Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Jeu 02 Sep 2010, 08:00

    Première partie

      Avez-vous lu les règles ? : Oui, et l'un des Admins a les cheveux violets ~ Signé Jason
      Comment avez-vous découvert le forum ? : Je le fréquentais autrefois.
      Une suggestion ? : Négatif.
      Simple curiosité, si vous aviez un Fruit du Démon, lequel aimeriez-vous avoir ? :
      Hum... bonne question. Pour un personnage tel que Dylan, il faudrait quelque chose d'assez loufoque... mais je n'ai pas d'idée spécifique en tête. Le paramecia du sucre peut être.


    Seconde partie : le personnage.

      Nom et Prénom : Dylan Drew
      Âge : 23 Ans
      Rang/Grade : Pirate.
      Métier(s) : Ingénieur inventif.
      Arme(s) : Gadgets à la fiabilité douteuse combinés à une agilité et une endurance hors du commun.
      Équipage : Chais pô, je verrai selon mes affinités avec les gens sur la bobox Wink
      EDIT : Chez les Purple Bear normalement.

      Description Physique :
      Malgré les quelques années passées à entretenir son corps à la caserne marine de Nowhere Islands. Dylan ne présente pas une carrure particulièrement imposante. Il n'effraie pas grand monde du haut de ses 1m69 pour 54 kg, sa silhouette filiforme est toutefois assez élégante et est assez souple pour lui autoriser quelques acrobaties impressionnantes. Il a la particularité d'avoir des mains adroites particulièrement fines, ayant bien tenu malgré leur exposition à divers chocs en tout genre.

      Pour ce qui est de son faciès, il est plutôt plaisant sans pour autant faire tomber son entourage d'admiration. Bien que plutôt anguleux, il s'accorde assez bien au sourire presque pertuel qui dessiné sur ses lèvres. Une expression joyeuse joliment souligné par ses yeux pétillant de vitalité. Lorsqu'il doit combattre, son visage prend globalement une expression plus arrogante accentué par son nez mutin et son indompatable chevelure blonde structurée en pics partant de toutes parts.

      D'un point de vue vestimentaire, Dylan a opté pour une tenue pour le moins... voyante depuis qu'il est recherché par les forces de l'ordre. Il part d'une logique très personnelle selon laquelle personne ne croira qu'un individu ainsi fagoté puisse être traqué par qui que ce soit... on voit qu'il n'a pas idée jusqu'à quelle excentricité peuvent aller les gens fichés et recherchés par le Gouvernement Mondial. Il s'affiche donc fièrement avec son long manteau blanc (assez similaire à ceux portés par certains gradés de la Marine.). Sa chemise et son pantalon également de couleur clair. Sa casquette bleue foncée ornée sur le devant d'un étrange motif (Une sorte de balance stylisée sur fond rouge). Et bien sûr, son espèce de masque-bandeau couvrant la partie supérieure de son visage, ne laissant apparaitre que ses charmants yeux bleus. On pourra lui noter des gants et des bottes rouges qui achèvent de le faire passer pour un mec sorti d'on ne sait trop quel carnaval.




      Description Mentale :
      Difficile de ne pas être séduit... ou totalement attéré par la personnalité détonnante de notre cher protagoniste. Dylan s'affiche clairement comme un optimiste convaincu ne cessant jamais de croire que la bonne fortune finira toujours par lui sourire. De nature philanthrope, Dylan s'efforce de faire le bien autour de lui ne serait qu'en conservant toujours une expression souriante souvent bien suffisante pour remonter le moral d'une personne abattu. Cette dévotion pour autrui est en partie ce qui l'a poussé à continuer d'étudier l'ingénierie, quand il eut compris que le "voyage" de ses parents avait pour destination l'autre monde... là où il ne pourrait les rejoindre avant longtemps. Son rêve est d'ailleurs de retrouver les "technologies perdues" dont parle le livre que lui a confié son père adoptir, son Trésor. Il s'agit de son bien le plus précieux et ne le laisserait jamais entre les mains d'une personne en qui il n'a pas une confiance absolue. Il y attache une telle importance qu'il serait prêt à tout pour le protéger, c'est après tout à cause de cela qu'il est devenu malgré lui un criminel.

      Jusqu'ici on pourrait considérer notre jeune ami comme une personne des plus ordinaires, c'est sans compter sur son excentricité peu commune et son amour profond ce qu'il se plait à appeler "Son Art" ! De simples pièces détachées sont comme des bijoux pour lui, des bijoux qui une fois assemblée constituent un "trésor mécanique". Il trouve un plaisir extatique à faire des assemblages parfois complètement insensés qu'il qualifie de "création conceptuelle"... qui le plus souvent lui explose à la tronche après un éventuel fonctionnement de trente secondes. Loin d'être découragé par ses échecs, Dylan se considère en permanence comme le génie qui saura inventer une machine qui révolutionnera le monde et profitera à chacun. Il porte une affection particulière à Dawn, sa première création qu'il n'a cessé d'améliorer depuis qu'il a conçu son prototype. Il a d'ailleurs tendance à parler avec quand il bidouille quelque chose ce qui peut susciter la curiosité de ceux qui le surprennent dans ce genre de "conversation". Malgré ce coté cinglé notoire, c'est un technicien audacieux et toujours désireux de se perfectionnern du genre à pouvoir apporter bien des améliorations à des armes ou à l'équipement d'un navire.

      D'ailleurs parlons du comportement qu'il a globalement sur un navire en compagnie d'autres personnes. Dylan ne cherche pas particulièrement le contact avec autrui mais ne refuserait pas pour autant de la compagnie. Il passe le plus clair de son temps à esquisser des projets dans son esprit ce qui lui donne l'air d'être souvent détâché de la réalité. On peut toutefois remarqué qu'il s'intéresse aisément aux jeunes filles qu'il aime bien taquiner et complimenter. Toutefois si l'on peut considérer ça comme de la drague, Dylan ne cherche pas à approfondir ses rapports avec les femmes. Cela tient du fait qu'il a grandi sans présence féminine importante à ses cotés, il a ainsi une sorte de blocage affectif qui l'empêche d'aimer une femme plus que comme une "amie intime".

      À propos d'amitié on peut affirmer que Dylan apprécie rapidement les autres mais prend pas mal de temps avant de leur faire vraiment confiance. Il ne parlera ainsi jamais de son rêve à quelqu'un à celui qu'il estime comme étant un compagnon d'armes. Toutefois une fois qu'il est lié à quelqu'un, il lui voue une loyauté totale et serait prêt à risquer sa vie pour sauver celle de celui qu'il considère comme un véritable ami. Seule la menace de son Trésor peut le résigner à trahir quelqu'un, même si ça ne se fera pas de gaieté de coeur.



      Histoire : Assis sur votre chaise, dans la pénombre, vous fixez de vos yeux brillants de curiosité votre interlocteur. Ce dernier, nonchalamment installé sur son établi, porta à ses lèvres le verre serré dans sa main droite. Il but une... deux... puis trois gorgée avant de l'éloigner de sa bouche et de plonger son regard embué dans le liquide couleur d'ambre. Voilà longtemps qu'il n'avait plus eu à évoquer cette vieille histoire... celle de ce gamin inventif, mais un peu con sur les bords. Sur un soupir, le vieil homme redressa son imposante carrure et s'approcha de vous. Il vous jaugea un instant de ses mirettes perçantes avant de s'asseoir devant vous, une simple table basse vous séparant. Sur cette dernière, se trouvait cette lanterne, constituant votre unique source d'éclairage dans cette habitation soumise aux ténèbres nocturnes. Cette lumière diffuse soulignait singulièrement les traits creusés de l'homme en face de vous et faisait briller ses cheveux grisonnants d'une manière presque surnaturelle. Tendu, tiraillé d'appréhension, vous peinez à demeurer parfaitement calme malgré le sourire rassurant que le vénérable artisan daigna enfin vous adresser. Ce dernier plaqua brusquement un verre devant vous et le remplit presque à rabord d'une boisson dont les seules émanation suffisaient à vous hébéter. Il fit de même pour son propre récipient et fit enfin entendre sa voix, rauque et puissante.

      ******************************

      Tout a commencé il y a de cela une bonne vingtaine d'années, ici, à Nowhere Islands. On était connu dans South Blue pour notre grand commerçant local, ce bon vieux Darryl ! Un bon gars qui refusait jamais une bonne rastel à chacune de ses haltes. Il passait le plus clair de son temps dans son bateau à voguer aux alentours. La mer était comme une compagne pour lui... enfin c'est manière de dire puisqu'il travaillait avec son épouse, Dahlia Windquiet. Une jolie plante certes... mais qu'il valait mieux pas énerver car elle savait mettre de bonnes droites ! Il se trouve que ces deux là ont donné naissance à un gamin, le ptit Dylan. Le truc c'est que ce ptit supportait mal ces voyages sur les flots, du coup c'était pas très bon pour le business de ce ptit couple. Il se trouve que j'connaissais Darryl depuis longtemps, je l'ai connu gamin. À l'époque c'était un ptit gars chétif qui se faisait tout le temps martyriser. J'l'ai trouvé tellement pitoyable que j'm'étais décidé à le défendre. Le problème... c'est qu'il était devenu collant après, mais mine de rien j'ai fini par l'apprécié lui et ses plans foireux pour reluquer les filles. Et de fil en aiguille... on est devenu amis...

      Bref, Darryl et sa douce s'inquiétaient donc pour leur fiston... ou alors ils en avaient marre de nettoyer à chaque fois que leur gosse régurgitait sa compote... j'ai jamais vraiment sû. Toujours est-il qu'ils me demandèrent de m'occuper de lui chaque deuxième moitiée de semaine, le temps qu'ils écoulent leur stock et reviennent sur l'île. En bonne pomme j'ai accepté, le ptit était chiant car douillet comme pas permis... mais j'dois avouer qu'il m'attendrissait avec ses grands yeux bleux. Il était toujours à se prendre de curiosité pour un truc... et à se faire mal avec pour ensuite me casser les oreilles. Il était contraignant... mais j'ai pas pu m'empêcher de l'adorer, je suppose que c'est ce qu'on ressent quand on a un fils. Le truc, c'est que le sort a fait que j'ai pu avoir la garde perpétuelle du mouflet. Darryl et Dahlia étaient des gens biens, mais ils avaient tendance à jouer avec le feu en arnaquant les clients qu'ils jugeaient "détestables". Criminels immorales, dirigeants corrompus, aristos condescendants... ils étaient nombreux à pouvoir prétendre avoir une dent contre eux. Ainsi, ils ne sont jamais rentrés d'une de leur expédition... Dylan devait avoir quatre ans en ce temps là. D'ordinaire j'étais du genre direct, pourtant... je me suis retrouvé incapable de dire les choses clairement une fois face à cette ptite frimousse. Je me suis contenté de lui dire qu'ils étaient... "partis en voyage pour longtemps", le gamin m'a pris au mot et s'est mis en tête de construire une machine qui lui permettrait de partir en mer lui aussi. J'étais pas sauvé...

      Mais la motivation du ptit Dylan rendit mes journées moins monotones. J'étais déjà ingénieur à cette époque et je passais le plus clair de mon temps à bricoler à dans mon atelier. Ce gosse tarda pas à manifester de l'intérêt pour mon boulot. Je suppose qu'il s'imaginait qu'avec mon savoir, il pourrait fabriquer quelque chose susceptible de l'aider à rejoindre ses parents. J'ai donc fini par l'inviter à regarder de plus près mon travail... puis j'ai commencé à lui donner quelques petites tâches simples à accomplir. Quand il s'attelait à quelque chose, il le faisait toujours en arborant un sourire passionné. Ca me faisait plaisir de voir ce visage heureux, car je savais que Dylan ressentait un réel manque dû à l'absence de son père et de sa mère. En y repensant... ce gamin était vraiment tordu ! Il pouvait se mettre à brailler à mort en se piquant un doigt mais refusait de pleurer ses parents en ma présence, et pourtant il savait parfois briser le coeur quand on collait l'oreille à sa porte de chambre la nuit...

      Plusieurs années s'écoulèrent. J'avais continué à enseigner mon art au ptit... qui n'était plus si petit que ça d'ailleurs, il avait quinze ans à l'époque. C'était un assistant plein de bonne volonté qui avait l'audace de tenter de concevoir ses propres projets ! ... Le problème... c'est qu'il manquait singulièrement d'expérience, je ne sais combien de fois il a baigné mon atelier dans une fumée noire. Mais je ne lui en voulais jamais... même si sur le coup j'avais tendance à lui foutre une bonne rouste histoire de m'affirmer dans mon rôle de paternel. Quand j'observais le "cadavre" de ses créations, j'y constatais une complexité perturbante quand on savait que ça venait des mains d'un simple ado'. Ca tenait pas du génie, mais c'était tout de même du beau boulot compte tenu de son jeune âge. Un soir alors que je dormais, j'ai été réveillé par des cris de joie venant d'en bas. Quand je suis descendu jusqu'à l'atelier j'ai trouvé mon élève en train de parler comme s'il se présentait à moi. Sur le coup j'ai cru qu'il s'était pris un coup sur la tête ou avait reçu un coup jus lui ayant fait fondre quelques neurones stratégiques. Mais quand il remarqua ma présence, il tendit en avant une espèce d'ébauche de petit oiseau automate qui répéta textuellement ce qu'il venait de dire. Dawn, la première création non éphémère de Dylan venait de se présenter. Une fois que j'eu fini d'engueuler mon disciple pour m'avoir réveillé au beau milieu de la nuit, je l'ai pour la première fois félicité sincèrement. Même si Dawn était techniquement un système plutôt banal pour un ingénieur expérimenté, il était sacrément bien conçu malgré quelques lacunes notables. Mais ce fait me permit de constater que Dylan était un ingénieur au très gros potentiel. Car au lieu de se consacrer exclusivement à d'autres projets, il tâchait régulièrement d'améliorer son premier automate. Il y ajouta notamment de fines pattes pour lui permettre de cramponner à son épaule. Ca ne me rassurait toutefois pas des masses de le voir parfois parler avec entrain à sa machine... je me posais parfois des questions sur sa santé mentale... m'enfin. J'étais fier de lui, à un tel point que je lui ai donné un bouquin que m'avait offert son paternel il y a quelques années. Apparemment c'était un livre qui avait été volé dans la bibliothèque d'Ohara, il parle des "technologies perdues" évoquées dans les Ponéglyphes. Ohara n'existant plus, cet ouvrage aurait aujourd'hui une valeur inestimable. En tout cas, il a bien apprécié le cadeau, c'est devenu son "Trésor".

      Mais Dylan allait bientôt me décevoir... très profondément. Un matin alors qu'on prenait notre petit-déjeuner, il m'a fait part de son désir de rejoindre la Marine. Mon sang n'a fait qu'un tour et je l'ai frappé avec une véhémence qui m'effraya moi-même. En fait, je me suis revu avec Darryl quand on avait son âge... on s'était également décidé à se joindre aux forces de l'ordre... ce fut notre plus grosse erreur. Bien sûr il ne comprit pas mon geste et s'empressa de quitter les lieux. Et moi... je suis resté assis à la table, sans bouger. Je savais bien ce que cherchais Dylan, il ressemblait beaucoup à son père... le coté coureur de jupons en moins. Il aspirait à un monde meilleur... un monde plus juste. Et il devrait découvrir par lui même le véritable visage du gouvernement pour se résigner. C'est ainsi que je me suis séparé de mon jeune apprenti, j'ai toutefois reçu quelques lettres de sa part. Des lettres au travers desquelles je pus lire ses joies, ses espoirs, ainsi que de ses doutes... au delà des caractères de son écriture brouillonne...

      ******************************

      Le vieil homme poussa un soupir en se frottant les yeux, en dépit de sa constitution hors du commun, l'alcool commençait à brouiller ses sens. Il se gratta le crâne et se redressa en ricanant tandis qu'il constatait votre état de torpeur profonde. De ses bras puissant il n'eut aucun mal à vous soulever et à vous porter jusqu'au lit de l'ancienne chambre de Dylan où il vous laissa cuver tranquillement. En dépit du violent mal de crâne qui vous assaillait, vous ne tardâtes pas à succomber à l'étreinte de Morphée. Le lendemain quand vous ouvrîtes les yeux sous le soleil de midi filtré au travers d'une petite fenêtre, vous fûtes surpris par l'état niquel de la pièce. Bien que le propriétaire de cette chambre eut quitté le gîte familial depuis belle lurette, son père adoptif continuait de garder les lieux bien tenu... dans l'expectative d'un retour de son fiston. Quoi qu'il arrive, Dylan aurait toujours un foyer prêt à l'accueillir... quoi qu'il advienne de lui.

      ******************************

      L'ambiance qui règnait ici vous semblez à des années lumière de l'atelier Greygear que vous aviez visité tantôt. Le vacarme qui règnait dans cette cantine était quelque peu perturbant... pourtant la personne à vos cotés ne semblait guère affectée par ce tapage, la force de l'habitude vraisemblablement. Assise adossée au mur, sous une fenêtre, elle croqua avec appétit dans une pomme jaune qu'elle venait de sortir de sa boîte à déjeuner rouge vif. Elle n'était pas la seule à ne pas manger à une table, les effectifs de cette caserne étaient trop importants pour que chacun puisse prétendre avoir un siège. Pourtant personne ne s'en plaignait et tout un chacun savait apprécier dignement cette pause du midi. La jeune femme revissa sa casquette de marine et réhaussa ses lunettes avant de poser ses pupilles affables sur vous, s'apprêtant à vous parler avec plaisir de son ancien partenaire.

      ******************************

      Dylan... ou Dy-Chan comme je l'appelais toujours, est arrivé en même temps que moi il y a huit ans. Nous étions assis l'un à coté de l'autre à l'accueil de la caserne, je l'avais observé un moment à cause du truc bizarre qu'il avait à l'épaule. On nous avait fait remplir un formulaire et fait prendre place sur deux malheureuses chaises assez peu confortables. On devait attendre qu'un officier vienne nous chercher afin de nous faire passer l'entretien qui allait déterminer si oui ou non nous allions être pris à l'essai dans les effectifs marines. C'était une période charnière où les pirates se multipliaient et où le gouvernement recrutait en masses, nos chances d'être refusés étaient minces, mais le stress y était malgré tout. Pour ma part j'arrivais à peu près à tempérer mon appréhension, mais mon voisin lui ne pouvait s'empêcher de bouger. Il n'arrêtait pas de changer de position et de taper du pied, c'était assez amusant à voir et ça m'a détendu un peu. Quand l'officier est arrivé, il nous a pris ensemble dans son bureau. On était tous deux debout face à lui, droits comme des piquets. Dy-Chan fut le premier à devoir se présenter, je m'attendais à ce qu'il reste coi pendant quelques instants, la gorge nouée par le stress. Mais ça ne s'est pas passé ainsi ! Au contraire il débita sa présentation avec une ferveur flamboyante, exposant ses convictions le poing dressé. Je ne me souviens plus vraiment de son discours mais ce que je n'ai pas oublié c'est la tête incrédule qu'a tiré notre examinateur, il en était bouche bée ! Autant dire que ma propre introduction parut bien fade à coté de celle de mon camarade qui semblait bien fier de sa prestation ! Quand j'eus terminé, l'officier fit mine de se désintéresser de nous, il avait sorti de la paperasse des tiroirs de son bureau et les étudiaient sous notre nez sans nous porter plus d'attention. Puis il finit par nous indiquer que les dortoirs étaient sur la gauche en sortant et que nous avions la journée pour visiter les locaux. Dy-Chan avait laissé son allégresse éclater en un "YATTA !" qui avait dû être entendu par toute la caserne.

      On est donc devenu des "bleus" comme nous appelaient nos instructeurs. Nous avions tous les jours à suivre un entraînement physique rigoureux. Nous devions entretenir une forme olympique pour faire face aux brigands et pirates auxquels nous aurions affaire plus tard. C'était difficile mais moi comme Dy-Chan avions une volonté de fer ! À force d'en baver ensemble, nous sommes devenus proches... pas au point d'avoir une relation intime mais une forte amitié. Dy-Chan aimait bien faire mine de me draguer mais ça n'était absolument pas sérieux. Nous avions beaucoup de points communs, notamment un intérêt certain pour la mécanique. On était donc souvent sollicités pour entretenir les fusils et canons stockés dans l'armurerie, c'était une tâche assez ennuyeuse car en général on avait juste à passer un coup de chiffon. On en profitait donc pour discuter de choses et d'autres...

      Un jour, Dy-Chan m'a confié que son maître, qui n'était autre que son père adoptif, lui avait offert un livre faisant état de l'existence de stèles sur Grande Line, cette fameuse mer impitoyable et pourtant source de tant de fascination. Apparemment, elles évoqueraient l'existence de technologies d'un autre âge ayant été perdues. Les yeux de Dy-Chan brillaient de passion quand il en parlait, il prétendait rêver de pouvoir un jour contempler ces merveilles conçues par l'homme. Je n'ai rien ajouté et m'étais contentée de lui sourire maladroitement, comme il était du genre à me faire marcher, j'ai cru qu'il se moquait de moi. Les stèles qu'il évoquait semblait être les Ponéglyphes... mais tout le monde sait que ce sujet est tabou.

      Plus tard, on a officiellement été promulgués soldats de la Marine. Nous étions tous deux fiers et on commença enfin à participer à quelques interventions. Quelques années s'écoulèrent, mais un jour notre supérieur m'a demandé d'aller trouver Dy-Chan alors que c'était notre jour de repos. Je savais bien que je le trouverais en train de chercher des pièces bon marché dans les quincailleries locales. On s'est donc rendu ensemble dans le même bureau où nous nous sommes présentés quelques années plus tôt. Notre officier n'a rien dit l'espace de quelques instants, mais il fixait Dy-Chan d'un oeil tempétueux. Puis brutalement, il a plaqué un bouquin sur son bureau. J'ai alors regardé Dy-Chan... il avait blêmi et ne pouvait détacher ses yeux de l'ouvrage. C'est alors que je me suis rappelé de son fameux secret... Notre supérieur s'est contenté de dire qu'il était banni de la Marine et qu'il allait immédiatement brûler le livre. Dy-Chan s'est alors jeté sur lui et l'a frappé de toute ses forces, si bien que notre chef en tomba à la renverse et se cogna la tête contre le mur, lâchant ainsi le précieux manuscrit. Dy-Chan l'a immédiatement récupéré, m'a jeté un regard affecté en guise d'adieu et s'est enfui alors que notre supérieur gisait encore sur le sol. Je suis restée de marbre devant la scène... puis suis allée immédiatement chercher un médecin. Notre chef s'en est bien remis, mais a immédiatement mobilisé pas mal d'effectifs pour retrouver Dy-Chan, heureusement je n'ai pas eu à participer moi même à cette chasse...

      ******************************

      La brunette remit de nouveau ses lunettes en place, bien qu'elle savait contrôler ses émotions, vous sentiez une certaine affliction dans ses dernières paroles. Une sonnerie stridente rettentit alors, la marine se releva en s'étirant les bras en avant en reprenant sa gamelle sous le bras. Elle ne prononça pas un mot de plus et s'éloigna de vous d'un pas véloce. Sentant qu'elle avait besoin d'être seule, vous n'avez pas cherché à la suivre. Vous aviez de toute façon tout ce que vous désiriez, une description globale du passé de Dylan Drew avant qu'il ne débute sa vie de débauche. L'administration du gouvernement mondial sera satisfaite de votre travail... même s'il faudra avant tout aiguiser de votre plume le "coté perfide et dépravé" de ce jeune criminel pour rendre sa menace plus crédible aux yeux du peuple...



      Test RP : Loguetown... la ville du début et de la fin. C’est ici que le monde a connu un tournant de son histoire, cet endroit avait vu naître et grandir l’une des plus grande figure historique contemporaine... le fameux Gold Roger, initiateur Loguetown... la ville du début et de la fin. C’est ici que le monde a connu un tournant de son histoire, cet endroit avait vu naître et grandir l’une des plus grande figure historique contemporaine... le fameux Gold Roger, initiateur de la nouvelle Ère des Pirates. Héros mythique pour les uns, détestable forban pour les autres... dans tous les cas, ce pirate n’avait laissé personne indifférent à sa légende. Toujours est-il que ce que le seul trésor qu’il a légué... le One piece, en avait laissé plus d’un rêveur... rêveur... oui c’était le mot. Un rêve collectif... voilà l’héritage de Gold Roger. Cette flamme de passion qui attise le brin de folie en chacun de nos êtres, celle qui nous pousse non plus à espérer... mais à croire en nos convictions profondes.

      En ce lieu emprunt de légende au'allait accoster un bateau, comme en témoignait le tintement des cloches du port. Les dockers commençaient à descendre passivement les marchandises contenu dans la cale, essentiellement de larges tonneaux remplis de sel. Mais... un détail existentiel tendit à attirer l'attention d'un des travailleurs. Le sel était jusqu'à preuve du contraire un condiment, et donc un truc supposé demeurer immobile. Or l'un de nos braves débardeurs avait cru entendre quelque chose émettre des bruits bizarres. La sécurité étant pris au sérieux dans des ports aussi important, l'équipe de service avait appelé les forces de l'ordre. Bien entendu, ces dernières avaient déployé des trésors d'ingéniosité pour permettre une ouverture des plus sûre du conteneur, en gros : Un pauvre pomme était chargée de donner un bon coup de pied dedans tandis que les autres restaient derrière. Non pas sans une certaine appréhension, ce dernier s'exécuta. La poudre blanche se répendit sur le sol... ainsi qu'une marchandise inopinée qui remuait en éméttant des caquetages. Le supérieur marin écarquilla les yeux en approchant avec ses subalternes.


      - Mais qu'est c'est que ce truc ?!

      - Un volatile mécanique chef ! Je crois que c'est supposé être un canard... abstrait mais un canard.

      L'officier se gratta l'arrière de la tête, ne sachant trop que penser de cette blague de mauvais goût. Toutefois, quand la petite machine vit ses yeux artificiels prendre une intimidante lueur rouge. Il commença à se douter que quelque chose n'allait pas... intuition confirmée par la petite explosion qui s'en suivit cinq secondes plus tard, soulevant un nuage de farine dans la zone de détonation. Pendant ce temps... encore terrée sur le navire dans son inpensable cachette, l'auteur de ce "crime crapuleux" entendit avec satisfaction l'agitation s'accentuant à l'extérieur.

      - Le leurre "Coin-Coin-Trappeur" a fait son office. La voie est libre Dawn !

      - Pour sûr Dylan.


      Sourire aux lèvres, Dylan entrouvrit délicatement la porte du casier balaya le vestiaire féminin d'un oeil et esquissa un sourire. Quel génie il était ! C'était bien connu que les femmes ayant choisi de fréquenter la mer étaient rares ! Mais elles réclamaient toujours un vestiaire dédié, vestiaire toujours aussi grand que ceux des hommes pour prévenir d'éventuelles plaintes de "discrimination sexuelle". Le jeune homme ricana en remontant à pas de loup sur le pont, désert, c'est qu'en plus on pouvait avoir de belles vues parfois ! Il jeta un regard circonspect sur l'aire d'arrivage, plus aucune armoire à glace dans le coin. Comme prévu, l'équipage avait dû être convoqué par les marine histoire de régler l'odieux attentat du canard à la farine ! Satisfait de sa manoeuvre, Dylan se rendit sur la place marchande de Loquetown. Une vraie foire aux vénales colporteurs ! Une multitude d'étals étaient rassemblés en plusieurs cercles symétriques, proposant de tout et surtout du n'importe quoi aux gens de passage ! C'était connu, Loguetown était une halte obligatoire pour le ravitaillement, et les nombreux touristes étaient autant de pigeons potentiels à dépouiller. Ce que notre blondinet cherchait ici ? Mais des perles ! Ces petites merveilles méprisées par le commun (sensé ?) des mortels ! Les yeux du jeune homme s'animèrent d'un éclat avide, il avait trouvé ce qu'il cherchait ! D'un élan leste, il s'avança vers la rare cette formidable marchandise bien trop rare à ses yeux et se mit à la caliner sous l'oeil consterné du commerçant et de ses confrères aux alentours, d'autant plus que Dylan avait une affection... communicative...

      - KYAAAH ! Des pièces en argent inoxydable ♥ ! Comment on peut brader ces ptites merveilles ?!

      Si quelqu'un n'avait pas encore compris à sa tenue que notre bon (anti)héros était quelque peu dérangé, c'était à présent chose faite. Car bien entendu non en plus il affichait son amour inconditionnel pour de simples... déchets mécaniques, allant même jusqu'à les frotter tendrement contre sa joue, mais en plus il n'était guère affecté par les réactions de son entourage ! Les pouffements non dissimulés comme les regards railleurs dardés contre lui n'affectaient en rien notre cher ami qui s'enquérait du prix des marchandises au lieu de se morfondre dans l'embarras. L'Enfer c'est les autres ? Peut être, mais l'Enfer pouvait se paver d'or pour peu que l'on daigne ignorer le cruel jugement des imbéciles. C'est ainsi dans la plus totale nonchalance que Dylan quittait le marchait en fredonnant un air jovial, son sac de pièces détachées sur l'épaule.

      Bien qu'ayant fait graillé quelques provisions pendant sa traversée, l'estomac de l'ingénieur commençait à manisfester son mécontentement de manière assez... notable. Message reçu ! Dylan se rendit aussitôt au bar le plus proche, le Romance Dawn ! Le sourire habituel du jeune homme s'élargit quand il poussa les portes battantes de l'établissement. La convivialité de l'endroit était palpable, l'absence d'instauration d'un silence à son entrée en était la preuve suprème ! Murs immaculés, parquet brillant, feu dansant dans l'âtre et une clientèle aux têtes nullement ingrates, que demander de plus ?! Il se rendit au comptoir d'un pas allègre et s'installa sur un tabouret en déposant son sac, admirant au passage la tenancière, une jolie plante vêtue d'une chemise orange et d'un jean azur, probablement à l'aube de sa trentaine. Ses yeux verts témoignaient d'une affabilité réconfortante... qui semblait toutefois moins nette quand elle pressait son collègue attelé en cuisine, probablement son frère à en juger par leur ressemblance physique. Constatant le regard admiratif du consommateur fraîchement arrivé, la barwoman tenta en vain de dégager la mèche sombre couvrant la partie droite de son visage et s'approcha de son client.


      - Alors qu'est ce que ce sera Sieur ?

      - Un grog et un ragoût de boeuf Miss !

      Répondit Dylan avec un enthousiasme d'adolescent qui fit sourire la patrone, elle prévint son hypothètique frèrot du nouveau plat réclamé et s'empressa d'entamer la concoction du breuvage. Le jeune homme se vu vite servir sa commande, un sourire avenant en prime. N'est ce pas le bonus qui vous ouvre joyeusement l'appétit ? En tout cas ce fut le cas pour Dylan qui attaqua joyeusement les mets si bien préparés, un véritable régal ! C'est alors qu'entra brutalement un type masssif, au visage hagard scindé d'une cicatrice, affublé d'un long manteau crasseux. Celui-ci vint s'asseoir à coté du blond, ne manquant pas au passage de dégager du pied son barda, ne ce qui ne fit nullement ciller notre protagoniste.

      - Aubergiste ! À boire ! S'écria le type d'une voix gutturale

      La patronne fronça les sourcils en s'accoudant au comptoir, défiant du regard ce client familier... et indésirable.

      - J'te rappelle que tu me dois gros mec. Alors soit tu paies, soit tu dégasses tes fesses d'ici, okay ?

      L'homme écarquilla les yeux puis finit par laisser échapper un rire gras.

      - Et ben ma fille ? T'as la langue bien pendue ! J'vais te payer va... en nature !

      Il se saisit avec force du poignet de la femme dont la réaction fut explicite et spontanée, un coup de poing d'une sacrée puissance qui fit immédiatement lâcher prise le vicieux qui tomba comme une masse à la renverse.

      - Désolé, j'accepte que l'liquide ici mec.

      Furieux, le bagnard se redressa en sortant une arme à feu de sa poche.

      - Alors ça tu vas le regretter ma vieille.

      La femme se contenta de croiser les bras, apparemment nullement intimidé par son opposant.

      - Tire donc, mais n'espère sortir de cette île après ça. C'est fliqué de partout et ici y a un bon nombre de témoins. T'as le choix, tu repars sans histoire où tu te fais arrêté pour tapage doublé d'un éventuel meurtre. Et la justice ici c'est oeil pour oeil, dent pour dent... si tu vois ce que je veux dire.

      Le balourd resserra sa poigne sur la crosse en grinçant des dents. Les clients étaient tétanisés et ne pouvaient que rester cois, subjugué autant par la peur que par l'audace de la patrone. Après quelques secondes, le colosse finit par émettre un rire graisseux avant d'appuyer dare-dare sur la gâchette... l'arme tira alors un jet d'eau, à la surprise générale.

      - Mais qu'est ce que ?!

      Un rire inattendu soutira l'attention de la clientèle au bandit au profit de Dylan qui s'esclaffait en tapant sur le comptoir.

      - Ah ta tronche quand t'as pressé la détente... c'était impayable ! AHAHAHAHAHA ! La prochaine fois que t'entres dans un établissement avec des mauvaises intentions, cache mieux ton flingue l'ami. L'est facile à chourer.

      La balafré, hors de lui se précipita sur le farceur qui bondit prestément hors de son siège pour rejoindre la sortie, narguant au passage sa victime qui le suivit avec hargne. Les clients suivirent la scène avec une attention digne de celle accordé au moment clé d'un bon spectacle et restèrent un moment les yeux braqués sur la sortie, comme espérant un retour des deux stars qui pendant ce temps se poursuivaient joyeusement entre divers croisements de venelles. Après environ un quart d'heure de course, la brute ragea, persuadée d'avoir perdu sa cible jusqu'à ce qu'il entende sa voix au détour d'une ruelle... ruelle sans issue d'après ses bons souvenirs ! Ravi, il s'empressa de bloquer la seule voie possible et de s'enfoncer dans l'obscurité... jusqu'à marcher sur un truc...

      Les marines débarquèrent dans la minute qui suivirent et appréhendèrent ce qu'ils considèrent comme le fameux "terroriste au canard explosif !". À en juger des pièces répendues sur le sol... et de la farine recouvrant les murs, le criminel avait fait une "erreur de conception" sur ce nouvel explosif du pauvre... fatal error ! Pendant ce temps, dans un recoin tranquille, une ombre riait malicieusement...


      ****************************************

      - Quand même ce qui s'est passé tout à l'heure soeurette...

      - Ouaip... impressionnant.

      - J'aurais jamais cru que ce gringalet puisse avoir autant d'audace.

      - Sûr, mais il a pas payé sa commande du coup le ptit malin...

      - Bah... tu lui en aurais fait cadeau, nan ?

      - Négatif, je fais jamais de ristourne... et il aura intérêt à casquer si il veut récupérer ses affaires.

      - Tu crois vraiment qu'il voudra récupérer ces... trucs ?

      - Certaine.


Dernière édition par Dylan Drew le Dim 05 Sep 2010, 01:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kamakiri Raishigami
.ø. Administratrice .ø.
Pirate des Purple Beer
.ø. Administratrice .ø.Pirate des Purple Beer
avatar

Nbre de messages : 335
Equipage : Purple Beer / Ex-Ashura
Prime : 80. 000. 000
Inscrit le : 01/05/2009

Feuille de personnage
Niveau:
55/100  (55/100)
Fruit du Démon : Pas de fruit, pas de soucis !
Expérience:
700/600  (700/600)
MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Dim 05 Sep 2010, 01:06

Bienvenuuuue ! ♫

Désolée pour le retard ! Reprise des cours, toussa, toussa u_u"...
Donc ! Commençons !

Cette fiche est... très appréciable ! Le personnage est touchant et drôle. Enfin quelqu'un qui veut pas conquérir le monde et détruire les gens... Non sérieusement, personnellement j'adore. Et oui, même s'il y a quelques fautes (retrouvable après une bonne relecture) et certaines maladresses je validerai presque !

Ceci dit, voilà le petit souci, qu'on va évidemment régler ; )
Les Ponéglyphes ne sont pas accessibles à tous. MAIS ! Je pense que vu la qualité de la fiche, l'histoire bien faite et l'application qu'il y a sûrement derrière, je vais faire en sorte de porter ça dans la partie Modo afin qu'on en discute. Tu as déjà deux "Oui" en tout cas. Ca serait vraiment méchant de te faire recommencer ta fiche quand même o_o !

Donc ! Pour moi, c'est validable, faut juste qu'on en papote entre membres du Staff !
Cordialement, Kamakiri Raishigami, ravissante anthropophage de l'Administration.

P.S. : J'adore Dawn u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davy Arashi
Capitaine des Purple Beer
Capitaine des Purple Beer
avatar

Nbre de messages : 273
Equipage : The Purple Beer
Prime : 165. 000. 000
Inscrit le : 04/06/2008

Feuille de personnage
Niveau:
70/100  (70/100)
Fruit du Démon : Fruit Tama Tama
Expérience:
1260/1100  (1260/1100)
MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Dim 05 Sep 2010, 17:25

Ok tout baigne !

Donc validé, mais étant donné l'histoire spéciale de ton personnage, tu vas te retrouver catapulté sur Grand Line avec une prime disproportionnée que tu ne pourras pas augmenter tant que ton niveau ne l'aura pas rattrapé.

La Marine et le CP9 vont te poursuivre, , sans compter les dangers de l'océan diabolique, va falloir t'accrocher Bob !

Juste pour le rang, tu veux Pirate ou Fugitif, ou je ne sais quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason O'Neill
.ø. Administrateur .ø.
Colonel
.ø. Administrateur .ø.Colonel
avatar

Nbre de messages : 1051
Equipage : Le Commando Falcon
Inscrit le : 26/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
62/100  (62/100)
Fruit du Démon : N/A
Expérience:
373/600  (373/600)
MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Dim 05 Sep 2010, 18:37

Autre question, dans ton histoire tu dis que tu connais les ponéglyphes, doit-on en déduire que tu sais aussi les lire ou bien non ? (Et si oui, sais-tu les lire complètement ou non ?)

C'est juste pour être clair.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Dim 05 Sep 2010, 18:53

Alors, comme je l'ai dit en MP à quelqu'un d'autre (Peut être un autre compte de Jason, je ne sais pas.) : Dylan est incapable de lire les ponéglyphes, ça le mettra d'ailleurs dans tous ses états si il vient à tomber sur une des stèles au cours de son périple.

Le problème est qu'il a hérité d'un ouvrage parlant des ponéglyphes et très partiellement de leur contenu. C'est un livre appartenant à une série de tomes qui a été volé à Ohara avant qu'elle ne soit anéantie. C'est un livre écrit dans un langage usuel, compréhensible par tous, ça le rend d'autant plus dangereux pour le gouvernement qui ne veut pas qu'il reste la moindre trace du siècle perdu. Même si le contenu de ce bouquin en particulier ne permet pas de faire des déductions négatives à l'encontre du gouvernement, le doute subsiste pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Jason O'Neill
.ø. Administrateur .ø.
Colonel
.ø. Administrateur .ø.Colonel
avatar

Nbre de messages : 1051
Equipage : Le Commando Falcon
Inscrit le : 26/10/2009

Feuille de personnage
Niveau:
62/100  (62/100)
Fruit du Démon : N/A
Expérience:
373/600  (373/600)
MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Dim 05 Sep 2010, 19:20

(Nope c'était pas un de mes comptes, sinon m'en souviendrais xD)

Mokay c'est noté, c'est donc d'autant plus bête que comme la Marine ne sais pas que tu ne sais pas lire les Ponéglyphes ils partiront de l'idée que oui et te pourchasseront donc sans répit...


Bon et bien il ne te reste plus qu'a répondre a la question de Davy pour qu'il puisse te valider =o

Davy Arashi a écrit:
Juste pour le rang, tu veux Pirate ou Fugitif, ou je ne sais quoi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Dim 05 Sep 2010, 19:24

Logiquement en début de RP je serai seul, donc fugitif serait logique. Même si je vais, à priori, vite rejoindre un équipage.

Edit Tanio: Ouep Jase, je lui avait envoyé un MP pour mettre à jour cette petite ambiguïté ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Davy Arashi
Capitaine des Purple Beer
Capitaine des Purple Beer
avatar

Nbre de messages : 273
Equipage : The Purple Beer
Prime : 165. 000. 000
Inscrit le : 04/06/2008

Feuille de personnage
Niveau:
70/100  (70/100)
Fruit du Démon : Fruit Tama Tama
Expérience:
1260/1100  (1260/1100)
MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   Dim 05 Sep 2010, 20:13

Allez hop ! Pirate ! Ça va chez les Purple tout ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Daily Dynamite : Dylan Drew [Finie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A vendre Iveco turbo daily 120 cv full équipée motocross
» Le cas Drew McIntyre
» Justin Gabriel Vs Mark Selling Vs Rob Van Dam Vs Alex Price Vs Curt Hawkins Vs Drew McIntyre
» Un amoureux pour Drew?
» Sheamus vs Drew McIntyre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: Présentations-
Sauter vers: