une bouteille contenant le message à la mer, elle attendit encore et encore …

      Ayant tout juste dix-neuf ans, elle disposait du temps devant elle mais malgré tout, commencer une aventure nécessite une certaine jeunesse même si « Barbe Blanche » contredit ce fait. Et oui, elle put s'instruire malgré tout. Bien que les sales habitants de cet île n'étaient aucunement intéressants, ils leur arrivaient de parler des pirates célèbres dans le monde. Ainsi, elle a pu se cultiver par la parole des habitants. Comme dit précédemment, suite à l'envoi de son message, elle attendit patiemment de nombreuses semaines, puis de nombreux mois et finalement de nombreuses années. Ce n'est qu'à partir de ses vingt-deux ans que Suwaru reçut une « visite » de pirates. Ceux-ci tombant rapidement sous le charme de la belle demoiselle la firent monter à bord ce qui fut, par ailleurs, la plus grande erreur de leur vie. En effet, à leur grand malheur, elle trouva le bateau tout à fait à son goût. Elle en fit donc sa propriété mais, pour cela, elle tua le capitaine, sans grand mal. Ensuite, elle enchaîna les meurtres et ne garda qu'un seul matelot censé la mener hors de cette île. Ce dernier, ne voulant pas subir le même sort que ses compatriotes, dirigea le bateau et emmena le navire pirate sous les ordres de Suwaru à South Blue, endroit le plus chaud dans tous les sens tu terme. Sans aucune pitié, arrivée à sa destination, la belle jeune femme tua le petit pirate l'ayant aidé à naviguer et se mit en quête de pirates puissants en recherche d'équipages. Cependant, il est clair que ça ne se trouve pas à tous les coins de rues, des gens comme ça. Elle décida donc de vivre sur South Blue le temps de trouver ce qu'elle souhaite, c'est-à dire un équipage un minimum puissant. Néanmoins, la vie à South Blue était tellement agréable que Suwaru en oublia son but. C'est seulement à ses vingt-sept ans que la femme fatale se mit à activer les recherches avec une lueur d'espoir. Pourquoi vingt-sept me direz-vous ? Et bien, c'est l'âge que sa mère avait lors de l'accouchement mortel



Dernière édition par Suwaru le Mar 20 Juil 2010, 23:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suwaru
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 12
Equipage : Black Spiders
Inscrit le : 19/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
15/100  (15/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
16/1000  (16/1000)
MessageSujet: Re: Suwaru, la femme fatale ! [Validée]   Mar 20 Juil 2010, 00:48

Test RP ( il faut savoir que ceci est le genre de post que je posterais et non pas lepluslongpostpossibleafind'avoirlegradedésiré pour finalement faire des posts pourris plus tard ( des fois ce n'est pas le cas mais c'est rare tout de même ) :


~ Une Journée Banale à South Blue ~

Un bruit assourdissant venait de retentir faisant fuir et s'envoler les oiseaux proches. Le matin est un vrai défi là-bas, rien n'est sûr et il ne faut croire qu'en soi-même. La nature y est hostile et terrifiante. Ou, plutôt, « cette » partie de « cet » endroit est dangereuse. C'est bien sûr le « zoo du monde », autrement dit « Jade Yel ». Évidemment, la plupart des gens trouvent cet endroit merveilleux, une merveille. Mais, lorsque l'on y vit, la vision de cette terre n'est pas aussi idyllique. Mais, en même temps, c'est un bon entraînement pour tous les amateurs de combat. Pour dire vrai, Suwaru en fait partie et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle se réveille au milieu de nulle part. Non, à vrai dire, elle se trouve sur une plaine mais celle-ci est tellement déserte à son habitude qu'elle est surnommée le « Désert Herbeux ». Mais, ça, c'est normalement. Car, il faut savoir que cet endroit est rempli d'incohérence et que chaque jour, rien n'est pareil. Par exemple, en cette belle journée qui commence, Suwaru se leva tranquillement tandis qu'elle était encerclée par une meute de hyènes sans doute affamées. Mais, la belle femme pirate est tellement généreuse qu'elle comptait régler cela et de les aider, à sa manière. Soupirant de ne pas pouvoir se réveiller sans avoir un exercice matinal, elle prit son wakizashi à lame noire sans faire de gestes brusques afin de pouvoir attaquer la première. Une fois l'arme en main et la position de combat effectuée, Suwaru s'élança avec agilité et rapidité vers une des nombreuses hyènes. Elle lui asséna sans qu'elle ne puisse s'en rendre compte un coup bien précis dans sa tête. Suite à cela, la femme fatale retira son arme de la tête de la hyène d'où gicla pas mal de sang. Adorant cette sensation, cela ne fit que motivé Suwaru à continuer de tuer. Elle enchaîna donc, sans grande difficulté, tous ses adversaires et ne mit pas longtemps à exterminer la meute. Malgré le réveil du pied gauche, cette mise en appétit de la journée lui plut pas mal. La jeune femme prit donc son sac où elle mettait les affaires indispensables puis s'en alla de cette plaine ne possédant désormais qu'une dizaine de cadavres d'animaux.

Lorsqu'elle fut enfin sortie de cette satané plaine, Suwaru n'arriva malheureusement pas à la sortie. Elle passa même d'une plaine déserte à une forêt où la faune et la flore sont abondantes. Elle entra donc dans cet endroit humide et disposant d'une odeur nauséabonde afin de pouvoir retourner à son bateau. Pourquoi ? Pour voir si personne ne souhaite le prendre. Il faut dire qu'elle est très possessive alors que son bateau soit volé, jamais ! Avançant donc à travers les feuillages, les singes l'observant sans cesse et les insectes répugnants, Suwaru arriva au centre de la forêt, apparemment. En effet, ce n'était pas sûr vu que tout est imprévisible à « Jade Yel ». Néanmoins, être arrivée d'un coup au centre est quelque peu suspect. Ce genre de choses, la jeune femme le ressent très bien et perçoit donc le danger lorsqu'il est présent. Et, malheureusement pour ceux qui lui veulent du mal, ceci est un piège. Voulant se défouler un petit peu, Suwaru fit exprès de tomber dedans afin qu'un peu d'adversaires s'affrontent à elle. Soudain, à sa plus grande surprise, ce ne fut pas des animaux qui surgirent ou même une tribu nomade mais des marines. Bien sûr, une question évidente vint à l'esprit de la jeune femme : que foutent-ils ici ces sales chiens ? Ceux-ci, sabres en main, s'avancèrent vers elle afin de l'arrêter, sûrement. Mais, pourquoi cela ? Elle ne dispose d'aucune prime, pour l'instant en tout cas. Ah … peut-être que la Marine a découvert les tueries qu'elle a effectué à Osore ? Sûrement pas, ils seraient beaucoup plus sinon. Non, elle demanda donc aux marines ce qu'elle avait soi-disant fait et, à sa grande surprise, ceux-ci lui répondirent que les animaux de « Jade Yel » sont des animaux sous protection et qu'il est absolument interdit de les tuer. Suwaru ne sut quoi répondre à cela. Elle fut même un peu déçu que ce ne soit que pour cela. Malgré tout, cela méritait une punition. Croire pouvoir l'arrêter est une grosse faute qui doit être réparée. Pour la jeune femme, la seule réparation possible est d'être tué, cela est la plus belle excuse au monde. Et, lorsque quelqu'un ne souhaite pas mourir pour s'excuser, alors Suwaru l'y forcera, du manière ou d'une autre. Ainsi, elle utilisa son charme naturel et sa voix sensuelle afin de séduire la plupart des marines présents. Ceux qui succombèrent moururent sans avoir vraiment eu le temps de penser à ce qu'ils faisaient. Mais, d'autres étaient plus résistants et ne tombaient pas sous son charme. Là, c'était la pire chose qui pouvait arrivé à un homme face à elle : ne pas tomber amoureux. Dès à présent, pour ceux qui restaient, elle leur fit l'honneur de se battre à l'aide de son saï. Par conséquent, un combat entre Suwaru et quatre ou cinq membres de la marine commença. A l'aide de son arme, elle tua trois marines en visant leur cœur. Le dernier, quant à lui, semblait plus coriace. Donc, pour remédier à cela, elle attendit que le marine lui assène un coup de sabre pour le bloquer avec son saï. Suite à cela, elle tourna avec force son arme afin de faire partir le sabre du marine de sa main. Ensuite, il subit le même sort que ses compagnons : un coup dans le cœur.

Ayant eu assez de combat pour cette matinée et souhaitant arriver avant la tombée de la nuit, Suwaru décida exceptionnellement de ne plus se battre. Cette décision est rarement prise par la jeune femme, elle qui aime tant tuer, ôter la vie. Cette sensation de pouvoir qui vous monte à la tête lorsque vous voyez quelqu'un d'inconscient, de rigide, juste devant vous. Bien sûr, de nombreuses personnes pourraient comparer la jeune femme à une psychopathe mais il n'en est rien. Elle aime juste tuer, c'est tout. Par conséquent, avançant à travers déserts et zones humides, elle se retint de ne blesser aucun animal. Cela fut plutôt dur pour elle de ne pas agir durant quelques heures mais, si c'était contre son bateau, elle serait prête à ne plus tuer, ou presque. En tout cas, rien que de ne rien faire fut une épreuve des plus terribles pour Suwaru ayant la soif de sang.

Ainsi, durant de nombreuses heures, elle traversa de nombreuses zones aussi différentes les unes que les autres pour finalement arriver à destination au coucher du soleil. Cependant, il n'y eut pas grand nombre d'interruptions durant son « voyage » à travers « Jade Yel », une chance pour ceux qui seraient morts s'ils s'étaient affrontés à elle. Elle arriva donc au port qui permet d'entrer ou de partir de « Jade Yel ». Suwaru n'eut besoin que de quelques secondes pour remarquer son navire pirate. A voir le nombre de personnes présentes autour de son bateau, on pouvait en déduire qu'il n'était pas très désiré. Et bien, tant mieux ! Elle n'aura pas à tuer de pauvres imbéciles. Enfin, ça, c'est ce qu'elle croyait. Effectivement, alors qu'elle admirait fièrement son gros navire. Une voix grave, d'homme, survint jusqu'à ses oreilles. Ce dernier, mesurant environ deux mètres, se trouvait accompagner de sous-fifres, sûrement. Il demanda sans grande perspicacité si ce bateau appartenait à la belle femme se trouvant devant lui. Ah, lui, il a mal joué son coup. La flatterie est la dernière chose que Suwaru aime entendre d'elle. Assez énervé par ce genre de types, elle ne mit pas longtemps à sortir son wakizashi ainsi que son saï pour se battre contre ces brutes. Néanmoins, ce n'est qu'un aspect car, au combat, ils ne valaient rien du tout. En effet, en utilisant la tactique habituelle, le combat fut très vite réglé. La technique habituelle est d'ôter l'arme de l'ennemi avec le saï puis l'embrocher avec son wakizashi. C'est une technique que Suwaru utilise couramment, cela doit même être celle qu'elle utilise le plus. Ayant terminé sa journée de la même façon qu'elle avait commencé, la jeune femme monta dans son bateau afin de se reposer pour la journée suivant qui risque d'être aussi mouvementée que celle-ci. Enfin, qui risque d'être dominée par l'action que Suwaru aime tant : tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanio Miyazaki
.ø. Modérateur .ø.
Lieutenant-Colonel

.ø. Modérateur .ø.Lieutenant-Colonel
avatar

Nbre de messages : 356
Equipage : Commando Falcon/The Sentence
Inscrit le : 09/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
51/100  (51/100)
Fruit du Démon : [...]
Expérience:
122/800  (122/800)

MessageSujet: Re: Suwaru, la femme fatale ! [Validée]   Mar 20 Juil 2010, 08:40

Bienvenue Wink.

On discute de ta fiche partie staff, je te demande donc de patienter ^^.

_________________




Si ce monde ne compte que peu de gens bien, alors je me battrais contre ce monde corrompu pour leur donner un monde meilleur ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-draw.forum-actif.net
Jason O'Neill
.ø. Administrateur .ø.
Colonel
.ø. Administrateur .ø.Colonel
avatar

Nbre de messages : 1051
Equipage : Le Commando Falcon
Inscrit le : 26/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
62/100  (62/100)
Fruit du Démon : N/A
Expérience:
373/600  (373/600)
MessageSujet: Re: Suwaru, la femme fatale ! [Validée]   Jeu 22 Juil 2010, 09:58

C'est bon pour nous ^^ Tu es donc validée en tant que Capitaine Pirate des Mers Bleues.

Tu m'enverras un MP avec le nom de ton équipage et celui de ton Navire pour que je crée tout ça ^^

Et en attendant....bon jeu o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Suwaru, la femme fatale ! [Validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Suwaru, la femme fatale ! [Validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» - Event II - Jolie Jeune Femme... Fatale !
» + la femme fatale est une fille de dix neuf ans. (everleigh)
» Présentation d'une femme fatale
» la femme fatale
» La femme fatale (Nikolas&Deklan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: Présentations-
Sauter vers: