Chapeau de Paille RPG

Un forum en jeu de rôle basé sur l'univers du célèbre manga One Piece.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fiche de Saiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuro Kami
Commandant du Snow-Dragon
Commandant du Snow-Dragon


Nbre de messages : 3126
Equipage : Snow-Dragon
Prime : 271. 000. 000
Inscrit le : 04/06/2008

Feuille de personnage
Niveau:
82/100  (82/100)
Fruit du Démon : Fruit Kamie Kamie
Expérience:
523/1000  (523/1000)

MessageSujet: Fiche de Saiko   Sam 15 Aoû 2009, 03:05

Nom et Prénom : Saiko ( Il ne possède qu'un prénom comme tout les homme-poisson ).
Âge : Il n'est âgé que de 25 ans mais en parait, la plupart du temps, 30.
Rang/Grade (Capitaine, Soldat, Amiral…) : Acceptera le grade le plus haut qu'on daigne lui donner.
Métier(s) (Charpentier, Navigateur, Voleur...) : Officiers de la Marine.
Arme(s) : Long katana à la lame argentée et au manche d'ivoire nommée Avina ainsi que 4 pistolets.
Équipage (Vogue-Merry…) / Régiment : Aucun.

Description (5 lignes minimum) :

Description Physique :

Saiko est un homme robuste, imposant et qui dégage une certaine force physique et une impression de grande rigueur morale. Il s'agit là d'un marine pur et dur, son affection à cette faction semble évidente à n'importe qui, bien que son apparence laisse supposer le contraire ( peau verte, très grosse lèvre et branchies au cou ). Son air général lui confère un aspect de serviteur de la justice, de gardien de l'ordre établi, une certaine aura de chevalier des mers... Il porte sur son visage des marques qui passent aux yeux de la plupart des gens comme celles d'une vie particulièrement dure et longue, pourtant il est bien plus jeune qu'il ne le parait. Assez carré d'épaules, Saiko est un homme fort et qui semble inébranlable...
Son visage est dur la plupart du temps, il possède une chevelure sombre dont il s'occupe beaucoup. De longues mèches lui assombrissent les tempes ainsi que l'arrière du crâne, on peux affirmer que, chez Saiko, il règne un ordre capillaire presque constant. Saiko porte constamment ses lunette noir qui lui offre un certain charme et une certaine confiance de la part de ses interlocuteurs pour peu que ceux-ci ne soient pas en train de guerroyer contre lui. Ses sourcils froncés lui confèrent un air autoritaire qu'il ne fut jamais certain de désirer pourtant. Saiko possède également un bouc très fin et presque invisible. Sa pilosité faciale très soigné, prouve encore une fois l'attention qu'il consacre à son apparence, pourtant, sa face possède quelque chose d'animal qui a tendance à attirer le regard des gens et à le faire paraitre tel un lion en repos mais prêt à se déchainer...
Si Saiko aime tout ce qui est en relation avec son visage, il apprécie encore plus les vêtements qu'il a l'occasion de porter pour couvrir le reste de son corps. Il s'agit là d'un trait que l'on distingue rarement à son physique brutal, mais Saiko aime plus que tout les vêtements amples et qui donnent un air le plus classieux possible à sa petite personne. Ce simple défaut qui tient de la coquetterie est quelque chose qu'il déteste grandement, mais également l'un de ses rares plaisirs de vie, il s'agit là donc bien évidemment de quelque chose que l'on distingue aisément sur le corps fort de ce marine. Il a tendance à s'habiller de noir, de marron, de gris et de toute les couleurs foncée. Il ne porte presque jamais de blanc à moins que ce teint éclatant n'aille parfaitement avec d'autres pièces de ses atours vestimentaires. Il porte souvent d'amples tuniques entourées de diverses bandes de tissus voletant un peu au vent ainsi que des capes; il s'agit là d'une chose dont ne se passe que très rarement le jeune homme que ces longues bâches qui donnent un air si impérial en flottant au gré des brises et des typhons. A noter également que Saiko porte en quasi-permanence un bandeau, c'est le morceaux vestimentaires dont il se séparera le moins aisément; il lui arrive même parfois de dormir avec...
Pour citer ses habitudes, on peux dire que Saiko a souvent tendance à se gratter le menton et à se frotter vigoureusement les tempes. Il s'agit là de geste très répétés, on peux qualifier cela de réflexes dans son cas. On peux également dire qu'il a tendance à rapidement lever les yeux au ciel lorsqu'il entend des choses insensées ou simplement d'une bêtise insurmontable. Bien que cela lui arrive de toucher à l'alcool, Saiko ne boit presque que de l'eau d'une source nommée Ezer, originaire d'East Blue. Il passa son temps à en faire importer de là-bas et la conserve dans une grande outre qu'il attache à sa ceinture. Cette folie lui viendrait, selon certain, de sa peur des empoisonnements et, selon d'autre, d'une conviction religieuse de la pureté. Après tout, Saiko est quelqu'un de fortement mystique lorsqu'on a l'occasion de l'entendre parler. Malgré tout, cette vilaine habitude lui coûte cher, la plupart de sa solde, dirons-nous, mais il ne s'agit sans doute là plus de quelque chose qui lui passera... Saiko court rarement et a une démarche souvent brutale, à en faire trembler le sol parfois. Il lui est arrivé une ou deux fois de voir des morceaux du plancher lui céder sous les pieds... A noter que Saiko est gaucher...
Saiko se sert, lorsqu'il se bat, d'un long katana à la lame argentée et au manche d'ivoire nommée Avina. Il la maintient la plupart du temps dans les parties amples de ses vêtements, cachées dans un fourreau d'ébène...



Description Moral :

Saiko est quelqu'un dont le mental a profondément évolué à travers ses longues périodes de recherches sur la notion exacte de la justice. Saiko est totalement centré sur cet idéal qu'il a passé un temps prodigieux à rechercher, à tenter d'atteindre et, surtout, à parvenir à comprendre. Selon lui, la justice se compare à une divinité. Saiko est profondément persuadé d'avoir entendu la voix de la justice lui parler dans ses rêves, et ce plusieurs fois. Il l'incarne dans son imaginaire comme une jeune vierge entourée d'une lumière blanche plus pure que tout autre et à la voix plus lascérante que n'importe quel rasoir et pourtant si douce que l'on aurait envie de l'entendre à jamais bercer notre sommeil. Son objectif est de faire respecter ce qu'il entend en tant que vertus de par les mers. Pour lui, le calme et l'ordre sont les piliers de la morale, puis vient la hiérarchie, la compétence intellectuelle et physique à accomplir ce que l'on se doit de mener à son terme, l'honneur, la sincérité et enfin l'imagination, la passion et la compassion. En voyant cet ordre dans ses priorités, on comprend évidemment que sa quête est vouées à l'échec car il s'agit là d'une forme d'utopie dans lequel l'autorité serait respectée non pas à cause de la crainte qu'elle inspire mais par le fait qu'elle soit efficace et compétente quelque soit les événements. Si l'on se base sur le fait que le monde est fondé sur la corruption, les passe-droits, les idiots, les inaptes et autres personnes de cruels et égoïste attitude, on se rend compte qu'il s'agit là d'une bien belle utopie, jolie certes mais éternellement faites pour rester idéale et non concrète. Pourtant, il s'agit justement là du premier problèmes et du plus gros que contient la stricte morale de Saiko, il a pour idéal cette notion et en devient presque fanatique tant il la désire et tant son esprit pragmatique est obscurcis par la voix qu'il entend si souvent dans son sommeil...
Malgré ce fanatisme un peu désagréable du point de vue de l'expression face à lui, car il a souvent tendance à affirmer avec un peu trop d'insistance son point de vue comme le vrai, il y a de nombreuses qualités dans l'esprit du jeune homme. Pour en citer une, par exemple, on peux parler de son esprit chevaleresque; il ira toujours au secours de la veuve et de l'orphelin, quoique ceci ne se distinguant pas toujours aux premiers abords, il protégera de toute manière les demoiselles en détresse sur son chemin. Il ne peut la plupart du temps résister à ses pulsions sauvages qui le poussent à répondre aux jeunes filles qui demandent de l'aide, même si cela a tendance à lui jouer des tours. Il est également de bon ton de signaler que Saiko, s'il n'est pas de mauvaise humeur, est quelqu'un de relativement serviable; vous pouvez être sûr qu'il vous tiendra la porte lorsque vous entrerez derrière lui dans un bâtiment, par exemple. Il lui est même plusieurs fois arrivé d'aider des grand-mères à monter leurs courses ou d'autres choses de ce type. Bien évidemment, il mettra toujours dans ces cas-ci ses priorités à s'occuper des forbans ou des semeurs de troubles s'il y en a à proximité. Saiko peux également être qualifié de quelqu'un de très loyal, il ne trahis jamais quelqu'un à qui il a juré allégeance; dans le même domaine, il ne donnera pas aisément sa parole à quelqu'un, mais lorsqu'il promet quelque chose, on peux être sûr qu'il fera tout ce qui est en son pouvoir pour l'accomplir. Saiko est très respectueux de l'ordre hiérarchique qu'il estime être du au bon sens, il peine à imaginer être le jouet entre les mains d'une bande d'incapables ou de fous sanguinaires, aussi, lorsqu'il se rend compte qu'on tente de le manipuler dans le but de lui faire faire des actes néfastes, il aura tendance à réinterpréter automatiquement les ordres; il n'a aucune tendance anarchique et ne remettra jamais en cause la supériorité que l'on a sur lui, mais son subconscient s'arrangera toujours pour que ce qu'on lui demande soit aligné avec sa volonté de bonne conduite. Pour terminer de parler de ses rapports avec la supériorité, Saiko vouvoiera toujours les officiers plus haut que lui et s'offusquera sans doute toujours qu'on ne le vouvoie pas à son tour depuis les rangs inférieurs de cette mécanique bien huilée qu'est la marine...
On peux également citer un fort pragmatisme en cas de bataille de la part de Saiko, aussitôt remplacé par une impressionnante croyance au mystique lorsqu'on se met à parler avec lui d'idées ou d'opinions, voir de légendes ou de mythes; pour ces deux derniers cas, il s'agit-là d'une grande passion chez Saiko, il adore entendre des récits héroïques ou fantastiques d'époques reculées ou simplement entendre parler des mystères non résolus du présent. Parfois, lorsqu'on lui narre de telles choses, on peux enfin percevoir au fond de ses yeux, cette étincelle de jeunesse, de joie infantile qui habite encore le corps de cet homme puissant et robuste qui parait si vieux la plupart du temps... On peux effectivement rajouter parmi les ambitions de Saiko, celle qu'il n'ose pas s'avouer mais qui existe tout de même, emplissant avec force son cœur lors des instants de conflits, celle d'être un héros. Saiko aimerait briller aux yeux des gens un jour et devenir, ne serait-ce que quelques instants, lui aussi une figure épique et chimérique dans l'esprit des autres. Malgré tout, il s'agit là d'une chose qu'il hais désirer du plus profond de son âme, persuadé que le fait de vouloir briller est un pêché, car pour être ainsi une légende, il faut l'être sans le vouloir, et posséder cela en sa propre nature...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destinyofnaruto.forum-actif.net/
Kuro Kami
Commandant du Snow-Dragon
Commandant du Snow-Dragon


Nbre de messages : 3126
Equipage : Snow-Dragon
Prime : 271. 000. 000
Inscrit le : 04/06/2008

Feuille de personnage
Niveau:
82/100  (82/100)
Fruit du Démon : Fruit Kamie Kamie
Expérience:
523/1000  (523/1000)

MessageSujet: Re: Fiche de Saiko   Sam 15 Aoû 2009, 03:05

Histoire:

Saiko est né sur une île volcanique un peu spéciale de South Blue nommée Heph Island. Heph Island était un endroit peu commun en le simple fait que le volcan s'y trouvant ne crachait pas de rares flots de magmas mais une grande quantité de vapeur de façon constante, et que la majorité des personne qui y vivent sont des homme-poisson et sirène bien que des humain y vivent paisiblement et en masse. Il n'y a guère d'intérêt à s'étendre ici sur les spécificités qui permirent une telle bizarrerie mais il est important de mentionner ce fait pour une seule chose: Heph Island est en permanence recouverte d'une épaisse couche de brume chaude, brouillant la vision de la plupart des gens. Bien heureusement, hors les difficultés que les habitants possèdent à distinguer une forme lointaine, il n'y a, la plupart du temps, aucune conséquence à ceux qui posent les pieds sur l'île. Mais, contrairement aux autres, Saiko naquit avec un fort potentiel de malchance, en effet, il contracta peu de temps après sa sortie du ventre de sa mère, une cruelle infection. Le nourrisson vit ses yeux souffrir de ses vapeurs pour lui nocives. Les médecins, quelques peu aveugles comme le reste de la population d'Heph Island, prirent un certain temps à réaliser cette étrange pathologie. Ils furent donc en état de l'empêcher de perdre la vue, et avec beaucoup de chance juste être victime de myopie, quoique très grave au début. Pour cela, lui fut placé d'abord un bandeau couvrant ses deux yeux, l'obligeant à vivre ses deux premières années dans le noir, puis une paire de lunette noir rectifiant sa vue tout en lui donnant un air des plus enjoliveur. De par le temps que Saiko passa dans le noir complet, il lui vint une ouïe excellemment fine et un grand sens de l'écoute, chose relativement utile dans la vie et compensant notablement la perte d'une bonne vision à la naissance, donc, des quolibets, surnoms insultants et diverses moqueries qui le suivraient durant presque toute son enfant et adolescence...
Saiko passa une enfance relativement heureuse, bien que le fait d'être déclaré officiellement aveugle alors qu'il ne l'était pas, à l'âge de ses trois ans ait eu un effet désastreux envers sa relation avec sa mère. Celle-ci se mit à l'ignorer la plupart du temps, haine passive qui affecta profondément Saiko bien qu'il en profitât pour en tisser des liens plus solides avec son père que la plupart des enfants de son âge; celui-ci tentant sans doute d'éviter que le malaise intérieur entre sa femme et son fils ne finisse de détruire cette famille déjà souffrante. Malgré tout, Saiko eut la joie de voir le ciel lui offrirent un petit frère du nom de Kien, que le jeune garçon se mit aussitôt à protéger. Il aida à son éducation avec une ardeur impressionnante pour un enfant de son âge; allant jusqu'à lui compter oralement les histoires que son père lui avait raconté lui-même des années auparavant... Alors que Saiko fêtait son cinquième anniversaire, la famille de celui-ci s'agrandit à nouveau avec l'arrivée d'une petite fille du nom de Minnée. Bien que moins intéressé par celle-ci que par Kien, Saiko l'accompagna également à travers les années, tissant avec ses désormais deux cadets des liens forts; il était en quelque sorte une figure protectrice pour Kien et Minnée...
Lorsque sa mère décéda de maladie, Saiko s'occupa seul de ses deux frères et sœurs tout en tentant d'entretenir son père, totalement abattu par la perte de la femme qu'il aimait. Saiko commença donc à travailler pour la première fois à l'âge de huit ans; comme la majeure partie des hommes-poisson de Heph Island, son travail lui était prédestiné. Il s'agissait du même emploi que tout homme fort de plus de quinze ans, à savoir faire fonctionner la grande machine à vapeur qui avait poussé aux abords du volcan; la Machina, nom qui était donné à l'engin, permettait à toute l'île de s'alimenter en eau non-salée ainsi qu'en énergie. Le job qu'accomplissait le jeune garçon alors nécessitait les capacités physiques d'un homme-poisson adolescent en bonne santé, pourtant, à force de volonté et d'effort, le gamin parvint à peiner et ramener sa paye avec suffisamment de régularité pour alimenter sa sœur, son frère et son paternel toujours en dépression profonde.
Malheureusement pour la famille des poissons-chats, le père de Saiko finit par laisser son amertume le consumer; le jour où Kien fêtait ses onze ans, le père de celui-ci se lança à la mer et ne refit jamais surface, laissant derrière lui une simple feuille blanche où il avait écrit d'une funeste et maladroite écriture un triste au revoir; bien qu'horriblement affecté par la perte de cet être qui l'avait tant consolé durant sa petite enfance, Saiko avait alors suffisamment de pragmatisme pour ne pas se laisser abattre et continuer à vivre comme avant. Il encouragea Kien et Minée, les soutint dans leur peine alors que lui-même, sans doute le plus attristé des trois, devait renfermer au fond de son âme la sensation de pincement, de compression puissante qu'il ressentait au fond de sa poitrine...
Se forgeant des muscles d'acier, une volonté en acier trempé et une bonne réputation, Saiko réalisât, à l'âge de ses quinze ans, qu'il n'avait oublié qu'une seule chose: son éducation. En voyant ses cadets grandirent et apprendre bien plus de choses sur le reste du monde que lui n'en avait jamais su, il se décida à passer ses soirées à lire. Lire était bien la seule chose qu'il eut l'occasion d'apprendre auparavant au niveau scolaire, aussi commença-t-il par picorer des ouvrages simples sur tous les sujets possibles et inimaginables. Il progressait lentement les premiers mois, mais finalement, alors qu'il atteignait ses seize ans, le jeune homme se mit à lire avec une ardeur impressionnante tout ce qui lui tombait sous la main, passant ses journées à faire fonctionner la Machina et ses soirées à dévorer des pavés de connaissances, sans doute futiles dans son univers du quotidien, mais qui permettait à son esprit de se développer. Bien qu'il s'éduquât parfaitement alors de lui-même, il y eut moult problèmes à sa santé; le jeune homme ne dormait plus que trois ou quatre heures par nuit et attrapaient, sans doute à cause de ceci, de fréquentes maladies. Sa seizième année fut donc quelque chose d'extrêmement difficile à surmonter, pourtant, le jeune homme put enfin retrouver un mode de vie comprenant le sommeil lorsque son Kien atteignit finalement lui aussi la quinzaine. Lorsque ce petit frère qu'il aimait temps se décida à quitter le foyer familial, Saiko ressentit un fort manque dans sa vie, mais du se rendre à l'évidence, grâce à son départ, il avait pu diminuer son rythme de travail, ayant besoin de moins d'argent pour faire subsister sa famille; il savait pertinemment que s'il n'avait pas mis ce frein à son emploi du temps, il n'aurait sans doute jamais atteint les dix-huit ans...
Les deux années qui suivirent le départ de Kien permirent à Saiko de se développer intellectuellement et physiquement à un rythme optimal, bien que naissent en lui alors un étrange sentiment de mélancolie. Désir de retrouver un climat de joie passé depuis maintenant une bonne décennie? Envie d'avoir un frère auquel il puisse faire la morale pour apprendre soi-même à être quelqu'un de bien? Ou bien, peut être ressentait-il encore autre chose, mais il s'offusquait un peu de s'être fais autant affecté par le départ de la maison de son frère qui vivait, pourtant, toujours sur le même bout de terre bien qu'il ne se côtoient désormais plus beaucoup. Voyant chaque jour en lui se creuser ce manque de fraternité, Saiko tentât de combler en quelque sorte ce besoin en s'occupant plus de Minnée sa sœur; celle-ci faisait bonne figure et tentait d'être la plus agréable possible avec son frère, sachant pertinemment tout ce qu'elle lui devait et désirant ne pas le faire souffrir; pourtant elle n'osait lui avouer qu'à ses quinze ans, elle aussi devrait, non, voulait partir faire son propre nid ailleurs. Minnée avait reçu bien moins d'attention de la part de Saiko que Kien, elle en avait éprouvé un temps comme une sorte de peine, mais désormais, elle voyait plus en les actes fraternels de Saiko comme un besoin que celui-ci avait de s'inquiéter de certaines personnes pour lui même trouver un but dans la vie; il semblait à la jeune fille que, lorsque son frère se retrouverait esseulé, les conséquences ne pourraient qu'en être désastreuses. Pourtant, elle n'en parla jamais avec lui et deux ans s'écoulèrent ainsi; lorsque Minnée annonça qu'elle allait vivre seule à Saiko, elle vit très bien en ses yeux que celui-ci tentait de retenir des larmes, elle vit très bien la moue désolée que celui-ci avait, pourtant elle ne faiblit pas et le jeune homme se retrouva finalement unique propriétaire de la grande et vide maison qu'il avait occupée toute sa vie...
Ce fut donc peu après ses dix-neuf ans que Saiko tomba dans une sorte de profonde dépression; la perte de sa famille, de ce qu'elle avait d'à la fois rassurant et contraignant, avait laissé cet enfant, finalement pas si mature que cela, tomber dans le désarroi. Il avait façonné la majorité de son identité sur la sauvegarde de ce doux cocon et, ainsi laissé à lui même, se mis rapidement à boire, seule solution qu'il eut trouvée de par ses collègues de travail aux vies pseudo-malheureuses et qui passaient la plupart de leur temps dans les bars. Saiko se mit donc à se saouler, d'abord de manière occasionnel, puis de plus en plus régulièrement jusqu'à passer des semaines entières ivres; à cause de cette tristesse et de ce pêché développé à l'extrême, Saiko perdu son emploi un peu avant ses vingts ans. Passant la plupart de son temps à boire, malgré le fait d'être sans le sou, il dépensait alors les économes qu'il avait commencé à stocker quelques années auparavant pour s'enivrer d'avantage, Saiko ne dessaoulait que pour rendre visite à sa sœur, une fois tout les deux mois. Minnée était la seule de ses deux cadets à avoir gardé un tant soit peu le contact avec Saiko qui pouvait par ses entretiens retrouvé un peu de joie de vivre; il n'y faisait que d'écouter les récits de Minnée qui s'était fiancée récemment, et il se faisait également crier dessus avec une grande régularité par sa sœur qui lui reprochait de ne plus rien faire de sa vie; il avait beau toujours partir de chez elle en colère, il chérissait plus que tout ces rares moments qui illuminaient ces morbides journées sur Heph. Malheureusement, peu avant son 21ème anniversaire, Saiko assista à un événement qui entama le dernier virage qu'allait prendre sa destinée...
Arrivant chez Minnée, il eut devant les yeux une scène de cauchemar que jamais son esprit ne se serait permis d'imaginer; Kien était là, essuyant sur un rideau un katana ensanglanté, l'hémoglobine dont il se débarrassait n'était autre que de celle de Minnée qui gisait au sol au milieu de la pièce, au centre de la mare que son sang avait formé autour d'elle. Saiko était resté, ce jour-là, debout et figé à côté de la porte; il n'avait pu réagir à quoique ce soit. Son frère cadet qu'il chérissait plus que tout avait abattu la seule personne qui permettait encore à Saiko se supporter ce dur fardeau qu'est l'existence. Quittant la pièce d'un pas tranquille et insupportablement hautain, Kien eut juste la politesse d'expliquer grossièrement les raisons de son acte à Saiko. Kien faisait désormais partie d'une mafia locale de bonne importance et Minnée avait emprunté un peu trop d'argent pour faire construire sa maison, argent qu'elle n'avait pu rembourser; elle avait servis d'exemple à tous les débiteurs incapables d'assumer leurs excès...
Ce jour-là, Saiko avait laissé filer entre ses doigts sa dernière étincelle de vie; il n'osait pas en vouloir à Kien et n'avait plus rien qui le rattachait à la vie. Aussi avait-il décidé de se pendre le soir-même. Il installa chez lui une installation standard pour se donner la mort, monta sur une chaise et se renversa. Il commença rapidement à suffoquer et perdit conscience. Pourtant, alors qu'il semblait prêt à sombrer dans le reposant calme de la froide mort, Saiko entendit alors une voie au timbre si magnifique qu'il ne pu jamais en oublier exactement les paroles. Celle-ci lui annonça simplement qu'il n'avait pas encore accomplis tout ce dont le monde aurait besoin et que, pour pouvoir partir en paix, il lui faudrait accomplir encore maintes choses. Le jeune homme repris alors conscience, toujours suspendus mais encore vivant pour une ou deux bonne secondes, il eut le réflexe de briser la corde de par ses mains puissantes, suffisamment fortes pour l'aider dans ce genre de situation s'il parvenait à ne pas paniquer. Dépité par son échec dans sa tentative de suicide, Saiko alla s'assoupir cette nuit-là, c'est durant ce cycle lunaire que tout changea dans l'esprit troublé du myope: il vit en rêve l'entité dont il avait entendu la voix, entité qu'il nomma ensuite justice. Une entité de rêve qui ressemblait fortement à sa sœur disparue, malgré plusieurs différences physiques. Entendant sa voix, il compris de nombreuses choses sur son existence et parvint à retrouver une motivation suffisante pour survivre. Saiko dormit plus de cinquante heures lors des trois jours qui suivirent son premier rêve. Il parvint ainsi à se décider d'un objectif dans la vie, soit, propager sa notion de la justice et ce par tous les moyens nécessaires. L'une des choses qui changea le plus chez lui fut sa notion de crime, de châtiment et de pardon. Il était désormais décidé à punir Kien qui avait un si horrible choix sans doute de par sa propre volonté. Mais Saiko savait qu'il avait sa part de responsabilités dans la mauvaise voie qu'avait pris son frère et se résolut donc à l'exécuter lui-même pour se faire pardonner auprès de lui...
Saiko se rendit donc au QG local de la marine, il les prévint des actions de la mafia de son frère. Accompagné d'un groupuscule important de soldats, il se rendit dans le repaire de ses criminels impitoyables. Là-bas débuta une grande bataille, personne n'étant prêt à concéder la moindre chose à l'ennemi, Saiko profita alors du chaos ambiant pour retrouver Kien. Tout deux se confrontèrent et Saiko faillit perdre l'ascendant sur son frère au cours de leur combat, pourtant, il tua finalement Kien qui tomba au sol avec un air bien plus serein que ne l'aurait eu un cadavre normal. Grâce au chaos qui avait régné dans les environs de la scène du crime, personne ne sut qui avait tué le frère de Saiko; celui-ci, remerciés par les marines qui avait pu neutraliser une organisation criminelle d'importance grâce à lui, l'accueillirent volontiers en leur sein lorsqu'il leur demanda l'autorisation de rejoindre leurs rangs...
Déçus par la difficulté qu'il avait eu à mettre en pratique ses résolutions face à son cadet, le jeune homme se mit à s'entrainer au combat plus durement que n'importe qui et parvint aisément, au cours des trois années qui suivirent son engagement, à acquérir un très bon niveau. Un justicier venait de partir sur les océans, en quête d'une utopie à jamais vouée au rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destinyofnaruto.forum-actif.net/
 
Fiche de Saiko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fiche Technique de Minami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chapeau de Paille RPG :: Archives-
Sauter vers: