Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre chez La Moustache.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Rencontre chez La Moustache.   Lun 18 Oct 2010, 15:38

Rien de tel que la chaleur du soleil sur un visage endormi, la lueur passant à travers les fines ouvertures des volets pour se rendre compte que l'on a seulement cinq minutes pour se laver, s'habiller, manger, s'équiper et aller en trombe vers La Moustache.

"NOM DE DIEU! MAIS C'EST PAS VRAI! AAAARGH!"

Tels furent les doux premiers mots de la journée de Wili. Son père devait être à l'établi. Sa mère, elle, il la voyait en ouvrant les volets de sa chambre. Elle s'occupait des plantes qui deviendraient plus tard des épices. Et même s'il devait avoir ses propres responsabilités, il ne put s'empêcher de lui hurler dessus, sans être vraiment sûr qu'elle puisse l'entendre à travers la longue distance qui les séparait.

"MAIS POURQUOI TU M'AS PAS PREVENU?!"

Sans même attendre de réponses, il se jeta dans la salle de bain pour plonger sa tête dans le lavabo, se rinçant maladroitement le visage d'une main tandis qu'il enfilait son pantalon avec l'autre. Le reste de ses vêtement, il les vêtit tout en mangeant, dévoilant une certaine habitude au retard, puisqu'il enchaînait les besognes sans même se tâcher ou faire tomber quoi que ce soit. Deux minutes après son réveil, il sortit de sa maison en ouvrant la porte avec fracas, la défonçant presque en la poussant avec son pied, tandis qu'il mettait sa ceinture de mécano et faisait tenir ses goggles sur sa gavroche. Il était "déjà" prêt, mais rien ne dirait qu'il arriverait à l'heure.

Beuglant en traversant les rues, il courait tout en tenant se ceinture afin d'éviter les chocs avec ses outils qui pourraient le ralentir. Et pourtant, il était onze heures du matin. Le sommeil était une bien piètre excuse pour un tel retard.
Alors qu'il passait devant tous les bars, on voyait des visages se coller aux fenêtres, se demandant sans doute qui pouvait être l'imbécile qui hurlait dehors, comme s'il pensait que ça pouvait le faire courir plus vite. Mais sans doute qu'à l'intérieur, les gigolos qui le connaissaient devaient déjà tenir les paris.

"Dix Berrys qu'il arrive pas à l'heure!" disait l'un d'entre eux alors que Wili s'en allait dans un coin de rue.

Mais il vit la devanture du bar au loin. Alors, comme si son but paraissait soudainement plus proche, il se sentit pousser des ailes et accéléra le pas, créer de grandes enjambées par delà les bancs, trottoirs et bites qui ornaient l'avenue. Il arriva alors finalement en face du tenancier de La Moustache. Un très grand homme, habillé d'un pantalon soutenu par de fières bretelles cachant ses tétons, mais dévoilant d'énormes pectoraux. Mais surtout, il arborait une énorme moustache, laissant à peine la possibilité d'entrevoir sa bouche. Et pourtant, lorsqu'il souriait pour accueillir le mécano, on ne voyait que ses dents.

"Un tonnerre d'applaudissement pour Wili qui nous a fait gagner 300 Berrys! Vous avez entendu ça les gars? Trente secondes d'avance! Ah ah!"

L'homme désignait le bar d'en face qui, visiblement, semblait bien déçu que le jeune homme soit arrivé à bon port. Wili, lui, n'était plus vraiment blessé. Il était si souvent en retard qu'il avait pris l'habitude de devenir le centre d'intérêt de cette île qui suivait presque chaque jour ses performances en endurance. D'autant plus que Johnny La Moustache avait toujours l'habitude de parier pour lui. Cet homme là était d'ailleurs très souvent concerné par ces bruyantes courses, puisque l'écoulement des différentes bières faisait parfois des siennes. Powder venait alors fréquemment dans ce bar, lui recommandant à chaque fois d'investir dans du nouveau matériel. Mais il fallait croire que Johnny appréciait les venues du jeune mécano. Après tout, financièrement, cela les avantageait tous les deux, que ce soit pour les paris du tenancier ou pour le salaire de Wili. Et puis La Moustache n'était pas le seul à apprécier les arrivées fréquentes du sprinteur.

"Les filles! Le plombier est arrivé!" déclarait une voix féminine, avant qu'un torrent de cris du même bord se mirent s'éparpiller dans le bar pour laisser sortir quelques visages curieux à travers les fenêtres et les portes battantes du bar.

"Vous ne leur direz jamais que je suis juste un mécano?"

"Eh eh! Figure toi que tu as beau garder tes vêtements, tu as le don de créer l'espoir chez ces dames! Ça me profite à moi aussi! Allez entre donc!"

Dans un soupir, Powder sentit une main rassurante tapoter son épaule tandis qu'il pénétrait dans l'érotique abîme transpirante de sexualité qu'était ce lieu. Il appréciait beaucoup Johnny et même beaucoup de ces gigolos, puisqu'ils le connaissaient depuis déjà tout petit. Ses allées et venues, même dans le milieu professionnel, c'était devenu une si grande habitude que même les femmes le comptaient parmi le "personnel". Mais même si Wili était très flatté de voir qu'il plaisait, il n'aimait pas trop cette image qu'on lui donnait à lui et donc aussi à ses amis gigolos. C'est à dire un objet sexuel, tout simplement.
Un sourire tout de même en coin, il traversa la salle, escorté par le patron, sous les yeux remplis de convoitise de certaines dames. Des jolies, des moins jolies. Des grosses, des moins grosses. D'autres qui avaient un côté tout doux et parfumé, d'autres qui étaient moins de ce bord là... Bref, tout un tas de personnes différentes qui venaient toutes pour la même chose: les hommes. Dommage que Wili en soit un.
Arrivé devant le mécanisme qui faisait s'écouler les bières, il se mit dos au sol tandis qu'un des gigolos venait le saluer pour ensuite l'enjamber et aller servir son sirop à une dame.

"Dites, ça commence tôt quand même. D'habitude, c'est plutôt le soir qu'il y a beaucoup de personnes, non?"

"Johnny a provoqué le bar d'en face en pariant que tu viendrais plus tôt. Il a promis de payer toute une tournée si tu venais en avance! Tu vas avoir encore plus de succès!"

"Je suis tellement content que je me pisserais dessus, tiens."

Suite à cette courte discussion, il se replongea dans la plomberie pour resserrer les quelques écrous qui posaient problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Lun 18 Oct 2010, 17:43

- Mer de South Blue

Combien de jours cela faisait-il, au juste ?
Un jour ? Deux jours ? Peut-être trois ou quatre, voire plus. Il y avait un moment déjà que Kisame avait perdu la notion du temps. Voilà ce qui arrive lorsqu'on prend la mer sans aucun outil et notion de navigation. Une belle imprudence. Avec la pensée récurrente qu'il lui fallait recruter le plus tôt possible un navigateur digne de ce nom, le Pirate solitaire soupira, affalé sur la proue de son piètre navire, à peine assez grand pour accueillir trois personnes.

Toujours rien à l'horizon. C'en était désespérant.
Affichant une moue dépitée, l'Homme-Poisson se tourna sur le dos et regarda le ciel, dépourvu de nuages. Au moins, la météo était clémente. L'esprit envahi de pensées diverses et variées, qui tournaient systématiquement en questions existentielles, Kisame se laissait porter avec son navire par le vent, les yeux vidés de toute expression. Ce n'est que lorsqu'une mouette passa dans son champ de vision qu'une étincelle brilla au fond de ses pupilles effrayantes.

* A manger !

Paupières écarquillées, il suivit soigneusement du regard la trajectoire du volatile tout en se questionnant sur la comestibilité de la chose. Il fut très vite interpellé par le groupe d'oiseaux qui suivit. Des mouettes, partout ! Se redressant vivement, Kisame rêvait alors d'un bon poulet rôti, fumant, accompagné de délicieuses frites et... Et là-bas, c'était une île flottante ? Bouche-bée, il contempla le morceau de terre qui apparaissait au loin. Etait-ce le fruit de son imagination ?
Relevant la tête vers les cieux, il constata que l'attroupement de mouettes s'y dirigeait. Saisi d'une joie bien prononcée, Kisame poussa un cri victorieux plein d'enthousiasme alors qu'il sautait sur le point, s'emparant d'une rame qu'il plongea dans l'eau. Sans quitter ses guides des yeux, il se mit à ramer à toute vitesse, son bateau quasiment penché à la verticale sous la vitesse hallucinante de sa manoeuvre frénétique.

" Une île, une île, UNE ÎLE !!! Ma première escaaaale ! "

Impossible de s'arrêter de sourire.
Rapidement, Kisame arriva à bon port, de manière un peu surprenante.



- Île des Gigolos, South Blue (1ère aventure)


Il y avait certainement un port pour accoster, mais Kisame préféra un autre accès. En vérité, il n'eut pas tellement le choix. Emporté par sa force et l'immense satisfaction d'avoir trouvé terre ferme, il avait crée un mini courant marin qui envoya son petit navire se planter droit dans un banc de sable. La quille fit opposition.
Ejecté de son embarcation, l'Homme-Poisson voltigea dans les airs avant de s'écraser sur la plage de tout son long, inerte.
Tournoyante, Samaheda vint se planter à côté de lui dans le sol.

Au bout d'un moment, il extirpa sa tête du sable chaud et contempla les environs.
Devant lui, une ville s'étendait. Trop heureux de ne pas être victime d'un mirage, il se mit à rire tout seul sur le bord de mer.

Sauvé par des mouettes ! Quel étrange coup de sort.
De bonne humeur (il souriait et donc, avait l'air plus effrayant que jamais), il se releva en secouant ses habits. Il portait un genre de Kimono blanc, sur un t-shirt à priori noir, ainsi qu'un short beige des plus banals... et des sandales. Réajustant son bandana noir, il entreprit de se rendre en ville.





Tranquillement, il marchait au milieu des passants qui s'arrêtaient pour le regarder, lui et son gigantesque arme enroulée dans des bandages. Malgré sa dégaine de vacancier, l'Homme-Poisson avait une apparence toujours aussi inquiétante.

Tout d'abord affamé, Kisame ne se préoccupait pas de la populace - pourtant drôlement habillée et composée, cherchant avant tout de quoi se remplir la panse. C'est seulement lorsqu'il vit de très belles femmes qu'il vira au violet, s'arrêtant parfois pour les dévisager, devenant instantanément toute chose. Bien entendu, les seules réactions qu'il récoltait étaient des cris apeurés.
Pas surpris de l'effet désastreux qu'il engendrait, il soupira en poursuivant son chemin, alors que des paroles racistes se murmuraient autour de lui et que la rumeur de la venue d'un type étrange, terrifiant et ressemblant à un dangereux psychopathe se répandait en ville comme une traînée de poudre...

Contemplant du haut de ses deux mètres les conséquences de sa présence, il ne put s'empêcher de murmurer.

" Putain... je me demande toujours si c'est parce que je suis bleu ou parce que j'ai des branchies sur la tronche... "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Lun 18 Oct 2010, 19:03

Il ne fallait pas bien longtemps à Wili pour réparer ce mécanisme. Il faisait souvent des siennes et le jeune pseudo plombier avait pris l'habitude de resserrer le même attirail afin que les différents alcools ne se mélangent pas et qu'ils puissent s'écouler correctement dans les verres. Dix minutes plus tard, il avait déjà terminée sa besogne. Mais il n'eut même pas le temps de se lever qu'il sentit un poids lui écraser le ventre. Un des gigolos avait débarqué depuis l'entrée du bar pour se jeter tout au fond de celui-ci, comme s'il fuyait quelque chose.
La douleur fit redresser le dos de Powder qui se cogna alors la tête au comptoir. Le crâne tout endolori, il se leva avec l'aide de Johnny, regardant d'un mauvais œil celui qui venait de lui meurtrir deux endroits de sa personne en même temps. Mais il n'eut même pas le temps de réclamer des explications que le gigolo, définitivement métrosexuel de par son habillement et sa posture féminine, hurla à l'attention de tous.

"Un homme-poisson! Y'a un homme-poisson qui vient d'arriver! Un psychopathe il parait! On dit qu'il a fait s'échouer un bateau sur la côte!"

Qu'est-ce qu'il ne fallait pas dire pour exciter tout le bar! D'un coup, du mouvement se fit, et certaines demoiselles sortaient tandis que d'autres voulaient avoir plus d'informations. Cela dura un bon moment, mais heureusement, Johnny La Moustache, charismatique de nature, n'eut pas à élever la voix bien haut pour que tout le monde se calme. Il frappa le comptoir d'un coup de poing, geste qui calma immédiatement tout le monde, pour finalement parler à son tour.

"Calmez vous donc! On a déjà vu des hommes-poissons passer! Des pirates comme des marchands itinérants! Vous devriez tous savoir que les races ne sont pas des critères de jugement!"

"Mais... Et le bateau alors?"

"Des "on dit", voilà tout!"

Wili ne savait pas trop quelle idée se faire. Jamais il n'avait eu l'occasion de rencontrer d'hommes-poissons. Ou plutôt, jamais il n'avait eu l'occasion d'en connaître un. Il savait bien que certains étaient passés à South Blue, mais de toute évidence, leurs passages étaient plutôt effacés puisque l'on a jamais fait de diffamation à leur sujet. Mais ce qu'il en savait, c'était aussi toutes ces rumeurs. Les hommes-poissons étaient sanguins et semblaient avoir une dent contre les humains. Si ce nouvel arrivait n'était pas de ce bord là, alors Powder n'aurait rien à y ajouter.
Sa réflexion se ponctua alors par une nouvelle vague de mouvement qui se concentra sur les vitres de la devanture, sans que personne n'ose sortir. Sauf évidemment Johnny, qui fendit la foule pour aller rejoindre l'estrade qu'offrait son bar. Wili, sans réfléchir, le suivit immédiatement pour aller voir un peu mieux ce qu'il était de cet homme-poisson. Dans son périple pour traverser l'amas de personnes devant l'entrée, il s'imaginait comment il pouvait être... Était-ce un homme requin? Pourvu d'un aileron et de dents acérées? Ou un homme baleine tout bedonnant? Plus drôle encore, un homme poisson lune qui deviendrait tout épineux lorsqu'il est en colère? Ce n'est qu'en étant projeté sur le sol de la devanture qu'il entraperçu le personnage.
Il n'avait vraiment rien d'un poisson... En se relevant, Wili l'observa un peu mieux. Il lui tournait le dos, donc il ne pouvait pas vraiment voir ce qu'il était. En revanche, on pouvait nettement voir que le bar d'en face avait décidé de lever les armes. Cinq gigolos, les plus musclés de l'île peut-être, était sortis armés de tabourets, et de bouteilles de bière. Ils exhibaient fièrement un torse bodybuildé, sans doute qu'ils avaient été allaités aux anabolisants tant ils impressionnaient la galerie avec leurs muscles. Devant ce spectacle, Johnny poussa un soupir tandis que Wili esquissait un sourire moqueur.

En effet, ce bar qui entretenait les défis avec La Moustache, avait déjà une réputation assez mauvaise. Pas vraiment conviviaux, les membres qui constituaient son personnel avaient déjà provoqué des bagarres et fait fuir quelques voyageurs, sans que l'on ne sache vraiment pourquoi. Par haine ou par dégoût de ces clients peut-être. Dans tous les cas, même s'ils étaient du genre concurrents avec La Moustache, Body Body n'était jamais allé jusqu'à en venir aux mains. Ils se contentaient d'enchaîner les paris, de perdre et parfois de menacer.

"Retourne dans ta fange! Poiscaille! On ne donne pas à manger aux requins ici!"

Ces paroles suffirent à faire intervenir Johnny, laissant Wili sur l'estrade, contemplant un peu mieux le nouveau venu. Il se rendit compte alors qu'honnêtement, pour un homme-poisson, celui là avait juste l'air d'être un vacancier. Esquissant un sourire de plus en plus large, il s'amusait de voir qu'un homme qui avait juste les mollets bleus pouvait inspirer autant de crainte. Car oui, de dos, il ne voyait que ses mollets.

"Laissez le donc! Plus d'un homme-poisson sont venus ici, je ne vois pas pourquoi ce nouveau venu n'aurait pas droit à au même accueil!"

"Ferme la, le poilu!"

Les paroles de trop. Wili troqua son sourire contre des sourcils froncés et des dents serrées alors qu'il sortait de nouveau sa clé à mollette. Comme un véritable petit guerrier, il se mit à courir vers le bar adverse, beuglant un cri de guerre incompréhensible. S'il avait eu ses pistolets à ce moment là, il leur aurait juste fait peur. Au lieu de cela, il hurlait, courait pour finalement se retrouver étranglé par son propre foulard. Comme un chien que l'on attrapait par le collier, il fit un petit "couic!" avant de se rendre compte que c'était Johnny qui l'avait attrapé, l'empêchant ainsi se ruer sur le bar concurrent.

"Lâche moi! Rha! Con! 'Chier! Argh! Laisse! Roh! Put'... Putain! Nyaaargh!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Lun 18 Oct 2010, 20:16

Kisame cherchait sans se presser un établissement. Sachant pertinemment qu'aucun restaurant ne le servirait, il s'intéressa seulement aux auberges et aux tavernes, bien que les passages de magnifiques femmes suffirent à le distraire et à le faire s'arrêter. A chaque fois, il nourrissait l'espoir secret que l'une d'entre elles lui adresse un simple sourire, il se sentirait comblé. Au lieu de ça, elles le fuyaient toutes comme la peste, la peur déformant leur si joli minois.

Un peu résigné, concentré sur son estomac gargouillant, il ne vit pas immédiatement le groupe d'hommes virils qui lui barrait la route. En percutant négligemment un des leurs qui vacilla, il lança involontairement les hostilités. Etonné, il regarda les types un peu chauvins tour à tour. Leurs paroles vicieuses et racistes lui rappelèrent inévitablement le passé. Nul besoin de remonter à son enfance en tant qu'esclave des Dragons Célestes pour ça, il suffisait de remonter à six ou sept ans. Toutes les apparitions publiques qu'il avait pu faire s'étaient ponctuées par ce genre de remarques irrespectueuses et haineuses envers sa race, pour une raison qui lui était toujours inconnue à ce jour. Il avait beau se creuser la tête, il ne parvenait pas à trouver une réponse capable d'expliquer le comportement général des hommes à son égard et celui de ses semblables. C'était désolant, et en même temps énervant. Pourtant, il n'était jamais devenu radical pour autant, ne nourrissant aucune haine à l'encontre de ses nombreux agresseurs. Il était d'autant plus affligeant qu'en sept ans, la mentalité de l'homme n'avait globalement pas évolué...

Une fois encore, sur cette île inconnue où il n'avait, à sa connaissance, rien fait de mal, le scénario se répétait.

Il resta d'abord muet, observant la foule de personnes malsaines qui voulaient satisfaire leur curiosité. Seul contre tous, il ne désirait pas leur donner raison et se battre avec ses ivrognes. Cependant, il ne pouvait avancer. Ces types ne le laisseraient pas faire sans en venir aux mains, et s'il leur tournait le dos, ils seraient assez lâches pour l'attaquer par derrière. Dans une impasse, Kisame réfléchit au moyen le plus pacifique de s'en sortir. Il se manifesta sous la forme du destin.
La bienveillance d'un tenancier à la moustache prodigieuse surprit véritablement l'Homme-Poisson. Il ne s'attendait pas à autant d'indulgence et de tolérance, pas dans cette situation là. L'histoire se compliqua lorsque des insultes fusèrent jusqu'à provoquer le courroux d'un jeune habitant impétueux. Heureusement retenu par le chauve à la pilosité magistrale (et à la jolie salopette), le conflit fut évité.


C'est à ce moment que Kisame révéla son visage au reste de la foule, élevant une voix légèrement aigu.


" Oi ! Merci, Moustache-san, je... "

Il fut coupé par un des partisans de Body Body. L'homme musclé avait été contraint de sauter pour asséner un coup de tabouret vertical en plein sur la tête de Kisame, provoquant une vague de surprise chez les spectateurs. Le meuble se fracassa littéralement en pièces sur le crâne de l'Homme-Poisson qui ne bougea pas d'un poil. Rendu muet par l'attaque fourbe, il se tourna vers son agresseur qui regardait le pied de son ancienne arme, puis sa cible, constatant non sans frayeur que ça n'avait eu aucun effet notoire sur ce dernier.
Penchant la tête vers le bonhomme, Kisame eut l'air encore plus tyrannique à cause de l'ombre sur son visage.

" C'est malin, tu vas t'asseoir sur quoi, maintenant ? "

Question stupide répondant à un acte stupide.
La robustesse de l'Homme-Poisson partiellement démontrée, les Gigolos n'en démordirent pas pour autant, en partie entraînés par un leader bien atteint. Body Body pointa du doigt celui qu'il considérait comme l'intrus.

" Sal'té de monstre ! Chopez-le !! On va le faire sécher comme une morue au soleil ! "

Kisame haussa un sourcil, ne comprenant pas bien ce genre de blagues au rabais qui consistaient à le comparer systématiquement aux poissons. Déçu par leur sens de l'humour, il répondit sans réagir à l'assaut qui se profilait, les quatre hommes armés accourant vers lui.

" Hé ? Je sais bien que je ne suis pas un canon de beauté, mais quand même ! Morue... "

De nouveau interrompu par un coup de tabouret, qui se brisa lui aussi, il tenta de poursuivre mais était encore attaqué par le type un peu persistant.

" Je suis un... Rah... "

Il poussa d'un revers de main négligeant celui qui l'importunait, ce qui fut suffisant pour le faire tomber sur ses fesses. Il tenta à nouveau de parler, mais cette fois il reçu une bouteille sur le front. Il ne broncha pas.

" Je suis de la famille des Requins Tigres, ça se voit, non ? "

Bien sûr, ils s'en foutaient tous, ils ne faisaient aucune distinction. Lorsqu'il tenta d'en placer une, un autre coinça sa bouteille d'alcool vide dans sa gueule. Se retrouvant incommodé avec cet objet entre les dents, il exerça une faible pression pour que le verre se brise en morceaux, et cracha à terre les résidus.

" Peuh... J'ai faim, mais pas à ce point. "

Les hommes commençaient à prendre peur. Kisame espérait réellement ne pas avoir à utiliser son Art contre ses pauvres humains... et puis il avait la dalle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Lun 18 Oct 2010, 21:54

"Gnnnn!"

Telle était la réaction de Wili tandis qu'il battait des jambes, soutenu par le col qui était encore emprisonné par la poigne de ce colosse de Johnny. Mais il fut coupé dans son élan pour la liberté lorsqu'il croisa enfin le regard de l'homme requin. A ce moment là, il se figea: En effet, tout de même, il avait une face de poisson, ce n'était pas négligeable. Mais ce n'était pas tout. A peine eut-il le temps de remercier le tenancier de La Moustache qu'il reçut un coup de tabouret en plein visage! Mais il ne broncha même pas.
A cet instant, Johnny laissa tomber Powder, les deux personnages arborant une bouche bée et des yeux ébahis. Les hommes-poissons étaient donc si forts que ça? Wili ne l'aurait certainement pas soupçonné en tout cas. Quand il retomba, ce ne fut même pas sur ses pieds tant il était étonné de voir une telle force. Et le pire, c'était que cet homme-poisson, là, il ne voulait même pas se battre! Il enchaîna un autre coup de tabouret et deux coups de bouteilles, juste le temps de pouvoir soutenir son appartenance à la race des requins tigres!

"Trop... Trop fort!"

Powder avait laissé échapper ces paroles en admirant l'homme-requin tandis que le reste de Body Body montrait manifestement un visage terrifié. Mais de toute évidence, certains étaient suffisamment téméraires pour garder leurs postes. Notamment l'un d'entre eux qui, furtivement, sortait un couteau de sa poche. Il s'était mis en retrait, afin que le requin ne puisse pas le voir, mais Wili avait réussi à percevoir le danger. Il se remit alors sur pieds, esquiva une emprise de Johnny et se jeta comme un chien fou sur l'adversaire qui s'était apprêté à lancer son assaut à travers une charge, lame en avant. Wili sut parfaitement maîtriser l'homme: il donna un coup verticale sur la lame pour venir la cueillir au centre de sa clé à mollette. Puis, en un coup de poignet, l'avait envoyée valser quelques mètres plus loin du côté du bar La Moustache.
L'adversaire désarmé, il ne se fit pas prier, contrairement au voyageur, pour donner un coup vertical, de bas en haut, en plein dans le menton du gigolo. Le louveteau enragé profita alors de ce déséquilibre pour ensuite écraser son pied droit avec sa lourde botte avant de le pousser pour le faire tomber. Bien, cela faisait déjà un colosse de vaincu. Mais il y en avait d'autre. Cependant, il comptait sur son acolyte improvisé pour lui sauver la mise s'il était en danger. Après tout, il avait fait de même!

"Stop! Ça suffit!"

Johnny en avait visiblement assez de tout ce tapage. Et il avait raison. Son seul cri avait suffit à figer tout le monde. Wili, les gigolos d'en face et même le requin (qui, de toute manière, n'avait pas vraiment bougé). Il s'était approché par la suite, se postant devant le jeune mécano.

"Il ne vous a jamais menacés! Et vous vous permettez de le frapper ou même d'essayer de le poignarder! Vous devriez avoir honte! S'il faut que quelqu'un s'occupe de lui, alors je vais le faire! Bande de lâches!"

Il se retourna vers le duo improvisé, son acte couvert par les plaintes du grand gigolo blessé par Wili. Puis il posa ses mains sur les épaules de ses deux protégés.

"Venez donc, on va vous faire manger, nous!"

Il entraîna alors les deux hommes à l'intérieur du bar. Wili savait bien qu'on ne servait qu'à boire à l'intérieur, aussi la proposition du colosse l'avait plutôt étonné. Mais dès qu'ils furent entrés, il chargea les autres gigolos et même les femmes de "s'occuper du nouveau venu". Et étrangement, alors que tout le monde en avait peur au début, bien des personnes se ruèrent sur le duo, les accablant de compliments pour avoir réussi à s'en sortir face aux membre du Body Body Bar.

"Comme vous êtes endurant! s'exclamait une jeune femme à l'attention de requin. Vous devez avoir tout un tas de talents cachés!"

"Et surtout, c'est un sacré sang froid que vous avez eu là. Je vous félicite, tout le monde n'est pas capable de montrer autant de retenue face à ces énergumènes" renchérissait un des gigolos (le fameux métrosexuel, d'ailleurs).

Johnny, de son côté, était passé dans la partie réservée au personnel. Wili étant un "habitué" contre son gré, il avait acquis le droit d'y aller comme cela lui chantait. Il laissa alors l'homme-requin seul pour aller voir ce que faisait le patron du bar. Et la chose fut prévisible: c'était lui qui cuisinait pour l'invité. Le grand moustachu avait déjà commencé à faire cuire deux steaks et faire sauter une bonne grosse plâtrée de nouilles à l'attention de la fameuse poiscaille. Voyant Wili l'approcher, il laissa échapper un rire gras et bruyant.

"Je doute qu'il aime le poisson après tout! Ah ah ah! De la bonne bidoche, c'est ce qu'il mérite pour avoir su rester aussi calme!"

Il ne fallut pas bien longtemps au patron reconverti en cuisinier pour finir de préparer le plat. Il ne fit rien de très spécial sur la présentation. Simplement les deux steaks par dessus les nouilles. Mais cela suffirait, il en était certain, à plaire au grand carnassier que devait être le nouveau venu. Il tendit l'assiette au mécano.

"Tu veux bien lui donner ça, s'il te plait? Je vais me laver."

Sans broncher, Wili se fit un plaisir d'arborer le fameux plat. Même s'il était assez envieux envers l'homme concerné d'avoir une telle notoriété en si peu de temps, il essaya de se consoler en se disant que les autres agissaient peut-être de manière très hypocrite. Et puis après tout, il l'avait méritée. Il ne connaissait absolument personne qui soit capable de résister à de tels coup. Bref, arrivant en face du mastodonte, il lui tendit l'assiette.

"Pour le colosse écailleux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Mar 19 Oct 2010, 00:20

Si le conflit aurait pu s'éterniser et tourner au vinaigre, il n'en fut rien, et cela grâce aux efforts combinés du jeune garçon impétueux et son protecteur (dont la moustache laissait Kisame admiratif, vraiment). D'ailleurs, ce ne fut pas au son de sa voix grave qu'il s'immobilisa lorsque le tenancier prit la parole, mais au terrible constat que ça moustache frétillait. Elle frétillait, pour de vrai !

Avec un professionnalisme exemplaire, Johnny La Moustache parvint avec une efficacité remarquable à calmer la situation. En plus, il n'hésita pas une seule seconde à redorer l'image jusque là ternie de cette belle île à priori conviviale en offrant l'hospitalité à l'Homme-Poisson. Dès lors, Kisame le considéra avec le plus grand respect. Cet homme avait fait preuve d'une vraie humanité et d'une générosité bien réelle. C'était indubitablement une personne en or et déjà, l'Homme-Poisson l'appréciait.





Toutefois, il fut comme... emporté par les événements. Sans trop saisir comment, il s'était retrouvé dans la sympathique auberge du tenancier, assis à une table autour de laquelle se pressaient les habitants et clients qui semblaient totalement différents avec lui. D'une aura générale agressive, il était désormais entouré d'un "Ki" positif, chaleureux, convivial. Les gens autour riaient, étaient impressionnés... comble du bonheur, des femmes - très jolies, le complimentaient. Aux anges, Kisame vira au violet, les yeux tous ronds et la bouche entrouverte. L'expression connue de "faire la tête d'un merlan frit" prenait tout son sens dès lors.
Passant d'un monde à l'autre, l'Homme-Poisson demeurait muet, il ne savait plus où donner de la tête. Les questions fusaient, les compliments aussi. Touché au plus haut point, il en oubliait même la faim qui l'avait tiraillé et poussé à s'aventurer en ville. Actuellement, il ne regrettait plus son entreprise. Les yeux brillants, il regardait les enfants (pas trop quand même, on pourrait le prendre pour un pédophile), les femmes (pas trop non plus, ce qui était plus dur, on le prendrait pour un poulpe lubrique), et les hommes, qui étaient bien maniérés et arboraient une sacré musculature.

Bientôt, l'odeur d'une délicieuse nourriture attaqua de front ses narines. Comme s'il possédait un sixième sens, ses branchies et ses narines s'écartèrent en un même temps, alors qu'il guettait la fumée qui dansait derrière le comptoir. Rappelé à l'ordre par ses besoins vitaux, il trépignait d'impatience, tentant de ne rien montrer à ses admirateurs, sans quoi il risquait de vraiment les effrayer.
Trop affamé pour constater que ce fut le même garçon qui était intervenu dans la bagarre ultérieure qui le servait, Kisame fut enivré par les arômes qui émanaient du plat bien garni. Le regard aussi blindé que celui d'un enfant qui ouvre ses cadeaux d'anniversaire, l'Homme-Poisson saliva devant son assiette en arborant une expression déroutante.

Témoignant sa reconnaissance à la bonté sans limites du tenancier, il s'empressa d'agripper sa fourchette, tremblant littéralement alors qu'il tenait son couteau dans une autre main. Avec une voracité ahurissante, propre à tous forbans - on ne perd pas ses vieilles habitudes quand la nature appelle ! -, il se mit à engouffrer dans sa bouche carnassière la succulente nourriture si gentiment préparé. Le sang de la viande giclait dans sa bouche, déclenchant un torrent de larmes chez ses petites papilles gustatives au régime. Les nouilles aussi firent son bonheur en tant que garniture. Pour la plupart impressionnés par le rythme acharné avec lequel il avalait ce met, ainsi que les larmes qui perlaient au coin de ses yeux étranges, les spectateurs restèrent sans voix. Mais à force d'engloutir sans mâcher et d'être trop gourmand, Kisame finit par s'étouffer. Tapant du pied en devenant violet pour une autre raison, il provoqua l'hilarité.

Il lui fallait quelque chose à boire !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Mar 19 Oct 2010, 22:05

Quand Wili offrit le plat à l'invité, ses yeux s'écarquillèrent. Il n'imaginait pas que les hommes-poissons pouvait avoir autant de points communs avec la dite race dont ils étaient mêlés! Et en effet, alors que certains écartent les narines, ici, c'était non seulement le nez du requin qui était atteint, mais surtout les branchies qui semblaient vibrer de plaisir! Et le gourmand finissait pas montrer définitivement un attribut appartenant aux carnassiers de ce genre en avalant goulument les deux steaks qui étaient déjà des pièces de viande bien conséquentes. Si bien que Wili se demande si dans l'éventualité où il aurait oublié de lui donner les couverts, l'homme se serait retenu de déchiqueter la viande avec ses dents.
Et contre toute attente, alors que la populace commençait à finalement s'écarter quelque peu en voyant la performance du glouton, Powder, lui, en restant les bras ballants, bouche presque bée, scrutant le nouveau venu en train de tout dévorer... Et la seule réflexion qui lui vint à l'esprit, c'était...

"Trop... Trop cool..."

Mais l'admiration fut de courte durée. Il ne fallut pas vraiment longtemps au prédateur pour commencer à arborer une tête étrangement violette tandis qu'il tapait du pied sur le sol en toussant. Au premier abord, Wili s'étonna encore une fois de voir un teint aussi étrange. Mais comprenant finalement ce qu'il se passait, il éleva la voix en ordonnant au gigolo métrosexuel:

"Prépare donc une pinte de bière! Vu sa forme, je crois qu'une gorgée suffira!"

Sans rechigner, même si Wili n'était pas le patron du tout, le gigolo s'en alla au bar remplir une pinte tandis que le mécano regardait toujours aussi attentivement le phénomène qui se tenait devant lui. Tout le monde restait hilare même si quelques secondes plus tôt, ils s'étonnaient de voir une créature aussi violente lorsqu'il s'agissait de dévorer une proie déjà morte. Même le rire de Johnny -qui s'était enfin décidé à revenir - rejoignit celui des autres gigolos et clientes.
Quand la pinte fut enfin prête, c'est d'ailleurs lui qui la prit des mains du gigolo chargé du remplissage et pour la poser sur la table devant laquelle le requin tapait frénétiquement du pied sans pouvoir s'arrêter. Lorsque la poiscaille se décida à boire le doux nectar, les rires augmentèrent d'autant plus... pour être coupés d'un coup par le claquement des pores battantes de l'établissement. Les gens se retournèrent avec crainte, tandis que Wili baissait déjà la tête, résigné.

C'était sa sœur, Sonya. Elle avait beau ne fait qu'un mètre soixante-cinq, elle continuait depuis toujours d'imposer le respect tellement elle avait de l'emprise sur le jeune Powder. Plus petite que l'assemblée, elle n'eut pourtant pas de peine à faire s'écarter tout le monde en s'avançant vers la table du requin, les mains tenant sa ceinture de mécano, bien plus fournie encore que celle de Wili, les sourcils froncés alors qu'à chaque pas, un tintement métallique presque menaçant se faisait entendre. Elle relevait finalement la bordure de son chapeau de cow-boy pour laisser apparaître ses yeux noirs à la vue de tous, toujours aussi menaçants et impitoyables, même s'ils n'ôtaient pas la beauté de la demoiselle. On pouvait d'ailleurs voir quelques étaient de la même famille tant ses cheveux, à elle aussi, étaient longs, noirs et soyeux. Mais de toute manière, elle n'allait certainement pas rester là juste pour se donner en spectacle.

"Wili, fit-elle, nous devions nous retrouver chez les Cordeal il y a déjà cinq minutes! Pourquoi je te trouve ici? Tu t'es reconverti gigolo?"

Un rire eut le malheur de se faire entendre. A cet instant, la jeune fille se retourna, faisant virevolter ses cheveux, pour plonger son regard assassin dans celui de la pauvre cliente qui n'avait rien demandé. Elle s'approcha, lâchant sa ceinture pour serrer les poings tout en collant son front sur celui de la grosse dame qui avait, de toute évidence, quelques vues sur le jeune aspirant pirate.

"Je vois que tu ne dois pas me connaître pour avoir ri comme ça. Alors deux choses: jamais on ne se fiche de moi. Et ensuite, personne, je dis bien PERSONNE, ne touche à mon frère. Est-ce clair?"

De toute évidence, la demoiselle était bien susceptible, et Wili n'osait pas vraiment réagir, sachant qu'il était définitivement en tort. Il allait devoir certainement quitter l'assemblée pour aller réparer la chaudière des Cordeal qui avaient pris rendez-vous avec eux il y avait déjà deux semaines. Ce retard allait lui poser quelques soucis en tout cas. Mais il espérait surtout que Johnny réagisse et puisse justifier son retard qui était la fameuse altercation avec le bar de Body Body. Car du côté des clients et des autres gigolos, personne n'allait réagir. Ceux qui connaissaient South Blue savaient forcément qu'il valait mieux éviter de parler dans ces moments là. Et les nouveaux étaient certainement prévenus quant à la menace adressée à la grosse dame, qui ne répondait plus que par un petit et imperceptible:

"D'a... d'accord..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Mer 20 Oct 2010, 13:55

Réchappant cette fois d'une strangulation bovine morte-vivante, Kisame engloutit la pinte de bière d'une seule traite, après quoi il poussa un grand soupir de soulagement. L'hilarité se poursuivit tandis qu'il regagnait ses couleurs naturelles, remerciant au passage le gigolo qui l'avait servi.

Alors que l'ambiance était agréable et battait son plein, elle changea brusquement dès qu'une jeune femme au look d'éleveuse de vaches pénétra dans la taverne. Le Pirate ne put s'empêcher de penser à la chose suivante.

* Est-ce que... est-ce qu'elle vient se venger pour les steaks... ?! *

Pour une raison inconnue, cette fille qui semblait être la soeur du jeune chien fou - dénommé Wili, inspirait une sorte de crainte auprès de la clientèle, et même du tenancier. L'invité de marque lui, ne s'arrêta pas de mâcher le reste de son délicieux plat pour autant, fourchette en bouche et joues remplies. Dès qu'un rire retentit suite à l'allusion amusante (que Kisame ne comprit pas), la demoiselle se braqua et terrorisa la pauvre qui avait eu le malheur de l'ouvrir.

Bien qu'une personne normale se serait tue pour ne pas envenimer les choses, Kisame lui ne réprima absolument pas son rire amusé.

" Kishishi... "

Son plat terminé, il se leva de sa chaise. Debout il paraissait vraiment géant comparé à tous ceux qui l'entouraient présentement.
Ignorant la réaction probable de la furie, l'Homme Poisson se rapprocha de celui qui lui avait offert tant d'hospitalité. Humblement, il exécuta le salut martial - une courbette respectueuse en joignant un poing fermé à la paume ouverte -, témoignant ainsi sa gratitude à Johnny La Moustache.

Il déclara sincèrement : " Merci beaucoup, Moustache-san, c'était le meilleur repas que j'ai eu l'occasion de manger depuis des années ! "

Sur ce, il tourna les talons et se dirigea vers l'entrée, empoignant au passage la lanière de Samehada qu'il avait laissé près de sa table. Il la glissa autour de son épaule mais s'arrêta devant les portes battantes.

Par dessus son épaule, il balança à la cantonade. : " Yosh ! Prenez soin de vous ! Et ne vous en faites pas, je tâcherais d'être discret... " déclara-t-il, en référence aux fauteurs de troubles racistes.

S'il partait si promptement, c'est que Kisame n'oubliait pas l'objectif de sa quête : recruter des nakamas compétents.
Il devrait commencer par trouver la personne la plus forte sur cette île et l'affronter... Maintenant qu'il avait l'estomac suffisamment rempli, il pouvait partir à sa recherche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Jeu 21 Oct 2010, 19:26

Si toute l'assemblée s'était tu, le requin, lui, n'avait pas réprimé un rire quelque peu amusé. Sans vraiment craindre pour lui, ayant assisté à ses performances de résistance, Wili n'avait pas cherché à rattraper son erreur. De toute manière, il le faisait lui-même en décidant de quitter le bar, sans plus d'explications. Il avait été bien rapide, et personne ne chercha à le rattraper. Pourtant, il ne semblait pas vraiment que c'était la situation qu'avait provoqué l'arrivée de Sonya qui l'avait poussé à s'en aller. Non, il était parti de son plein gré, comme s'il avait quelque chose à faire. Dans tous les cas, Powder fut content d'entendre ses remerciements, même s'ils ne lui étaient pas vraiment adressés, avant de dire qu'il ferait attention à ne plus attirer l'attention sur lui.

Wili jeta un coup d'œil à sa sœur. Heureusement, il semblait qu'elle n'avait pas percuté pour le rire, cependant elle avait plongé son regard sur la silhouette impressionnante du poisson géant. Mais ce n'était pas qu'elle était impressionnée. C'était qu'elle était intriguée, cela se voyait dans son regard. Elle éleva alors la voix à l'attention de tous, comprenant que cette créature singulière devait être la raison pour laquelle son frère était en retard.

"Qu'il tâche d'être discret? Comment ça?"

"Ce type est arrivé aujourd'hui et a failli se battre contre les types de Body Body, répondit Johnny la Moustache. Comme il a failli se faire poignarder, ton frère l'a aidé."

Grosse erreur, contrairement à ce qu'on aurait pu penser. Car si cela excusait le retard de Wili, cela n'excusait pas le fait que cet homme-poisson ait osé attirer son frère dans une bagarre qui ne le concernait pas. Le regard de plus en plus noir, elle répondit un "QUOI?" rhétorique, avant d'empoigner le bras de son frangin pour le tirer avec force hors du bar. Sans même faire de supplications afin de garder le mécano un peu plus longtemps dans son établissement, Johnny lui fit un signe de la main, légèrement attristé que cette nouvelle rencontre se termine ainsi. D'autant plus que le voyageur ne s'était pas présenté.
Mais s'il n'était pas sûr de voir l'homme bleu, Wili, lui, se voyait déjà se rapprocher de lui bien vite, tandis que sa sœur tirait de plus en plus son bras.

"Lâche moi un peu! Je suis adulte je te rappelle! J'ai la majorité absolue!"

"Et alors? L'âge c'est pas un critère sur lequel on peut se baser! T'es qu'un gamin qui veut jouer à la bagarre! Pirate... Pirate... Comme si tu pouvais le devenir! On va lui parler à ce type et crois moi, il va se rappeler de moi!"

Alors qu'ils remontaient la rue en suivant la grande silhouette, Sonya commençait à fulminer toute seule, comme si elle se répétait les mots qu'elle allait jeter au visage du colosse écailleux. Et lorsqu'elle se considéra enfin à portée de lui, elle lâcha la main de son frère pour porter les siennes autour de sa bouche, essayant de former un écho.

"EH TOI! LA SARDINE! RETOURNE TOI!"

Une main sur son front, Wili se désolait d'avoir une sœur pareille. Avec elle, jamais on ne pourrait le considérer comme un vrai pirate avec du potentiel. Et puis il fallait le dire: la façon dont elle traiter son rêve, alors qu'elle l'avait elle-même partagé, cela le blessait un peu. Avec une moue boudeuse, il regarda au loin, là où se trouvait la quai sans regarder Sonya ou l'homme-poisson. C'est alors qu'un homme vint troubler son champ de vision, surgissant de son côté gauche, c'est à dire d'un tout petit espace entre deux bars. Immédiatement, il le reconnut. Wili fit alors un petit bond en arrière, portant les mains à sa ceinture, prêt à dégainer n'importe quelle arme.


"Écoute, j'ai pas envie de me battre mais je dois te ramener. Si je te prends pas avec moi, je paie pas cher de ma peau... Alors soit gentil et laisse toi faire!"

Cet homme, c'était Tyler, un coursier. Et cela faisait déjà plusieurs fois qu'il était venu au nom d'une dame de l'Île des Gigolos. Dame Beetenka. On la considérait comme une personne particulièrement influente, et surtout mauvaise. Sans pouvoir le prouver, on l'accusait de proposer des services un peu moins "conventionnels" sur cette île. Aussi, on disait qu'elle tentait de ramener des gigolos dans son établissement, sans pouvoir les laisser sortir après. Une maison close, en soit, mais le genre de maison close qui ne laisse aucune liberté aux pseudos "hôtes". En clair, Beetenka était puissante et cupide. On ne la voyait que rarement, puisqu'elle préférait envoyer des messagers si elle devait "contacter" certaines personnes. Mais elle restait une personne définitivement bien renseignée.
Depuis plusieurs mois, Tyler venait à la Moustache pour "proposer des contrats" aux gigolos, et plus particulièrement à Wili qui attirait les regards de ces dames. Seulement, lui n'était que mécano. Mais ça n'avait pas coupé l'insistance du messager qui, la semaine dernière, en était venu aux mains pour essayer de le traîner jusqu'à l'établissement de Beetenka. Powder s'en était défait facilement, ce qui expliquait cette longue absence. Mais désormais, Tyler arborait une grande cicatrice sur son buste. Chose que Wili ne se souvenait pas lui avoir infligée, d'autant plus qu'il ne posait jamais de lame sur lui. Tyler voyant le regard du mécano sur son buste, il comprit.

"Tu vois ça? C'est elle qui m'a fait ça! Alors laisse moi t'emmener je t'en prie!"

"Tu plaisantes? C'est une raison de plus pour l'éviter!"

Sonya s'était retournée, comprenant qu'il y avait un nouveau danger qui se dressait là. Mais Tyler n'abandonna pas. Il sortit un couteau de pêche de sa poche arrière et le mania habilement devant son visage avant de se mettre en posture de combat.

"Dans ce cas, tu me laisses pas le choix."

Avant que Wili ne puisse réagir, Sonya le poussa de la trajectoire de l'assaut avant d'esquiver habilement le coup de couteau du jeune homme au look de surfeur. Et pire, elle en esquiva un deuxième, comme s'il avait clairement décidé de la tuer pour prendre le petit mécano avec lui. Constatant ce nouvel acte de barbarie, Wili se releva et détacha la clé polycoise qui pendait à sa ceinture. La prenant à deux mains, il se décida à capter l'attention de l'adversaire avec un appel au combat.

"Eh! Tu veux te battre? Alors laisse la et viens donc!"

Ce qu'il fit... En se retournant, il avait encaissé un coup de pied de la jeune fille au look de cow-boy pour lui attraper la jambe et la projeter contre la balustrade de la terrasse du bar devant lequel ils s'affrontaient. Cette action fut l'appel à la guerre: Wili se jeta sur son adversaire pour engager un combat sauvage où le bruit des métaux s'entrechoquant n'avait cesse de se répéter. Tyler était taillé pour la vitesse et lui pour les armes à feu, il peina à anticiper les mouvements de ce dernier. Mais sa maîtrise des outils allait lui suffire à se défaire de lui. Ce fut le cas lorsque le coursier commença à tendre son bras au maximum pour essayer de plante son couteau dans la cuisse du mécano: Powder avait alors poser la clé sur l'articulation du coude tout en bloquant son avant bras entre la dite cuisse et son propre bras. Puis, d'un mouvement sec, il avait tourné la clé pour non pas briser, mais déboîter l'articulation, provoquant un cri aigu et assourdissant qui résonna dans toute la rue. Cela eut suffit, en tout cas, à lui faire enfin lâcher son arme.
Laissant Tyler se morfondre au sol, il s'était alors jeté vers sa sœur afin de constater les dégâts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Jeu 21 Oct 2010, 20:35

En sortant à nouveau dans la ruelle, il avait malgré lui inspiré la crainte. Bien que discret, les sbires de Body Body qui guettaient comme des hyènes sa sortie commencèrent à préparer leurs armes, jusqu'à ce qu'ils voient que la soeur de Wili était de la partie. S'ils devaient se coltiner les deux furies, ça risquait de partir en guerre civile. Préférant calmer leur hostilité pour le moment, ils se rassirent bien gentiment.

Kisame était ignorant des regards mauvais qui lui étaient encore adressés, toujours bercé par la convivialité extraordinaire des personnes qu'il venait de quitter. Il songea à revenir les voir pour payer son repas, une fois qu'il aurait combattu l'homme le plus fort de l'île. D'ailleurs, l'Homme-Poisson était en train de l'imaginer...

* Hum, je me demande à quoi il ressemble... Un homme en string avec une grosse barbe rouge... Non, non, pas possible... Alors, euh... Un homme pélican avec quatre bras et un chapeau de paille ! Ah... ce serait terrible !! Soyons réalistes, ce serait plutôt un homme avec le pouvoir de faire pousser des ongles incarnés. Hum ! Oui, ça doit être ça. Terrible, terrible... Ou un homme... Eh ?! Et si c'était une femme d'ailleurs ? Woh... J'y avais pas pensé jusqu'à maintenant. Ce serait cool ! Et je... *

Il fut malheureusement extirpé de ses théories (ô combien foireuses, vous constaterez) par un appel pour le moins déroutant.
Insulté de "sardine", il se retourna, sans pour autant voir qui l'avait "interpellé". Quand on est grand, on a pas l'habitude de regarder en bas. Pas quand on est Homme-Poisson en tout cas...
Il ne découvrit que la source de ce bruit que lorsqu'une dispute éclata (qu'il entendit à peine mais suffisamment pour comprendre que c'était du forcing) entre un tiers torse nu et l'autre chien fou de l'auberge. Qui l'avait suivi ? Non, il était traîné par l'autre gamine, assez mignonne et marrante. Mais le voilà dérangé par cet individu. Ne s'attendant pas à voir un combat débuter, Kisame s'apprêta à partir, jusqu'à ce que les choses s'enveniment. Ce fut quand le type à la cicatrice et aux lunettes s'en prit à la jeune fille turbulente que le Requin Tigre se posa cette question : est-ce qu'il devait intervenir ? Il avait promis à ses hôtes qu'il serait l'ombre de la ville, mais devant cette violence à priori injustifiée, il ne resta pas de marbre. Son regard s'était d'ailleurs durci.
Le dénommé Wili, le chien fou, n'hésita pas à répliquer pour venger son propre sang. Brave garçon, mais vraiment turbulent aussi. C'est ainsi que le singulier Pirate assista à un combat tactique qui, en tant que fervent pratiquant de Karaté Aquatique, le captiva un tant soit peu. Il y avait de la technique, mais à très basse échelle. Le gamin ne se défendait pas mal face au recruteur trop insistant mais ce fut tout de même laborieux. Il possédait en revanche une ingéniosité que l'autre gus n'avait pas. Avec brio, il défit son agresseur, dont Kisame n'aurait fait qu'une bouchée. Heureux de ne pas avoir eu à intervenir, il se prépara à poursuivre son chemin, mais quelque chose l'en empêcha. Indirectement.

Alors que Wili s'agenouillait vers sa soeur, une silhouette massive était apparue derrière lui, dans l'ombre. Un type musclé qui préparait un sale coup. Kisame reconnut là une prise meurtrière, et lâche de surcroît. Hors de question de laisser passer ça. Ce fut l'occasion pour lui de rendre la pareille au garçon impétueux, même s'il risquait de s'attirer d'avantage l'animosité de la populace en contrepartie... ou pas ?


En un instant, Kisame s'était comme téléporté derrière Wili et devant le fourbe inconnu, sûrement un équipier de l'autre rigolo au bras cassé.
Grâce à sa rapidité détonante, il fut capable d'intervenir à temps, apposant une de ses prises spéciales. Les jambes écartées, le bras droit en arrière, il relava sa paume gauche raidie en direction de la mâchoire de sa cible, juste en dessous du menton. Le coup fit mouche et émit un claquement sourd. Touché de plein fouet, le type ne décolla pas pour autant mais recula de quelques pas, sonné. Un filet de sang coula le long de sa lèvre inférieure, alors qu'il se découvrait à la lumière.


" Argh... saloperie de... de poiscaille ! "





Wendel était là.
On entendit son nom murmuré tout autour, même dans la bouche de Tyler qui paraissait ahuri... ou plutôt, terrifié.
Emettant un rire narquois, l'armoire à glaces au look militaire fit face à son ennemi, bandant ses gros biceps comme pour l'intimider alors qu'il dévoilait un sourire à l'origine étincelant, mais désormais terni par le sang. Sa voix vantarde s'adressa à l'intervenant extérieur parfaitement détestable à ses yeux.

" Comment oses-tu intervenir, racaille ? Poser tes sales pattes sur moi, quelle honte ! "

Kisame ne réagit pas à la provocation de cette face de gland carré, il répliqua avec beaucoup de répartie.

" Ferme-là ! Y'a deux choses que je ne supporte pas... Les brocolis... "

Il baissa la tête, les yeux ombrés, puis la releva soudain, dévoilant ainsi un regard carnassier et impitoyable.

" Et les traîtres qui frappent par derrière !! "

Ce reproche n'affecta pas le moins du monde Wendel qui se mit à ricaner, recoiffant sa belle toison d'or en prenant de grands airs. Un "Ki" bien poisseux se dégageait de lui. Malgré tout, il avait enduré sa frappe sans trop de mal, il avait donc une certaine résistance. Bien entendu, Kisame n'avait pas mis plus d'un dixième de sa force réelle dans son coup, sans quoi la tête du pauvre con aurait volé dès l'impact...
Après tout, il était intervenu pour empêcher l'action de se produire, pas pour tuer, même si ses yeux actuellement traduisaient le contraire. Pas intimidé car trop imbu de sa personne, Wendel renchérit naturellement.

" Bah ! Ne m'adresse même pas la parole, vermine ! Tu ignores ce que c'est que le "vrai" combat ! Ha ha ha ! "

Ces mots furent de trop. Insulté, Kisame l'avait de nombreuses fois été, il était désormais même immunisé. Poiscaille, morue, sardine, face de poulpe, gros thon et takoyaki, des vertes et des pas mûres, mais jamais ô grand jamais il ne laisserait passer une insulte sur son Art. Jamais. Montrant au grand jour son vrai visage de guerrier : une expression terrifiante de prédateur assoiffé d'en découdre, il se contint tant bien que mal pour ne pas arracher la gorge bavarde de cette énergumène. Sa patience avait des limites et elles étaient dépassées.

Heureusement pour lui, malheureusement pour d'autres, Wendel reporta son objectif sur Tyler. Un regard noir, inquisiteur. Sa voix devenue froide et encore plus prétentieuse se fit entendre.

" Tiens tiens, quelle surprise Tyler... Je ne pensais pas te voir ici... On dirait bien que la mission que Dame Beetenka t'a confié a encore échoué... " dit-il d'un ton plein de comédie.

Tyler avait les yeux exorbités par la peur. Malgré la douleur, il tenta de se relever, grognant entre ses dents.

" Fou... Foutaises ! Je... "

Wendel le coupa.

" Tu... ? Attends, laisse-moi deviner. Tu sais ce que ça signifie ? "

Transpirant, au bord des larmes, Tyler vociféra.

" JE PEUX ENCORE ME BATTRE !!! JE... "

Et de nouveau, il fut coupé.

" Non. "

Le coup de feu partit.
Tyler tomba lourdement par terre, dans son sang. Le canon fumant du revolver que tenait Wendel était rivé sur le corps inerte du pauvre recruteur. Wendel était son supérieur, et il venait d'accomplir sa tâche avec brio. Impitoyable, cette personne répugnante avait éliminé sans aucun scrupule un des "siens". Pas choqué par ce qui venait de se passer devant ses yeux, l'Homme-Poisson était en revanche empoigné par une rage incontrôlable. Il n'allait pas tenir plus longtemps devant une pareille ordure.
S'adressant à la dépouille, cet homme, considéré comme l'un des plus puissants de l'île, se recoiffa encore.

" Peuh ! Quelle mauviette !! Ha ha ha ha ! Qu'il retourne avec ses "vrais" semblables, les vers de terre ! Ha ha ha ha ha ! Elle est bien bonne, HA HA HA HA ! "

Son rire insupportable finit par convaincre Kisame d'agir, qu'importe les conséquences.

Il recommença son action, avec plus de force, de précision et d'élan... Un énorme coup de paume rivée vers le ciel qui explosa quelques dents à Wendel et l'envoya au bout de la ruelle. Il en avait lâché son revolver...


Malgré tout, ce n'était sans doute pas fini. Il avait frappé fort, mais pas assez pour l'anéantir une bonne fois pour toutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Sam 23 Oct 2010, 00:16

"Sonya? Ça va aller?"

"Bien sûr que oui, répondit-elle sans mal. Il m'a juste jeté contre la balustrade, rien de plus..."

Ce qu'il fallait tout de même savoir, c'était que contrairement à ce qu'on pouvait penser en voyant le tempérament de cette jeune fille, elle n'était nullement combattante. Ou, tout du moins, elle maîtrisait les bases et savait se défendre un peu. Juste de quoi lui permettre de repousser son adversaire pour fuir. La crainte qu'on lui offrait était en fait dû à sa sévérité envers son frère et le point où elle allait pour vouloir le protéger. Ici, cela s'était vu sans peine: elle n'avait pas hésité à essayer de se battre pour l'aider. Mais la volonté ne suffit pas toujours, bien évidemment. C'est ce qui avait fait que depuis toutes ces années, elle avait abandonné son rêve de piraterie pour se consacrer au travail héréditaire de mécanicienne. Et le fait que Wili ne cesse jamais lui avait donné l'illusion de devoir veiller sur lui, se forgeant une force fictive. Force qui ne servirait à rien dans la situation actuelle...
Un homme, quelqu'un d'autre que Tyler s'approchait d'eux. Wili lui ayant tourné le dos, il ne pouvait voir. Mais Sonya, elle, avait perçu la lueur meurtrière dans les yeux du géant. Elle eut à peine le temps de prévenir son frère qu'une seconde ombre, bien plus grande encore, vint les couvrir de son voile menaçant. Mais quand elle comprit que cette ombre appartenait à l'homme-poisson, et surtout, qu'elle était là pour les protéger, elle se leva d'un coup, empoignant la main de son frère qui venait à peine de réaliser.

Ainsi donc, le colosse écailleux l'avait sauvé. Comme quoi la dette était remboursée. Mais ce n'est que lorsqu'il fut tiré par sa sœur qu'il comprit alors l'ignominie qu'allait commettre Wendel. Il le connaissait ce type. Quelqu'un qui protégeait Beetenka et dont on disait qu'il avait été marine. La justice, de toute évidence, c'était quelque chose qu'il avait oublié. Et c'était d'autant plus pitoyable que cet homme allait jusqu'à provoquer des bagarres contre des plus faibles par simple plaisir. Une ordure en soit. Il allait très certainement trouver un moyen de causer du tort à l'homme-poisson héros. Et cela, malgré le sang qui lui coulait de la bouche. Dans la hâte que l'étreinte de Sonya lui procurait, il n'avait pas pu comprendre ce qui s'était passé hormis le fait que Wendel était un ennemi et que le voyageur était un allié. Aussi, il ne s'attendait pas à voir ce qui allait suivre...
Il avait tiré sur Tyler. Ce coursier était un idiot, quelque peu lâche et son honneur était bien bas. Mais il ne méritait pas de mourir... D'autant plus que ce spectacle macabre fut le premier auquel Wili eut assisté depuis sa naissance. Des combats, ils en avait vécu. Il avait tué des animaux aussi et détruit beaucoup de choses. Mais il n'était certainement pas préparé à voir un homme mourir sur son île. Un homme qu'il connaissait de surcroît... Et si lui en étant choqué, c'était étonnamment pire pour sa sœur, qui n'essaya même plus de fuir. Elle était tout simplement ébahie, ne croyant pas ce qu'elle venait de voir.
Comme si ce tir s'était étendu sur plusieurs minutes, on voyait des gens sortir des bars pour constater ce qu'il s'était passé... Un meurtre, comme ça, en plein jour. Et tout cela pour quoi? Même pas pour Beetenka: c'était gratuit, tout simplement. Et si le bar de la Moustache avait réagi tout à l'heure à l'agression de l'homme-poisson, tous les bars se fermèrent quelques secondes après que les badauds eurent compris définitivement ce qu'il s'était passé. Le silence qui avait suivi le tir se dissipa en une seconde pour être remplacé par des cris et des mises en garde. Plus loin, on pouvait encore voir le bar de La Moustache, des visages collés aux fenêtres, anxieux...

"Oh mon... mon dieu... Il l'a tué..."

Rappelé par les mots de sa sœur, Wili reprit un peu plus conscience de la situation. Son nouvel allié était en danger avec cet homme armé. Et il ne pouvait pas se permettre d'envoyer sa sœur traverser la rue pour aller se réfugier chez La Moustache. Et il était hors de question qu'il fuit en laissant le colosse seul face à son adversaire, même s'il était certain qu'il saurait s'en sortir.

"Sonya! Rentre à la maison et reviens avec mes armes!"

Le regard vitreux de Sonya changea littéralement. A son tour, elle attrapa Wili par le foulard en l'accablant de reproches avant de le sommer de rentrer chez eux.

"T'es fou! Tu vas te faire tuer!"

"C'est lui qui va se faire tuer si on ne fait rien!"

"Non!"

L'improbable se produisit. Alors que Kisame frappait le menton de Wendel, le projetant littéralement de l'autre côté de la rue, Wili avait giflé sa sœur afin de lui faire prendre conscience de son propre avis. Il ne bougerait pas et ce n'était pas un caprice de pseudo pirate. C'était parce qu'il suivait son crédo: être fort pour protéger les autres, comme on lui avait toujours enseigné. Les larmes coulant sur ses joues, Sonya s'en alla alors.

"T'es complètement inconscient!"

Mais elle reviendrait, c'était certain. Wili finit alors enfin par pouvoir se tourner entièrement vers le combat qui se déroulait ici. Avant de voir que l'arme à feu de Wendel traînait sur le sol. Après une course effrénée, alors que Kisame s'en allait cueillir le gueule saignante du combattant, Wili se jeta sur l'arme en une roulade pour se relever avec un revolver à poudre à six coups. Du moins, il n'en restait plus que cinq. Ce à quoi il n'avait pas pensé dans l'action, c'était que l'arme était proche du corps de Tyler... Aussi, il eut un moment d'hésitation avant de se concentrer de nouveau sur le combat. Il préférait de loin ses armes, mais il restait un bon tireur. Un très bon tireur...

Il s'avança vers le duo qui allait se former, se décalant quelque peu sur le côté droit de l'homme-poisson afin d'avoir un meilleur angle. Et alors que Wendel s'apprêtait à commencer une marche meurtrière, Wili fit tourner l'arme avec son doigt, et après cet effet de style habituel, en un coup de poignet, il fit coulisser la gâchette sur son doigt. La balle vint atteindre le sol, frappant les pieds de Wendel avec une onde de choc, tandis qu'en une fraction de seconde, une deuxième balle se dirigea vers l'épaule. Non pas pour la toucher, mais pour la frôler. Il devait avant tout stopper le combat et comprendre pourquoi. Après tout... ce n'était sûrement pas juste pour lui que Dame Beetenka aurait permis le meurtre de Tyler... Il devait y avoir une explication. Il y en a toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Sam 23 Oct 2010, 10:38

Kisame se tenait là sans bouger, face à la ruelle sombre qui avait vue voler Wendel.
L'ex-militaire était affalé contre le mur qu'il avait violemment percuté, crachant un gerbe de sang à cause du choc qui n'avait pas été moindre. Néanmoins, son corps forgé par une musculature robuste avait suffit à amortir un tant soit peu le tout. Debout après quelques secondes de récupération, il était débout et s'avançait.

C'est à ce moment que Wili - le jeune chien fou, toujours - était intervenu, comme dans l'espoir intime de stopper l'armoire à glaces.
Bien que cette ordure de Wendel s'indigna de l'écorchure à même son épaule, il poursuivit, déterminé à se venger. Il savait que ce gosse avait du cran mais n'était qu'un morveux téméraire, il pourrait lui tirer dessus mais jamais l'abattre. Kisame pensait pareil. Sans même se tourner, l'Homme Requin s'adressa au garçon en question, ne lui accordant pas un regard. Non pas par irrespect, mais parce qu'il avait cerné ce Wendel et qu'il ne lui donnerait pas un instant l'immense satisfaction de se détourner ne serait-ce un instant de lui pour qu'il puisse tenter quelque chose en traître.

" Oï, Wili c'est ça... ? N'interfère pas. Si tu veux obtenir quelque chose de lui, laisse-moi faire. " dit le guerrier aquatique en faisant craquer ses phalanges simultanément.

Les yeux du prédateur plongèrent dans ceux de sa proie.

" Toi, obtenir quoique ce soit de moi ?! Ha ha ha ha ha ! Ca ne me fait pas rire du tout ! Ha ha ha !! "

Kisame le fit cesser immédiatement en répliquant : " Alors arrête de rire, gros naze. Viens te battre. "





Visiblement énervé (et peu habitué) qu'on le tourne en ridicule, Wendel vira rouge. En pestant à l'encontre de cet Homme-Poisson, il se recoiffa.

" Grr... Peuh, profites bien de ton arrogance, merlan avarié, bientôt plus rien ne pourra sortir de ta gorge... car elle sera brisée !! "

Il attaqua en même temps qu'il débitait ses fanfaronnades, rendant son attaque aussi prévisible que dérisoire.
Il était lent, mou et faible. Comme s'il regardait le coup venir au ralenti, Kisame se décala de quelques centimètres sur le côté, le minimum pour éviter ce coup de poing frontal associée au style de combat militaire généralement enseigné dans la Marine.
Le constat fait, il lança sans plus attendre une contrattaque foudroyante, prenant soin de toujours doser sa puissance sans quoi ce pauvre tocard finirait le cerveau fendu en deux, littéralement. Rangé sur le côté droit du bras aligné après l'esquive, à l'extérieur du champ d'action de Wendel, Kisame exécuta un demi-tour très rapide qui cachait en vérité un coup de coude latéral dévastateur.

L'attaque porta ses fruits, heurtant de plein fouet la mâchoire de l'adversaire vaniteux qui percuta face la première le mur d'à côté.
Ne lui laissant pas de répit, le Pirate spécialisé en Arts Martiaux poursuivit la démonstration de son style, qui lui servait surtout d'échauffement.

D'une nouvelle attaque de paume, cette fois frontale, il percuta le crâne de sa cible qui s'enfonça un peu plus dans le mur en béton.
Du sang gicla de sa bouche et de son nez, réveillant l'appétit carnassier naturel du Requin Tigre.
Malgré tout, Wendel était très résistant. Il tenta un crochet du gauche mais il ne fit que brasser l'air, sa cible s'étant vivement reculée au moment M.
Rendu à une distance approximative, Kisame se servit de ce recul quasiment imperceptible pour porter un grand classique : un coup de genou droit montant à la diagonale qui qui rencontra les côtes et l'estomac du blond.

Le souffle coupé, vomissant de l'hémoglobine par flopées, Wendel se tenait à genoux.

Kisame était sans pitié face aux ordures, et bien qu'il ne comptait pas le tuer, il ne le laisserait pas s'en tirer avec de simples bleus.
Il ne lui laissa pas même le temps de réfléchir à une réplique, la suite fut instantanée et fulgurante. L'Homme Poisson utilisa à bon escient la liste de déplacements spectaculaires propres au Karaté Aquatique pour exécuter un demi-tour quasi-parfait, dans l'intention précise que la jambe qui venait de frapper l'abdomen (toujours relevée au niveau du genou) soit parfaitement alignée au retour sur la tête de l'ennemi.
Son tibia s'encastra dans la tempe du coach gigolo, qui poussa un gémissement douloureux alors qu'il s'envolait de nouveau vers la ruelle, percutant quelques clients trop curieux.

Allongé au sol, la figure désormais défigurée par le sang, il essaya malgré tout de se relever.
Kisame était déjà là, usant de sa vélocité pour le rejoindre au corps à corps aussi promptement qu'il l'avait quitté. Face à lui, le prédateur au visage infernal souriait à pleines dents. Dans la panique et l'espoir de faire mouche, Wendel tenta une énième attaque futile, un uppercut sans effets. L'Homme Requin ne se fit pas prier pour gratifier cette action ridicule de conséquences effrayantes.
Ses mâchoires remplient de dents aiguisées, capables de broyer le verre, s'ouvrirent et se refermèrent instantanément sur le poing massif de Wendel, désormais enfourné dans un piège douloureux qui lui arracha des cris atroces. Plus il se débattait, plus la chair se déchiquetait dans la bouche du Pirate qui ne sourcillait pas un moment.

Finalement, Wendel craqua et se mit à implorer la pitié de son agresseur.

" HA ! HAAAA ! Lâche-moi saloperie !! AAAAAH ! HA ! Je t'en prie, arrête !!! ARGH !!! "

Kisame accéda à sa demande en ouvrant sa gueule, laissant la main ensanglantée de Wendel libre mais marquée à vie. Alors qu'il tombait un genou au sol, l'ancien Marine profondément humilier et meurtri haletait de douleur, tenant sa main déchiquetée dans sa seule encore utilisable. Sans pitié, son agresseur le saisit par le col de son t-shirt vert et le souleva, tout gémissement, à sa hauteur et ce sans mal malgré son gabarit. Le Requin cracha au sol le sang infect de cette pourriture vivante avant de le fixer droit dans les yeux pour énoncer clairement ses questions.

" Ok face de fion, maintenant tu vas me dire concrètement, toi que les gens craignent apparemment, dis-moi QUI est le PLUS PUISSANT de l'île... Et si tu me réponds que c'est toi, crois-moi, je ne bluffe pas quand je dis que je t'arracherais cette gorge appétissante. "

Wendel poussa un cri aigu intimidé et répondit aussitôt avec la plus grande franchise.

" Qu... quelle question !! C'est Dame Beetenka bien sûr !! La riche princesse que je sers !! "

Wendel avait été tellement sincère qu'il avait répondu honnêtement et littéralement à la question, qui est le plus puissant et non pas le plus fort. Dans cette unique nuance qui faisait entièrement la différence résidait le hasard qui réunirait le destin incongru de deux personnages insolites.

Kisame était interloqué. Il tourna son regard vers Wili, et se décida à poser la suite de ses questions qui éclaireraient sans doute le jeune homme.
Ayant déjà entendu ce nom bourgeois, pas dans le passé (enfin si mais il y a seulement quelques minutes), il s'en servit pour formuler son interrogation.

" Bien, et cette Beetruc, qu'est-ce qu'elle veut à ce type ? " demanda-t-il en se tournant encore vers Wili.

" In... insolent ! Dame Beetenka veut simplement étendre son réseau de prostitution, ce cloporte devrait s'estimer honoré de sa proposition... ! "

Kisame en avait assez entendu. Prostitution et esclavage rimait trop bien à ses oreilles pour lui plaire.
Il laissa tomber Wendel au sol avec négligence puis s'adressa à son "coéquipier" de fortune.

" Fais-en ce que t'en veux... "

Sur ce, il s'apprêta à demander aux habitants, s'ils ne s'enfuyaient pas, où était cette Beetenka.
Malheureusement, le fourbe avait dégainé. Il n'avait pas sorti de lame ou autre, mais un autre revolver qu'il cachait dans sa botte. Ni Johnny, ni Willy, ni Sonya n'avaient pu prévenir l'Homme-Poisson à temps...
L'arme pointée droit sur le visage de son ennemi qui l'avait trop humilié, il lui fit payer par une mort violente.

La détonation partit et fit écho dans toute la ruelle.

Sous la force de l'impact à bout portant, le corps de Kisame se courba en arrière.
Le temps s'était comme figé dans un voile blanc ou le massif géant écailleux rendait l'âme...

" CREVE ! ! ! "

Se servant à nouveau du recul, Kisame balança tout son poids en avant, tête la première, pour percuter avec une violence inouïe tout le crâne de Wendel qui sembla se déformer sous l'impact. Grâce à sa force monstrueuse, son poids considérable et l'utilisation de son bandana avec cette plaque d'acier (qui avait servi à faire ricocher la balle), ce coup de boule monumental fut destructeur.

Wendel demeurait là, à genoux, le bras toujours tendu mais parcouru de tremblements réguliers.
Son bras qui supportait sa main décharnée ballotait lourdement le long de son corps agenouillé, et son visage était un masque de sang, qui révélait des yeux d'un blanc révulsé, une bouche sans dents et une expression de douleur figée.
Triste spectacle, qui se termina par la chute du blessé grave.

Kisame avait, par sa brutalité incroyable et sa puissance écrasante, jeté un froid glacial sur la ruelle qui comptait désormais deux corps inertes.
Wendel n'était pas mort, mais au moins hospitalisé pour une semaine. Wendel, l'ex-Marine, considéré comme l'un des plus forts de l'île, de par son influence et sa cruauté comme sa puissance physique, venait d'être terrassé comme un vulgaire insecte écrasé par la botte d'un homme. Comment en croire ses yeux ?


L'Homme Poisson ne s'embarrassa pas de savoir ce que pensaient les autres.
Il était déçu de ne pas avoir pu tenir sa promesse à l'égard de La Moustache mais il ne pouvait pas en être autrement.
Sans chercher d'excuses, Kisame se mit en tête de trouver au plus vite cette personne si puissante qu'il affronterait... même si son recrutement, en vue des salopards qu'elle embauchait, était désormais bien contrarié...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Sam 23 Oct 2010, 16:16

Les tirs de Wili n'avaient absolument pas stoppé le géant, sans qu'il ne puisse comprendre pourquoi. Après tout, une balle était forcément plus puissante qu'un coup de poing. Mais non, Wendel avait décidé de continuer le combat, bien déterminé à vaincre l'homme-poisson qui avait osé touché à son "beau" corps musclé. D'ailleurs, ce dernier avait répondu aux tirs du jeune homme en lui conseillant de ne pas interférer. Ce qui, au premier abord, résonna comme de la vantardise, devint très vite un véritable conseil aux yeux du mécano, lorsqu'il vit alors le combat reprendre de plus belle.
Un combat de titans, littéralement. Wili n'avait pas eu souvent l'occasion de voir Wendel en pleine action, même s'il savait qu'il était une véritable ordure. Et d'ailleurs, même dans son caractère, étant du genre à ne jamais s'écraser, il évitait d'entamer une dualité avec ce personnage là, vu la réputation qu'on en faisait. Un peu comme beaucoup de gens évitaient de créer ce genre de conflit avec sa sœur, bien qu'elle ne soit que véritablement sévère. Dans tous les cas, jamais il n'avait vu autant de sang dans un seul combat au corps à corps. On aurait dit que Wendel en avait dix fois plus qu'un être humain normal, tant on le voyait cracher des gerbes énormes et écœurantes, sans qu'il n'abandonne le combat pour autant.
Mais au final, le conflit fut réglé très vite. Wendel à genoux, après avoir encaissé des coups plus impressionnants les uns que les autres, avait retrouvé son poing logé dans la gueule du requin. Pendant un instant, Wili eut même cru que le le géant bleu alors la dévorer, aussi goulument que les steaks qu'il avait mangé à La Moustache. Mais il n'en fut rien. Il lâcha le poing avant de demander des informations. La plus puissante de l'île? Oui, c'était très certainement Beetenka, sans aucun doute. En tout cas, à sa connaissance. Quant à savoir pourquoi elle voulait à tout prix que Wili rejoigne son réseau, c'était tout simplement idiot. Depuis le début, il n'avait cesse de le répéter. Et il le fit encore une fois.

"Mais combien de fois il faudra que je vous le dise? JE SUIS MECANO! Pas gigolo! Je vis en périphérie de l'île! Je viens dans les bars pour réparer ce qu'il y a à réparer! C'est si difficile à comprendre que ça?"

Mais évidemment, ses paroles avaient sonné dans le vent. Juste l'homme-poisson avait du y faire attention. Mais suite à cela, Wendel ne se fit pas prier pour attaquer. Et d'une manière inattendue: un pistolet dans sa botte. Même si Wili avait son arme pointée vers lui, l'action fut si inattendue qu'il n'eut pas le temps de tirer. Le coup de feu était parti avant qu'il n'eut le temps de viser son bras, et la balle avait percuté le front du requin. Ce dernier tombant à la renverse, ce n'est qu'à ce moment qu'il tira dans la main de Wendel, faisant voler l'arme quelques mètres plus loin. Et alors qu'il était prêt à se jeter sur Kisame et voir comment il allait, ce dernier arrêta sa chute d'une manière qui sortait du commun: il avait seulement courbé son corps. Puis d'un coup, il avait comme jeté son visage contre celui du géant, sbire de Beetenka. Fin du combat, tout simplement.

"Oh... La vache..."

Wendel, que tout le monde craignait, avait été mis à mort par un héros inconnu. Enfin, non. En voyant les tremblements de la victime, Wili se soulagea de voir que son nouvel allié était suffisamment clément pour laisser ses adversaires en vie. Il n'était pas un assassin, tout comme le jeune mécano ne se permettait jamais de tirer sur quelqu'un dans l'intention de le tuer.
Johnny était arrivé, comme s'il avait pressenti la fin du combat au même moment. Juste derrière Wili, il assistait au spectacle déroutant d'un homme requin inconnu, s'écartant du corps tremblotant du colosse Wendel. Après un temps de pause marquant son étonnement (on finissait par voir sa bouche bée à travers sa moustache), il mit les concernés en garde.

"Vous allez avoir de gros problèmes tous les deux... Déjà avec Beetenka, mais aussi avec les Marines qu'elle aura corrompu... Surtout vous, dit-il en regardant le requin. Si vous ne quittez pas l'île maintenant, je ne donne pas cher de vos écailles."

Wili, comprenant le danger qu'ils encouraient tous les deux, se désola de voir qu'il aurait de plus en plus de mal à sa défaire de Beetenka. C'était tout de même étrange qu'un tel évènement arrive au moment même où l'homme-requin venait ici. Une coïncidence qui lui sauvait la vie, cela dit. Dans tous les cas, même si la Dame travaillait depuis longtemps dans ce business, jamais à son souvenir ils en étaient arrivés à devoir vivre la mort d'un homme. Puis, se rappelant qu'on ne revoyait jamais les gigolos enrôlés par cette femme, le mécano se désola d'autant plus en imaginant que certains d'entre eux étaient peut-être morts dans le secret...
La mort de Tyler, bien qu'il ait été un ennemi, fut un élément déclencheur. Il voyait maintenant à travers cette icône de l'île que des gigolos - des amis de surcroît - risquaient leurs vies si elle restait encore sur cette île.

"J'vais la massacrer! Elle doit quitter l'île! Si Tyler est mort, imaginez ce qu'il doit se passer dans sa maison close! Je prends mes armes et je la dégomme!"

Mais alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui, l'énorme poigne de Johnny la Moustache était venue étreindre son foulard, le laissant comme un petit chiot qui ne pouvait accéder à la gamelle.

"Rha! Mais! Lâche! Con! 'tain! Nyaaarh! Lâche moi enfin! RHAAA!"

Des supplications qui cessèrent à l'instant où le géant moustachu éleva la voix pour atteindre les oreilles de Kisame. Pour Johnny, cela paraissait de plus en plus évident. Il était un voyageur, n'avait aucun article comme n'importe quel marchand... Mais en revanche, il était terriblement puissant.

"Dites-moi, monsieur. Quel est votre nom? Vous voyagez sans chercher à vendre quoique ce soit, donc certainement pas un marchand. Vous êtes un pirate, n'est-ce pas?"

"Lâche moi! Lâche... Oh ce serait trop cool!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Sam 23 Oct 2010, 16:40

Alors que le combat était terminé, Johnny La Moustache l'aborda pour le prévenir, en profitant pour mettre en garde son jeune protégé par la même occasion. Kisame l'écouta attentivement, bien qu'il détacha sa pensée sur la fin en marmonnant, faisant une moue boudeuse : " Mais enfin, faut arrêter avec mes écailles, j'ai une peau... une vraie. Comme votre moustache. "

Suite à quoi, le jeune chien fou s'emballa et prévoyait d'aller se charger de Beetenka. Heureusement, il fut rattrapé par son bienveillant gardien qui le tint en laisse tandis qu'il formulait des interrogations qui ressemblaient à des présentations. Tout d'abord, Kisame fut flatté qu'on le prenne pour un Pirate... ce qu'il avait été, et était redevenu. Il ne laissa bien sûr pas apparaître son contentement, enfin si, mais en souriant il avait l'air sadique... Donc difficile de comprendre qu'il était joyeux.

" Mon nom est Kisame, Moustache-san. Tu n'es pas obligé de le retenir, aussi appelle-moi comme bon te semble, car je ne suis que de passage ! "

L'Homme Poisson s'était lui-même surpris à déballer cette série de phrases pleines d'emphases.
Muet un moment, il répliqua : " Ne t'en fais pas pour moi, j'ai combattu sur le Nouveau Monde et Grand Line il y a un temps, la Marine n'est pas un obstacle actuellement. "

Bien que cette révélation pour le moins surprenante pouvait paraître comme vantarde, elle n'en était rien. Il cherchait simplement à rassurer son hôte. Profitant du silence qu'il avait encore une fois engendré, il rétorqua en dévoilant ses motivations plus ou moins clairement. Après tout, il n'avait rien à cacher à ces gens là.

" Ne t'inquiète pas non plus de la raison de ma présence, Moustache-san, c'est le destin et le hasard qui ont été mon guide. Je suis venu pour affronter la personne la plus puissante et la recruter. Il me faut un équipage pour explorer ces mers... avant de retourner "là-bas". "

Révélations faites, Kisame fixa sans aucune considération le corps de Wendel. Il espérait sincèrement que ses prochains ennemis seraient plus puissants que ça, sans quoi le destin l'aurait amené ici pour des broutilles... Au moins, il aurait eu un bon repas et aurait passé un bon moment en compagnie de quelques personnes. C'était déjà ça !
Se détournant à moitié, il observa les alentours, en particulier les hauteurs de l'île. Il devinait qu'une personne puissante devait soit se trouver en exil, soit en plein centre ville. Dans le but de se diriger, il posa la question suivante : " Donc, quelqu'un sait où demeure cette "Beetenka" ? J'ai une visite à lui rendre... "

Son sourire vorace s'élargit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Sam 23 Oct 2010, 18:50

Aisni, l'homme-poisson se présentait enfin. Kisame. Wili fut tout de même assez déçu de ne pas avoir entendu un nom de pirate assez connu. Et quand celui-ci dit alors qu'il n'était ici que de passage pour former un équipage, tout s'expliquait: il venait tout juste d'être capitaine. Mais l'expérience ne signifiait rien, actuellement. Après tout, même si ce colosse n'avait pas l'air d'avoir de navire ou d'équipage vraiment fourni, il avait déjà une puissance considérable qui faisait sa qualité. Aussi, quand il eut parlé de son expérience sur Grand Line et le Nouveau Monde, ainsi que de ce qu'il avait vécu avec la Marine, Wili s'excita de plus en plus.
Ce serait un gâchis considérable de simplement laisser ce pirate partir pour qu'il aille recruter les gigolos d'une femme aussi détestable. Un équipage de criminels, voilà ce qu'il formerait s'il le prenait pas lui. Oui, lui, qui ferait un si bon mécano et artilleur!

"Arrête! Ne recrute pas là bas! Nyiii! Lâche moi!"

Wili se débattit encore, comme un petit chat que l'on tenait pas la peau du cou, jusqu'à ce qu'il vous morde le poignet pour descendre... Et bien oui, c'est ce qu'il fit. Johnny le lâcha, le faisant retomber sur les fesses puis le laisser ensuite se remettre maladroitement sur ses jambes. Lorsqu'il y parvint, il courut vers Kisame pour se poster devant lui, en garde à vous.

"Tu sais quoi? Je vais t'y accompagner. Et là, on verra qui sera la personne la plus forte que tu puisses recruter!"

A ces mots, Johnny s'avança d'un pas. Un seul pas qui sut imposer sa présence. Son ombre vint comme étreindre les deux personnages, et Wili sentit comme un malaise prendre possession de lui. Il avait l'impression que l'occasion allait être loupée, que Johnny comme sa sœur feraient en sorte qu'il ne puisse jamais quitter South Blue et ainsi qu'il ne devienne jamais Pirate. Une main gigantesque vint se poser sur son épaule gauche, puis une seconde vint étreindre la droite. Mais au lieu de retrouver son corps secoué par les gros bras de Johnny la Moustache, il sentit une étrange étreinte, alors que ses joues venaient se coller aux pectoraux imberbes du tenancier de bar.

"Fait attention à toi. Autrement tu ne pourras jamais devenir comme lui."

Il avait montré Kisame d'un mouvement de tête, bien évidemment. Etonné de cet élan de tendresse, Wili se détacha lentement des bras de Johnny, bouche bée, avant d'esquisser un sourire de plus en plus amusé. Il était trouvait drôle de voir cette amitié virile, qu'il avait vécue depuis le début avec lui, devenir un véritable élan mélodramatique. Mais surtout, il était heureux de savoir qu'au moins une personne le soutenait dans son entreprise de piraterie.
Il se tourna de nouveau vers l'homme-poisson, prêt à partir.

"On passe d'abord prendre des armes chez moi. Et on y va!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Sam 23 Oct 2010, 19:37


Kisame se stoppa pour écouter le petit gars.
Pour lui-même, il murmura subséquemment : " Recruter des gigoquoi ? Non, je vais juste vaincre cette femme... Et aviser. "

Dans son esprit, la manoeuvre était on ne peut plus clair, mais visiblement le jeune chien fou l'avait mal compris. Plein d'entrain, d'espoir et de courage, il entreprit de l'accompagner jusqu'au manoir. Avant toute chose, l'Homme Poisson le considéra comme un guide et non comme un guerrier, contrairement à ce qu'aurait sûrement souhaité le concerné. Sans donner de réponses dans l'immédiat, il se contenta de l'observer, assistant par la même occasion à une scène d'émotion poignante entre La Moustache (elle frétillait toujours !!!) et le dénommé Wili.
Apparemment, des liens étroits (au sens figuré, espérons-le) s'étaient tissés au fil des années entre l'armoire à glaces et le plombier ingénieux. Esquissant un bref sourire face à la scène, il s'en détourna par convention, guettant toujours le paysage bordant l'île. Lorsque le couple eut terminé leur embrassade qui sonnait comme un genre d'adieu, l'intrépide Wili rejoignit Kisame, le prévenant qu'ils devaient passer à sa maison avant pour qu'il puisse s'équiper convenablement. Haussant les sourcils puis les épaules, le Pirate acquiesça et suivit son guide. La journée venait de s'entamer, ce n'était pas comme s'il était en retard ou autre...

En le fixant du coin de l'oeil quelques secondes, il pensa qu'il ne pouvait pas se permettre de le laisser mourir. L'endroit où ils se rendaient était sans doute dangereux, s'il était peuplé de vermines résistantes comme Wendel, cependant il ne pouvait pas empêcher la volonté de cet homme. C'était aussi son combat, après tout, ce n'était pas comme s'il rejoignait une cause étrangère. Tout ce que Kisame espérait, c'est qu'en dépit de toute sa bravoure, ce type ne serait pas un boulet dont il aurait la charge. Sans porter de jugement à son sujet, lui laissant toutes ses chances après avoir constaté ses différentes réactions face aux récents événements, il reporta son attention ailleurs, suivant son partenaire provisoire dans le silence.

Ce n'est au bout de quelques mètres qu'il fit entendre de nouveau le son de sa voix.

" Tu fais ça pour ton village, pour toi, ou par ta famille ? " l'interrogea-t-il, le regard toujours porté vers le lointain.

Il s'attendait à une réponse comme : les trois. Ca lui paraissait relativement évident après coup. Ce garçon paraissait juste, droit et valeureux, en plus d'être (un peu trop étant donné sa condition) fougueux. Mais plutôt que de spéculer, il attendit sa réponse tandis qu'ils marchaient jusqu'à sa demeure dont Kisame ignorait tout de la position.
En vérité, il s'était déjà paumé depuis qu'ils avaient quitté l'établissement de Moustache-san, le sens de l'orientation de l'Homme Poisson étant... assez spécial, pour ne pas dire lamentable. Ce ne pouvait en tout cas pas être associé avec un manque d'intelligence mais plutôt comme un trait naturel. Est-ce que c'était parcequ'il ne faisait pas attention aux détails ou n'avait-il aucune sorte de mémoire visuelle ? Encore un mystère qui reste jusque là, insondable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   Sam 23 Oct 2010, 21:24

Leur marche dura dix minutes. Si le matin, durant sa course, il avait réussi à parcourir tout le chemin jusqu'au bar de La Moustache en l'espace de cinq minutes, leur marche semblait déjà plus lente. C'était étrange, d'ailleurs, qu'elle soit aussi lente. Compte tenu de ce qu'ils prévoyaient de faire ensuite, marcher aussi doucement sortait du commun. A vrai dire, Wili n'était plus si excité et énervé que tout à l'heure. Ouvrant la marche, c'était un grand sourire qui s'étirait sur ses lèvres, tant il était heureux de vivre enfin une nouvelle aventure.
Puis la voix du requin s'était faite enfin entendre. Le silence gênant venait enfin d'être troquée contre une question, peut-être elle aussi gênante. Pour qui il faisait ça? Eh bien c'était égoïste, mais c'était avant tout pour lui. Powder voulait à tout prix montrer sa force et à quel point il pouvait être un bon pirate. Mais bien entendu, il y avait aussi le fait que l'île, donc ses amis et sa famille soient de plus en plus en danger. Si Beetenka restait plus longtemps, il y aurait d'autres morts. Et ça, c'était inadmissible.

"Bah... Les trois!"

Il s'était retourné, affichant un grand sourire franc.
Ils arrivèrent enfin après quinze minutes de marche chez Wili, croisant alors sa soeur, sortant de l'atelier, les bras remplis d'armes: celles que le jeune homme lui avait demandé pendant l'altercation avec Wendel. En le voyant, elle lâcha tout l'attirail pour finalement se jeter dans les bras du mécano. Elle exprima la peur qu'elle avait eut tout le long de ce moment là. Elle avait aussi prévenu son père ainsi que sa mère qui étaient dans la maison, eux aussi en train de se préparer. Mais surtout...

"Ils appellent les Marines pour régler cette affaire."

Quelque chose qui allait contrecarrer leurs plans... Si les Marines venaient pour Beetenka, alors ils serait AVEC Beetenka. Les corrompus, voilà ceux qui viendraient sur l'île. Et les ennemis seraient bien différents. Mais évidemment, les Powder ne pouvaient pas tous savoir...
Désespéré, Wili prit l'attirail en train de traîner sur le sol. Il y avait vraiment tout, chose qu'il n'aurait pas soupçonné. Ses pistolets, son arquebuse, ses pochettes de munitions et même ses cartouchières. Mais en y réfléchissant, il manquait bien certaines choses... Tout en enfilant les sangles de cartouchières en clippant les holsters de pistolets et pochettes de munitions, il informait cependant Sonya du danger qu'ils encouraient en ayant appelé la Marine...

"La Marine est corrompue par Beetenka... Quand elle arrivera, il faut que vous essayiez de détourner leur attention. Elle ne doit pas aller chez Dame Beetenka maintenant."

Suite à cela, il alla dans son atelier pour s'équiper encore un peu plus convenablement. Là, il emporta ses tassettes, formant des lignes de cuir sur ses cuisses. Il enfila aussi son gantelet droit ainsi que que son gros gant de cuir gauche, suivi d'une épaulière sur son épaule droite, toujours. Et enfin, il prit cinq munitions d'arquebuse qu'il mit dans le dos de ceinture: trois perforantes et deux explosives. Son équipement fut enfin terminé lorsqu'il enfila sa grande cape qui lui servait à tirer avec l'arquebuse, comportant un col haut et une épaulière beaucoup plus importante.
Il débarqua, enfin préparé au combat, dans la cour de l'atelier, déjà prêt à combattre. Ses parents se tenaient déjà là et avaient rejoint sa sœur tandis que Kisame avait attendu dehors. Il avait définitivement l'air d'un combattant, mais aux yeux de sa famille, il avait surtout l'air de quelqu'un qui les quittait. Non pas qu'il n'avaient pas confiance en sa réussite, mais ils savaient qu'en vivant cette aventure face à Beetenka, accompagné de ce pirate homme poisson, il deviendrait lui-même un aventurier... Et alors que toute leur vie, ils avaient essayé de le détourner de son rêve, ils se contentèrent d'un...

"Bonne chance... Reviens-nous vite, s'il te plait..."

Il avait ouvert la marche avec Kisame. Puis, se retournant, il affichait toujours son sourire imperturbable, comme s'il était certain de sa réussite. Et c'était bien le cas oui.

"Pas moyen qu'un pirate perde face à elle!"

+14 Xps Wili et Kisame
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre chez La Moustache.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre chez La Moustache.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]
» Choix de l\'épée, notamment chez les Dúnedain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: The World [RP] :: South Blue :: Île des Gigolos-
Sauter vers: