Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michelle Delaire
Explorateur - Troubadour & Artisan inexperimenté
Explorateur - Troubadour & Artisan inexperimenté
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : Pour l'instant elle va essayer de survivre pour aller ensuite à la Délégation~
Inscrit le : 14/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
17/100  (17/100)
Fruit du Démon : Certaines légendes sont peut-être fait pour le rester~
Expérience:
0/700  (0/700)

MessageSujet: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   Mer 28 Juil 2010, 04:44

Il ne devait être que sept heure du soir, tout au plus. À ce moment précis, Michelle commençait à relater sa journée sa son journal intime. Elle et la charmante danseuse qu'elle avait rencontré environ deux ans auparavant voguaient sur les flots tranquilles de North Blue à bord d'un sublime voilier touristique. L'une comme l'autre recherchait le contacte avec les autres. L'une comme l'autre voulait transmettre quelque chose. L'une comme l'autre vivaient leurs rêves affirmés et matures en voyageant où les guidait le vent, leurs envies, leur passion. Dans quelques heures ces deux jeunes femmes allaient normalement monter sur scène pour animer le dîner et ravir les clients. Le soir d'avant fut une réussite alors pourquoi celui-ci devait être un fiasco ? Peut-être à cause du bateau qui tanguait dehors. Ou alors le coup de feu qui retentit alors que la demoiselle curieuse sortait dans les couloirs pour aller voir ce qu'il se passait. Là, la curiosité céda sa place à l'inquiétude. Un mauvais pressentiment s'empara de ses tripes. Son cœur fut affublé d'un électrochoc suite à des cris qui s'élevaient dans l'air. Puis un autre coup de feu. L'agitation se répandait partout sur le bateau. La brunette s'imposait de ne pas céder à la panique. Si jamais ceci se venait à se produire la demoiselle ne pourrait pas agir de façon constructive et cette éventualité se trouvait à bannir.

Les membres guidés par l'instinct, le regard alerte et la démarche précipitée, cette demoiselle avançait au travers les masses de curieux qui se demandaient encore ce qu'il se passait. Sa tenue du moment se constituait d'une jupe légère mi-cuisse, à jupon recouvert de mousseline beige dont quelques motifs floraux s'y trouvaient brodés. En haut, un débardeur doublé, assez ample, de couleur caramel et choco-lait, lui découvrant un décolleté naturel. Une paire de chaussure ouverte à talon lui entourait les pied. À la main elle tenait son sac contenant ses papiers, son argent son journal, son instrument de musique, quelques affaires de dessins et une petit matériel de secours plus... quelques bricoles qu'elle emmagasinait sans trop y réfléchir... bref, ce qu'elle gardait toujours avec elle et dans n'importe quelle circonstance. On notera cependant, qu'elle embarqua son sac plus dans le but de ne pas se faire voler son fric qu'après avoir réfléchit au pourquoi du comment... Et c'était ainsi, les lunettes glissées à la va-vite sur son nez et les cheveux noués en chignon par un baguette que la miss avançait, peu sûre d'elle.

D'autres coups de feus retentirent. Puis de nouveau des cris. Les curieux s'étant glissés dans les couloirs, interpellés par le raffuts, commençaient à faire demis-tours. Les plus courageux – ou tête-brûlées comme vous préférez – continuaient leur avancée vers le danger imminent. Les cris s'intensifiaient de plus en pire. Une peur sourde la rongeait de l'intérieur. Où se trouvait Isa.. Sa rouquine, où était-elle ? Plus elle approchait de la source des premiers cris et des détonations, plus elle percevait des éclats de voix rustres, affreusement masculines et rocailleuses. Depuis le corridor qu'elle parcourait, Michelle se trouvait dans l'incapacité de voir ce qu'il se passait au dehors. Mais plus ça allait, moins il y avait de personnes allant dans sa direction... À sa droite, elle pris un couloir par crainte de se retrouver dans la panade. Pas qu'elle niait le fait de l'être déjà mais... juste question de sécurité. Les voix se faisait plus distinctes.

Puis tout s'enchaîna à une allure effrayante. De nouveaux cris, de nouveau coup de feu, une déclaration de pillage, une victime. Des rires sordides se mêlèrent à tout ça. Elle détala alors en empruntant le premier escalier. Il fallait qu'elle sorte de ce couloir où tout les autres semblaient se réfugier. De la sorte elle gagna le pont au pas de course. Son coeur sembla s'arrêter. À ses pieds une femme, à moitié morte agonisait. Sur le coup elle recula et manqua de dévaler les escalier mais elle se rattrapa au dernier moment. De toute pars se dispersaient des barbares sanguinaires, des pirates. Leur but ? L'argent. Les victimes ? Peut importaient du moment que le pognon était récupérer. Le bateau se faisait attaqué. L'odeur de la poudre et du sang commençaient à monter dans l'air moite de ce théâtre sordide. Que ce passait-il ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? P...

« Aidez... moi... »

La femme agonisante murmurait dramatiquement ses suppliques. Puis un autre coup de feu, un autre coup de sang, un nouveau cris. Michelle reconnue celui-ci entre mille. À ses pieds, la femme murmurait encore. Elle baignait dans une mare de sang. Mais un nouveau cris de sa tendre parvint à ses oreilles. La panique commençait grignotait sans mal à brunette qui bondit au dessus de l'agonisante pour se précipiter vers le cris. Plus le les secondes passait, plus la situation empirait. Soudain, une balle manqua de peu l'artiste médecin qui poussa un hurlement de peur, s'aplatit au sol comme d'un réflexe, rampa sur quelque mètres les muscles se mettant à trembler et le cœur lancé dans un galop sans fin. Puis elle se releva, ses jambes se mirent à courir d'elles-même et elle plaqua ses mains sur sa tête. Sa respiration commença à lui faire défaut. Elle en oubliait ce qui elle était. Le spectacle qui se déroulait autours d'elle la rendait vulnérable. Son cerveau lui paraissait perdre les pédales. Isa, où était elle ? Elle devait la récupérer et ensemble elle devaient se cacher, trouver un échappatoire, faire n'importe quoi mais rester en vie et ensemble. Une tête rousse, à droite, plus loin. Elle s'y précipita. Ne réfléchissant pas à si elle pouvait se faire tirer dessus, elle fonçait tête baisser.

« Là bas ! » Gueula une des pirate en pointant Michelle son révolver et lui tira un première balle dessus. Celle-ci lui érafla la joue. Son cœur loupa un battement, son talon se prit dans une latte de bois s'étant déplacée et la pauvre femme prit un vol plané de deux mètres avant de s'étaler lamentablement au sol en s'écorchant les bras et les genoux. Pour se relever elle dérapa à deux reprise. Le pirate tira une seconde balle en se marrant sadiquement et Michelle manqua de très peu cette seconde balle... À moins que le type joua avec elle. Car la troisième lui érafla son autre joue. C'était comme si c'était mesuré, cette poursuite. Autours, toujours ses cris, toujours ses coups de feus, du sang, de la chair.. des odeurs à vomir. Pourtant, cette odeur de mort et de cadavre, elle l'avait déjà expérimentée lors de ses études et de ses nuits aux urgences de l'hôpital... Mais ce n'était pas le même contexte. À ce moment passé elle sauvait des vies, maintenant elle sauvait sa peau.

D'ailleurs là, son refuge était une caisse en bois. Des larmes de peurs commencèrent à jaillir de ses yeux. Des cris, des morts, tout tournaient dans sa tête et la panique se chargeait de la dévaster. Mais mis à pars sa peaux, celle de son amie était en jeu. Cette amie pour qui cette nana portait tellement d'attention. Respirant bruyamment, mélangeant les larmes, elle décida de sortir de sa cachette pour continuer sa recherche. D'autres coup de feu, et des coups de lames aussi... des hurlement stridents, des rires. L'enfer se déversait en ce lieu paisible. Des enfants pleuraient, d'autres se faisaient égorger. Le spectacle des horreurs dansaient avec aisance sur le rafiot au voiles qui manquerait presque de s'enflammer.

De nouveau, Michelle trébucha. Mais cette fois ses pieds n'en étaient pas la principale cause. En essayant de se relever elle fut tirée en arrière par une victime grièvement blessée. Les yeux injecté de sang, un filet rouge dégoulinant du coin de ses lèvres... mais dans son attitudes, cet homme lui disait quelque chose... Puis, elle se souvint du type avec qui elle l'avait parlé quelques heures avant. C'était un bureaucrate d'une petite île du coin...

« J'ai besoin d'un médecin... Ai...ai.. dez... m... »

Le pauvre n'eut point le temps de finir sa phrase qu'une gerbe de bille et de sang fut expulsée de sa bouche meurtrit. La médecin ne prêta pas attention aux blessures de gars. Elle pris peur, encore plus peur. L'envie de vomir lui pris le ventre. Pour le stopper, elle se tourna et plaça une main devant sa bouche, ferma les yeux et s'appuya conte une paroi. Pour continuer à se traîner, elle s'en servit d'appui, tremblante. Au moment de s'écrouler au sol, des appels au secours. Isa. Un élan d'énergie : merci l'adrénaline. Tirant sur un bras, elle empoigna une rambarde et monta sur le pont supérieur, n'ayant en tête que son amie en difficulté. Quelques mètres plus loin, elle la revit enfin. Blessée, au sol, avec deux pirates la malmenant.

Notre paniquée ne tenta aucune provocation mais fonça. De toute ses force elle couru en hurlant le prénom de sa danseuse, de sa fée. La respiration difficile, le cœur battant à son maximum... Une fois de plus sa course s'arrêta. Un des pillards de pirates lui agrippa son sac. Un cri sur-aiguë passa ses lèvres. Puis elle reçus un coup dans la tempe. Sonnée, elle ne put retenir son sac qui glissa de son épaule mais resta bloqué au pli de son coude alors qu'elle se fracassait au sol. La Delaire n'avait plus aucune notion. Même celle de sa propre fatigue, plus notion de rien à part son objectif. Le rustre re-tira un coup sec sur sac qui se vida à moitié sur le sol. L'autre, alors au sol, rampa en direction de son amis. Essaya de se relever, ce à quoi elle arriva non sans mal, son corps entièrement douloureux. Mais tant pis. En temps normal elle ne se serait pas montrée aussi forte, dirons-nous, mais sa déterminations était telle qu'elle passa outre. Ralentit par les membres capricieux, elle réussit à rejoindre l'un des deux pirates s'en prenant à sa douce Isa et lui sauta sur le dos pour le déstabiliser, le tout en hurlant de la laisser tranquille dans des sanglots incontrôlable.

Pour se dégager, ce corps féminin fut envoyé valser sur le sol, par dessus la rouquine. Sa respiration se coupa sous l'impact et un craquement à faire frémir perça à son oreille. Il s'en suivit une vive douleur au niveau de ses côtes flottantes. Ses lunettes ayant valsée plus loin, un flou se glissa devant ses yeux. Rien de bien grave à se niveau là, en temps normal. Mais avec la douleur, elle eut l'impression d'avoir perdu la moitié de sa visibilité. La masse rousse... c'était Isa. Elle était là... Elle ne savait pas dans quel état, incapable de le discerner. Alors, elle ramena le corps vers elle. On aurait dit une poupée désarticulée. Mais en dehors d'elle, notre petit bout le femme ne percevait plus rien de concret. Les hurlement n'était plus que des fond sonores pour elle. Et l'autre coup de latte qu'elle se pris ne lui fit ni chaud ni froid. Son corps était maintenant bien trop engourdit pour réaliser si ça lui faisait mal. Mais elle tomba, comme morte... et après ça, on ne lui chercha plus rien... plus un coup ne lui parvins dessus... du moins pas volontairement.

Avec lenteur, elle se redressa. Avec lenteur elle ramena le corps de sa belle rousse aux yeux noir dans ses bras. De ses yeux elle ne percevait plus que des ombres à ce moment là. Ses lunettes reposaient à côté d'elle avec un verre fissuré. Ses vêtements étirés étaient couvert de sang. Sa jupe était écorché, un de ses talon s'était barré et son débardeur lui découvrait une partir de sa poitrine et de sons sous-vêtement simple et basique, blanc... maculé de sang. Mécaniquement, elle entortillait une mèche de cheveux roux entre deux doigts. Son autre main, posé sur la hanche de la danseuse, caressait mollement. Son regard vide ne reflétait plus rien à cet instant, comme mort. En plus, avec son teint livide... elle faisait réellement cadavérique. Seul détail trahissant son état était un fredonnement. Une valse... La Valse Sentimentale sur laquelle dansait cette petit fée aux ailes brisées lors de leur première rencontre, avait un air morbide. Dans ses bras, Isa était... éteinte. À observer Michelle, il était difficile de savoir si elle réalisait que plus jamais.. non... jamais elle ne reverrait danser dans muse de fée...

[Voilà mon premier post ici... Je vous avouerais que j'ai eut un peu de mal à l'écrire et je ne suis pas sûr qu'il soit valable. Si il ne l'est pas, je le modifierais sans problème ._. <3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lence Silverberg
Criminel Inattrapable
Criminel Inattrapable
avatar

Nbre de messages : 78
Equipage : La Délégation ~
Prime : 80. 000. 000
Inscrit le : 13/04/2009

Feuille de personnage
Niveau:
55/100  (55/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
665/600  (665/600)

MessageSujet: Re: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   Mar 03 Aoû 2010, 06:04

    North Blue, plusieurs jours après les évènements qui ont mis à feu et à sang le grand royaume de Lur-Albion. Parmi toutes les personnes se trouvant sur ce navire de plaisance, plusieurs s'étaient retrouvés en plein milieu de cette bataille civile qui avait provoqué tant de souffrance et de remords. Pourtant, ici même, ces évènements étaient bien loin de la préoccupation principale. Lence Silverburg, criminel réputé et mercenaire à part entière secrètement recruté par le royaume de Lur-Albion pour servir ses intérêts dormait paisiblement dans sa chambre après une journée tranquillement ennuyante sur le navire de plaisance entre deux escales. Enfin, il dormait paisiblement jusqu'à ce que des coups de feu retentissent dans l'air. Immédiatement, le tueur à gages avait ouvert les yeux tandis que la porte de la chambre s'ouvrait en grand sur une jeune fille aux cheveux courts sombre qui tenait un fusil de précision entre les mains.

    -"Qu'elle est la situation, Hinaya...?"

    "Un navire nous attaque, tonfa-nii-san ! Probablement des pirates... Ils doivent être environ une cinquantaine d'après ce que je peux entendre... Serviteur-nii-chan et épée-onii-san sont partit devant des les premiers coups de feu ayant retentis !"

    -"Je vois..."

    "Que devons nous faire ?"

    -"Quoique vous fassiez, ne vous mettez pas sur ma route... Ils ont dérangés mon sommeil..."

    Et le combattant attrapa une valise noire sous le lit qui contenait ses armes. Il était beaucoup plus simple de voyager quand on avait pas à s'occuper de se faire repérer par les gardes à l'embarquement, Hinaya avait dut récupérer son fusil de cette manière. Quand à Erick Lenne et Jonhattan Trybes, c'était bien simple ils s'étaient fait engager comme serveur et garde sur le navire. N'étant pas connus des autorités, ça avait été plutôt simple pour eux de se faire engager. Hinaya fit mine de se mettre au garde à vous avant de se retourner, tirer deux fois dans une direction dans le couloir puis finir par quitter le champs de vision de l'homme aux tonfa. Un coup d'œil de celui-ci autours de lui une fois ses tonfa parés au combat lui permit de voir que Svetlana n'était pas dans les parages... bah, ce n'était pas grave, elle était bien assez grande pour se protéger d'un menu fretin comme celui-là.

    A peine Lence posa le pieds en dehors de la pièce qu'il croisa des clients du navire en train de courir pour sauver leur peau d'un ennemi à moitié visible seulement. Qu'elle faiblesse sérieusement, comment pouvaient-il espérer survivre si ils ne savaient pas se battre ? Même si des océans aussi peu dangereux que les Mers Bleues, ils devaient apprendre à se battre si ils voulaient quitter leur doux foyer. Tandis que Lence marchait en direction du pont, des cris retentirent dans une direction suivit de menaces et d'une déclaration typiquement pirate prononcées sur un ton rustre par des moutons assoiffés de sang. Cette déclaration fut rapidement suivit par l'attaque en bonne et dut forme du navire par les herbivores sanguinaires et les premiers ennemis atteignirent rapidement le jeune homme qui les écrasa d'un geste contre le mur. Ils étaient trop faible... peut-être leur capitaine serait-il plus doué ? Sans perdre un instant, le chef de la Délégation reprit sa route vers le pont supérieur... il n'y avait que là que pouvait se trouver un type qui envoyait ses hommes au combat en premier sans y participer, forcément.

    En chemin, il croisa Erick en train de protéger une famille entière en se battant comme un forcené contre trois assaillants sans perdre son souffle, le regard éclairé par son sens de la Justice. Lence le laissa là à ses préoccupation, le jeune serviteur était bien assez doué lui-même pour survivre et sans doute aurait-il déjà mis ses assaillants à terre si il n'avait pas cherché à protéger cette famille en même temps. Sans se presser, l'ancien Ashura monta les marches qui menaient vers sa destination finale marchant sur le cadavre d'un des clients du bateau au passage. Il était mort, il n'avait plus à s'inquiéter de ce que son corps devenait maintenant et il n'avait qu'à ne pas se trouver sur sa route. Lence croisa sur son chemin une scène des plus dégoutante tout de même... des pirates s'en prenant à une pauvre adolescente qui pleurait toute les larmes de son corps en se tenant le bras. Le jeune homme maintenant couvert du sang de ses cibles les écrasa comme la vermine qu'ils étaient sans jeter un seul regard à celle qu'il venait de sauver au passage, elle était faible comme les autres.


    "Ah, tu es là, mec !"

    Jonhattan venait de faire irruption à sa droite son épée à la main qui de par ce que le guerrier pouvait voir avait déjà servit sur le navire à écraser la maigre résistance adverse pour l'instant. L'épéiste, sans se soucier des bruits de bataille qui l'entourait continua sur le ton d'une conversation normale:

    "Je viens de croiser la gosse, elle m'a dit que vous seriez dans le coin. On peut vraiment s'y donner à cœur joie, c'est sérieux ?"

    -"Tu as été engagé sur ce navire en tant que garde, Trybes... Fais ton travail jusqu'au bout, ne ternit pas l'honneur de la Délégation... Et leur Capitaine est pour moi, c'est bien compris...?"

    Le combattant endurcis poussa un soupire ennuyé en début de réponse avant de commencer à marcher vers l'intérieur du navire en prononçant:

    "Bien bien, c'est toi le chef, tu choisis... mais punaise, j'espère vraiment qu'il y aura un bon épéiste dans le tas, sinon ça vaudra pas le coup ! Dire que j'ai raté Roronoa d'un jour seulement..."

    D'après ce que Lence put entendre avant de lui même reprendre sa route, Jonhattan continuait sa tirade personnelle sur au combien il aurait aimé se trouver là pendant les évènements de Lur-Albion. Mais cela ne l'intéressait pas, il s'était déplacé vers une autre destination qui était étrangement contraire à celle qu'il avait choisir à l'origine. En fait, son attention avait été attirée par le cri d'une jeune femme qui hurlait un nom entre deux coups de feu. Le jeune homme intrigué par le fait qu'une personne puisse s'intéresser à quelqu'un d'autre qu'elle même dans ces circonstances s'était approché. Il arriva juste à temps pour voir une femme débouler d'un autre escalier pour se jeter sans réfléchir et en hurlant sur des pirates qui agressaient une autre demoiselle. Elle se fit stopper en route, bien entendu, mais elle se releva et cela fit sourire le combattant qui s'approcha lentement et silencieusement de la scène qu'il observait dans tous ses détails.

    Une explosion retentit derrière lui mais cela n'avait pas d'importance, les pirates l'avaient repéré et s'étaient lancés sur lui armes aux poings. L'instant d'après, ils étaient au sol assommés et Lence leur donna à chacun un coup de pieds qui les firent atterrir devant la demoiselle qui tenait sa camarade entre les bras, probablement morte. Le tueur à gages se tint devant elle, debout pendant quelques instants à l'observer jouer avec les cheveux du cadavre avant de se baisser et lui attraper le menton dans sa main droite, pour la forcer à regarder dans sa direction. D'une voix horriblement calme et neutre, Lence prononça à l'encontre de cette femme combattive:


    -"Elle est morte... Tu n'y peux plus rien maintenant, c'est un fait... Et si tu reste ici avec elle, son cadavre risque d'être souillé par ton sang et par ces herbivores... Est-ce que c'est ce que tu souhaite vraiment...?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Svetlana Irving
Criminel
Criminel
avatar

Nbre de messages : 65
Prime : 50. 000. 000

Inscrit le : 22/06/2009

Feuille de personnage
Niveau:
37/100  (37/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
37/600  (37/600)

MessageSujet: Re: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   Mer 04 Aoû 2010, 17:02

Alors que le navire naviguait au rythme des flots de North Blue, l'un des membres se plaignait sans cesse dans ses appartements. Son fidèle humain de compagnie, une jeune homme de 17 ans, tentait désespérément de satisfaire à tout ses caprices. Car depuis que quelque chose grandissant à l'intérieur de son ventre, l'albinos aux yeux de glace pouvait se montrer des plus chiantes pour son entourage. Cela pouvait ainsi expliquer pourquoi son capitaine avait trouvé refuse dans sa chambre... du moins c'est ce qu'il pensait.

Le jeune comme qui accompagnait l'experte en explosifs était un adolescent que celle-ci avait trouvé lors d'une des missions que Kyo lui avait donné: il avait les yeux aussi purs et bleus que l'océan, de courts cheveux gris sauvages dont deux grosses mèches tombantes faisaient penser à des oreilles de chat, encadraient un visage fin et délicat, d'ailleurs toute la personne du garçon était fine. Il n'était peut être pas musclé mais palliait son manque de force par une rapidité et une agilité hors norme, un vrai petit chat en somme ce qui avait plu à la mégalomane c'est pourquoi celle-ci l'avait «adopté» en tant qu'animal de compagnie. Elle lui faisait sans cesse rappeler son statut notamment avec le collier qu'elle lui avait mis autour du cou ou encore une fausse queue de chat qu'elle lui obligeait à porter sous peine de sanctions.

Mais même si elle se complaisait à l'appeler ainsi, au fond d'elle, oui oui tout au fond, cherchez bien et vous trouverez, quelque chose faisait qu'elle ne pouvait plus abandonner ce petit animal... comme de l'attachement;

Elle se mit à geindre encore une fois sous le regard blasé de Matthew (le nom de son animal de compagnie gris): les fraises qui lui avait fait n'avaient pas assez de crème chantilly. Il fallait qu'il en rajoute sinon le mélange qu'elle espérait n'aurait pas bon goût. C'est dépité qu'il reparti une fois de plus en direction de la cuisine mais il n'y arrivera jamais.

En effet, en chemin il entendit une conversation qu'il devait rapporter à sa «maitresse» dans laquelle il était fait référence d'une attaque, les dires de la demoiselle furent confirmés par des bruits de tirs. Faisant agilement demi-tour d'un pas très léger et presque félin il repartit en direction de la chambre de Svetlana Irving qui l'accueillit avec un regard noir et un coussin en pleine figure, lui faisait lâcher le dessert qui s'écrasa au sol dans un bruit de fracas. Le pauvre petit éberlué la regarda d'un air ahuri, elle se mit alors à hurler.


«-Je pense qu'en aussi peu de temps tu n'as pas pu t'acquitter de la charge alors j'écoute ton excuse... si elle ne me satisfait pas tu risques gros mon petit a-ni-mal...»

Elle détacha chaque syllabes pour montrer son impatience et pour le rabaisser une fois de plus, lui rappeler sa condition. Il se mit une fois de plus à soupirer avant de commencer son rapport.

«-Svetlana-sama, j'ai surpris une conversation entre Lence-san et Hinaya-san. Il semble que des pirates tentent de nous attaquer. J'ai préféré pour avertir.»

Le regard de la dame blanche changea d'une colère noire à un état d'amusement. Elle se leva doucement, laissant apparaître un ventre déjà arrondit pour celui d'une mère de quatre mois et se dirigea vers le petit Matthew. Une fois à sa hauteur elle lui attrapa le menton pour relever sa tête et plonger son regard glacial dans celui océanique du petit et d'un sourire gourmand continua.

«-Tu as bien fait mon petit... Maintenant va préparer de quoi protéger ta maitresse... tu ne voudrais pas que quelque chose m'arrive ne?... ça serait regrettable de perdre celle qui t'as recueilli... tu ne trouves pas?...»

Elle lui lâcha le menton et sortit de la salle, en prenant bien entendu soin de prendre ses deux fidèles pistolets ainsi que quelques mini-bombes; le petit en question la rejoignit le temps d'aller chercher les deux dagues qui lui servaient d'armes et de rattraper sa maitresse qui avançait doucement en tenant avec ses deux mains son ventre. Marchant dans les couloirs du navire où gisaient de nombreux cadavres sur sa route... apparemment Lence les avait précédé et s'en était donné à cœur joie, ils furent arrêtés de temps en temps par ces maudits pirates qui tombaient sous les balles ou les coups de dagues bien placés.

Ils allaient entrer dans une salle lorsqu'un adversaire un peu plus gros attrapa le pauvre petit par le cou et le souleva du sol. Le jeune femme regarda la scène sans montrer le moindre sentiment et leva juste son arme en direction de l'importun.


«- Tu as osé toucher à ma propriété...»

D'un geste vif, elle lança deux mini-bombes pour le désarçonner et le fini par une rafale de balles. La petite explosion avait du se faire entendre. Elle traversa enfin la salle, suivi de son garçon, pour voir d'autres loques au sol mais cette fois elle trouva le responsable de leur état, qui n'était autre que son chef Lence qui était en train de «parler» avec l'une des victimes. Elle se posta à coté de lui et écouta.

-"Elle est morte... Tu n'y peux plus rien maintenant, c'est un fait... Et si tu reste ici avec elle, son cadavre risque d'être souillé par ton sang et par ces herbivores... Est-ce que c'est ce que tu souhaite vraiment...?"

«-Lence... Laisse-la moi et va te charger de ces vermines... si elle t'as assez intéressé pour que tu lui daignes adresser la parole, c'est qu'elle en vaut la peine et que c'est dans notre intérêt...»


Alors qu'ils étaient en pleine contemplation de la victime, le petit animal de Svetlana avait de plus en plus de mal à repousser les assauts adverses et le fit comprendre bien vite, il lui fallait de l'aide. Svetlana, quand à elle, rangea ses deux dagues dans leurs holsters à l'arrière d'elle et s'approcha de la demoiselle le plus doucement qu'elle pu, sans geste brusque pour l'effrayer et tendit sa main dans l'espoir que l'inconnue la prenne. Elle pris la voix la plus douce qu'elle pu et tenta de calmer Michelle qui était dans une sorte de transe. D'abord instaurer un dialogue pour se rapprocher et ensuite l'enlacer, la calmer par une grosse étreinte.

«- Tchhhhhh... calme-toi... calme-toi...c'est fini ma fille... c'est fini... elle n'aurait pas voulu te voir ainsi...»

Elle avait vraiment l'air d'une mère avec son enfant à parler ainsi, d'une voix douce et calme... l'adolescent regardait la scène d'un œil inquisiteur tout en plaçant de quoi entraver le passage des pirates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Delaire
Explorateur - Troubadour & Artisan inexperimenté
Explorateur - Troubadour & Artisan inexperimenté
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : Pour l'instant elle va essayer de survivre pour aller ensuite à la Délégation~
Inscrit le : 14/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
17/100  (17/100)
Fruit du Démon : Certaines légendes sont peut-être fait pour le rester~
Expérience:
0/700  (0/700)

MessageSujet: Re: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   Dim 08 Aoû 2010, 15:39

Une poule... sur un mur... qui picore du pain dur... Ce n'était pas cette rengaine épouvantable que notre chère brunette fredonnait en ce moment même. Mais ça en avait la même consistance. Vide de sens et écorchée, grinçante et dénaturée. Cette 'Valse Sentimentale' avait des air de marche funèbre. Et encore qu'une marche funèbre est plus vivante. Dans sa tête, c'était comme si elle était sous l'eau. Ses oreilles remplies de flotte, ses yeux brouillée dont seules des vagues ondulaient devant eux. Des tache de couleurs fluides et lointaines. Les paroles lui parvenait difficilement aux oreilles... enfin, disons qu'elle ne les analysait pas. Remontant son regard devant la personne se tenant devant elle... enfin personne, il serait plus judicieux de parler de forme. Noir... un peut plus claire par endroit... Puis quelques mot... "morte"... "cadavre"... "sang"... "vraiment"... Oui, elle avait raison l'ombre : il y avait plein de mort, de cadavres... de sang... vraiment partout... Partout. À côté d'elle, à ses pieds, plus loin, dans ses bras... Dans ses bras ? Non... Isa était fatiguée, juste... fatiguée. Elle était blessée aussi ! Mais ce n'était pas très important, quand tout se serait calmé, elle la soignerait. La rouquine se reposerait et puis, et puis elles reprendraient ensemble la route. Ou plutôt la mer. Oh ! Et elles iraient sur une île hivernale ! Oh oui, un peu de neige et de fraicheur pour se revigorer serait une idée merveilleuse !

Un sourire tendre, un brin tordu, complètement décalé étira ses lèvres. Elle resserra ensuite le corps de douce danseuse et un petit rire, très léger, lointain, s'éleva dans l'air lourd de l'attaque. Complètement déconnectée, les pupilles dilatée... elle fixa l'autre forme qui s'approchait d'elle. Son sourire s'élargit. Une infirmière venait les aider. Alors l'autre personne devait être le toubib avec qui elle avait parlé plus tôt dans la journée ! Celui avec qui elle avait plutôt bien accroché. Charmante personne, très cultivé, des manière, de la politesse... peut-être un peu trop coincée mais il avait du charme. Oui ça devait être lui ! Haha, quelle joie ! Grand merci !

Mais avant qu'elle n'ai eut le temps de formuler les politesses, un image lui revint en tête... Papillonnement de cils, perte de sourire... Hop, on balaye ses images absurde de sa tête et on relève le regard morne sur le médecin... mort... vivant... hein ? Non... elle avait rêvé... l'attaque devait lui avoir fait perdre la tête... L'attaque... mais oui il y avait eut des pirates. Des pirates ? Oh là... sa tête commença à la faire souffrir. Elle lâcha la hanche du cadavre glacé et se massa le crâne. Glacée... Mais pourquoi glacé ? Mais non, son corps était encore bien chaud, tendre... juste mal mené par les évènements... mais quelles évènements ? Mais oui l'attaque... l'attaque ? Son coeur commença à s'emballer. Mais oui l'attaque. Et les cadavres..; et le médecin... la bouille supplia... Mais non il était devant elle le médecin. Son cœur accéléra. Mais alors, c'était qui à côté, en blanc, c'était une infirmière ? Mais pourquoi elle ne portait pas vraiment les couleurs d'un infirmière, le toubib était pourtant en noir et elle... en blanc... Hein ? Mais il se passait quoi à la fin. Isa, debout belloute, les toubibs son là. Hého Isa~?

Michelle secoua doucement le corps inerte dans ses bras, inerte... inerte... comme mort... mort ? Cadavre... froid... sang... Oui il faisait froid dehors et ça puait le sang. La puait le sang ? La température montait dans le corps de Michelle. Celui d'Isa restait froid, innerte, immobile... Statue. Statue ? Une machinerie ! Mais non... personne ne ferait ça pour un insignifiante voyageuse en quête d'inspiration. Devant ses yeux, la peinture bougeait et des contours de définissaient de mieux en mieux. Une scène théâtrale se jouait un peu pus loin. Et toujours ses deux personne face à elle.

Se calmer ? Mais la binoclarde, qui... avait perdu ses lunettes... était calme ! Même si la panique revenait... reve... nait... à grand pas... et ses esprits avec. Le temps sembla s'accélérer. Comme si quelque chose la tirait hors de cette eau qui l'immergeait, dans laquelle elle coulait à pic. Comme des fils incassables qui la tiraient vers le haut.

Puis, derrière les deux ombres qui se dessinait à présent comme des personnes qualifiable, bien que ses ses lunettes, Michelle les voyait légèrement plus brouillés que normalement... Une dernière fois, la vision du toubib à l'agonie... Sa pupille se rétractait progressivement. Ni infirmière ni docteur ne se dessinait devant lui. Juste une femme en ceinte et certainement son mari. Mais pourquoi ils n'avaient pas l'air d'être ordinaire ? Pourquoi paraissaient-ils louche ? Un détonation nette retentit au travers les nombreuses précédentes, et ça enchaîne sur un corps qui vient violemment heurter la rambarde et passer par dessus le bateau. Du sang lui arriva dessus. Un sursaut, nouveau, un montée d'adrénaline brutale. Pupille soudainement alerte, la pauvre malheureuse bondit sur le côté de peur de se prendre un projectile. Tout s'éclaire, la musique s'élève dans les air. Un requiem, une tuerie, un mélodie guerrière. Des cris, des coup de feu, des coup de lattes... un rousse au sol, un douleur lancinante dans les côtes... La respiration accélérée, haletante, la main plaquée contre la côte flottante, des larmes de douleurs glissent de ses yeux. Même sans ses lunettes elle la voit, la reconnait. Elle la reconnaitrait même les yeux fermés. Isa... Petite fée aux ailes brisées.

Des mots lui reviennent en tête... "Morte","cadavre","sang", "vraiment"... Non non non non et non ! Non pas elle. Un cri passa ses lèvres, bien trop fort pour être entendu : trop fort pour que ses cordes vocales fonctionnes. Il résonne dans sa tête mais ne passe pas la barrière de sa gorge. Il reste bloqué et ça fait mal, c'est atroce. Elle était morte réellement morte. Les paroles précédemment entendu lui explosèrent à la figure avec un clarté à faire frémir. Sa conscience lui était revenue, ses esprits... rien était moins sûr. Erratique, bruyante, difficile... ses poumons avaient du mal à suivre. Les yeux désespéré, elle fixa ceux qui étaient devant elle. La nana qui essayait de l'amadouer, et un type de marbre qui la faisait presque flipper : disons... que niveau peur... elle avait sa dose sans qu'en plus elle se concentre sur un type pareil.

Impossible de réfléchir correctement. Elle essaie de parler mais aucun son ne sort. À côté, le théâtre suite son cours, en rien dérangé par les spectateurs inattentifs. Se calmer... Elle n'aurait pas voulu la voir comme ça... C'est vrai, Isa n'aurait pas supporté... Elle l'aurait secouée, giflée, remuée... Mais Isa n'était plus là ! Un torrent bariolé parcourait son corps. Un tableau douloureux, de l'art, du pittoresque. Des tentes qui lui rappelaient ce qu'elle n'aimait guère. Un papier et un crayon se serait heurté à ses genoux qu'elle aurait griffonnée la page de tout ce mal qui la rongeait pour faire sortir tout ce pue qui finiraient par suppurer. Autant se servir de tout ce qui la construisait pour construire le rêve cauchemardesque quelle étalerait à quiconque voudrait se confronter à ses propres démons. Car une fois couché sur le papier, ses derniers demeureraient immortels, figé hors de son corps. Elle serait alors le spectateur du massacre de sa courte vie qui s'était déroulé derrière ses pieds, de sa naissance à aujourd'hui.

"Je... suis calme... hhh"

Enfin.... enfin ! la parole lui était permise. Une mimique douloureuse restait gravée sur son visage. Qu'est-ce sa côte lui faisait mal... Voulant bouger trop vite, elle se recroquevilla sur elle même, les yeux au sol, fermé, concentrée pour essayer d'annihiler la douleur. Les ré-ouvrant, elle vit ses lunettes. Elles les attrapa et les remit sur son nez. Juste devant elle... La petit fée. La valse était brisé. Son corps soufrait sans s'arrêter. Pourtant, elle n'avait pas l'impression de l'avoir brisé, juste serré, compressé, puis étiré... Ses larmes redoublèrent, des sursaut de sanglot lui secouèrent le corps, ce qui ne l'aida pas pour sa côté. Mais prudemment cette fois entama son ascension pour se redresser, déterminée. Un coup d'éclat supplémentaire la refit sursauter. Nouvelle douleur... Bordel.

Regardant le reste, le massacre continuait et les deux personnes face à elle... Que faire, elle ne savait pas... Ce qu'elle voulait vraiment ? Bonne question. Un nouveau regard pour Isa, elle se mordu fortement la lèvres inférieure pour empêcher ses sanglots. Elle n'était pas encore calmée, la panique la dominait encore. C'est pour cela qu'un nouveau cri d'effrois fut émit par elle-même lorsqu'elle vit une victime se faire tuer plus loin : pupille écarquillée, visage crispée, les jambes tremblantes...

"je veux quitter cet enfer... "

Petite parole comme dite à elle même, pensée tout haut. Voilà ce qu'elle voulait réellement. Comme une réponse à la première question à laquelle elle ne savait répondre en y réfléchissant... Elle s'adossa à la rambarde et manqua de tomber à la flotte. Se rattrapant d'une main par réflexe, la maladroite refit crier sa côté brisée...

"Putain de C12... "

Petit juron entre les dents, sa main plaquée sur la douleur, elle pouvait sentir que celle-ci était brisé... cassé... La douleur lui montait de plus en plus à la tête et lui provoquait des bouffée de chaleur... lui faisait tourner les méninges et elle avait du mal à rester... connecter dans cette ambiance de désastre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lence Silverberg
Criminel Inattrapable
Criminel Inattrapable
avatar

Nbre de messages : 78
Equipage : La Délégation ~
Prime : 80. 000. 000
Inscrit le : 13/04/2009

Feuille de personnage
Niveau:
55/100  (55/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
665/600  (665/600)

MessageSujet: Re: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   Mer 27 Oct 2010, 16:28

    Sans se retourner, Lence sentit la présence de quelqu'un se rapprocher doucement de lui sans ostilitée apparente. Il n'en fit cas et continua d'observer la "potentielle" en attente d'une réaction particulière mais n'obtint qu'un sourire psychotique qui aurait put en faire flipper plus d'un par rapport à la situation actuelle. Elle était sur le point d'être brisée mentalement, il lui fallait un déclic...

    «Lence... Laisse-la moi et va te charger de ces vermines... si elle t'as assez intéressé pour que tu lui daignes adresser la parole, c'est qu'elle en vaut la peine et que c'est dans notre intérêt...»

    -"Ne la brise pas plus qu'elle ne l'est déjà..."

    Se contenta de répondre Lence en se relevant et en lâchant le visage de la brisée, à la voix qui appartenait à nulle-autre que Svetlana, sa seconde en chef dans la Délégation. C'était elle la plus spécialisée dans les affaires humaines après tout, Lence lui faisait... un semblant de confiance. Un simple coup d'oeil sur la situation permit au jeune homme de voir que l'animal de compagnie de la blanche ne s'en sortait pas.

    -"Faible..."

    Se contenta de prononcer le criminel endurçis en envoyant balader d'un geste de son tonfa quelques assaillants du jeune garçon. Regardant autours de lui, Lence ne put que constater que rester sur ce bateau ne serait qu'un problème de plus avec les autorités, et la demande de Lur-Albion de rester le plus discret possible risquait d'être compromise si les autorités marines parvenaient à remonter jusqu'à eux de manière ne serait-ce que détournée.

    -"Svetlana, ce navire sera notre point de sortie, tu sais à quelle distance se trouve la prochaine île...? Et toi là..."

    Termina Lence en s'adressant à la jeune femme qui venait finalement de reprendre ses esprits en signalant qu'elle voulait sortir de cet enfer. Le jeune homme afficha un sourire calme mais ayant quelque chose qui faisait monter l'appréhension.

    -"Tu ferais mieux de nous suivre si tu veux survivre..."

    Doucement, le jeune homme commença à marcher vers le navire pirate. Sur sa route, il y eut bien quelques assaillant mais ils se firent abattre avant d'avoir pu atteindre le jeune homme qui n'y portait maintenant plus attention. C'était Hinaya, la jeune sniper, qui du haut de son perchoir descendaient les cibles une par une en sifflotant. Il suffisait de jeter un coup d'oeil à la situation pour voir que quelque chose n'allait pas chez le petit groupe que Lence et Svetlana avait créé: les membres étaient pour certains trop calme, pour d'autre trop amusés, ou pour finir tout simplement ennuyés.

    Doucement, Lence fit un geste du bras en direction d'Hinaya pour lui signaler qu'il était temps de partir et comme pour suivre ce mouvement, une ombre attrapa la jeune fille et la fit descendre dans un bond tout près de Lence. C'était Erick qui, sans doute après avoir emmené la famille qu'il protegeait un peu plus tôt en lieu sûr, avait rejoint la sniper pour l'aider.

    -"Svetlana... Tu peux faire disparaitre nos chambres et la liste des passagers..."

    Phrase qui sous-entendait qu'elle pouvait faire exploser quelques bombes sans pour autant détruire le navire de plaisance. Il l'avait prononcée en s'arretant devant le pont de fortune qui menait vers le navire aggresseur. Alors que Hinaya et Erick partaient devant dans le navire pour faire un peu le ménage, Lence se tourna pour faire face à la rescapée et prononça de sa voix totalement neutre:

    -"Toi, quel est ton nom...?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Svetlana Irving
Criminel
Criminel
avatar

Nbre de messages : 65
Prime : 50. 000. 000

Inscrit le : 22/06/2009

Feuille de personnage
Niveau:
37/100  (37/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
37/600  (37/600)

MessageSujet: Re: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   Mer 19 Jan 2011, 23:08

Après quelques instants qui semblèrent une éternité, la demoiselle alors encore à terre en face de la femme des neiges, se mit enfin à parler. Calme? Elle? Si il n'était pas question de la faire bouger Svetlana se serait mise à rire à gorge déployée devant la petite créature faible qui était perdue, là dans un monde qui n'était pas le sien, dans un lieu infernal dont elle n'aurait jamais du voir les images. Lence et elle étaient des démons, ces visions étaient leur vision quotidienne et cela ne les choquaient plus maintenant. Ils avaient tellement de sang sur leurs mains qu'un peu plus ne les dérangeraient certainement pas... ce qui ne semblait pas être le cas de la femme qui tenait encore fermement le cadavre. Ce cadavre il était hors de question qu'elle se le trimballe partout! Elle ne s'abaisserait jamais à toucher ce cadavre immonde, si elle était assez faible pour mourir, elle n'avait donc pas l'honneur de se faire porter par la femme en blanc.

-"Svetlana, ce navire sera notre point de sortie, tu sais à quelle distance se trouve la prochaine île...? Et toi là... Tu ferais mieux de nous suivre si tu veux survivre..."

"- Okay Lence... et je ne serais sure qu'une fois une carte en main... mais je peux me débrouiller rapidement de nous tracer un chemin sur et rapide vers l'ile la plus proche..."

La réaction de la rouquine fit doucement sourire Svetlana, alors comme ça elle voulait sortir de cet enfer, mais en devenant un élément intéressant pour les yeux du manieur de tonfas, on entrait indéniablement et irrémédiablement en enfer sans billet de sortie. Lence se mit alors à aider le petit animal de compagnie de svetlana tout en lui rappelant qu'il était faible ce qui fit apparaitre un mauvais rictus sur les lèvres de la poseuse de bombes, il n'y avait qu'elle qui avait la possibilité de se moquer de son animal de compagnie! Elle se mit à se lever, si l'autre petit idiote ne voulait pas bouger d'elle-même, elle n'allait certainement pas se fatiguer à la tirer par la peau du cou surtout avec ce que Lence venait de lui faire! Trahison! Il n'avait aucun droit de descendre son petit chaton sans en payer le prix!
Elle s'avança dans une colère froide, dépassant Lence qui venait de lui poser une question mais n'y prêtant pas attention, donnant un coup d'épaule à ce petit impoli avant de disparaitre dans l'un des couloirs, elle allait lui montrer comment on fait disparaitre les preuves. Sifflant pour appeler son animal en garde du corps, elle accéléra alors la cadence pour suivre son petit manieur de dagues dans les quartiers de l'équipage, trouver la liste pour la faire disparaitre dans un petit feu qui pourrait aussi créer un divertissement... les bombes viendraient pour faire disparaitre toutes traces de leur passage.
Fouillant dans les tiroirs, elle trouva alors les documents recherchés y mettant le feu pour les laisser par terre, douce chaleur d'une flamme qui grandit en se nourrissant de l'air et du papier pour croitre. Elle lâcha les papiers enflammés par terre sur le sols jonché de cadavres et de papiers, au moins il y aurait un feu de joie dans pas longtemps qui pourrait permettre un moyen de disparaitre.
Elle se dirigea vers les chambres qu'occupaient autrefois les membres de la Délégation et d'un mauvais sourire posa des bombes ça et là... ils allaient payer pour leur manque de politesse envers elle.


-Mon petit chaton, protège bien ta maitresse pendant qu'elle pose ses bébés... car je crains que les vilains primates qui viennent de faire leur entré ne veuille lui faire du mal...

Elle fixait langoureusement l'enfant qui se mot à rougir tout en sortant ses deux dagues. Un combat s'engagea alors entre Matthew et les malfrats, cette fois il arrivait à bout de ses adversaires alors que Svetlana terminait ses préparatifs. Elle fouina une dernière fois dans les tiroirs de ce qui fut autrefois sa chambre pour en réunir ce qu'elle avait absolument besoin, toutes les richesses et les effets importants, elle avait d'ailleurs fait de même pour les effets de ses "coéquipiers" mais les rares richesses qu'elle avait put en tirer avaient disparues mystérieusement dans sa bourse, tant pis pour eux ils n'avaient car faire plus attention. Tout aurait disparu dans les explosions glacées de ses bombes. Un coup de feu de sa part et une balle vint se loger au milieu des deux yeux d'une des attaquants de son protégé. Franchement quelle mouche avait piqué Lence pour laisser une faible femme enceinte seule avec un enfant, il ne tenait franchement pas à eux ironisa-t-elle, n'avait-il pas peur qu'ils se fassent envahir et tués voir même violés? Ses lèvres formèrent alors un rictus amère tout en déformant son visage dans un rire dément.
Puis une fois qu'elle eu fini, ils s'élancèrent vers la sortie : la prochaine étape étant l'autre navire. Il fallait faire vite car les cartes de visite de la sniper n'allaient pas tarder à exploser, elle courait le plus rapidement que son corps lui permettait tout en aidant son chien d'attaque de quelques balles bien placées sur les adversaires.
Ils arrivèrent enfin sur le pont, toute l'équipe était déjà là et voilà que Lence reportait son attention sur la petite pimbêche ce qui énerva un peu Svetlana, après tout ce n'était pas elle qui venait de risquer sa vie pour protéger son anonymat... Elle reprit alors son souffle pour prévenir Lence de la réussite de sa mission alors que plusieurs détonations se firent entendre, ses bébés venaient d'exploser dans un chant, ne laissant que mort et désolation glacée.


-Voilà Lence... nous ne sommes jamais apparus sur ce navire... ou du moins toute trace a disparu... maintenant qu'est-ce qu'on fait?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Delaire
Explorateur - Troubadour & Artisan inexperimenté
Explorateur - Troubadour & Artisan inexperimenté
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : Pour l'instant elle va essayer de survivre pour aller ensuite à la Délégation~
Inscrit le : 14/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
17/100  (17/100)
Fruit du Démon : Certaines légendes sont peut-être fait pour le rester~
Expérience:
0/700  (0/700)

MessageSujet: Re: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   Sam 29 Jan 2011, 18:21

La sueur dégringolait de son visage crispé. La suie, les cendres, la poussière collait à sa peau acide et humide. L'air iodé et salé de la mer la piquait en chaque coin de chair dénudé. Douloureusement, Michelle s'était relevée. Douloureusement, elle essayait de ne pas suffoquer. Douloureusement, la réalité, si cruelle, s'immisçait en elle. Ignoble et malsaine, comme violée, la jeune femme tremblait en haut de ses jambes écorchées, une main sur sa côte brisée. Ses yeux, alertes, scrutaient l'action se déroulant devant eux avec effroi. Derrière elle, la mer sembla soudainement infestée de sirènes, fourbes et hypocrites. Non, elle ne les rejoindrait pas. Trop peur de mourir ou réellement pour faire honneur à la mémoire de sa chère et tendre ? Aucune envie de savoir, tout va tellement vite, les prétextes s'enchaînent, les gicles de sang s'écrasent sur elle. Sursautant, la blessure interne la relança alors qu'une albinos fringuée de pauvres morceaux de tissues moulant son corps taillé dans le marbre par des mains plus avisées que celles de Léonardo Da Vinci... L'allure impérieuse, elle imposait une crainte no négligeable dans le cœur de la binoclarde. Comme si sa destinée allait être de se faire mettre en pièce et dévorer par cette femme sortie d'un autre siècle. Non en fait elle était déjà là depuis un moment. Le temps lui échappait et l'artiste se voyait revivre des moment précédemment vécue, comme des flashs. Son cœur lui donnait l'impression de s'arrêter puis de repartir comme si de rien n'était, lui laissant ses angoisses. En fait, l'albinos s'en allait déjà vaquer ailleurs. L'homme, lui, se battait contre la bande de pirate qui attaquait le navire.

Prenant sa peur à bras le corps, la jeune femme bougea subitement pour éviter un des assaillants évacué par cet homme qui lui eut adressé la parole. Tout tournait et sa douleur s'embourbait avec la déroute, impossible de se reconnaitre soit-même dans ses moments. Un instant plus tard elle se baissa, poussant un cris de surprise, respiration toujours aussi haletante et terrorisé. Un instant de retard et elle se serait retrouvée avec la gorge lacérée... Son agresseur, poussé par son élan, passa par dessus la rambarde, allant dire bonjours aux poissons. Elle se redressa avec précaution alla se pencher pour observer ce qu'était devenue le pirate... L'eau rendu violette autour de la coque de bois semblait l'avoir engloutis. Un sentiment de soulagement l'envahit. Au moins, il ne serait plus là pour l'attaquer ; pale sourire sur ses lèvres. Les crises derrière elle, peu à peu elle ne les entendait plus. Son instinct de survit se réveillait alors, la poussant à bouger aussi rapidement qu'elle pue et éviter de se faire tuer à tout moment. L'adrénaline se déversait dans ses veines et les couleurs se mélangeait... C'était beau. Elle aurait, intérieurement voulut repeindre cette histoire et exprimer tout ce qui se manifestait en elle. Tout, maintenant. Mais impossible, trop risqué, trop peur. Comme un mauvais gout qui aurait celui du reviens-y.

"Michelle..."


Dans ses dérobades, elle s'était retrouvé aux pieds du bourreau aux tonfas.

"Je m'appelle Michelle..."


Toujours sa respiration difficile... Elle se redressa, se tenant sa côté et vacillante, fatiguée, éprouvée, désorienté... Juste poussée par cet instinct bestial de survit. Maintenant, peut importait ce qu'il allait advenir d'elle, du moment qu'elle était en vie... Du moment qu'elle ressentait encore qu'elle chose... Comme cette excitation qu'elle eut ressentit tanto... Maintenant, tout allait changer... Michelle restait près de ce groupe qui l'avait aidé...


[hrp = mes excuses pour ce micro rp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un enfer sur Mer [PV : Lence - Svetlana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: Sur le Navire [RP] :: Bateaux Civils-
Sauter vers: