Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Manoir de Beetenka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Le Manoir de Beetenka   Dim 24 Oct 2010, 21:41

Beetenka vivant plus encore en périphérie que Wili, la marche avait duré un long moment. De plus, ce n'était pas sur le même chemin qui menait en ville. Ils durent donc y repasser pour prendre une voie différente. Il y avait un carrefour qui menait jusque chez Wili, donc vers les champs de sa mère, à l'ouest. La ville était au sud et avait son port qui y était rattaché. Ensuite, à l'est, il y avait une assez grande forêt. La route n'était pas goudronnée, mais tracée avec du gravier, et l'on pouvait voir des traces de charrettes sur le sol. C'était là bas leur destination finale.
Ils durent marcher environ dix minutes avant de pénétrer dans la forêt. Elle n'avait rien de vraiment sinistre, mais malgré sa petite taille, les feuilles s'épaississaient tellement qu'il semblait que l'obscurité venait à chaque pas les assaillir un peu plus. Mais bien entendu, ce n'était pas assez pour qu'ils ne puissent pas continuer leur chemin. Le chemin restait assez spacieux aussi, mais c'était compréhensible: il fallait bien que les clients puissent venir facilement pour Beetenka puisse profiter pleinement de leur argent.
Heureusement pour eux, personne ne surveillait la route. Et personne n'avait décidé de rendre visite à quelques gigolos du fameux établissement. Aussi, la route était déserte et ils avaient l'avantage de la surprise. Pourtant, le chemin était long. De loin, au bout de la route, voyait le portail gigantesque du manoir qui était donc l'établissement de la Dame. Au final, après avoir pénétré dans l'obscurité du bois, ils ne purent arriver devant le portail qu'en vingt minutes de marche. Ou plutôt, ils purent se rapprocher assez de ce dernier pour enfin se rendre compte qu'il y avait là deux gardes. Enfin... des gardes...

"Eh ben on y est... Mais on va avoir comme un petit problème."

Des gigolos... Déguisés en parodies de Marines, avec des tenues bien plus courtes et dans une matière ressemblant à du latex. On pouvait voir un petit foulard bleu formant le col du haut de la tenue qui recouvrait juste les pectoraux et les épaules. Quant au bas, ce n'était qu'un mini short qui leur donnait des fesses incroyablement rebondies. Se retenant de rire, Wili se demandait cependant ce qu'il fallait penser de ces hommes là. S'ils protégeaient toute la propriété, alors ils devaient être assez forts. Peut-être autant que Wendel... Mais désormais, Powder était armé. Il avait tout son attirail, un gros tas de munitions et surtout, il avait enfin une raison de se battre. Chose qui le rendrait déjà très puissant face à ces "créatures" là.
Alors qu'ils s'étaient arrêtés de marcher, ils reprirent tout de même leur avancée, puisque de toute manière, les gardes devaient les avoir repérés. De plus, s'ils avaient changé de chemin en pénétrant dans les bois, ces "marins" auraient prévenu la propriété et entrer dedans aurait été bien plus difficile. Car en effet, plus ils marchaient, et plus ils voyaient qu'il y avait du mouvement dans la cour. Une cour impressionnante d'ailleurs... Beaucoup de verdure, une fontaine magistrale illustrant de véritables apollons. Et surtout, d'autres gigolos qui déambulaient, tous habillés d'une façon "m'as-tu-vu", habillés tenues de latex parodiant presque toutes une profession. Certains semblaient être serveurs, d'autres marins, toujours...
Mais surtout, il y avait d'étranges animaux... Des autruches... Ou plutôt des montures à plumes multicolores ayant la morphologie d'autruches... Arborant un plumage qui semblait tout à fait aléatoire et qui était différent sur chacune de ces créatures. Sur elles, des selles et évidemment, un gigolo en costume de jockey, armé bien évidemment d'une cravache.

"Nom de dieu... Qu'est-ce que c'est que cet endroit..."

"Le manoir de Dame Beetenka, répondit un des pseudos Marines, bien que la question ait été réthorique. Pour entrer, vous avez besoin d'une autorisation.

Powder tourna son regard, cherchant celui de son compagnon.

"Je peux?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Sam 30 Oct 2010, 23:03

Kisame avait suivi le jeune Wili sans mot-dire, lui consacrant néanmoins une attention toute particulière.

Après avoir assisté aux adieux de la famille Powder, l'Homme-Poisson se sentait le devoir de ramener le garçon sain et sauf à ses proches. Il n'aimait pas ce devoir, pourtant il ne regardait pas son guide avec animosité ou autre. Il ne le considérait pas non plus comme une gêne, pour l'instant. Il n'avait pas un regard paternel, ni fraternel. Alors quoi ?
Se pourrait-il simplement que le Pirate solitaire se sente perturbé par la compagnie ? La seule personne avec qui il s'était battu depuis deux ans était son Maître, surtout contre mais aussi avec ce dernier, car les forbans et les vaisseaux Marines avaient parfois fais escale sur leur île isolée. Et ce chien fou prêt à tout, là, avait décidé de le suivre dans cette aventure périlleuse.
D'une certaine manière, Kisame l'admirait, il avait du cran et des tripes. C'était assez pour lui plaire. Cela dit, il était curieux de voir comment se débrouillerait le tireur qui, pour l'occasion, s'était vraiment armé jusqu'aux dents. Sans doute était-ce aussi pour ça qu'il n'avait pas arrêté de le quitter des yeux, sûrement occupé à se questionner sur la fonction de telles choses... Il le découvrirait bien assez vite.

Ayant reporté de temps en temps son attention sur le paysage qui défilait lentement, il avait retenu qu'ils étaient passé par un sentier, une forêt et puis, ce fut tout. Fort heureusement pour lui, il avait un guide, car même avec des indications précises et une carte, il se serait paumé. Même le lendemain, rien n'aurait dit qu'il aurait trouvé son chemin. Il ne savait pas quelle heure il était par ailleurs. L'heure d'un nouveau repas ?

Sur ce constat, le guerrier découvrit en même temps que Wili la demeure de cette fameuse Beetenka.

A l'annonce d'un éventuel problème, Kisame rassembla toute sa concentration pour guetter les environs. S'il s'était montré insensible à la vue des gigolos du village, il resta ébaubi devant ceux-là. Et les animaux aussi. Enfin, non, c'était un tout. Un zoo... humanimal. Plutôt que de voir les pseudos Marins, qui étaient vraiment de sacrés spécimens, il s'attardait avec obstination sur les poulets roses qui se dandinaient et réveillaient l'appétit et la curiosité de l'Homme-Poisson qui, en dépit d'avoir parcouru des terres bien étranges sur les mers les plus dangereuses du globe, trouvait cette île de plus en plus bizarre. Insolite même. Les synonymes ne manquaient pas et son dictionnaire un peu limité ne lui permettait même pas d'associer des mots concrets à ce qu'il voyait.

" C'est... c'est trop abstrait. " marmonna-t-il tandis que Wili, pourtant habitant de l'île, s'étonnait tout autant si ce n'est plus du cirque devant eux.

Alors que deux gardes s'interposaient devant les grilles, Wili s'adressa à Kisame.


Visiblement perdu dans des pensées tordues, l'Homme-Poisson avait un visage défiguré par un sentiment inconnu. Crainte ? Doute ? Incompréhension ? C'était un mélange indicible. Absorbé par cette folie ambiante, il se mit à murmurer.

" Alors... attends un peu, attends... euh... l'homme le plus fort de l'île serait bien un flamand rose mais... monté par un homme en tenue bizarre, avec un fouet ? Donc, ce n'est pas un homme ?! Urgh... qui je dois battre ? Je... je ne veux pas de rose dans mon équipage... pas un poulet rose... Non... NON !! PAS QUESTION !!!" avait-il fini par crier.

Ce n'était pas la réponse à Wili, mais ça pouvait s'interpréter comme tel.
Interpellés, les deux gardes remarquèrent bien vite l'étrange comportement du Requin Tigre. Il suait à grosses gouttes et levait sa main sur le manche de son arme massive derrière son dos.





L'un des gardes l'avertit : " Ohla, ohla, du calme poiscaille... Qu'est-ce qui lui prend ? " finit-il par demander à son collègue.

Ni une ni deux, Kisame explosa.

" A L'ASSAUT !!!! "

Tel un guerrier passé en mode berserk, le Pirate se mit à crier en continu alors qu'il se ruait sur le grillage, assénant un terrible coup de pied dans l'estomac du premier garde. Malgré sa carrure et sa musculature, le type se courba en deux sous le choc et s'enfonça dans l'accès qu'il était sensé protéger. Avec lui, elle s'envola plus loin, percutant violemment une des drôles de montures et la fontaine, dont une des statues d'apollon perdit la feuille de vigne cachant son "membre de jouissance", après quoi, elle se mit à pleurer, en même temps que les gigolos présents avaient arrêtés toute activité pour se tourner vers les fauteurs de troubles... dont un était entré et criait comme un dératé.

Rien ne semblait justifier cette action démente... mais c'était assez cool, pas vrai ?
Dans tous les cas c'était parti, et plus moyen de faire marche arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Lun 01 Nov 2010, 18:00

"Mais... Mais pourquoi?"

Complètement en rogne, c'était le cas de le dire. Quelle envie il avait de faire exploser cette grille avec une de ses munitions explosives! Cela aurait été merveilleusement classe! Il s'imaginait déjà entrer dans la cour, passant à travers l'écran d'une épaisse fumée. Au lieu de ça, c'était un homme poisson qui avait ouvert le portail, d'une manière toute aussi spectaculaire, mais beuglant comme un imbécile au milieu de la bonne trentaine de gigolos/hommes de main qui étaient là.

"Mais... MAIS J'AURAIS PU LE FAIRE! IDIOT!"

Cela dit, Wili ne s'empêcha pas d'aller à l'assaut, comme l'avait suggéré son compagnon en défonçant littéralement l'entrée avec l'aide ô combien précieuse d'une gigolos marine. Aussi, il s'occupa du second garde qui arborait alors un visage complètement abasourdi, comme si sa mâchoire s'était décrochée en même temps que ses globes oculaires tentaient de sortir de leurs orifices. Powder profita alors de l'effet de surprise pour s'armer de sa clé à mollette et de sa clé polycoise. Il aurait aimé utiliser son emporteur à pièces et des rivets pour bloquer ses adversaires avec leurs propres vêtements, mais ils étaient tellement peu habillé, ces gigolos, qu'il semblait de toute évidence impossible d'utiliser cette stratégie...

"Machinist Helixes!"

Avec d'habiles coups de poignets, Wili fit tourner très vite ses deux clés jusqu'à ce qu'on ne puisse même plus distinguer ce qu'il avait au bout des bras. Un vent artificiel vint se créer alors, faisant virevolter ses cheveux qui dépassaient de sa gavroche alors qu'il approchait ses armes du visage de la pauvre victime. Celle-ci encaissa alors d'innombrables coups, pas vraiment puissants mais qui étaient suffisamment nombreux pour lui faire perdre l'équilibre. En fait, sans doute qu'une bonne vingtaine de coups furent portés à la tête. Mais le pauvre gigolo n'eut même pas le luxe de tomber sur le sol et avoir un peu de répit que Powder continua de faire son tortionnaire avec une nouvelle attaque...

"Crosshead!"

Ses deux clés qui avaient pris les rôles d'hélices s'arrêtaient d'un coup pour venir percuter le visage du pseudo-marine. Wili avait concentré la totalité de sa force dans ses bras, de manière à la relâcher en une seule fois, comme un piston. Le coup fut suffisamment violent pour faire voler la victime jusqu'à la statut d'Apollon qui pleurait encore la perte de sa feuille de vigne, de manière à ce qu'elle perde plus encore: le dit membre de jouissance qui faisait toute son œuvre. Et comme si ceci était le véritable support de cette œuvre, elle s'effondra immédiatement, comme se plongeant de honte dans l'eau de la fontaine. Ce n'est qu'à partir de ce moment là que Wili se permit d'entrer dans la cour, prêt à combattre toute l'assemblée.
Un peu trop grande, l'assemblée...

"Je voulais économiser mes munitions, mais on dirait que je n'aurais le choix... Enfin, j'en ai bien assez pour l'instant."

Il sortit ses deux pistolets, tandis qu'une vague de cinq gigolos, menés par un "cavalier rose" brandissant sa cravache s'apprêtait à leur foncer dessus. Sentant déjà venir comme un certain "surmenage", il se permit de commencer par des munitions explosives, de façon à faire reculer ces premiers adversaires et laisser le champ libre à Kisame, bien qu'il n'eut pas douté qu'il aurait été largement capable de les avoir à lui tout seul.
Il se posta immédiatement devant Kisame, ses revolvers croisés, l'attaque déjà préparée.

"Powder Booming Wave!"

Wili ne tira pas sur ses adversaires, mais sur le sol, juste devant eux. Seules quatre balles atteignirent leur objective pour projeter les pauvres gigolos quelques mètres en arrière. Un écran mêlant la fumée de l'explosion et la poussière du sol s'était créée de façon à ce qu'un suspense laisse lentement entrevoir les six (sept, en comptant l'autruche rose) couchées parterre, mais sans aucun doute prêtes à se remettre sur pieds et attaquer de nouveau.
A vrai dire, Powder ne voulait pas tuer qui que ce soit, aussi il essayait d'utiliser la peur pour faire reculer les ennemis, plutôt qu'avoir à leur tirer dessus. Enfin... de toute manière, il pouvait toujours leur tirer dessus. Il visait suffisamment bien pour ne pas toucher les organes vitaux, dieu merci...

"Eh! Kisame! Y'en a beaucoup tu crois?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Lun 01 Nov 2010, 19:25

Comme seule réponse, Wili obtint le cri féroce de Kisame qui, au lieu de s'arrêter pour combattre les sept gigolos préalablement sonnés, s'était élancé jusqu'au milieu de la grande cour.

Les regards incrédules laissèrent place à une volonté d'en découdre. Tous les gigolos ici étaient esclaves de Beetenka et s'enfuir était inimaginable car synonyme de mort. De plus, ils ne pouvaient rester là sans rien faire : si La Dame l'apprenait, ils finiraient tous en pâté rose pour flamands. Remontés car résolus, les fiers guerriers aux tétons à l'air passèrent eux aussi à l'assaut. C'était sans compter l'accueil magistral que leur réservait l'intrus massif.

Enfin stoppé, en fait non loin de la fontaine en piteux état, l'Homme Poisson aspira une grande bouffée d'air qui gonfla ses larges poumons. A la suite, il planta le bout de sa grosse épée enroulée dans le sol. Bien ancrée, elle allait prochainement lui servir de "soutien".

Tout à coup, il hurla : " BLEU VERSUS ROSE !!! TORNAAAADE !! "

Alors que les premiers gigolos accouraient bras tendus pour entamer le corps à corps, le Requin était déjà dans les airs, prêt à débuter les festivités.
Il venait tout juste de sauter et pour se donner de l'élan, il frappa le buste de l'ennemi le plus proche pour entamer sa prise qui promettait d'être renversante. Se maintenant à l'horizontal à l'aide d'une seule main fermement agrippée au manche de son arme bloquée à la verticale, il frappait sur chaque torse et sur chaque visage dans sa trajectoire circulaire dont l'axe principale était son épée. Un compas vivant qui distribuait des kicks monstrueux tout autour de lui.

Au bout de deux tours complets durant lequels on avait vu des corps en latex voler contre et au dessus des ruines de la grande fontaine, Kisame mit un terme à son acrobatie en regagnant le sol. Ses sandales claquèrent, marquant la deuxième phase de cette intrusion imprévisible. Bénéficiant encore de l'effet de surprise, il en profita pour continuer de progresser en beuglant de nouveau, dès qu'il eut extirpé Samehada du sol, l'agitant en l'air comme un vulgaire hochet.

Dans sa course impromptue, il visait les grandes marches qui menaient à la porte d'entrée du somptueux manoir...


Dès qu'il atteignit la première, il les gravit trois par trois. Il devait y avoir une centaine, au bas mot.
Fixant les géantes portes de l'entrée aux gravures dorées, il les vit s'ouvrir lentement à mi-chemin et s'arrêta immédiatement lorsqu'il découvrit ce qui en sortait.
Une dizaine de montures roses -ces satanées autruches montées par des gigolos- se tenaient au seuil du dernier palier. Elles étaient différentes à contrario de leurs cavaliers. Toutes revêtaient un ensemble d'armures noires sur lesquelles étaient forgées de nombreux pics. Sous le cri de guerre viril de la troupe de choc, les oiseaux blindés poussèrent eux aussi un cri en choeur qui se rapprochait du "piku piku". Elles fonçaient vers Kisame, dévalant les marches à une vitesse hallucinante.

Les yeux écarquillés, le Requin gueula un bon coup et fit demi-tour, enjambant le plus vite possible l'ensemble des marches pour rejoindre la cour. Il aurait naturellement pu les briser, mais le rose... lui inspirait une sorte de révulsion viscérale.

Retombant au pied de la fontaine partiellement détruite, Kisame planta de nouveau Samehada à côté de lui puis se courba, genoux fléchis, devant les ruines de la structure. Ses doigts se crispèrent et d'un mouvement sec, il les incrusta dans le sol et agrippa les bases du bassin. Sans gros efforts, grâce à sa force monstrueuse, il arracha entièrement la fontaine de son support et se tourna vers les poulets roses qui s'arrêtèrent à leur tour, certains si brusquement qu'ils envoyèrent par dessus la selle leurs cavaliers qui s'écrasèrent dans les escaliers.
Soutenant l'imposante pièce de marbre au dessus de sa tête, Kisame balança le projectile droit sur ses dix cibles qui étaient tétanisées. Avec force, la fontaine s'incrusta dans les marches, écrasant ou envoyant valdinguer les montures à cause de l'impact tremblant. Les autres statues elles, pleuraient aussi leurs tétons, doigts et cheveux brisés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Sam 13 Nov 2010, 18:37

"Mais il va m'ignorer encore longtemps, lui?"

Vexé de ne toujours pas avoir de réponse, pour la deuxième fois, il ne put qu'assister au singulier massacre de Kisame, qui avait enchaîné des attaques tout à fait improbables. Presque aussi improbables que celles du mécano lorsqu'il utilisait des outils. L'homme-requin faisait preuve alors de la force caractéristique de sa race. Jaloux aussi, d'une certaine manière, Wili ne pouvait que se contenter de suivre puisque son acolyte réussissait à écarter toutes les menaces présentes.
Lorsque ce dernier eut réussi à atteindre les marches de l'escalier, Wili n'eut même pas le temps de pousser un soupir qu'une nouvelle vague d'ennemi, monté sur ces fameuses autruches, commence à débouler sur les escaliers, prêts à les assaillir. La réplique toute aussi inattendue de Kisame décrocha alors un soupir au mécano. Mais pas un soupir de soulagement, plutôt un genre d'exaspération.

"Adaptons nous tout en finesse, tiens..."

Les débris de la fontaine faisant voler les adversaires qui bloquaient leur chemin, Wili décida plutôt de se tourner pour surveiller les arrières de Kisame. D'autres adversaires, une rangée d'au moins dix personnes. Mais en croisant le regard de l'artilleur, ils semblèrent tous avoir un mouvement de recul. Et c'était légitime, puisque celui-ci avait commencé à pointé ses armes vers eux, prêt à vider ses chargeurs de munitions explosives. C'est alors qu'il eut une idée qui l'arrangerait lui et l'homme-poisson.

"Bouge pas!"

Plus que douze balles explosives dans ses barillets. Et puisqu'il ne voulait pas risquer de tuer, il allait plutôt tous les étourdir et tenter de détourner leur attention. Il commença alors à tourner son bassin et ses bras, un flingue en haut, l'autre en bas, puis telle une hélice, commença à tirer une première balle comme pour en faire la détonation qui lui permettrait de commencer sa rotation à 360 degrés. Les douze autres balles vinrent alors percuter le sol tout autour de lui, parfois devant ses ennemis, d'autre fois non. L'idée était avant tout de créer des explosions qui soulèveraient une forte fumée, afin qu'on ne puisse plus les distinguer. Et en effet, la poussière blanche du sol mêlée à la fumée noire des explosions créait un épais cadran. Et de toute évidence, avec les bruits qu'il y avait autour, ils étaient avantagés.
Wili fit alors glisser ses grosses lunettes et releva son foulard pour traverser la fumée et atteindre de nouveau les marches du manoir. Il rangea ses armes pour sortir plutôt ses clés. L'idée lui vint de créer un vent afin de disperser le nuage devant lui pour mieux en sortir, mais dans ce cas, il faciliterait la tâche à ses ennemis. Aussi, il se contenta de les garder en main au cas où dans l'obscurité, ils se trouveraient face à une nouvelle vague d'adversaires.

"Cours droit devant toi!"

Il avait dit cela à l'attention de Kisame, lui indiquant alors le chemin à prendre. Il traversa la fumée mais ne rencontra qu'une seule résistance qu'il dégagea aisément, d'un coup de clé au visage. Mais une fois sorti du nuage, deux autres ennemis l'accueillirent avec leurs épées, ce qui changeait évidemment de toutes les cravaches qu'il avait vues jusqu'ici. Il esquiva les deux coups coordonnés en se laissant volontairement tomber en arrière. Les lames brassèrent alors le vent, tandis que couché sur le sol, Wili frappait les genoux fragiles des deux épéistes. Eux aussi tombèrent alors sur le sol, mais ce plutôt que la poussière, c'est le métal des clés que leurs visages vinrent percuter. Il s'aida alors des corps de ces derniers pour se remettre sur pieds, et gravir les escaliers, jetant tout de même un œil derrière lui. Il espérait seulement que Kisame ne se soit pas bêtement perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Dim 14 Nov 2010, 23:55



Wili verrait apparaître Kisame sous peu. Il sortirait du nuage de fumée, comme un boulet de canon traverse la coque d'un navire, puis enjamberait les marches pour le rejoindre. C'était le déroulement logique des choses, l'aboutissement de la diversion. Par conséquent, il suffisait d'épier la poussière stagnante et d'attendre que l'Homme-Poisson en sorte comme une furie... Et vu sa nature, ça ne saurait tarder, n'est-ce pas ? Et... Et...

Et il n'en fut rien.

En fait, si. Kisame sortit bien du nuage. Le problème, voyez-vous, c'est que... Bon, clairement, il ne suivait pas du tout son guide ! Pire encore, plutôt que de se perdre, le Requin Tigre était parti vaillamment dans une direction radicalement opposée. Wili fut spectateur impuissant de l'échappée de son coéquipier. Mais pourquoi n'écoutait-il pas ?!
L'explication était simple, mais peut-être pas convaincante. Tout bêtement, Kisame avait bien écouté le jeune chien fou, et pour cause, il s'était élancé "droit devant lui", tel que l'avait justement mentionné son allié. Je pense que vous saisissez dès lors que oui, Kisame était tourné ailleurs au moment de l'annonce... Ce pourquoi, au lieu de suivre Wili, il courait présentement dans la cour boisée, juste à droite des marches. Et il était rapide le bougre...

Mais voilà, à l'instar de son comparse, Kisame voulut vérifier lui aussi que l'instigateur de cette stratégie suivait. Malheureusement, ce n'était pas le cas. (évidemment) S'arrêtant soudain, il se mit à le chercher du regard, la main en visière sur son front, un peu affolé sur le coup.
Imaginez donc un peu la gueule qu'il tira quand il le trouva enfin.

* Héééé ?! Qu'est-ce qu'il fiche là-bas ? *

D'abord, ce fut de l'incompréhension qui déforma ses traits, puis un genre de colère. Pour Kisame, pas besoin de dessiner des dents aiguisées (les plus futés s'en doutent), en revanche, les yeux blancs exorbités étaient de sortie alors qu'il vociférait à l'attention de son compagnon d'infortune.

" OÏ WILIIIIIII !!! Pourquoi tu m'as dis d'aller TOUT DROIT ?! "

Et je vous défends de penser que Kisame avait hérité du cerveau d'une langoustine. En revanche, son sens de l'orientation était équivalent à celui d'un bigorneau. (si tant est que le crustacé en ait un !) Passons.

Le voilà séparé de Wili, relativement embêté, et contraint de poursuivre. Quoiqu'il aurait été capable de terrasser toute la clique de gigolos qui s'était lancé à sa poursuite, il décida de s'éclipser pour revenir en beauté. Aussi parce que Wili était également concerné par l'assaut. Profitant à juste titre de la diversion de celui-ci, les hommes en rose, pas découragés par la brutalité et l'ingéniosité combinées de ce duo improbables désormais malencontreusement dispersé, prenaient en chasse le sale gosse. Une partie de la troupe en tout cas. Ils remontaient les marches vitesse grand V en entonnant un cri de guerre viril au possible.

Kisame ayant droit au même traitement se mit à courir de nouveau, hurlant distinctement pour que Wili l'entende.

" DAAAH ! ON SE REJOINT A L'INTERIEUR !!! "

L'annonce passée (en toute discrétion me direz-vous), il disparut derrière buissons et fougères, contournant le manoir, sans doute pour trouver une issue pratique...

Pendant ce temps, Wili était mal barré.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Lun 15 Nov 2010, 18:04

"MAIS C'EST QUOI CE CAPITAINE?"

Évidemment... Cela aurait été bien trop beau s'ils avaient pu pénétrer le manoir aussi facilement et sans trop d'encombres. Mais au lieu de ça, l'homme-requin s'en était allé totalement à l'opposé, se retrouvant face au portail qu'il avait précédemment défoncé. Et c'est tout en finesse qu'il évoqua alors la suite du pseudo "plan" qui était de se retrouver à l'intérieur du manoir. Très, très, très malin, me direz-vous. Et bien évidemment, la réaction de Wili fut tout d'abord l'exaspération puis la colère.

"MAIS TU PEUX PAS LA FERMER?"

C'est uniquement sur ces mots qu'il remarqua enfin qu'une énorme vagues d'adversaires commençait à gravir les marches, tous prêts à l'assaillir. Au moins, il avait le luxe de se dire que Kisame était quelqu'un de si peu raisonnable qu'il n'aurait certainement pas pensé à fuir le combat en le laissant seul, non... Par contre, lui léguer tous ses adversaires, c'était quelque chose de vraiment pas attentionné du tout...
Le mécano regarda autour de lui: il ne pouvait pas se permettre de sauter sur l'un des côtés de l'escalier. Combattre cette vague ne serait pas vraiment intelligent et la laissa le suivre dans le manoir ne le serait pas non plus... C'est alors qu'il eut une idée complètement farfelue... Une idée à laquelle il n'aurait sans doute jamais pensé s'il ne s'était pas rendu compte à quel point l'imprévisibilité de Kisame avait été efficace jusqu'ici!
Il rangea ses clés pour finalement s'équiper de son énorme arquebuse, l'armant aussi d'une de ses deux munitions explosives. Il la pointa finalement vers tous ses adversaires dont la première rangée s'arrêta d'un coup, s'écrasant contre les marches à cause de ceux qui étaient derrière. L'un d'entre eux hurla d'arrêter de courir à l'assemblée avant de poser une question dont la réponse semblait évidente...

"Mais... C'est quoi ce truc?"

"A quoi ça ressemble? Abruti!"

Sur ces mots, Wili... ne tira pas. Il préféra plutôt enjamber son arme, la portant comme une sorcière porterait un balai, le levier juste en face de lui. Ce n'est qu'à ce moment là qu'il poussa le levier pour que l'obus soit tiré. Une énorme déflagration propulsa la munition, mais aussi l'arme qui n'était encore qu'une prototype et ne supportait absolument pas les reculs des tirs qu'elle pouvait produire. Alors tandis que l'escalier s'écroulait tout en faisant voler des corps de latex et les quelques autruches qui étaient encore sur leurs pattes, Wili s'était littéralement envolé vers... malheureusement pas l'entrée... L'escalier étant évidemment en pente, il s'était plutôt envolé vers une grande fenêtre du premier étage, tenant sa gavroche tandis que l'arme semblait le guider comme un taureau guiderait un cowboy durant un rodéo.
C'est finalement en hurlant comme un dératé qu'il entra avec fracas dans ce qui semblait être une chambre. Une chambre à coucher assez luxueuse, avec des tableaux d'hommes nus, et un mobilier très ouvragé. Sans personne à l'intérieur, heureusement. Mais évidemment, il n'allait pas falloir attendre bien longtemps avec qu'elle ne soit remplie de tous les gigolos les plus forts que puissent posséder Beetenka. Pourtant, il ne pensa pas tout de suite à ce détail là... Mais plutôt...

"Oh! Oh la vache! Ouah! Je connais personne qui aurait pu faire un truc comme ça! Je suis trop fort! Ma première technique à l'arquebuse! Je vais appeler ça "Gigant Powder Rocket"! Rah! Si seulement Kisame avait été là pour voir ça!"

Ce n'est que sur ses paroles qu'il rangea son arquebuse dans son dos et prit ses pistolets avant de sortir dans le couloir pour parcourir les salles et éventuellement y trouver Kisame. Il espérait seulement ne pas se retrouver face à Beetenka et tous ses hommes de main dès le début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Lun 15 Nov 2010, 20:44

De son côté, Kisame se frayait un chemin à travers la végétation luxuriante de la cour, cordialement poursuivi par les occupants du domaine.

Son endurance extraordinaire lui permit de semer aisément les gigolos, profitant également des drôles d'arbustes renversés qui barraient la route. Il passa ensuite au dessus de buissons tous ronds qui arboraient des glands pourpres, les enjambant sans difficultés. L'intrus continua de virer à droite, contournant de la sorte le manoir. Un coup d'oeil par dessus l'épaule lui indiqua la position lointaine des poursuivants à ses trousses. Il les distanciait aisément sur leur propre terrain. Bien qu'il n'avait pas le temps de penser à Wili, il espérait qu'il en était de même pour lui.

C'est alors que l'un des drôles, tout essoufflé, haussa la voix à l'attention des renforts.

" JARDIGNOLES !!! ARRÊTEZ CETTE SARDINE !!! "

Aussitôt, de la même façon qu'une taupe, cinq à six individus jaillirent des buissons alignés. Ils étaient nus, naturellement musclés, cachant leur objet sacré grâce à un chapeau de paille. Armés d'outils de jardinage tels que des pelles, râteaux et cisailles, ils attaquèrent tous ensemble l'indésirable. Ce dernier contrattaqua immédiatement, se servant de son épée massive comme d'une batte. D'un seul coup, il dégagea les gêneurs qui s'envolèrent vers d'autres cieux.
Cette diversion permit aux gigolos derrière de se rapprocher, un peu trop au goût de Kisame. Il entendit couiner, ce qui lui fit baisser les yeux. Le destin avait laissé sur son chemin deux hérissons roses soigneusement liés l'un à l'autre. Considérant le couple un sourcil levé, puis les autres, il prit sa décision.

D'une main, Kisame s'empara des Hérossons qui, apeurés, s'étaient tellement collés qu'ils formaient une boule de pics quasi parfaite. Bien que le Pirate n'ait jamais été bon tireur, quand il s'agissait de lancer quelque chose avec force, il était l'homme de la situation. Ajoutez à cela le fait qu'il soit remonté d'avoir été insulté de sardine...

" JE SUIS UN REQUIN TIGRE, ESPECE DE MOULE !!! "

Il s'exécuta. La boule rose animale se mit à tournoyer vivement dans les airs, direction les quilles humaines. Et Strike !
Les pointes piquèrent, transfusant leur produit aphrodisiaque dans le sang des touchés, qui se jetèrent sur leurs pairs pour les couvrir de câlins. D'abord désemparé, Kisame fila comme une comète en se rappelant son objectif principal.


Désormais défait de ses suiveurs, il pouvait ralentir et trouver une issue correcte afin de rejoindre son équipier.
Il cherchait sérieusement, mais fut stoppé net par le pire des adversaires... Ses branchies frétillèrent, au même titre que ses narines.
La faim !
Une délicate odeur de nourriture s'élevait non loin de là. Un parfum succulent de boeuf qui rôtit patiemment dans un grand four, entouré de patates et de petits pois mignons qui baignaient dans le jus de viande délicatement sucré. Figé sur place, Kisame se tourna très, très, très lentement vers la source de ce paradis aromatique. Il vit alors les fenêtres proches du sol qui joignait les cuisines où s'activaient de nombreux cuisiniers.
Dès lors, son visage devint démoniaque.

" Kishishishishi... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Jeu 25 Nov 2010, 17:11

En dépit de son incroyable évasion, l'entrée fracassante de Wili au sein du manoir avait rameuté beaucoup d'autres gigolos à ses trousses. Du moins, il ne les voyait pas, mais il sentait un sentiment d'urgence amplifié par les cris, les pas lourds grimpant les escaliers et quelques menaces qui peinaient à atteindre son oreille. C'est ainsi qu'il avait commencé à courir à travers tout le couloir qui parcourait l'aile frontale de la demeure pour s'en aller vers celle de droite (l'est, donc). La charge importante qu'il avait sur lui avait facilité la tâche à ses poursuivants qui commençaient à rattraper ses pas, tout en faisant claquer sur les murs leurs fouets, cravaches et... épées?

En effet, le niveau des adversaires venait de grimper en flèche d'un seul coup, rien qu'avec le détail des lames. Heureusement, ils n'y en avait pas encore qui utilisaient des pistolets. Wili aurait pu facilement se débarrasser d'eux avec ses propres armes, mais le problème était que s'il se concentrait sur toute une vague qui venait d'un côté du couloir, il risquait toujours être attaqué de l'autre côté. Alors il ne pouvait que courir en espérant trouver un moyen de les semer. Ce qui allait être difficile dans un endroit aussi renfermé et surtout inconnu.
Alors bêtement, il improvisa en ouvrant la première porte à sa gauche, juste au moment où l'un de corps de latex tentait de lui attraper la jambe pour finalement chuter magistralement sur la moquette pourpre, encaissant ainsi les pieds de pairs qui durent le gravir pour continuer leur poursuite. Mais ils furent tant emporté par leur vitesse qu'il passèrent pour la plupart juste à côté de l'ouverture, laissant encore quelques secondes d'avance au mécano qui, lui, découvrait une nouvelle salle assez particulière...

Le temps s'était presque arrêté pendant un moment. Il s'était empressé d'utiliser le premier meuble à portée de main, une commode, pour bloquer la porte. Mais l'image qui avait suivi était terriblement gênante, et l'émoustillait presque: une demi douzaine de femmes, toutes fatalement belles, griffant littéralement les abdominaux d'un gigolo vêtu uniquement d'un string noir, le corps huilé et la face non pas heureuse, mais presque traumatisée. Et tandis que Wili découvrait la scène, il semblait que ses battements de cœur se coordonnaient à chaque découverte d'une parcelle de peau, éveillant un certain potentiel de sexy attitude. Des battements qui se ressentaient presque aussi violemment que la porte, derrière lui, qui était sur le point de se faire défoncer par la horde d'autres gigolos.

*Nom de dieu... Je crois comprendre pourquoi tous ces gigolos sont presque tous aussi métrosexuels... Ils doivent vraiment avoir un problème avec ces filles...*

"Oh mais c'est Wili! Je savais bien que tu étais un gigolo, toi aussi!"

"Oh quelle jolie cape! Je peux la toucher?"

Alors que deux d'entre elles avançaient vers lui, il eut l'étrange désir de repartir par la porte d'où il était entré. Mais à la place, il ne put que monter sur le meuble qu'il avait déplacé, se retrouvant encore déstabilisé par la porte qui le percutait de plein fouet. Voyant cette action complètement insensée, l'un d'entre elle renchérit:

"Fais pas ta mijaurée, Wili! Laisse moi toucher ta cape, grand fou!"

Ce fut la phrase de trop: pendant un instant, le mécano ne put s'empêcher de s'imaginer à la place du gigolo meurtri et menotté à son pôle dancing. Il comprit que le plus affreux des adversaires était juste devant lui. Sur cette pensée, une incroyable frénésie prit possession de son esprit. Et c'est avec une force inhabituelle qu'il dégagea le meuble pour défoncer lui même la porte que la horde de cuir et de moustaches en tirant deux balles explosives dessus. Il fonça ensuite dans l'ouverture, percutant les quelques gigolos qui n'avaient pas été atteint par cette involontaire attaque, puis il se remit à fuir... Mais avec étrangement beaucoup plus de vigueur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Ven 26 Nov 2010, 19:32

Le hall du manoir était particulièrement bondé. Il s'agissait de l'endroit de réception, le hall retiré et réservé aux clients chics.
La grande salle ronde incluait une bonne dizaine de buffets divers et variés bien garnis - des spécialités de l'île, toutefois les mets dont les femmes étaient folles n'étaient pas les plats mais ceux qui les servaient. Avec une avidité déroutante, elles se jetaient aléatoirement en masse sur un pauvre hêtre pris au dépourvu, complètement soumis aux désirs perfides de la clientèle. Alors elles réservaient au captif un sort qu'aucun homme que la raison habite, ne souhaiterait connaître. Qui sait encore ce que contenaient les profondeurs sinistres de cette demeure inhumaine, bafouant les droits de l'homme et l'intégrité masculine, honorant l'obscène obsession des dames les plus outrageuses et parfois les plus laides de tout South Blue ? Ô quel enfer, Ô quelle damnation ! Un crime contre l'humanité est commis en ces lieux de perdition tandis que le peuple demeure ignorant, mais que fait la police ?! Alors, devons-nous laisser les droits de l'homme périr aux mains de" BLAAARGH !!! "

Tel fut le cri, non pas d'un requin loutre, mais de Kisame, alors qu'il déboulait en furie dans l'assemblée, mettant fin à cette pseudo ambiance mondaine et au mauvais goût de ce discours narratif qui se promettait interminable. On applaudit.

L'homme-poisson ne s'attendait pas à une ovation, cependant de là à ce que sa seule venue terrorise en grande partie le hall, créant une vague de panique brassée par l'agitation infernale de petits humains (en l'occurrence de grosses femmes à froufrous, surtout) qui courraient en tous sens.
En même temps, comprenez ces dames. Mettez-vous à leur place et restituez le contexte. Maintenant, imaginez qu'un monstre d'environ deux mètres voire plus, bleu comme l'océan, des yeux carnassiers accompagnant une bouche composée d'indénombrables dents pointues et acérées tâchées de sang, avec une cuisse de gigot dans une main et un cuisinier amorphe dans l'autre - sans compter les trois ou quatre qui se battaient moustache et tablier pour le retenir en s'accrochant à ses habits partiellement déchirés - ; oui, imaginez tout d'un coup que ce spécimen ne déboule tout à coup en hurlant tel un monstre affamé alors que vous vous préoccupiez de vos petites affaires ? Terrifiant non ? D'autant plus lorsque la bête en question se jette avec férocité sur les grandes tablées pour engouffrer toute la nourriture et cogner celle qui vous intéressait tant quelques secondes avant...

Bref, c'était le bordel, qui rimait avec Kisame.
...
Pas vraiment en fait, mais passons.

Le rustre s'empiffrait sans vergogne, oubliant momentanément sa mission (bah oui, quand la fin appelle ça passe avant tout) pour goûter à toutes ces choses étranges au parfum délicieux qui n'avaient eu de cesse de faire frétiller ses narines et branchies, jusqu'à finalement le mener en ces terres sacrées. Et pendant que la plupart fuyaient la créature omnivore en empruntant les grands escaliers de marbre qui collaient les murs latéraux, gagnant ainsi le niveau supérieur qui s'avérait être un balcon circulaire, Kisame cognait sans distinction tous les gigolos et cuisiniers qui s'interposaient, ne démordant jamais sa nourriture. Spécialement lorsqu'il s'éprit des steaks piquants d'Hérossons, sauce dardard. En contrepartie, son intervention fut considérée comme un miracle par les quelques gigolos qui avaient grâce à cela réchappé à d'indicibles tortures. Ils fuyaient derechef en rampant à quatre pattes.

Continuant de se nourrir soigneusement, Kisame ne vit pas venir le coup de pied fulgurant dans le creux de son genou droit.
Le coup fut suffisamment déstabilisant pour lui faire perdre l'équilibre. Le Pirate s'effondra sur la table, brisant le meuble et renversant ses plats dans un fracas assourdissant. A moitié à terre, aux yeux d'une cinquantaine de spectateurs, l'homme-poisson termina de mâcher et d'avaler sa nourriture, se redressant finalement en s'essuyant les lèvres d'un revers de main.

Une énergumène rose deux fois plus petite que lui se tenait en face.


" Tu ne l'as pas vu venir celui-là, hein, mon chou-hou ? "

Immédiatement, des groupies se manifestèrent, scandant le nom de leur sauveur : Allan, Allan, Allan.
Kisame dévisagea son nouvel adversaire, ne manifestant aucune émotion sur le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Sam 27 Nov 2010, 21:21

Plutôt que de continuer son sprint dans l'aile qu'il avait engagée, Wili avait profité de l'explosion pour retourner vers l'aile frontale. De cette manière, il allait sans doute avoir beaucoup plus de chances de retrouver Kisame, si ce dernier daignait se montrer dans les minutes qui suivaient. Au final, il avait réussi à créer une distance bien plus grande avec ses assaillants, depuis l'épisode de la rencontre avec les femmes tortionnaires. Le fait était que l'explosion avait gêné tout le monde, mais pourtant, il ne pouvait s'empêcher de penser que les six femmes s'étaient jetées sur la bande de gigolos qui était alors venue pour lui.
Il avait alors ralenti sa course. La menace ne se faisait plus entendre derrière lui, et de cette manière, il pourrait un peu moins attirer l'attention. En arrivant dans l'aile frontale, il s'attendait à recevoir un accueil assez singulier, mais finalement, rien n'apparut. Le mécano en avait alors profité pour inspecter l'extérieur, grâce à l'une des grandes fenêtres de l'aile. Caché sur le coin, un petit bout de front et un œil constatait alors qu'à l'extérieur, il y avait encore des groupes d'archers et même quelques fusiliers. Enfin... évidement, ces personnes là avaient toujours une tenue centrée sur le cliché de leur appartenance militaire, le tout avec des vêtements quelque peu raccourcis, en latex pour certains, et une coiffe proéminente. Les archers, eux, avaient une autre inspiration: un chapeau vert avec une plume rouge. Mais ces tenues ridicules n'avaient pas pris ôté leurs attributs à ces combattants là. Car alors que l'un d'entre eux s'était tourné vers la fenêtre d'où Wili les épiait, il avait alerté tous ses acolytes, pour qu'ils se mettent finalement tous à tirer leurs projectiles en direction du pauvre mécano.
Il aurait très bien pu leur abattre d'ici, mais sachant que le reste de l'aile était rempli de chambres, le couloir serait en sécurité une fois qu'il aurait été à une distance assez éloignée des fenêtres. Aussi, il se contenta d'une petite roulade pour reprendre sa course sur le reste de l'aile. Il arriva alors très vite vers le hall du manoir, surplombant ce dernier de part son étage. Il y avait deux escaliers symétriques qui descendaient, formant un arc de cercle.

"Il est ici! Explosez le!"

"Mais non! Beetenka va nous..."

De son étage, Wili pouvait voir plusieurs gigolos, tous avec une tenue différente, bien différents de ces pseudos gardes aux tenues clichés de différentes professions. En les voyant eux et de toute évidence leur manque de confiance en soi, il avait deviné que ceux là ne savaient pas se battre de la même manière. Sans doute étaient-ils plutôt les "hôtes" de ce manoir, ceux qui accueillaient les filles. Mais ils n'étaient pas armés... alors comment l'exploser? Le mécano eut la réponse à sa question, devinant aussi la fin de la phrase du dernier gigolo: *démonter, défoncer, éclater, tuer, éviscérer, écraser, déchiqueter, etc, etc.*
Et en effet, Wili n'avait pas le temps d'aller ailleurs que les extrémités de son étage, en face de chacun des escaliers, explosèrent littéralement, faisant voler en éclats les planches, la soyeuse moquette, les tableaux et les magnifiques vases ouvragés qui étaient à proximité. Heureusement, l'artilleur était juste entre ces deux explosions. Aussi, il ne fut pas grièvement blessé. Mais sous ses pieds, tout s'écroula. Il sauta un instant à la balustrade qui servait de "sécurité" à son étage, mais cette dernière se détacha de part se fragilité, brisée par l'explosion. Wili chuta finalement dans l'obscurité, sans avoir aucune idée d'où il allait se retrouver.

Il atterrit sur le dos, l'arquebuse lui rentrant alors dans la colonne vertébrale. Un hurlement de douleur s'en suivi alors qu'il entendait à l'étage la bande d'enfoirés qui lui avait infligé cela. Ils s'enfuyaient, comme s'il était capable de ressortir de son trou pour leur loger des balles dans les genoux... C'est avec peine qu'il réussit finalement à se relever pour inspecter l'endroit. Une salle obscure et poussiéreuse. Très certainement un genre de cave. Des poutres de bois, pas vraiment solides, soutenaient un plafond à environ trois mètres du sol, le tout éclairé par quelques torches accrochés aux murs. Des dizaines de tonneaux étaient rangés sur le sols, empilés jusqu'à atteindre le plafond. Et sur plusieurs étagères, on pouvait voir des bouteilles et différents outils, sans qu'il ne puisse vraiment savoir à quoi cela pouvait servir.

"Une cave à vin?"

Mais à peine eut-il pris le temps de réfléchir à comment remonter qu'il sentit un choc terriblement violent lui percuter les côtes. Il en lâcha ses pistolets pour alors s'effondrer sur le sol. Une force colossale qu'il n'avait que rarement rencontrée. Certainement pas aussi importante que celle de Kisame, mais tout de même impressionnante, puisque le géant décidait de l'attraper d'une main, par le col de la cape. Wili pouvait alors apercevoir son adversaire.

Spoiler:
 

Un véritable colosse de deux mètres. Avec bien évidemment une tenue moulante et un sourire ravageur qui n'avait pas sa place dans cette situation. Dans d'autres circonstances, Wili l'aurait trouvé terriblement classe, bien que ses vêtements soient trop près du corps. Un genre de tenue d'apparat, peut-être. Mais actuellement, il était trop occupé à encaisser un second coup de poing dans le ventre qui le projetait quelques mètres plus loin, pour finir sa course contre un mur. Encore une fois, l'arquebuse lui avait meurtri le dos. Aussi, il retira son arme pour la laisser traîner sur le sol.

"Je ne vois vraiment pas pourquoi les autres en font une maladie de votre arrivée. Je n'ai même pas utilisé toute ma force."

Wili le regardait d'un coup avec haine. Il ne supportait pas d'être à genoux face à lui, comme s'il était forcément le plus faible. Et la vantardise du type l'énervait au plus haut point: Il parlait tout en contractant ses muscles, prenant des poses à la manière d'un Mister Univers... Un bodybuilder aux pectoraux parfaits et dont le plus grand fan devait être lui même, en fait. Il changea alors de position en gonflant son torse tout en pointant son index droit en direction du mécano, comme un pistolet.

"Après tout, sans tes flingues, tu ne dois pas être grand chose, non?"

Sur ces mots, Wili se releva et sortit ses deux clés: la polycoise et celle à mollette. Bien déterminé à couper son clapet à l'autre énergumène.

"C'est ce qu'on va voir, face de bœuf!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisame
Capitaine Pirate
Capitaine Pirate
avatar

Nbre de messages : 30
Equipage : Pas encore.
Inscrit le : 14/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
12/100  (12/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Dim 28 Nov 2010, 18:59



Maintenant rassasié, l'intrus développait un nouvel appétit : se battre.
Le candidat parfait pour endosser le rôle de punching-ball se présentait à lui. Maigre, fashion, fourbe et passablement laid selon les critères de l'agressé. Sa voix et son attitude lui étaient d'ors et déjà insupportables. Il ne se contenait pas par retenue, simplement il se demandait très sérieusement si cela valait la peine de déchiqueter une telle larve ? En même temps, comment lui pardonner ce gaspillage de nourriture ? Impossible de passer outre, se disait le requin en observant les plats renversés au sol. Il soupira.

" Aloooors ? Tu baisses mes bras mon chou-hou ? Tu n'as rien dans le froc-hou ou quoi ? Ha ha ha ! "

Le gigolo entama alors une danse des plus ridicules, battant l'air les bras levés en sautillant frénétiquement de droite à gauche.
Une veine marquée apparut sur la tempe bleue du Pirate. Comment garder un semblant de calme face à une "chose" pareille ? Il n'en était pas capable. Encore moins lorsqu'il reçut un nouveau coup.
Cet Allan lui colla une droite, misérable en puissance, mais d'une rapidité surprenante. Kisame haussa les sourcils, se dépitant d'avoir baissé sa garde et perdant immédiatement son sang-froid.

" Dégage !! "

Il frappa en avant, mais sa cible s'était volatilisée, se retrouvant au niveau de son flanc. La crapule entama une série de coups dans les côtes, fulgurants mais sans puissance. Kisame énervé essaya un coup de coude mais encore une fois, le larron esquiva en riant. Qu'est-ce qu'il était chiant ! Comment avait-il acquis une telle vitesse ? Il n'était pas anorexique alors quoi ? Sa tête était tellement vide que sa rapidité s'en voyait décuplée ? Ce salopard se recoiffait tranquillement, envoyant des baisers à l'assemblée.

Cela n'allait pas durer plus longtemps. Kisame se rappelait tout à coup de la mission, de ses enjeux, de Wili.
Tout ça ne pouvait être ignoré, et perdre du temps n'était plus concevable. Considérant sa pause nutrition comme un levier de puissance, il se sentait désormais fin prêt à réduire cette demeure un peu trop bizarre en petites cendres. A commencer par ses occupants et cet Allan.

Sans le sommer d'avantage, Kisame asséna un coup de manchette vertical, d'une vitesse moyenne.
Bien entendu, le gigolo aussi vif qu'un félin l'esquiva pour taper à nouveau. L'homme-poisson encaissa sans même contracter.
Ce petit manège n'allait malheureusement pas durer.
Ayant désormais jaugé la vitesse concrète de son ennemi, il n'en ferait qu'une ridicule bouchée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wili Powder
Pirate
Pirate
avatar

Nbre de messages : 28
Equipage : En cherche un
Inscrit le : 16/10/2010

Feuille de personnage
Niveau:
10/100  (10/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
14/500  (14/500)
MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   Mar 30 Nov 2010, 23:51

Le sol du hall ainsi que celui des salles aux alentours trembla: le colosse avait tenté une attaque, fonçant comme un dératé vers Wili, son adversaire. Tout ce qu'il avait atteint, c'était le mur de pierre devant lequel s'était alors posté le mécano. En une roulade maladroite, il avait su esquiver l'assaut et ainsi observer la puissante que devait lui réserver cette attaque qui aurait sans doute été la dernière. Le choc ne semblait pas avoir détruit le mur, mais la puissance du coup semblait s'être déversée sur le mur tout entier, aussi gigantesque soit-il. Les étagères murales comportant différents pots d'alcools, d'épices ou encore les outils qui s'y trouvaient tombèrent presque tous sous le choc, venant se briser contre le sol terrible poussiéreux de la cave. Une boue grisâtre se répandait alors aux pieds du géant, tandis que certaines de ces bouteilles venaient parfois percuter le haut de son corps, sans que cela ne semble l'affecter en quoique ce soit.

Puis il s'était retourné. Lentement, laissa apparaître tout d'abord un regard en coin menaçant, puis une face monstrueuse. Il semblait complètement résolu à pulvériser le pauvre Wili qui imaginait déjà la suite du combat comme étant particulièrement douloureuse... Frappant du poing droite dans sa main gauche, il donnait l'impression que cette pose d'intimidation avait une puissance capable de mettre K.O n'importe quel adversaire... Heureusement, Powder n'était pas n'importe quel adversaire!
Il serra un peu plus les poings...

"AAAAH! ÇA FAIT SUPER MAL DE FRAPPER UN MUR!"

Des grosses larmes coulaient le long de ses joues pour créer instantanément une flaque presque aussi grosse que celle de tous les alcools renversés parterre réunis. A genoux, caressant ses métacarpes, il pleurait comme un gros bébé allaité aux anabolisant, hennissant un étrange cri aigu, comparable à celui d'un âne mais pourtant curieusement humain... tandis que Wili, lui, se dépitait de s'être retrouvé face à un combattant d'une trempe aussi ridicule...

"C'est pas croyable... Mais dans quoi je suis tombé au juste...?"

Une cave à vin. Mais là n'était pas la question. De toute manière, le géant se relevait, de nouveau déterminé à se battre. Sauf que cette fois-ci, il semblait être plus prudent: il avait sorti de ses poches de pantalon une paire de gants de cuir qu'il enfila à l'instant. Et sans même se remettre dans une nouvelle position de combat, il s'était rué sur l'artilleur qui esquivait alors un nouveau coup, le laissant s'écraser contre une étagère qui tomba immédiatement en ruines, plongeant la brute dans une fontaine d'alcools de toutes sortes.
Profitant de cet handicap, Wili jeta ses deux clés en direction de son ennemi, profitant dès lors d'une roulade qui le rapprocha un peu plus de ses pistolets qui traînaient alors encore sur le sol. Le géant en costard dévia un des projectiles assez facilement, esquivant par la même occasion le second. Mais il ne fut pas assez rapide pour rattraper Wili à temps: ce dernier avait déjà ses canons pointés vers lui, les doigts sur la gâchette.
Deux coups furent crachés.

"Ah!"

Wili avait visé le buste, devinant que ses balles classiques pénètreraient dans le muscle sans atteindre les organes vitaux. Et en effet, les balles avaient formé deux trous, de part et d'autre du nombril, faisant reculer légèrement le colosse sans pour autant qu'il ne tombe de fatigue... Et c'est là que l'horreur fit surface: les balles retombèrent au sol, comme si elles avaient pénétré une épaisse planche que l'on aurait ensuite secouée...
Face à ce spectacle, il ne réfléchit pas plus longtemps: Ce type avait une force phénoménale? Soit. Il n'était pas invincible.

"Powder Storm!"

Il continua progressivement à tirer les balles, percutant à chaque fois une zone du buste de son adversaire. Chaque seconde qui passait laissait fuser une balle de plus, jusqu'à ce que Wili en arrive à tirer à une cadence de trois balles par secondes, chargeant d'une main chacun de ses barillets. Les douilles jonchèrent le sol et certaines, le feu éclairait à chaque tir la totalité de la pièce, révélant un peu plus son immensité. Mais des résidus de poudres se perdirent facilement autour de lui. Et les quelques étincelles créées par ses armes puissantes, mais pas assez perfectionnées, de répartirent autour de lui pour allumer les flaques d'alcool isolées, heureusement sans que cela ne soit un danger imminent. La fumée, elle, mettait du temps à se dissiper. Et peu à peu, immobilisant le géant de par ses tirs, Powder avait fini par ne presque plus le voir.
C'est là que l'horreur fut à son comble: Il était encore debout, émettant une respiration lourde, particulièrement profonde...
Les flammes lui créaient une silhouette plus abominable que celle d'auparavant. A présent, il avait tout bonnement l'air d'un démon sanguinaire qui allait s'abattre sur le pauvre mécano...

"Tu... as déchiré mon costume..."

Avançant d'un pas, il fit reculer Wili de cinq. C'est alors qu'il quitta le haut de sa tenue pour laisser apparaître ce qui ressemblait à un gilet pare-balles. Assez particulier puisqu'il possédait même des épaulières. Mais surtout... parce que cette tenue laissait apparaître deux tiges de métal au niveau de ses tétons, reliés l'un à l'autre par une petite chaîne. Il fit ensuite de nouveau une pose de bodybuilder, gonflant son énorme biceps droit qui laissa apparaître un tatouage: Saho.

"Souviens-toi de ce nom, petit! Tu m'as mis en colère!"

Une nouvelle charge fut effectuée, encore une fois esquivée, bien heureusement, par l'artilleur. Et encore une fois, le sol du manoir tremblait. Mais ce fut une attaque bien plus importante cette fois-ci... Et les pleurs qui suivirent furent d'autant plus amplifiés...

"Mais c'est quoi ce type au juste...?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Manoir de Beetenka   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Manoir de Beetenka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» [Manoir des Melasinir] Préparatifs et retrouvailles. [Roxane]
» smial hanté et course du manoir ...
» Souray au Manoir playboys avec la coupe!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: The World [RP] :: South Blue :: Île des Gigolos-
Sauter vers: