Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Salle du Manoir : La Cuisine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ
Spécialiste du déblocage de situation
avatar

Nbre de messages : 253
Equipage : RPG's Team
Inscrit le : 06/09/2007

MessageSujet: Salle du Manoir : La Cuisine.   Sam 13 Nov 2010, 21:19

La cuisine est une immense pièce. Pleine de divers plan de travail et de cuisinières plus en état de fonctionner, on y descelle encore une odeur de cochon grillé si c'était bien du cochon. On est trouve sur le sol des couteaux de cuisine à diffèrent niveau de soin. De petits couteaux émoussés, des Hachoirs cassés ou encore des piques à broche bien pointus. Sur les murs, on peux voir de nombreuses traces de brûlures, mais ausi des traces de mains en sang séché. La seule issu à cet enfer culinaire est une porte condamnée par un gros cadenas.

C'est sur un plan de travail, au milieu de la pièce que se réveille Moïra O'Connell un mot en main :


Si tu veux sortir, il a la clef.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra O'Connell
Caporal
Caporal
avatar

Nbre de messages : 140
Inscrit le : 06/09/2010

Feuille de personnage
Niveau:
15/100  (15/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
43/400  (43/400)
MessageSujet: Re: Salle du Manoir : La Cuisine.   Mar 16 Nov 2010, 12:29

Comme si elle avait passé les deux jours précèdent à boire, Moïra se réveilla avec une migraine atroce. Elle avait cette douloureuse sensation que sa tête était dans un tambour de machine à lavé en mode essorage. C'est pourquoi elle ne se leva pas tout de suite. Elle fixa le plafond un moment, tentant de retrouver ses esprits. C'était un plafond blanc tout ce qu'il y avait de plus banal. En revanche ce qui semblait l'être moins c'était ce sur quoi elle était allongée. c'était bien trop dur pour être un lit, un canapé ou une banquette. Sans se lever tout de suite, de peur d'aggraver sa migraine, elle tâtonna d'une main autour d'elle.

*par tous les.. ma grande t'es sur une table ... *

La jeune femme se résigna à se redresser pour en avoir le cœur net. Elle ferma les yeux et s'assit lentement, les jambes dans le vide. Posant une main sur son front, elle soupira avant de rouvrir les yeux.

" ... "

Elle avait ouvert la bouche pour parler, mais elle n'avait rien pu dire. Elle se trouvait dans ce qui semblait être ou plutôt avoir été une cuisine. La seule différence avec les cuisines qu'elle avait déjà visité était l'état d'insalubrité de celle ci. Elle se frotta les yeux avec ses points comme s'ils avaient besoin d'une mise au point après être restés inactifs trop longtemps. En se rendant compte de ce qu'étaient vraiment ces traces aux murs, elle eu un mouvement de recul. Ce qui devait arriver arriva, elle tomba en arrière, sur le carrelage froid de cette pièce desserte. Se frottant la tête, notre caporal eu l'impression que sa chute l'avait fait dessaouler d'un coup. Pour cause, elle venait tout juste de se rendre compte de la nature de l'odeur désagréable qui flottait ici.

"beurk... de mauvaises grillades.. trop cuites apparemment..."

Avec une grimace de dégout, elle porta une main à son visage pour se boucher le nez. C'est seulement là qu'elle se rendit compte qu'elle tenait un papier fermement serré dans la main en question. Pourquoi s'était elle crispée dessus? D'où venait ce papier? Elle n'en savait strictement rien et s'en moquait un peu. Elle voulait surtout savoir ce qu'elle fessait là et comment sortir d'ici. Moïra déplia le papier en question et lu à haute voix, machinalement.

"Si tu veux sortir, il a la clef."

*la clef de quoi ?*

Elle se retourna vivement pour apercevoir une porte. Par purs réflexes elle tenta d'ouvrir. Le cadenas qui la maintenait fermé était pourtant tout à fait en évidence, mais ce genre de réflexe est humain. Se résignant elle se tourna de nouveau vers la pièce, évitant soigneusement se poser le regard sur les traces de sang aux murs. Il n'y avait visiblement personne dans cette pièce. Elle ramassa donc ce qu'elle trouva de plus pointu au sol, parmi les ustensiles de cuisine répandu sur le carrelage. El voila notre jeune femme tendant de forcer le cadenas avec un pique à broche.
Après deux minutes de tentatives qui lui semblèrent des heures, elle abandonna. S'adossant à la porte, elle se résigna. Elle retourna se placer au centre de la pièce, et tout en se crispant sur la pique à broche, elle appela timidement.


" heu... Monsieur à la clef ? s'il vous plait ? apparemment je dois vous demander de m'ouvrir...."

Un blanc, pas un bruit. Elle recommença plus fort.

"S'il vous plait ? Ouvrez moi, c'était drôle un moment mais là... ça commence à être flippant..."

La jeune femme avait prononcé les derniers mots à mis voix. Elle n'était pas vraiment sure que ce soit une bonne chose à faire mais avait elle le choix? Vu l'état de la cuisine, il y avait deux possibilités. Soit les gens qui vivaient là étaient des gens très peu soigneux et maladroit, ce qui expliquerait les traces de sang au murs. Après tout ça sentait la viande grillée, n'importe quelle viande doit être préparée avant d'être cuite, ce sang devait être animal. Mais Moïra n'y croyait pas vraiment. Soit des fous, des tordus dangereux qui s'amusaient à tuer voir cuisiner ou pire les gens qui passaient les voir. Rien qu'a cette idée, il lui monta une nausée que la jeune femme eu du mal à contenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikai Asakura
Capitaine des Hoshi Yasei
Capitaine des Hoshi Yasei
avatar

Nbre de messages : 229
Equipage : Aucun
Prime : 50.000.000
Inscrit le : 09/05/2009

Feuille de personnage
Niveau:
37/100  (37/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
38/600  (38/600)
MessageSujet: Re: Salle du Manoir : La Cuisine.   Sam 20 Nov 2010, 13:03

Un carnage dans la cuisine du manoir, des morts partout dans la cuisine et un énorme loup garou. Le pelage grisâtre hérissé, d'une hauteur de deux mètre dix avec d'énorme membre, des griffes de couleur rouge du au sèchement du sang et d'énorme crocs d'où un filet de bave pendouillait. Les corps de nombreux cuisinier avait des membres arrachés ou d'énorme trou déchiqueté dans leur bide, on pouvait voir les intestins touchaient le sol. Cette énorme boule de poil sauvage bougeait frénétiquement son museau à la recherche de nourriture. Sur ces quatre pattes, il avançait lentement vers le frigo de la cuisine. Cet bête avait encore faim avec tout les corps qu'il avait déchiqueté avec ces énormes crocs. Il semblait avoir le bide bien vide avec ces petits grognements de faim.

La bête défonça la porte d'un coup de griffe. Toujours avec son museau en l'air, il sentait les bonnes odeur des ingrédients. Des énormes bout de viande pourris pendouillait sur le plafond, des caisses remplis de légumes et de fruits. Des fruits ramollis et des légumes sentant la pourriture. Le loup-garou s'approchait lentement de l'énorme morceau de viande, c'était sans doute de la vache. Le loup-garou mordillait la morceau comme s'il voulait la manger comme un cuisinier goûtant sa sauce. Après d'avoir goûté la viande, il arracha d'énorme bout avec sa bouche. Il mangeait rapidement. Il arrachait les bouts de viande avec brutalité, on pourrait croire que ça soit un homme dont les trois jours derniers avait le bide vide. Le loup garou avait fini l'énorme morceau de viande. Il s'attaquait maintenant au petite caisse remplis d'une dizaine de pigeon dans un état pitoyable. Les plumes dans les airs, le loup garou les mangeait un par un. Le frigo commençait à se vider rapidement vu à la vitesse que le loup-garou enchaînait chaque viande, tout passé dans sa bouche, Veau, Lapin, Poisson, Porc, agneau, Dinde et autre. Il avait surement apaisé sa faim avec tout ce qu'il avait manger mais non il criait comme une brute dans cet énorme salle.

Ces oreilles bougeaient, il avait entendu quelques choses. Encore une fois mais là elles bougeaient moins, peut-être que la personne présente ne l'avait pas dit fort. Sur ces quatre pattes, il bougeait son museau cherchant sa proie comme un vrai loup mais lui il n'avait pas besoin d'une meute avec lui. Il commençait à plus rapidement, il avait sentit l'odeur d'une personne. Lorsqu'il se leva, une personne était derrière cet énorme bête. On pouvait entendre de sa bouche pleine d'un liquide écarlate baveux.

-> Grrrrrrrrr .....

De la bave écarlate éclaboussait sur les vêtements de la jeune femme. Elle devait fuir pour ne pas vouloir se prendre un coup de patte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra O'Connell
Caporal
Caporal
avatar

Nbre de messages : 140
Inscrit le : 06/09/2010

Feuille de personnage
Niveau:
15/100  (15/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
43/400  (43/400)
MessageSujet: Re: Salle du Manoir : La Cuisine.   Lun 22 Nov 2010, 12:29

Un grognement, presque un rugissement, se fit entendre et Moïra sentit un long frisson glacé lui parcourir le dos. Ce genre de frisson d'effrois qui vous colle des sueurs froides et vous tétanise sur place. Elle avait l'impression que quelque chose se tenait tout près, juste dans son dos, entre elle et la porte. Peut être était ce la personne mentionnée sur la note. Peut être qu'on allait lui ouvrir. Soulagée qu'il y ai une présence vivante dans cette pièce macabre, elle se retourna donc en demandant quelques explications.

"Bon écoutez c'était très amusant, oui très effrayant, merci,maintenant j'aimerais..."

Le reste des mots était resté bloqué dans la gorge de la jeune femme. elle était incapable d'ajouter la moindre syllabe. et à quoi cela aurait il servit de toutes façons. Il y avait effectivement quelque chose de vivant avec elle dans la pièce, mais ce n'était pas ce a quoi elle s'attendait. Devant elle se tenait quelque chose qui ne comprendrait surement pas un traitre mot...

*Ressaisit toi ma grande, les loups garous ça n'existe pas*

Mais même si elle tentait de se raccrocher à ses notion très terre à terre et scientifiques, elle s'était crispée sur la pique à broche dans sa main. Car si les loup garou n'existaient pas, qu'elle pouvait bien être cette chose qui se tenait devant elle? Sans doute le fruit expériences malsaines sur une pauvre créature. Mais ce n'était pas vraiment le moment de parler d'éthique scientifique. Sans quitter la bête des yeux, notre jeune caporal recula jusqu'à sentir dans son dos, le plan de travail sur lequel elle s'était réveillée quelques instants plus tôt. Elle crispa sa main libre sur le métal de la table.

*mettre le plus de distance entre toi et le.. cette chose... c'est une pièce fermée... alors mettre le plus de sécurité possible...*

Moïra fixait la créature dans les yeux. Même si il lui semblait que tout était au ralentit, elle savait qu'il venait de s'écrouler une fraction de seconde à peine et qu'il ne s'en écroulerait pas plus avant que l'animal ne tente de faire d'elle son casse croute suivant. Elle venait bouger rapidement, sans faire de faux mouvement avant d'agir pour ne pas exciter cette bête qui semblait déjà assez nerveuse comme ça.

*maintenant ma grande*

Elle lâcha la pique à broche, prit appui sur la table avec ses deux mains et se hissa dessus avant de rouler en arrière. Elle était à présent derrière le plan de travail, accroupie au sol. Elle se releva presque aussitôt, ayant saisit un des nombreux couteaux de cuisine au sol dans chaque main.. Voila donc Moïra, un couteau de tout rouillé mais encore tranchant dans une main, un couteau à pain dont la lame était brisée ne gardant que les deux tiers de sa longueur dans l'autre, à quelques pas d'un loup sortit de cauchemars immondes, n'ayant pour seul refuge que qu'un plan de travail. Elle qui n'avait jamais été douée pour cuisiner autre chose que des gâteaux, elle allait devoir se prendre pour un tripier et se débarrasser de cette créature d'une manière ou d'une autre.

La respiration de la jeune femme était saccadée, irrégulière, le stress transparaissait sur son visage et les sueurs froides annoncées par le frisson de tout à l'heure commençaient à couler dans son dos.


*calme toi ma fille.. plus tu stress plus il ressent ton stress et plus ça l'excite... et plus il s'excite, plus il sera feroce... tant soit peu que ça lui soit possible d'avoir l'air plus féroce que là*

Elle quitta le monstre des yeux le temps d'un battement de cils. Un coup d'œil à la table et ses yeux remontèrent vers l'animal. Il venait de lacérer le métal... comment pouvait elle se calmer à présent?

*bon sang c'est pas passé loin cette fois*

A ses pieds il y avait suffisamment d'armes blanches pour massacrer une meute entière. Seulement là ce n'était pas un loup ordinaire. Qu'il soit issus d'expériences infructueuse ou non, cette chose n'allait pas être facile à battre.

*attaquer de suite n'a aucun intérêt.. pour le moment évite et bloque ses attaques... cherche son point faible avant de jouer les héros... quelqu'un viendra peut être...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikai Asakura
Capitaine des Hoshi Yasei
Capitaine des Hoshi Yasei
avatar

Nbre de messages : 229
Equipage : Aucun
Prime : 50.000.000
Inscrit le : 09/05/2009

Feuille de personnage
Niveau:
37/100  (37/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
38/600  (38/600)
MessageSujet: Re: Salle du Manoir : La Cuisine.   Jeu 25 Nov 2010, 22:42

Cet énorme boule de poils se trouvait devant cet jeune femme, elle croyait au début que c'était juste une blague mais non elle avait tort. Moi à sa place, j'aurais déjà couru dans toute la salle en criant au secours mais pas elle. Elle était surtout stressé et la peur commençait à monter vu ces geste. Ce Loup garou se tenait près elle sans faire aucun geste, il respirait rapidement ... Il avait encore faim avec tout ce qu'il avait mangé. Ce loup faisait vraiment peur et cet femme commençait à garder son calme. Le loup commençait à armé ces griffes tel un homme armant son épée.La jeune femme commençait à reculer lentement. Elle avait raison. Ce loup allait bientôt attaquer sa proie tôt ou tard. La jeune femme montait sur une plaque en aluminium pour s'éloigner de cet bête. La bête donna un coup de patte sur une plaque près de lui. Il avait complètement arraché la plaque de la table. Il avait de la force mais peut-être pas de l'intelligence, c'était surtout ça qui pourrait aider la jeune femme.


Cet bête au croc soufflait rapidement, elle avait l'air d'être énervé. Elle allait surement attaqué sa proie d'un coup de crocs. Alors que la jeune femme avait traversé la plaque en aluminium, très bonne nouvelle pour elle. Elle allait pouvoir peut-être survivre mais elle avait fait une erreur, elle avait pris un couteau de cuisinier et ça, ça allait énervé la bête. Les bras voûtés, la bête fit un énorme hurlement qui pouvait désorienter son adversaire et même faire peur. La bête commença à s'exciter et donna des coups de pattes dans tout les sens en détruisant tout sur son passage, casserole, table, chaise tous y passé. Arrivant devant la plaque, il posa ces pattes sur cette dernière et commença à l'écraser de son poids tout en ouvrant sa gueule.

→ Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ...

D'un coup de force, la bête se retrouvait sur la plaque. La lampe principal était au dessus de sa tête. La pauvre bête ça lui brûlait les poils de la tête. Elle s'excita et sauta sur sa proie tout en balançant son coup de griffe et la gueule bien ouverte prête à accueillir la joli épaule de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra O'Connell
Caporal
Caporal
avatar

Nbre de messages : 140
Inscrit le : 06/09/2010

Feuille de personnage
Niveau:
15/100  (15/100)
Fruit du Démon :
Expérience:
43/400  (43/400)
MessageSujet: Re: Salle du Manoir : La Cuisine.   Ven 26 Nov 2010, 10:20

La bête poussa un nouveau rugissement. Elle semblait affamée, ou bien effrayée, ou enervée, peut être un peu toutes ces choses en même temps. La jeune femme avait envie de se laisser aller à la panique, de se laisser tomber à genoux, la tête entre les mains et de hurler tote sa peur, toute l'horreur que lui inspirait la situation. Mais elle savait tres bien que c'était la derniere chose à faire. Cela équivaudrait à abandonner, à se rendre à cette créature. Autant lui tendre carement la moutarde et le sel. Neanmoins Moïra ne pouvait pas abandonner. Elle avait une mission, un but, et elle ne pouvait pas laisser tomber. Comme l'humanoïde grimpait sur la paillasse, elle tenda encore de s'auto convaincre qu'elle pouvait s'en sortir.

*aller ma grande, respire un grand coup... tu peux t'en sortir... tu dois t'en sortir... quelque soit cette chose, ce n'est qu'un animal... mais les animaux font parfois preuve de plus d'instinc de survie et peuvent... non.. tu va t'en sortir...*

La créature ne lui laissa pas plus de temps pour reflechir. Elle bondissait déja, toutes griffes dehors sur la jeune femme. Moïra n'avait pas vraiment de choix. Soir elle restait là et tentait de resister à l'assaut du monstre et de le faire s'empaler sur ses armes de fortune, soit elle esquivait. Vu le poid probable de l'animal, la premiere option était simplement à proscrire. Aussi lorsque le loup bondit, elle plongea en avant, vers lui. Se jetant au sol sur le dos, esperant glisser sur le sol humide de la salle.

*... maintenant...*

Comme elle passait sous la créature, Moïra fermé les yeux, comme si elle espérait que quand elle les rouvrirait tout serait terminé. Elle s'egratigna quelque peu le dos sur le materiel rouillé qui jonchait le sol, mais ce n'étaient que des coupures sans gravités. La jeune femme n'avait ni le temps ni même l'envie de penser à une éventuelle infection, si elle se fesait avoir par cette chose ce serait trés certainement bien pire. Se trouvant desormais deriere l'animal, elle tenta de lui planter le couteau de tour dans le molet. Elle savait que ce geste était stupide, mais d'une c'était la seule partie du loup qui se tenait à sa portée, et de deux, il serait plus facile de s'en sortir si la créature perdait de sa vitesse et de son agilité. Avant même se savoir si elle l'avait touché ou non, ou même si elle s'était coupé, elle rampa derière cette même paillasse où elle s'était precedement cachée.

*... retour au point de depart... à moins que je l'ai bléssé... et merde il pourrait s'en être d'autant plus enragé...*

La jeune femme était tellement paniquée qu'elle n'avait pas réfléchit à ce détail. Elle n'avait pas vraiment reflechit du tout par ailleurs. Seul sa survie importait à présent. Et rien n'était moins sur.


[hrp il n'y a ni open office ni correcteur d'aucune sorte sur l'ordi que j'emprunte actuellement, j'espere donc avoir corrigé le maximum mais je m'escuse pour les eventuelles fautes oubliées, notament les accents ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Spécialiste du déblocage de situation
avatar

Nbre de messages : 253
Equipage : RPG's Team
Inscrit le : 06/09/2007

MessageSujet: Re: Salle du Manoir : La Cuisine.   Sam 11 Déc 2010, 02:17

Moïra se réveilla dans son lit, la respiration haletante. Cette salle. Cette créature. Ce n'était qu'un rêve ? Et pourtant cela avait l'air si réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salle du Manoir : La Cuisine.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle du Manoir : La Cuisine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cuisine / Salle à manger / Salon
» Manoir de Pinnath Gelin
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: Holiday Island [RP~HRP] :: Manoir-
Sauter vers: